Comment rendre votre mémoire efficiente

Les Phases de la Mémoire.

La culture de la mémoire va vous montrer, par un exemple concret, que chaque opération mentale suppose tout l’esprit et ne saurait être éduquée isolément.

La faculté de la mémoire comporte trois phases principales: l’impression, la conservation et la reproduction. Si l’un de ces trois facteurs est altéré, il en résulte pour notre mémoire un défaut correspondant. Accordez-nous, sur ce sujet délicat et de capitale importance, toute votre attention.

  1. Les Impressions.

Il y a deux sortes d’impressions: celles que l’esprit reçoit du dehors et celles qui naissent dans l’esprit même, par la réflexion ou l’imagination. De l’intensité des premières impressions dépend la persistance et la précision du souvenir.

Les impressions extérieures arrivent au cerveau par l’intermédiaire des sens. Elles sont parfois transmises simultanément par un, deux ou plusieurs sens. C’est ce qui se passe, par exemple, lorsque quelqu’un nous adresse la parole : notre cerveau est impressionné à la fois par l’aspect de notre interlocuteur et par le son de sa voix.

En général, les individus sont particulièrement sensibles à une certaine catégorie d’impressions; les uns sont doués d’une sensibilité visuelle extrêmement aigue, et chez d’autres le sens de l’oie prédomine.

Pour recevoir des impressions fortes et d’autant moins effaçables:

1° Concentrez toute votre attention sur l’objet que vous observez;

2° Examinez-le avec curiosité et sous tous ses aspects;

3° Efforcez-vous d’établir un lien entre les diverses impressions qu’un objet donne à vos différents sens;

4° Appliquez-vous à obtenir des impressions nettes exactes, spéciales pour chaque objet;

5° Faites de nombreux exercices d’observation.

Voici une épreuve facile: prenez une feuille de papier et essayez d’y dessiner les chiffres romains qui figurent sur le cadran de la plupart des horloges. Comparez ensuite le chiffre « quatre » tracé par vous avec celui qui est marqué sur le cadran. Une surprise vous attend.

Autre épreuve: essayez de vous rappeler de quel côté sont les boutons d’un veston d’homme et ceux d’une jaquette de femme. Vous courez grand risque de vous tromper, et cependant ce sont là des détails que vous avez sans cesse sous les yeux, mais que vous n’avez pas vus.

Pour faire l’éducation de votre oreille, tâchez de reconnaître de loin les pas de vos amis: notez-en la rapidité, la régularité, la lourdeur.

  1. La Conservation.

La conservation est la deuxième phase de la mémoire. Elle est d’ordre physiologique ou subconscient, et échappe au contrôle de l’étudiant. Toutes les fois que nous avons reçu une impression intense, la survivance du souvenir est presque assurée. Il va de soi que si rien n’est imprimé en nous, rien ne peut être retenu. Lorsque les gens disent qu’ils ont « oublié », ils ont généralement tendance à croire que leur faculté de conservation s’est affaiblie.

C’est une erreur: le mal vient de la première phase, c’est-à-dire de la façon superficielle et confuse dont ils ont fixé les impressions.

On peut acquérir de cette manière une meilleure conservation des souvenirs. Vous oublierez d’autant moins que vous aurez davantage relié l’impression qu’il s’agit de conserver à d’autres connaissances par vous possédées, car vous aurez en celles-ci autant de « stimulants » capables d’éveiller le souvenir. En outre, si à plusieurs vous ramenez devant votre esprit cette impression, avant de vous en détourner pour longtemps, vous aurez plus de chances de la garder à votre disposition.

  1. La Reproduction.

On nomme reproduction ou évocation du souvenir la reviviscence d’une impression reçue et conservée par le cerveau. Bien des gens croient que ce phénomène constitue à lui seul toute la mémoire, alors qu’il n’en est, en réalité, que la troisième et dernière phase.

La facilité de reproduction dépend avant tout de l’intensité de la première impression. Elle dépend ensuite de notre aptitude à tirer parti des lois d’associations des idées que nous exposerons plus tard. On peut se remémorer soit ce qui était lié à une idée à laquelle on pense, soit ce qui ressemble à cette idée.

La reproduction peut être provoquée de diverses manières. Elle l’est parfois par le retour des conditions qui ont produit l’impression primitive. C’est ainsi qu’une idée « oubliée » vous reviendra probablement à l’esprit si vous retournez à l’endroit exact où vous l’avez conçue. Parfois, un seul détail rappelle tout un groupe d’idées: le nom d’un auteur évoque instantanément les événements qu’il a racontés dans ses livres.

Il arrive aussi qu’une idée se relie lorsque son contraire, ou son analogue, se présente à l’esprit.

L’évocation des souvenirs est un cas manifeste de psycho-synthèse. Pour vous remémorer un évènement passé, rien de mieux que de vous replacer dans l’état de sentiment où vous étiez quand l’impression vous est venue. En outre, votre volonté vous sera d’un grand secours en maintenant avec obstination votre esprit dans une certaine orientation jusqu’à ce que le souvenir cherché se représente.

A vous d’utiliser ceux de ces moyens qui vous réussissent le mieux.

Rappelez-vous surtout que vous aurez une mémoire d’autant plus sûre que vous assouplirez mieux tout l’ensemble de votre esprit.

reussite_7J_etablir_harmonie_L

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *