Applications pratiques de l’autosuggestion

1. Voyons maintenant comment utiliser ces données scientifiques et ces principes dans la vie pratique.

Vous répugnez, par paresse ou par timidité, à faire une chose? Alors surveillez-vous; au lieu de penser à la tentation, fortifiez votre esprit en l’arrêtant le plus souvent possible sur l’image de l’acte qui répondrait à votre intention profonde; car l’esprit, dans son énergie inconsciente, fait le travail. Il accumule de la force pour atteindre le but que vous vous proposez, tandis que vous dormez ou vous livrez à vos occupations journalières. A l’oeuvre! Souvenez-vous qu’il vous faut créer l’image et la maintenir présente pendant que vous opérez la suggestion. Oubliez les obstacles autant que possible. Concentrez votre attention sur la vision de ce que vous voulez être, avoir ou faire. Choisissez vos moments les meilleurs, les plus calmes, et exprimez en vous-même ces affirmations avec vigueur et confiance.

Sommeil ou Réveil à Volonté.

2. Voici des cas typiques de l’influence des idées. La faculté de dormir à volonté est un art précieux. Gladstone, en quittant la Chambre après d’importants débats, pouvait tout oublier par un sommeil immédiat. Napoléon aussi savait dormir à volonté. Pensez à l’économie d’énergie réalisée par un tel contrôle du sommeil. Comparez la force calme qu’il procure à l’agitation de l’homme qui cherche vainement à oublier les soucis du jour. L’un est le roi de sa vie consciente, l’autre en est l’esclave.

Le contrôle du sommeil, dont nous traiterons amplement dans la Leçon XI, quelquefois don naturel, peut s’acquérir. Il y a deux sortes de conditions à observer. D’abord le milieu physique ne doit présenter aucune cause d’incommodité et d’irritation, aucun bruit insolite. Qu’on fortifie ensuite l’esprit par une forte suggestion affirmative telle que: « J’ai bien sommeil », « Je veux m’endormir », « Je dors debout ». II conviendrait d’évoquer des images mentales représentant des états de sommeil, tout en respirant profondément et régulièrement. De prime abord, ces instructions vous paraîtront peut-être futiles; vous aurez l’impression que leur exécution est vouée à l’échec, mais la persévérance amènera vite un tout autre état d’âme, et l’habitude du contrôle commencera à se former.

Rappelez-vous qu’aucune habitude ne se forme immédiatement. Le premier acte engendre l’habitude, mais il est nécessaire de l’accomplir plusieurs fois pour que s’établisse la tendance à le répéter automatiquement. Ne vous laissez donc pas décourager par quelques échecs. Persévérez.

La faculté inverse est de savoir se réveiller le matin à l’heure fixée la veille. Il importe de croire au succès et de rester calme, sinon la connaissance subconsciente que le réveil doit se faire à une certaine heure peut troubler votre sommeil. Si tel était le résultat de vos essais, nous vous conseillerions de vous arrêter. Quelques personnes découvrent qu’en prenant la résolution de s’éveiller une fois à 6 heures du matin, elles n’y réussissent que trop bien. Comme le docteur Savage, le fameux spécialiste des maladies mentales, elles se réveillent pendant plusieurs jours à la même heure sans l’avoir voulu!

Voici l’analyse des résultats obtenus par un grand nombre d’Etudiants Pelmanistes:

Beaucoup s’éveillèrent, soit dix minutes avant l’heure, soit dix minutes après, généralement après. Nous supposons que le réveille-matin imaginaire logé dans le cerveau sonna à temps, mais que quelques minutes s’écoulèrent avant que la conscience normale pût se rendre pleinement compte du fait. Quelques individus ayant décidé de se réveiller à 6 heures, ouvrirent les yeux à 4heures, puis à 4h30, enfin à 5heures et à 5h30. Ces réveils successifs étaient causés par la crainte de ne pas s’éveiller au moment voulu.

Leur Valeur Pratique.

3. Les deux facultés de s’endormir et de s’éveiller à volonté ont une grande valeur pratique en ce qui concerne la santé, l’énergie et la capacité de travail. C’est vraiment un grand avantage que de pouvoir dormir un quart d’heure lorsqu’on vient de finir une journée fatigante, et qu’on a devant soi une longue soirée de travail; car les premières minutes de sommeil sont les plus réparatrices. Un Etudiant de l’Institut Pelman nous écrit: « II m’est arrivé de surveiller des machines pendant deux ans… Je devais, entre autres occupations, remplir un réservoir d’huile et tourner le robinet lorsque le liquide était parvenu à une hauteur déterminée. Un jour où je me sentais particulièrement somnolent (il m’arrivait souvent de travailler fort tard), je décidai de faire un somme. Je savais que la plus petite irrégularité dans le fonctionnement de la machine me réveillerait instantanément, mais comment saurais-je quand il faudrait fermer le robinet? Je me risquai cependant à tenter l’aventure et je m’endormis. Eh bien! Je me réveillai presque à la seconde précise quoique je fusse dans une autre salle. Je continuai par la suite sans jamais m’oublier ».

Ne Combattez pas le Mal Directement.

4. L’un des buts essentiels du Pelmanisme est de débarrasser l’Etudiant des défauts de caractère et des défaillances de travail qui compromettraient sa réussite. A cet effet, c’est surtout l’autosuggestion positive qui doit entrer en action. Après avoir une fois pour toutes compris le danger auquel nous exposent nos travers, il faut les prendre en aversion, n’y penser que pour trouver les moyens de les combattre. Ces moyens trouvés, on doit les appliquer sans plus jamais penser aux défauts à supprimer: il faut au contraire ne fixer son esprit que sur les qualités à acquérir. Pensez au bien, non pas au mal.

Prenez garde en effet que la lutte entretient et stimule l’adversaire, comme elle nous excite nous-mêmes. La tactique la plus sûre, dès qu’elle est possible, est donc de ne pas combattre le mal directement, mais par l’acquisition de la qualité opposée au défaut considéré. On surmonte la peur par la pratique du courage, la paresse par l’habitude du travail.

Règles pour l’Emploi de l’Autosuggestion.

A) L’autosuggestion doit toujours être positive; elle ne doit s’accompagner d’aucune hésitation. Elle ne doit pas être la simple expression d’un désir, et ne porter que sur l’avenir. Ainsi, dès que vous êtes au lit, dites-vous à vous-même: « Ma mémoire s’améliore. Je puis me rappeler et je me rappelle. Demain, elle sera meilleure qu’elle n’est aujourd’hui. Demain, je me remémorerai aisément tout ce que je voudrai. » Répétez ces phrases et d’autres semblables jusqu’à ce que vous vous endormiez réellement. Si le sujet de la suggestion n’est pas la mémoire, mais la timidité, adaptez les affirmations en conséquence.

B) La suggestion doit être accompagnée d’une conviction sincère. Il ne faut pas que vous doutiez des résultats. Si, malgré vos efforts, vous êtes tenté de discuter la valeur de l’autosuggestion, rassurez-vous par suggestion. Dites-vous: « De tels doutes sont absurdes et indignes de moi ». Malgré l’ardeur de la conviction, l’autosuggestion doit être pratiquée avec calme, dans la sérénité que donne la certitude absolue. N’employez pas de formules laissant place au doute.

3) En pratiquant l’autosuggestion, l’esprit doit se concentrer sur la suggestion et ne pas s’amuser à supputer les avantages qui en résulteront. Ces avantages doivent avoir été appréciés auparavant. Même si la formule devient mécanique, ayez toujours une image mentale nette et vive de ce que vous voulez obtenir.

4) L’autosuggestion doit être pratiquée régulièrement. Il ne faut pas que la fatigue vous pousse à l’omettre. Continuez-la jusqu’au moment précis où vous vous endormez.

5) S’il vous est possible de le faire, répétez les affirmations à haute voix.

6) Renforcez l’autosuggestion en la répétant la nuit, si vous vous réveillez.

7) Répétez-la de temps en temps pendant la journée, surtout aux moments les plus favorables, quand vous êtes le plus tranquille.

8) Ne changez pas chaque soir le sujet de l’autosuggestion, mais

gardez le même pendant plusieurs nuits successives. Vous pouvez alors en choisir un autre. Evitez toute concentration de pensée sur une difficulté qui vous inquiète, car de cette manière vous l’accentuez.

Essayez de l’oublier après avoir employé l’autosuggestion. Pensez au succès.

Solution des Problèmes Complexes.

6. Des essais simples vous pouvez passer à des essais complexes: par exemple, persuadez-vous que vous pouvez surmonter une difficulté comme d’assimiler les règles du calcul intégral: ou vaincre l’entêtement de votre voisin qui refuse de vous vendre une boutique, même cher et vous empêche ainsi de vous agrandir; ou faire face à une situation financière pénible. Choisissez le problème qui vous paraît le plus ardu et avant de vous endormir, suggérez-vous que vous pouvez le résoudre et que vous le résoudrez. Faites-le consciencieusement et pratiquez la méthode prescrite, en vous pénétrant de sa vérité et de ses avantages. Il n’y a pas d’aide plus effective pour la formation du caractère. De l’être faible que vous étiez vous faites un homme. Votre défaut est peut-être la méfiance -le regard du blasé sur la vie -rien ne vous semble pur, rien ne vous paraît vrai, vous ne voyez partout qu’hypocrisie. Afin de vous débarrasser d’un tel état d’esprit, cultivez la générosité du caractère, en vous persuadant que vous possédez cette qualité, et en étouffant la tentation d’imputer des motifs intéressés ou méprisables à chaque homme que vous rencontrez. Nous l’avons déjà dit, mais nous ne le répéterons jamais trop: Ne combattez pas le mal directement.

On a inventé, pour faire l’éducation de la volonté, certains exercices déterminés. Ils ne nous semblent pourtant pas très efficaces. Il nous paraît préférable que l’Etudiant fasse d’abord les efforts qui lui seront utiles. Mieux que personne, il connaît ses faiblesses; qu’il essaie donc de les vaincre en mettant en pratique les préceptes exposés dans cette Leçon. Surtout qu’il ne se « crispe » pas dans l’effort. Qu’il le fasse avec calme, avec la certitude de parvenir à se réformer.

Les Questions qu’On doit se Poser.

7. Si vous éprouvez des difficultés à exercer votre volonté, vous trouverez le remède dans les pages précédentes et dans les exercices qui vont suivre. Quelquefois, cependant, il est difficile d’identifier un défaut personnel d’après sa description verbale. En pareil cas, nous recommandons le procédé suivant. Répondez à chaque question posée ci-dessous, non pour nous, mais pour vous-même, afin de vous bien comprendre:

(a) M’est-il difficile de me décider à m’améliorer d’une certaine manière? Pourquoi?

(b) Quelle est donc la difficulté que j’éprouve à exécuter cette décision?

Ce sont là les principales questions: en voici d’autres secondaires:

(c) Un échec occasionnel me décourage-t-il trop et me pousse-t-il au désespoir?

(d) Ai-je bien compris que la volonté ne peut se développer que par une éducation progressive et non par un miracle soudain?

(e) Suis-je réellement déterminé à vaincre?

Faites attentivement cet examen de conscience. Il vous permettra de ne pas vous illusionner sur votre propre valeur. Et c’est là un des premiers pas vers la réalisation de votre personnalité.

reussite_7j_puissance_pensee_positive_L

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *