Assumer la responsabilité de sa vie

Définition :

Prendre et assumer la responsabilité de votre vie procure une sensation de pouvoir et de liberté très agréable. Cela sous- entend également que vous êtes prêt à en assumer toutes les conséquences, positives comme négatives. Cette prise de contrôle peut être source de stress puisque cela part du principe que vous êtes le seul maître de votre vie et que la façon dont vous l’abordez et vous la vivez dépend uniquement de vous et du sens que vous décidez de lui donner.

Comme le résume bien la phrase suivante de Virginia Satir (célèbre thérapeute familiale), le fait d’assumer la responsabilité de sa vie relève de l’abandon d’habitudes et de références sécurisantes.

« Une personne avec une mauvaise estime d’elle-même a développé un style de vie auquel elle s’est habitué. C’est comme un habit familier. Il n’est ni beau, ni confortable, mais il est là, on peut compter sur lui ».

Abandonner cet habit familier nécessite une volonté et un courage important. La peur de l’inconnu, la peur du regard des autres, la peur de ne pas pouvoir ou de ne pas savoir et bien d’autres peurs encore sont autant de raisons qui poussent à ne rien faire et à chercher de bonnes ou mauvaises excuses.

La longueur et la difficulté du chemin ne doivent pas vous faire oublier la beauté et la plénitude de ce qui se dessine à son extrémité. Les plus beaux points de vue ne sont jamais faciles d’accès. Les efforts qu’il faut déployer pour les atteindre participent à leur beauté et à leur valeur.

A ce stade de la formation, j’ai une demande importante à vous adresser. Je n’ai pas besoin de connaître la réponse. Seule la réponse que vous formulerez à vous-même aura de l’importance. Avant de répondre, je vous demande de regarder au fond de vous et de ressentir pleinement la réponse que vous vous donnerez.

Etes-vous prêt à assumer la responsabilité de votre bonheur ?

Dans le cas où la réponse est positive et avant de poursuivre la lecture, je souhaiterais que vous preniez quelques minutes pour fermer les yeux et respirer profondément de manière à ce que vous ressentiez pleinement, en vous-même, les effets positifs de cet engagement et la plénitude qu’il vous procurera. Laissez-vous le temps d’apprécier cet instant privilégié.

Dès le moment où vous vous sentirez prêt, vous pourrez reprendre votre lecture.

La stratégie de prise de responsabilité de sa vie se découpe en 3 étapes successives :

La définition de vos besoins par rapport à vous-même

En apprenant à développer votre niveau de conscience et en développant votre écoute par rapport à vos besoins, vous avez préparé le terrain de cette nouvelle étape. Vous serez pleinement responsable de votre vie lorsque vous aurez défini ce que vous attendez de cette vie et que vous mettrez tout en oeuvre pour atteindre cet objectif.

Vous ne pouvez vous diriger vers quelque chose qu’à condition de connaître ce vers quoi vous allez. En établissant la liste de vos besoins en accord avec qui vous êtes et ce que vous croyez, vous vous préparez à l’exécution de ces actions.

La définition de vos besoins par rapport aux autres

Tout d’abord, il est de la première importance de comprendre que les autres, les personnes qui composent votre environnement personnel ou professionnel, ne sont pas responsables de votre bien-être ou de votre mal-être. De la même manière, ils ne sont pas sensés deviner ou imaginer quelles sont vos attentes. En prenant la responsabilité de qui vous êtes et de vos besoins, vous prenez également la responsabilité d’exprimer ces besoins à votre entourage de manière claire et précise.

La définition de ce que vous êtes prêt à abandonner

Vous connaissez précisément quels sont vos besoins et, lorsque les conditions l’exigent, vous savez demander à l’autre ce qui vous est nécessaire. Cependant, l’autre a toujours la possibilité de refuser d’accéder à votre demande. Votre propre bien-être et équilibre ne doivent pas obligatoirement se construire aux dépens de votre entourage.
Cette troisième étape consiste à accepter l’abandon d’une partie de vos besoins ou à rechercher une autre solution pour les satisfaire. Accepter de lâcher prise ou de faire le deuil de certains besoins sont autant de possibilités d’épanouissement que de « voir » tous ses besoins satisfaits.

Comme l’enseigne la spiritualité orientale, tout est toujours en mouvement. S’attacher ne peut mener qu’à la souffrance puisque ce à quoi nous pouvons nous attacher est appelé a évolué ou à disparaître. En lâchant prise, vous évitez les frustrations et les sentiments d’impuissance ou de « sur place » que peut provoquer un refus ou une impasse.
Prendre le contrôle de sa vie ne signifie pas pour autant qu’il faille assumer la responsabilité de tout ce qui peut survenir. Pour prendre la responsabilité de quelque chose, vous devez impérativement vérifier que tout soit sous votre contrôle. Si vous acceptez la responsabilité d’un objectif et que les moyens pour atteindre cet objectif ne sont pas sous votre contrôle, vous acceptez de remettre les clés de votre équilibre entre les mains de quelqu’un d’autre.

Pour la personne qui est la recherche d’un emploi, elle peut prendre la responsabilité d’envoyer 10 dossiers de candidature par jour ou de contacter quotidiennement par téléphone 5 entreprises. Si, à la fin de la journée, l’objectif est atteint, cette personne ressentira une satisfaction et le niveau de son estime personnelle en ressortira grandi.
En revanche, si cette même personne avait pris la responsabilité d’être engagée, dans la journée, par un nouvel employeur et qu’en fin d’après-midi elle est toujours sans emploi, le niveau de son estime personnelle ne sera certainement pas très élevé et sa motivation pour les jours suivants en danger. En assumant la responsabilité de quelque chose qui n’était pas sous son contrôle, elle s’est mise dans une impasse, source de frustration et de mal-être.

En conclusion, je tiens à vous féliciter et à vous encourager dans votre démarche. Prendre pleinement la responsabilité de soi et de ses actes est un engagement qui mérite d’être fêté. Et si vous éprouvez parfois des difficultés ou de la peur, prenez le temps de vous arrêter, de respirer profondément et de ressentir, à nouveau, les émotions qui vous envahissent lorsque vous vous dites cette phrase :

Je suis prêt à assumer la responsabilité de mon bonheur

Exemples :

Les quelques phrases ci-dessous représentent des situations où la personne qui les dit n’est pas pleinement responsable de sa vie.

« De toute façon, le système est tellement corrompu que ce n’est même pas la peine d’essayer ! » « Quoi que je fasse, je ne serai jamais heureux. »

« Ils me demandent tous ce que je désire faire comme travail. Je ne sais pas et puis ils n’ont qu’à me dire ce qu’ils attendent de moi ! »

« Toute ma vie est consacrée à ma famille. Je ne veux rien si ce n’est leur bonheur. »

« Qu’est-ce que je fais là à me reposer et prendre du bon temps alors les autres pourraient avoir besoin de mon aide. » « Je sais bien que tu es toujours là pour m’écouter mais je n’ai pas envie de t’ennuyer avec mes histoires. »

« Je ne peux pas le changer et c’est cela qui me désole le plus ! »

Exercices :

Grâce à ces exercices, vous allez progressivement développer votre capacité à prendre la responsabilité de votre vie et à atténuer l’inquiétude qui peut en résulter. Dans tous les cas, si vous éprouvez un sentiment de peur ou d’angoisse face à la pratique de ces exercices, sachez que cela est tout à fait normal et constitue un indicateur de votre engagement et de l’utilité des exercices.

Autant que faire ce peut, évitez de repousser ou d’abandonner ces exercices.

Faites la liste de vos besoins

Pour cet exercice, vous utiliserez à nouveau notre désormais fameux cahier compagnon. Cet exercice est à répéter tous les jours de la semaine. Il vous servira comme base de travail pour le deuxième exercice ci-dessous.

Cet exercice se décompose en 2 phases distinctes : Phase 1. Inventaire

L’objectif de cette première phase consiste à faire l’inventaire de vos besoins. Ce dernier peut s’effectuer de deux manières différentes. La première alternative consiste à prendre note de ces besoins au fur et à mesure que vous les découvrez ou que vous en prenez conscience. Comme cela vous a déjà été présenté dans le cadre de la première clé, le besoin, qu’il soit satisfait ou insatisfait, se signale à vous par l’entremise d’un sentiment ou d’une émotion. Par conséquent, à chaque fois que, durant la journée, vous éprouvez un sentiment ou une émotion, identifiez le besoin sous-jacent et notez le dans votre cahier.

La deuxième alternative consiste à prendre le temps du repos et de la méditation. Une fois que vous êtes détendu et en contact avec vous-même, posez-vous les questions suivantes :

o Qu’est-ce qui est important pour moi ?
o De quoi ai-je besoin pour être pleinement celui/celle que je veux être ?
o Quelles sont mes convictions ou mes croyances ?
o De quoi ai-je besoin pour satisfaire/réaliser mes convictions ou croyances ?

Ces questions vous permettront de découvrir vos besoins

Dans cette phase d’inventaire, n’établissez aucune censure ou aucun tri. Chaque jour est un jour nouveau et notez tous les besoins sans chercher à savoir s’ils ont déjà été identifiés auparavant.

Phase 2. Classification

En fin de journée, reprenez la liste des besoins que vous avez établi durant la journée et classez chacun des besoins en fonction des questions suivantes :

o Est-ce que le besoin a déjà été identifié et classifié ? Si oui, indiquez, à côté du besoin déjà classifié, le fait qu’il a été identifié une nouvelle fois. A la fin de la semaine, vous serez en mesure de savoir le nombre de fois qu’un besoin a été identifié.
o Est-ce que la satisfaction de ce besoin est uniquement sous mon contrôle ? Si oui, reportez le dans une colonne regroupant tous les besoins qui sont uniquement sous votre contrôle.
o Est-ce que la satisfaction de ce besoin nécessite une demande à une ou plusieurs personnes de mon entourage ? Si oui, reportez le dans une colonne regroupant tous les besoins qui nécessitent la collaboration ou l’aide d’autrui.

A l’issue de cette classification, vous aurez la liste de vos besoins classés en deux catégories.

Cherchez à satisfaire vos besoins

Le matin du deuxième jour (jeudi), choisissez dans la liste des besoins (voir ci-dessus) celui que vous désirez satisfaire. Le choix dépend uniquement de votre envie et de votre motivation. Une fois le choix effectué, posez-vous les questions suivantes :

· Sur une échelle de 1 (faible) à 10 (fort), quel est mon niveau de motivation à satisfaire ce besoin ? Si la réponse se situe en dessous de 8, choisissez un autre besoin.

· Comment est-ce que je vais satisfaire ce besoin ?

· S’il me manque quelque chose pour atteindre mon objectif (satisfaction du besoin), où puis-je le trouver ?

Pour mener à bien cet exercice et prendre pleinement la responsabilité de votre vie, le plan d’action qui permettra la satisfaction du besoin doit être clairement connu et défini avant de commencer quoi que ce soit. Vous connaissez votre but et vous savez comment l’atteindre.