DÉFINITION DE L’HOMÉOPATHIE

  1. La loi de similitude

L’homéopathie s’attaque à la maladie non pas en affrontant les symptômes qui la caractérisent mais en trouvant un remède identique à la maladie elle-même. C’est ce que les spécialistes ont baptisé la loi de la similitude et qui est illustré par l’exemple du remède Apis mellifica, dont la substance de base est l’abeille et qui est employé en cas de piqûre d’abeille justement.

  1. Le terrain

Pour obtenir la guérison, les médecins doivent connaître le terrain du malade, c’est à dire son fonctionnement personnel. En ce sens, l’homéopathie est une médecine très individualisée dans laquelle le caractère, les dispositions physiques, et les antécédents du patient sont considérés comme les clefs du traitement.

  1. La dilution

L’homéopathie agit sur l’organisme grâce à des doses infinitésimales de substances, partant du principe que si le produit est parfaitement adapté au malade, une très faible dose suffira à le soigner. Les dilutions sont plus ou moins importantes, suivant l’effet recherché. Elles sont indiquées en CH, de 1 CH à 30 CH.

CH signifie : centième partie hahnemannienne ou centésimale hahnemannienne, en souvenir de Samuel Hahnemann, le père de l’homéopathie (1755-1843).

Ainsi donc, une première dilution s’obtient-elle à partir d’une macération de la substance choisie dans un mélange d’eau et d’alcool.

Une goutte de cette substance macérée est ensuite mélangée à 99 gouttes d’un mélange d’eau et d’alcool. C’est la dilution 1 CH.

Si l’on prend une goutte de cette dilution 1 CH et qu’on la mélange à 99 gouttes du mélange eau-alcool, on obtient la dilution 2 CH. Et ainsi de suite, jusqu’à 30 CH.

  1. La dynamisation

Chaque préparation obtenue est secouée très énergiquement. Cela provoque une agitation moléculaire qui lui confère son activité thérapeutique. Cette phase est indispensable pour que le produit obtenu agisse sur le patient.

7 jour pour compdre l homeopathie