5 astuces pour mieux mémoriser

Présenter un exposé en classe, faire un discours en public, apprendre ses cours, autant d’actions faisant appel à la mémoire. Afin de mieux mémoriser un texte, il existe différentes méthodes auxquelles vous pouvez recourir.

1. Les méthodes mnémotechniques

Elles font appel à des associations d’idées qui seront évocatrices pour vous. Il est plus facile de le mettre en relation avec un poème, une image ou même un chiffre qui est plus facile à mémoriser qu’un mot. Les méthodes mnémotechniques s’appliquent aussi à un rapprochement entre un terme et un autre dont la sonorité est proche, ou un objet dont la forme est assez semblable ou un son.

En effet, la mémoire joue sur des images, des sons, des odeurs, comme des concepts plus abstraits. Pour que des méthodes mnémotechniques fonctionnent, il faut que cette association ait du sens pour vous : ils peuvent être drôles, ridicules…

Pour se remémorer des sept conjonctions de coordination, on utilise généralement la phrase « mais ou et donc or ni car », qui contient du sens.

2. Comprendre pour mieux mémoriser

Une autre astuce en lien avec les mnémotechniques est de bien comprendre les choses à mémoriser, avant de tenter de les retenir. Comme cela a été évoqué précédemment, on se souvient mieux de ce qu’on a bien compris, en référence à la mémoire sémantique. Pour vos cours, par exemple, assurez-vous de les avoir bien compris avant de les mémoriser.

3. Mémoire à court terme

Pour apprendre à mieux mémoriser les choses, vous pouvez faire travailler votre mémoire à court terme. Cette dernière est celle qui intègre des éléments, des phrases, des mots pour une durée de moins d’une minute. La mémoire à court terme est très utile dans la vie quotidienne pour se souvenir, par exemple, d’un numéro de téléphone que l’on vous donne en attendant d’avoir sous la main de quoi noter.

Pour faire travailler votre mémoire à court terme, vous pouvez vous répéter plusieurs fois la chose à retenir. Il est nécessaire que vous restiez concentré sur cette dernière, car ce type de mémoire s’« efface » très rapidement. Par ailleurs, elle ne mémorise qu’un nombre limité d’éléments, qui serait au nombre de sept.

4. Mémoire conceptuelle

Une autre sorte de mémoire vous aidera à mieux mémoriser un texte, vos cours, ou plus simplement les choses de la vie de tous les jours. La mémoire conceptuelle se travaille en prévision du long terme par le biais de concepts, de mots et d’images.

Pour exercer votre mémoire conceptuelle, il est conseillé de beaucoup lire ou d’apprendre un certain nombre de mots par jour.

5. Cartes mentales

Un autre recours pour stimuler la mémoire est les cartes mentales. Elles se présentent sous la forme d’une sorte de plan (ou l’arborescence d’un site Internet) avec différentes idées associées, qui vous permet de rassembler toutes vos connaissances autour d’un sujet. Les cartes mentales ont la particularité de faire travailler le côté « logique » et « imagination » du cerveau et d’être utiles dans la vie quotidienne. Elles font l’objet de modifications et d’évolutions constantes, au fur et à mesure que de nouveaux concepts et idées s’ajoutent.

Pour constituer sa carte mentale, vous devez placer le sujet au centre, peut-être symbolisé par une image pour mieux mémoriser cette dernière. Vous rajouterez ensuite les idées principales, secondaires, etc. Ces idées sont représentées par des mots, concepts ou de phrases assez courtes. Vous pouvez la créer autour de questions simples : qui, quoi, quand, où, combien… Il est possible de la lire dans le sens des aiguilles d’une montre, ou de droite à gauche.

Méthodes mnémotechniques, mémoire à court ou long terme, sémantique, visuelle ou sensorielle : vous disposez de nombreux procédés pour faire travailler cette dernière, qui doit être entretenue pour rester vive.