COMMENT PRATIQUER LE DRAINAGE INTESTINAL

Votre cure peut durer de 10 jours à 3 semaines. Pendant ce temps, vous devrez éviter ou, au contraire, consommer en priorité certains aliments.

Par ailleurs, vous aurez également tout intérêt à consommer divers aliments ou produits ayant une action laxative douce.

Les aliments que vous éviterez

Ce sont :

– les produits raffinés (durcisseurs des selles) : céréales raffinées, riz, pâtes et pain blancs, farines blanches, etc. ;

– le sucre blanc (raffiné) favorisant la prolifération bactérienne et induisant des fermentations ;

– l’alcool, la bière, les sodas et toutes les boissons gazeuses ;

– la viande, favorisant la putréfaction ;

– le lait, le beurre, le fromage et les produits laitiers ainsi que les graisses animales qui fragilisent la muqueuse intestinale en augmentant sa porosité ;

– les aliments frits, bouillis ou encore passés aux micro-ondes ;

– les huiles raffinées, la margarine.

Les aliments que vous mangerez en priorité

Ce sont :

– les céréales complètes (avec modération) ;

– les fibres végétales : légumes verts et fruits mûrs (de saison et, si c’est possible, issus de l’agriculture biologique) ;

– les graisses non saturées : huiles végétales de première pression à froid (HVPPF d’origine bio) ;

– les graisses oléagineuses : tournesol, lin, sésame, Carthame, amande, noix, etc.

Mangez aussi des aliments draineurs de l’intestin

Les principaux sont :

  • l’huile d’olive (extra vierge, de première pression à froid), que vous consommerez à raison d’une cuillère à soupe, à jeun, le matin, avec le jus d’un demi-citron. Ajoutez-en une cuillerée à soupe le midi sur les crudités, ainsi que le soir, sur la salade ;
  • les pruneaux, les figues et les abricots secs, que vous mettrez à tremper dans un peu d’eau, la veille au soir. Vous en consommerez à jeun le matin. Vous ne boirez pas l’eau qui, trop sucrée, pourrait favoriser la constipation et la fermentation ;
  • le son de blé (de qualité bio), que vous pourrez consommer en comprimés ou sous forme de biscuits, à raison de 1 à 5 cuillerées à soupe par jour avec de l’eau. Contre-indiqué en cas de côlon irritable ;
  • les graines de lin, que vous croquerez, vont lubrifier vos intestins.
  • les graines de psyllium, que vous mettrez à tremper à raison d’1 cuillerée à soupe durant au moins 1 heure dans 1 verre d’eau. Consommez-les à jeun le matin (si le trempage a duré toute la nuit) ou bien encore, entre les repas, 1 à 2 fois par jour. Au cas où le psyllium serait mal toléré, prenez-le au cours des repas.
  • l’huile de ricin, que vous pourrez utiliser mais avec modération.

Remarque : Tous ces aliments draineurs fourniront une évacuation intestinale rapide, un désencroûtement des matières fécales collées à la paroi colique. Ils vous éviteront ainsi la réabsorption des toxines au niveau intestinal.

Ayez aussi recours aux laxatifs, lors du drainage intestinal

  • Le laxatif le plus doux, non irritant, convenant à tout individu, est le jus de pruneau. Ainsi, un verre (15 à 20 cl) pris à jeun, le matin assurera un bon transit, alors qu’en bouteille de 75 cl à 1 litre ingéré à jeun, en une seule fois, aura pour effet de vider l’intestin de son contenu.
  • Le pollen (en pelotes) possède un pouvoir reconstituant réputé si on n’y est pas allergique. La propolis a des vertus antiseptiques.
  • De même, certaines plantes possèdent des vertus laxatives :

– parmi les plus douces, citons : la mauve, le lin (graines), la réglisse, etc. ;

– parmi les plus énergiques (mais irritantes), citons : le séné, le cascara, le nerprun, la bourdaine, l’eupatoire d’Avicenne, le polypode.

Faites une cure combinée argile-charbon de bois

Toujours durant l’étape du drainage intestinal, vous pratiquerez aussi une cure mixte avec l’argile et le charbon végétal. Cette cure débute en même temps que le drainage intestinal et s’étend sur 3 semaines.

Lors du drainage intestinal, la prise de laxatifs est toujours associée à une cure d’argile et/ou de charbon végétal. Ces produits permettent un drainage en profondeur, au niveau tissulaire, des toxines et des bactéries.

La cure d’argile

  • L’argile verte pure se consomme à raison de 2 cuillerées à café (non métalliques) dans un verre d’eau de source, que vous aurez préparé la veille au soir et bu le lendemain matin à jeun.
  • La propargile est un complément nutritionnel à base d’argile, de pollen et de propolis. Il pourra remplacer efficacement la cure d’argile pure. Vous en prendrez 2 à 4 gélules avec un grand verre d’eau, le matin, à jeun.

