4 étapes pour vaincre l’obésité (2)

Deuxième étape. Mieux connaître les aliments que vous ingérez

L’ensemble de l’énergie dégagée par l’alimentation doit assurer un métabolisme basal qui correspond à l’activité indispensable de vos organes (reins, foie, poumons, coeur) et offrir à votre corps une énergie supplémentaire pour lui permettre d’avoir une activité tournée vers l’extérieur qu’elle soit de type professionnel, sportif, physique ou autre.

Les aliments sont ingérés, absorbés, transformés par l’organisme qui disposera ainsi de substances de nature variée pour résoudre tous les besoins tissulaires et énergétiques.

Vous puisez votre nourriture dans les trois règnes animal, végétal et minéral, et votre organisme pour couvrir ses besoins, n’absorbe que des aliments simples.

Et si vous n’aviez pas d’enzymes ?

La “Nature” a prévu des enzymes dont le rôle consiste à réussir dans des délais raisonnables, à désagréger les molécules complexes contenues dans les produits que vous ingérez et à les rendre assimilables, sous forme de glucose pour les sucres, d’acides gras pour les lipides et d’acides aminés pour les protéines.

Quel est l’intérêt de la valeur énergétique des aliments ?

Vous savez que nos aliments sont complexes et qu’ils n’ont pas tous la même valeur énergétique.

– Les lipides fournissent 9 kilocalories par gramme et les protides 4 calories.

– Les glucides ou sucres fournissent 4 kilocalories par gramme et peuvent avoir 2 actions opposées :

  • s’ils proviennent de sucres lents (pâtes, pommes de terre ou riz), ils sont absorbés dans le sang de façon lente et continue, ne modifient pas le taux de sucre du sang et sont utilisés au fur et à mesure des besoins, pour la production de chaleur et de travail musculaire.
  • Si les glucides proviennent de sucres rapides (sucre, sucreries, pâtisseries et tous aliments qui ont un goût sucré naturel) leur absorption très rapide par l’intestin, sans transformation préalable, provoque une poussée d’hyperglycémie (augmentation importante du taux de sucre du sang) et cette poussée d’hyperglycémie est compensée par un pic d’INSULINE, hormone sécrétée par le pancréas et chargée par l’organisme de contrôler le taux de sucre du sang.

Ne déclenchez pas trop souvent la sécrétion d’insuline

Cette insuline est la grande ennemie du gourmand parce qu’elle est responsable de la transformation de sucres en graisses et surtout de l’absorption inévitable de ces graisses par les cellules adipeuses dont les membranes restent imperméables à tout mouvement biochimique tant que l’insuline ne leur a pas donné l’ordre de les absorber.

Il vous faut donc éviter les sucres rapides sauf lorsque vous devez fournir un gros effort et surtout ne jamais les associer à des graisses : les bonnes pâtisseries cuites au beurre doivent donc rester derrière la vitrine du boulanger, si le poids est une de vos préoccupations.

Quels sont vos besoins quotidiens ?

Il vous faut 2,5 à 3 litres d’eau pour compenser les liquides que vous excrétez par les urines, la respiration et la transpiration.

Cette eau est apportée par l’eau de boisson (1 l. 200), l’eau de constitution des aliments (1 l), et l’eau autofabriquée par l’organisme au cours de ses réactions biochimiques.

Vous avez besoin par jour, pour exercer votre activité et vous permettre de garder votre tonus de 2 200 kilocalories en moyenne si vous êtes une femme, de 2 600 kilocalories si vous êtes un homme.

Ces kilocalories vous sont fournies par :

– 4 à 5 grammes de glucides (sucres) par kilo de poids, soit 300 à 400 grammes par jour de sucres.

– 80 grammes par jour de lipides, orientés pour 3/5ème vers les graisses dites insaturées, non dangereuses pour la santé, riches en acides gras essentiels, indispensables au renouvellement des membranes cellulaires et à la qualité de votre défense immunitaire.

On les trouve dans les poissons, quelle que soit leur origine, avec toutefois une préférence pour le thon, le saumon, la sardine et aussi dans les huiles de bourrache, de colza, de tournesol, de maïs, ou de pépins de raisin.

L’huile d’olive contient, quant à elle, de l’acide gras oléique non “essentiel” mais cependant très utile depuis que l’on a mis en évidence son effet bienfaisant et protecteur sur le système cardiovasculaire.

– 80 grammes également de protéines, moitié en protéines animales (oeufs, viandes, poissons, laitages) et moitié en protéines végétales (légumineuses, céréales), indispensables au développement, à l’entretien, à la préparation et au remplacement de vos cellules et de vos tissus.

Les éléments minéraux sont indispensables, pour certains à grosse dose : 500 mg à 1 gramme (calcium, phosphore, potassium, magnésium) pour d’autres en très petite quantité (lithium, cuivre, zinc, fluor ou manganèse), pour leur rôle ubiquitaire en biochimie humaine.

Comment éliminer l’excès de cholestérol de façon originale ?

Les fibres ne doivent pas être oubliées et seront demandées aux légumes et aux fruits, de préférence au pain complet ou au riz complet qui sont parfois irritants pour nos intestins.

Il en faut en moyenne 20 grammes par jour et on leur reconnaît un rôle bienfaisant dans le contrôle du transit intestinal — la meilleure gestion du cholestérol — et le fonctionnement hépatique.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *