5 astuces pour mieux mémoriser

Présenter un exposé en classe, faire un discours en public, apprendre ses cours, autant d’actions faisant appel à la mémoire. Afin de mieux mémoriser un texte, il existe différentes méthodes auxquelles vous pouvez recourir.

1. Les méthodes mnémotechniques

Elles font appel à des associations d’idées qui seront évocatrices pour vous. Il est plus facile de le mettre en relation avec un poème, une image ou même un chiffre qui est plus facile à mémoriser qu’un mot. Les méthodes mnémotechniques s’appliquent aussi à un rapprochement entre un terme et un autre dont la sonorité est proche, ou un objet dont la forme est assez semblable ou un son.

En effet, la mémoire joue sur des images, des sons, des odeurs, comme des concepts plus abstraits. Pour que des méthodes mnémotechniques fonctionnent, il faut que cette association ait du sens pour vous : ils peuvent être drôles, ridicules…

Pour se remémorer des sept conjonctions de coordination, on utilise généralement la phrase « mais ou et donc or ni car », qui contient du sens.

2. Comprendre pour mieux mémoriser

Une autre astuce en lien avec les mnémotechniques est de bien comprendre les choses à mémoriser, avant de tenter de les retenir. Comme cela a été évoqué précédemment, on se souvient mieux de ce qu’on a bien compris, en référence à la mémoire sémantique. Pour vos cours, par exemple, assurez-vous de les avoir bien compris avant de les mémoriser.

3. Mémoire à court terme

Pour apprendre à mieux mémoriser les choses, vous pouvez faire travailler votre mémoire à court terme. Cette dernière est celle qui intègre des éléments, des phrases, des mots pour une durée de moins d’une minute. La mémoire à court terme est très utile dans la vie quotidienne pour se souvenir, par exemple, d’un numéro de téléphone que l’on vous donne en attendant d’avoir sous la main de quoi noter.

Pour faire travailler votre mémoire à court terme, vous pouvez vous répéter plusieurs fois la chose à retenir. Il est nécessaire que vous restiez concentré sur cette dernière, car ce type de mémoire s’« efface » très rapidement. Par ailleurs, elle ne mémorise qu’un nombre limité d’éléments, qui serait au nombre de sept.

4. Mémoire conceptuelle

Une autre sorte de mémoire vous aidera à mieux mémoriser un texte, vos cours, ou plus simplement les choses de la vie de tous les jours. La mémoire conceptuelle se travaille en prévision du long terme par le biais de concepts, de mots et d’images.

Pour exercer votre mémoire conceptuelle, il est conseillé de beaucoup lire ou d’apprendre un certain nombre de mots par jour.

5. Cartes mentales

Un autre recours pour stimuler la mémoire est les cartes mentales. Elles se présentent sous la forme d’une sorte de plan (ou l’arborescence d’un site Internet) avec différentes idées associées, qui vous permet de rassembler toutes vos connaissances autour d’un sujet. Les cartes mentales ont la particularité de faire travailler le côté « logique » et « imagination » du cerveau et d’être utiles dans la vie quotidienne. Elles font l’objet de modifications et d’évolutions constantes, au fur et à mesure que de nouveaux concepts et idées s’ajoutent.

Pour constituer sa carte mentale, vous devez placer le sujet au centre, peut-être symbolisé par une image pour mieux mémoriser cette dernière. Vous rajouterez ensuite les idées principales, secondaires, etc. Ces idées sont représentées par des mots, concepts ou de phrases assez courtes. Vous pouvez la créer autour de questions simples : qui, quoi, quand, où, combien… Il est possible de la lire dans le sens des aiguilles d’une montre, ou de droite à gauche.

Méthodes mnémotechniques, mémoire à court ou long terme, sémantique, visuelle ou sensorielle : vous disposez de nombreux procédés pour faire travailler cette dernière, qui doit être entretenue pour rester vive.

Une mauvaise mémoire ? Appliquez ces 5 règles toutes simples qui vont changer la donne !

Comment redonner un bon coup de fouet à votre mémoire, quel que soit votre âge !

Combien de fois par semaine vous arrive-t-il de pester contre votre manque de mémoire ? Que ce soit dans vos études, dans votre activité professionnelle ou même dans la vie de tous les jours :

  • Vous sentez s’accumuler jour après jour un méchant stress, parce que vous perdez régulièrement un temps fou à chercher vos affaires (vos clés, votre portable, votre sac à main, votre manteau, votre liste de courses, etc.)
  • Vous vivez mal le fait d’oublier très rapidement le visage et le nom de personnes rencontrées tout récemment.
  • Vous « zappez » facilement des dates d’anniversaires importants (famille, proche, amis, événements) et vous vous en voulez souvent.
  • Vous êtes incapable de vous souvenir du titre du film ou du livre que vous avez lu tout dernièrement.
  • Votre patron ou vos collègues vous font régulièrement remarquer que vous êtes un peu trop tête en l’air.
  • Pour vous, apprendre et retenir des informations demande un effort quasi surhumain, avec au final des résultats plus que discutables.

Bref, tout ce qui vous impose de solliciter votre mémoire vous pose un vrai problème et vous met plutôt mal à l’aise, c’est bien ça ?

Alors sachez qu’une grosse partie de ces situations embarrassantes peuvent être facilement évitées, quel que soit votre âge. Visiblement, vous ne connaissez pas encore ces 5 règles toutes simples, donc lisez cet article.

Et surtout, arrêtez de croire qu’il n’y a plus rien à faire, que ça fait trop longtemps que ça dure.

Vous vous trompez lourdement.

Mettez au plus vite en pratique ces 5 règles fondamentales. Vous n’aurez pas longtemps à attendre pour ressentir de nettes améliorations au niveau de votre mémoire, mais aussi de votre état général, tant physique que psychologique.

1. Privilégiez ces aliments dont raffole votre mémoire

C’est certainement la responsable majeure de vos problèmes de mémoire, alors surtout ne la négligez pas et suivez ces quelques bonnes recommandations :

  • Consommez quotidiennement des laitages et un peu de fromage à pâte ferme, du germe de blé, des amandes, noix et noisettes, des œufs pour répondre à un apport suffisant en calcium.
  • Faites plus de recettes à base de poisson comme le saumon, la sardine, le hareng, le cabillaud, l’anguille : tous sont très riches en vitamine D et en acides gras essentiels de type oméga 3, pourtant ils sont beaucoup moins gras que la plus maigre des viandes.
  • Pensez à réduire significativement vos portions de viande ou de charcuterie : elles contiennent des graisses saturées néfastes pour votre mémoire certes, mais en plus pour votre santé générale. Puisez le magnésium dans le pain complet, le sel marin non raffiné, les légumes verts, les oléagineux, le chocolat noir avec 70 % de cacao, les dattes.
  • Ne négligez pas non plus la vitamine B, garante d’une solide mémoire : vous la trouverez dans la levure de bière et dans la plupart des aliments précités.
  • De même que la vitamine A, dont regorgent les myrtilles et la carotte. Vous trouverez aussi dans les aliments cités ci-dessus, de très bonnes sources d’acide glutamique, appelé aussi « acide aminé de la mémoire « pour sa capacité à accélérer l’apprentissage, à renforcer la mémoire et à soigner certains cas d’amnésie.
  • Ne bâclez jamais votre petit-déjeuner : évitez absolument café au lait et croissants, surtout au beurre. Idéalement, vous devriez faire un petit repas équilibré avec yaourt, jus de fruit, müesli, oléagineux, pain complet biologique, infusion.
  • Buvez chaque jour au moins 1,5 litres d’une eau faiblement minéralisée (Mont Roucous, Volvic. ou autre…)

2. Dormez suffisamment

Et oui, encore et toujours le sommeil : les études les plus récentes le démontrent : c’est pendant que vous êtes dans les bras de Morphée, que tout s’imprime et que votre mémoire se renforce.

Lorsque vous dormez, les informations que vous avez acquises la veille sont « rejouées », réorganisées et consolidées pour permettre une meilleure restitution le lendemain, ainsi qu’une mémorisation plus durable.

C’est seulement au terme de cette phase de consolidation, que vos informations importantes seront gravées au plus profond de votre mémoire, de façon fiable et dans la durée.

Vous le voyez, si vous êtes du genre à « grignoter » souvent sur votre temps de sommeil, soit entre 6 et 8 heures par nuit, ne vous attendez surtout pas à voir votre mémoire s’améliorer, mais plutôt se dégrader.

3. Développez votre attention et votre intérêt

Vous devez absolument être plus attentif à ce qui se passe autour de vous : Les endroits que vous visitez, les personnes autour de vous, les sons, les odeurs, les bruits…

Entraînez-vous le plus souvent possible à relever un maximum de détails, de cette façon, vous adopterez l’habitude de prêter de l’attention aux choses.

Faites régulièrement ce petit exercice tout simple et qui vous prendra moins de 5 minutes.

Isolez-vous dans un endroit calme puis prenez un objet quelconque au hasard :

  • regardez-le dans ces moindres détails,
  • touchez-le,
  • mémorisez ses formes,
  • ses couleurs,
  • son poids, son odeur,
  • sa température, le bruit qu’il fait, etc.

Une fois que vous l’avez totalement appréhendé, posez-le. Fermez vos yeux et éprouvez mentalement et avec le plus de précision possible, toutes les sensations ressenties juste avant.

4 Stress : le « tue-mémoire » par excellence

Les diverses contraintes de la vie moderne vous imposent un niveau de stress souvent trop élevé ?

Sachez que dans ces moments là, votre organisme fabrique une hormone, le cortisol, unanimement reconnue par les spécialistes comme étant l’hormone du stress.

Vous devez le plus souvent possible vous aménager des petits moments pour vous détendre et lutter contre cette hormone tue-mémoire.

Elle est à l’origine de nombreux dysfonctionnement dans l’organisme et votre mémoire en est une des toutes premières victimes.

Apprenez les techniques de respiration profonde, faites du yoga, de la méditation, écoutez des musiques relaxantes, prenez de longs bains chauds…

Testez ce qui marche le mieux pour vous et pensez à bien vous relaxer dès que vous en avez l’occasion.

5. Entretenez et exercez votre mémoire

Vous devez tenir le même raisonnement pour votre cerveau et votre mémoire, que lorsque que vous entretenez et exercez votre corps pour le rendre plus fort et performant.

  • Remettez vous progressivement à la lecture,
  • Jouez à des jeux impliquant la réflexion et la logique (les échecs ou le jeu de dames),
  • Faites des mots croisés, des mots fléchés, des mots masqués, des exercices psychotechniques,
  • Apprenez par cœur les paroles de vos chansons préférées,
  • Amusez-vous à retenir votre numéro de sécurité sociale, votre plaque d’immatriculation, les numéros de téléphone.

Encore un autre exercice sympa à faire juste avant de vous endormir : refaites-vous le film de votre journée, dans l’ordre chronologique inverse.

Revivez et visualisez mentalement, avec le plus de précision possible, les moments marquants de votre journée en remontant jusqu’à votre lever.

Vous serez étonné de voir que votre cerveau prend moins de 5 minutes pour faire cela et c’est très efficace.

Pensez aussi à intégrer de l’exercice physique, même modéré, c’est essentiel pour irriguer et oxygéner correctement votre cerveau.

Bannissez ou réduisez le plus possible, tabac, alcool et stupéfiants, qui eux ont des effets contre productifs, voire ravageurs pour votre mémoire.

Conclusion

Pour conclure, ne vous limitez pas et cherchez toujours à vous amuser et à vous faire plaisir en choisissant ces nouvelles activités, qui vont revigorer votre mémoire.

Et voilà, maintenant que vous connaissez les 5 règles fondamentales pour avoir une meilleure mémoire, vous n’avez plus d’excuses. C’est à vous de les mettre en application le plus tôt possible.

Vous retrouverez par la ma même occasion un meilleur confort de vie et une plus grande confiance en vous.

Cet exercice est très efficace pour vous aider à développer votre intérêt et votre attention. Chacun sait que l’on retient beaucoup mieux ce qui nous intéresse. En vous entraînant régulièrement avec des choses sans importance, vous aurez rapidement une certaine facilité à mobiliser tous vos sens en cas de besoin.

sante_7J_cerveau_l

Les 5 secrets méconnus pour perdre du poids dès demain

Quand on connaît bien son corps, son fonctionnement, ses sensations et ses réactions, on peut trouver pas mal d’astuces qui permettent de perdre du poids assez rapidement. Dans cet article, je vous en donne 5 parmi les meilleures auxquelles je pense en rédigeant ce billet.

Vous pouvez aussi les considérer comme des pistes à approfondir, puisqu’elles sont représentatives de ce que je considère comme les 3 angles d’attaque pour perdre du poids : l’angle diététique, l’angle psychologique et l’angle physique (le sport).

Idéalement, pour perdre du poids intelligemment et donc efficacement, il faut combiner ces 3 approches complémentaires. En vous acharnant sur une seule de ces approches tout en négligeant les deux autres, vous risquez d’avoir de moins bons résultats. Ou bien des résultats qui ne sont pas durables.

  1. L’astuce pour perdre du poids inconsciemment, avec un simple mètre à mesurer

Les causes d’une prise de poids trop importante peuvent être multiples, mais il faut tout de même admettre qu’il est très fréquent de prendre du poids quand on mange tout simplement trop ! Par habitude, par négligence ou par gourmandise…

Or, une étude a démontré que la taille de l’assiette ou du bol que vous utilisez pour manger, a une influence directe sur la quantité de nourriture que vous ingérez. Par exemple, vous avez tendance à manger davantage dans une assiette grande et profonde et vous buvez davantage dans des verres petits et larges que dans des verres hauts et étroits.

Je parle en détail de cette étude dans cet article.

Ce qu’il faut retenir de ces observations scientifiques, c’est qu’en prenant votre mètre à mesurer et en mesurant la dimension des assiettes et bols que vous utilisez pour le moment dans votre vie de tous les jours, vous saurez quelles devraient être les dimensions des plus petites assiettes et bols que vous utiliserez dorénavant pour vous aider à perdre du poids inconsciemment.

D’autres études montrent également qu’en utilisant une vaisselle rouge, vous aurez tendance à consommer moins d’aliments, et ce, de façon tout à fait spontanée. Le rouge étant associé dans notre culture à une notion d’interdiction, il semblerait qu’elle vous aide inconsciemment à diminuer votre gourmandise.

  1. Comment ne plus manger de cet aliment superflu qui vous fait grossir ?

Il existe un aliment dont votre corps n’a pas besoin -parce qu’il sait le produire lui-même- et qui a par contre un effet désastreux sur votre poids : c’est le sucre.

Le sucre est présent dans beaucoup d’aliments, que ce soit sous forme de cristaux de sucre (le sucre en poudre) ou sous forme d’aliments sucrés, directement ou non.

Dans cette dernière catégorie, je reprends par exemple le pain blanc, qui produit une hausse du taux de sucre dans le sang presque aussi élevée que du sucre pur.

Si vous êtes une sorte d’accro au sucre comme moi je l’étais à l’époque de mon adolescence, je vous conseille de prendre conscience de votre dépendance en supprimant du jour au lendemain toute alimentation sucrée, et ce pendant 3 à 4 jours. Vous verrez : vous sentirez qu’il vous manque quelque chose.

Ensuite, reprenez votre alimentation habituelle et diminuez très progressivement la quantité quotidienne de sucre que vous prenez, de manière à ne pas ressentir un manque de sucre.

Une fois que vous aurez perdu votre goût pour le sucre, vous vous rendrez compte que vous n’êtes plus attiré(e) par les aliments sucrés. Profitez de ce progrès pour ne plus vous réhabituer à manger des aliments sucrés !

Si vous faites cet effort de supprimer les aliments sucrés de votre alimentation, et que vous les remplacez par des aliments qui ne contiennent pas de sucre, vous constaterez normalement que vous avez perdu du poids sans vous en rendre compte…

  1. Commencez la journée en perdant de la graisse !

Une astuce qui ne peut QUE fonctionner consiste à faire du sport le matin avant le petit-déjeuner, quand vous êtes encore à jeun.

Votre corps sera obligé de puiser dans ses stocks de graisse l’énergie nécessaire pour votre effort physique.

Après avoir démarré la journée aussi sainement, rien ne vaut un petit-déjeuner qui vous empêchera, lui aussi, de stocker de la graisse, voire d’en brûler encore davantage.

Pour cela, prenez un petit-déjeuner composé de glucides à l’indice glycémique bas, de protides (jambon de poulet, yaourt ou fromage à 0 % de matière grasse, etc.) et de boissons sans sucre (thé, jus de fruit frais non industriel, café décaféiné, etc.).

  1. Comment brûler votre graisse en mangeant de la graisse.

Vous pensiez que la graisse fait grossir ? Vous vous trompiez. En soi, la graisse ne fait pas grossir. Ce sont les glucides qui font grossir. Et vous grossirez encore plus si vous combinez les glucides et les graisses. C’est pour cela qu’il est important d’éviter les pâtisseries…

Il est vrai que l’excès nuit en tout et qu’il n’est jamais bon de prendre trop de graisses. Mais il est important de prendre conscience que certaines graisses vous aident à brûler votre graisse.

On vous l’a peut-être déjà dit : dans nos sociétés, on consomme beaucoup (trop) de graisses saturées et pas assez de graisses insaturées. Or, les graisses insaturées, notamment les omégas 3, vous aident à brûler vos graisses.

Ces graisses insaturées se trouvent dans les graisses d’origine végétale (huile d’olive, huile de colza, huile de lin, etc.), ou dans leurs graines correspondantes, ou encore dans les poissons.

Soyez donc attentif (ve) à cela : rejetez les graisses animales et surtout les graisses industrielles (graisses hydrogénées), et préférez utiliser des graisses végétales que vous ne ferez pas frire. Mettez-en dans vos salades, ajoutez-y des graines de courges, mangez des poissons (riches en oméga 3), etc. Ce sera bien meilleur pour votre santé ET pour votre silhouette.

  1. Utilisez 3 trucs pour booster vos émotions positives et perdre du poids

Les émotions négatives ont tendance à favoriser votre prise de poids. Par contre, vos émotions positives ont l’effet exactement inverse. Même si vous ne mangez pas davantage lorsque survient une émotion négative, l’accumulation d’émotions négatives peut entraîner une prise de poids.

Vous pouvez avoir une action positive sur vos émotions de différentes manières :

  • En faisant du sport (le sport renforce l’estime de soi),
  • En vous offrant des émotions fortes et positives (s’offrir quelque chose dont on rêve depuis longtemps, un last-minute ou un saut en parachute…),
  • Ou encore en remettant en cause certains mauvais réflexes que vous avez appris durant votre enfance : par exemple, le fait de se consoler en mangeant des friandises plutôt qu’en tentant de s’apaiser d’une autre manière…

Il était indispensable que je parle au moins une fois des émotions dans cet article parce que la résolution des problèmes de poids par la gestion des émotions est une piste intéressante à explorer pour les personnes qui n’arrivent pas à perdre du poids, malgré tous les régimes qu’elles ont fait.

sante_7J_poids_l

La respiration profonde

Découvrez ce cadeau précieux qui a une valeur inestimable

Et puisque je suis à vous indiquer des secrets des Hindous, je vais vous en livrer un qui a une valeur inestimable, car il nous donne le moyen d’augmenter notre santé intellectuelle, morale et corporelle ; notre vitalité entière, par conséquent.

En vous donnant 200.000 euros, je ne vous ferais pas un cadeau plus précieux que la communication de ce secret. Remarquez, toutefois, que si vous déposiez dans un coin les 200.000 euros en question, sans les employer, mon cadeau ne vous servirait à rien. Il en est parfaitement de même de ce secret. Si vous ne mettez pas en pratique le procédé que je vais vous communiquer, il ne vous vaudra rien du tout ; si vous le pratiquez imparfaitement, sa valeur sera toute relative.

Il s’agit tout simplement de la pratique de la respiration profonde. Cela paraît très peu de chose et c’est énorme. Ayez foi en mon affirmation, pratiquez pendant quelques mois consciencieusement et vous m’en donnerez des nouvelles.

Pourquoi bien respirer est-il essentiel ?

Je n’apprends rien à personne en disant qu’un des organes les plus importants de notre corps est l’appareil de la respiration. Il n’en est guère de plus important, car nous pouvons vivre toute une vie sans voir, sans entendre, sans sentir ; plusieurs jours sans manger ; mais nous ne pouvons vivre plusieurs minutes sans respirer.

Or, dans la fièvre de notre vie moderne, nous avons désappris à respirer convenablement.

Notre respiration habituelle est hâtive. Elle ne met en jeu qu’une très petite partie de nos poumons, c’est pourquoi la plus grande partie de ceux-ci s’atrophie souvent. Nous ne pouvons plus que difficilement les remplir complètement d’air ; nous devenons plus ou moins asthmatiques. Or l’air, chacun le sait, est la nourriture la plus précieuse de notre corps.

Avec raison, on se préoccupe de la bonne aération des appartements ; on préconise la vie au grand air. Mais ce n’est pas tout que de disposer de bon air, il faut savoir s’en servir. Or, si on prend la peine d’enseigner aux enfants, qu’il y a quelque 1000 ans, un conquérant du nom d’Alexandre a été qualifié « grand » parce qu’il a guerroyé sans trêve et fait ainsi mourir beaucoup d’hommes, on ne se donne pas celle de leur apprendre à se servir convenablement de leurs poumons.

C’est une des raisons pour lesquelles les nations ont des budgets de guerre si excessifs et que les tuberculeux pullulent.

Que se passera-t-il après quelques semaines d’entraînement ?

Il s’agit d’un système d’entraînement nous habituant à servir nos poumons dans leur totalité. Nous pouvons être assurés que 3 ou 4 mois après que nous aurons commencé à le pratiquer, notre puissance de travail corporel aura doublé, nos facultés intellectuelles triplé et notre énergie morale quadruplé.

Ayons seulement confiance et ne tardons pas à pratiquer cet entraînement soigneusement et consciencieusement. Nous serons récompensés au-delà de nos espérances. C’est par expérience que j’en parle. Les exercices à faire pour maîtriser la respiration profonde

Pour tous les exercices de cet entraînement, nous devons bien détendre tous nos muscles, être assis commodément, la poitrine en dehors, les épaules effacées et la tête élevée, puis, la bouche étant fermée, nous devons respirer exclusivement par les narines, sans bruit, de la manière suivante : aspirer l’air pendant 3 secondes, retenir l’air aspiré dans les poumons pendant 3 secondes, puis l’expirer pendant les 3 secondes suivantes. La respiration entière dure ainsi 9 secondes.

Recommencer immédiatement et cela 65 fois de suite, ce qui fera durer l’exercice 10 minutes. Faire un tel exercice 3 fois chaque jour pendant une première semaine. Les secondes peuvent être remplacées par les pulsations qui seront plus facilement comptées.

La seconde semaine de l’entraînement, on doit faire le même exercice, seulement chacune des opérations d’aspiration, rétention et expiration d’air toujours par les narines, la bouche étant complètement fermée, va durer 4 secondes à la place de 3, ce qui fait durer la respiration 12 secondes et produit 50 respirations entières en 10 minutes.

Chaque semaine nous augmenterons de 1 seconde chacune des 3 opérations de la respiration.

On peut, dès la sixième semaine, remplacer les 3 exercices quotidiens de 10 minutes par un seul durant 20 minutes, mais qui sera porté à 25 et 30 minutes la neuvième et douzième semaine. Il n’y aura pas lieu d’augmenter la durée de la respiration quand elle sera arrivée à une minute, c’est-à-dire à 20 secondes pour chacune des 3 opérations d’aspiration, de rétention et d’expiration d’air.

Pendant toute la durée de cet entraînement, qui gagnerait naturellement à être pratiqué en plein air, il est recommandé de boire une bonne gorgée d’eau aussi souvent qu’on y pense, autant que possible tous les quarts d’heure. Il faut manger modérément aux repas et bien mâcher les aliments.

Les bienfaits de la respiration profonde

L’entraînement de la respiration profonde, qui amène la dilatation complète des poumons, de manière à ce qu’ils servent dans leur entier à la purification du sang, a un effet extrêmement salutaire sur la santé.

La quantité considérable d’oxygène aspiré et maintenu dans les poumons en contact avec le sang, brûle complètement les résidus et matières usées qui sont ensuite éliminées. La composition chimique du corps est régularisée et les germes de maladie détruits.

La réorganisation de notre constitution physique commence aussitôt et nous nous en apercevons par une diminution apparente de nervosité, l’acquisition d’un calme croissant et d’une humeur plus gaie.

Comment augmenter le calme et maitriser vos nerfs par la respiration ?

Le calme et la maîtrise de nos nerfs étant une condition absolue du développement de notre force de volonté, nous pouvons les augmenter encore par l’exercice suivant qui a rapport aussi à la respiration.

Étant assis, le corps bien droit, expirer complètement l’air contenu dans nos poumons, ensuite aspirer l’air profondément par le nez pendant 5 secondes, le retenir pendant 5 secondes en le répandant successivement dans toutes les parties des poumons, puis l’expirer. C’est une sorte de gargarisme des poumons qui peut être répété 3 à 4 fois par jour, chaque fois pendant 10 minutes.

5 conseils pour avoir un ventre plat

Qui ne voudrait pas avoir un ventre plat, surtout à l’approche de l’été, où nous allons nous glisser dans un maillot de bain ? Il n’est pas rare que l’on prenne un peu de poids en hiver, qu’il aille falloir reperdre à la belle saison.

Voici 5 conseils pour avoir un ventre plat :

1. Manger sainement

Le choix des aliments est essentiel pour qui veut perdre du poids, mais aussi pour avoir un ventre plat. Sucres et féculents font grossir, de même que les graisses saturées (beurre, viennoiseries, etc.).

Pour détoxifier l’organisme à la sortie de l’hiver, on privilégiera les aliments légers et digestes, les grillades, les crudités ou les légumes cuits à la vapeur. Une fois venue la belle saison, il n’y a par ailleurs plus de raison de se priver des succulents fruits que le printemps nous réserve, et dont certains sont les alliés de la ligne, en raison de leurs qualités diurétiques : par exemple les fraises et les cerises.

2. Les plantes alliées de la ligne

Les plantes vous aideront à avoir un ventre plat, grâce à leur pouvoir désincrustant, dépuratif et diurétique. Contre les problèmes de rétention d’eau, qui se traduisent souvent au niveau de l’abdomen, privilégiez la piloselle, le thé vierge, les extraits d’ananas (ou l’ananas frais, mais pas en conserve !). Certaines algues ont un effet coupe-faim très utile pour contrôler les petites fringales que l’on rencontre à un moment ou à un autre lors de tout régime.

On choisira aussi les graines de caroube ou le nopal, pour leur capacité à induire un effet de satiété.

3. Un choix judicieux de boissons

La meilleure boisson pour qui veut perdre du poids demeure l’eau, que vous la choisissiez de source, minérale ou du robinet. Il faut en effet veiller à une hydratation optimale du corps, qui aidera à le détoxifier. On peut aussi boire des infusions, mais attention à ne pas les sucrer !

Les boissons du commerce, au contraire, sont trop caloriques, qu’il s’agisse de jus de fruits ou de sodas.

De plus, lorsqu’elles sont gazéifiées, elles contribuent aux ballonnements. Les alcools sont riches en calories, qu’il s’agisse de vin, d’alcools forts ou de bière.

La quantité d’eau à ingérer dépend de l’activité (on boit plus si l’on a une activité sportive intense et que l’on transpire beaucoup) et de la température.

Il faut aussi prendre en compte la teneur en sel des aliments, sachant qu’il vaut mieux les préparer soi-même et les saler moins, pour éviter les phénomènes de rétention de liquides.

4. Tirer parti de la chrononutrition

Selon la chrononutrition, notre organisme se comporte comme s’il avait une horloge intérieure qui régit nos besoins nutritionnels. Il est possible de tirer parti de ce phénomène pour perdre du poids ou pour réguler astucieusement ses apports.

Néanmoins, chacun d’entre nous fonctionne différemment et selon un rythme biologique qui lui est propre. Il vous faudra donc expérimenter un peu pour trouver le vôtre.

Plusieurs types d’applications sont possibles : selon la première, le but du petit- déjeuner, qui doit être vitaminé, est de réveiller le corps et de lui donner de l’énergie ; le déjeuner doit servir à recharger les batteries tandis que le dîner doit préparer au repos.

Une autre application, plus centrée sur la gestion du poids, propose d’absorber un maximum de calories le matin, de manger un peu moins à midi et encore moins le soir, ce qui favorise la récupération nocturne.

5. Pratiquer la respiration ventrale

Nous respirons trop souvent de manière crispée, uniquement au niveau de la poitrine. Il est possible de pratiquer une respiration plus détendue, qui implique tout l’abdomen, la respiration ventrale.

Son principal mérite consiste à mieux oxygéner l’organisme et à nous apporter calme et sérénité.

Néanmoins, elle permet aussi de tonifier les muscles abdominaux et donc de lutter contre les rondeurs ventrales.

Vous le voyez, les moyens pour vous assurer un joli petit ventre plat et tonique ne manquent pas !