La cure au charbon végétal

Le charbon végétal se consomme à raison de 3 à 4 cuillerées à soupe dans un verre d’eau, pris le soir, au coucher.

Notez qu’il existe aussi des compléments nutritionnels sous forme de gélules ou de comprimés à base de charbon végétal.

N’oubliez pas les suppléments de vitamine B et de F.O.S.

Dès que le nettoyage intestinal est entrepris, il est important de nourrir correctement les bactéries intestinales en leur fournissant des aliments appropriés ainsi qu’en ayant recours à une supplémentation nutritionnelle en vitamines du groupe B (graines germées, germe de blé, boissons et aliments lacto-fermentés) et en fructo-oligo-saccharides (F.O.S.). Cela, dans le but de maintenir la prédominance des bactéries bénéfiques (état d’eubiose) et d’empêcher la prolifération des bactéries pathogènes.

En ce qui concerne les F.O.S, des études ont montré qu’une supplémentation en F.O.S. favorisait la multiplication de la flore saprophyte. De plus, on savait déjà que les F.O.S. normalisaient le transit intestinal et qu’elles participaient à l’amélioration des lipides sanguins (ex. : cholestérol).

Très important : tenez compte de vos réactions propres

  • Si vous avez tendance à être constipée, consommez des aliments laxatifs tels que : salades vertes, épinards, et ayez recours à certains aliments draineurs (son, figue, etc.).
  • Si vous êtes plutôt de type “colitique”, vous éviterez de consommer des crudités et vous préférerez une soupe épaisse au dîner, préparée avec des légumes riches en fibres, tout en ajoutant à votre alimentation des laxatifs ou draineurs doux (graines de lin, psyllium, etc.).

Une thérapie auxiliaire : le lavement rectal

En comparaison des laxatifs courants, cette méthode n’irrite pas la muqueuse intestinale.

Il est préférable de procéder au lavement le soir et, pour le pratiquer, procédez comme suit :

  1. Utilisez un bock à lavement (2 litres) muni d’un tuyau, d’une canule et d’un robinet. Ajoutez-y une sonde rectale (d’environ 30 cm de longueur) de façon à ce que l’eau puisse aller le plus loin possible dans le côlon.

En pharmacie, il existe aussi des poches à lavements uniques (1,5 litre).

  1. Préparez ensuite le liquide de lavement. Une infusion de camomille romaine, par exemple. Pour l’obtenir :

– Faites infuser 3 sachets ou 10 têtes de camomille durant 10 minutes.

– Puis, laissez refroidir à 35-37ºC avant d’en remplir le bock ou la poche.

Notez que, pour faire l’infusion, il est préférable d’utiliser une eau minérale. Vous pouvez y ajouter 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive (ou de tournesol).

  1. Après avoir introduit la canule ou la sonde dans le rectum, ouvrez le robinet en laissant ainsi s’écouler la plus grande quantité d’infusion possible.
  2. Pendant l’écoulement, respirez amplement. Détendez-vous bien et massez-vous le ventre.
  3. Dès que vous trouverez difficile de garder le liquide, fermez le robinet, arrêtez le lavement et allez évacuer.
  4. Ensuite, recommencez à nouveau en rajoutant à chaque fois de l’eau dans le bock ou la poche, de façon à atteindre au moins 1 litre 1/2.
  5. Après le lavement, lorsque l’on a bien tout évacué, 2 procédés peuvent être utilisés :
  • l’injection rectale d’huile de tournesol (4 à 6 cuillerées à soupe, soit 50 à 60 ml) tiédie (à 35-37ºC) à l’aide d’une poire à lavement, munie d’une canule dont la longueur peut aller jusqu’à 30 cm.

L’huile injectée devra être gardée toute la nuit, si possible.

  • l’injection de jus de blé tiédi (environ 250 ml) obtenu à partir de jeunes pousses de blé broyées. Ce liquide sera retenu si possible 20 à 30 minutes avant évacuation.

Autres précisions

– Le nettoyage intestinal par lavement, effectué à raison d’un lavement par semaine, dure 4 semaines et devrait être mené ainsi :

  • 1ère semaine : 1 lavement de 1,5 à 2 litres.
  • 2e semaine : 1 lavement de 3 à 4 litres (représentant la quantité à supporter avant d’aller évacuer) ;
  • 3e semaine : 1 lavement en début et en fin de semaine atteignant si c’est possible 5 à 6 litres (à garder) ;
  • 4e semaine : 1 lavement de 1,5 à 2 litres.

– En règle générale, le lavement est toujours précédé par l’injection d’une purge à base de laxatifs, la veille au soir, ainsi que le matin du jour du lavement.

sante_7J_intestins_l

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *