,

La méditation. Comment?

Il existe différents types de méditation et souvent, leur classement est plutôt difficile vu la variante des pratiques et l’adaptation personnelle de celles-ci.

Principalement, la méditation peut être à portée religieuse, libre, ou empruntant à ces deux courants comme, par exemple, dans le cas d’une méditation libre avec mantras ne visant aucune déité, mais provenant d’un courant religieux.

L’objet de concentration

Le type de méditation est également considéré comme étant l’objet de la concentration. C’est le point focal de votre pratique, qu’elle soit religieuse ou libre, ou qu’elle implique différentes méthodes ou traditions. Voici quelques exemples:

  • Expérience des sens;
  • Souffle;
  • Énergie;
  • Mantra;
  • Visualisation;
  • Flot de pensées;
  • Sentiment de positivité.

Ce qui va beaucoup différencier les types de méditation, outre les méthodes et les multiples écoles de pensées, c’est aussi leur degré d’approfondissement.

En effet, énormément de gens pratiquent la méditation en surface, sans jamais aller au-delà du point focal alors que c’est au-delà de ce niveau de concentration que se trouve la véritable essence de toutes techniques.

C’est au-delà de l’objet de concentration que vous entrerez en véritable méditation et ainsi, accéderez à une perspective nouvelle qui vous guidera vers un parfait état de conscience élevée.

Si vous portez votre attention sur votre respiration en tant qu’objet de concentration, par exemple, vous vous trouvez en surface et plutôt que d’être en état de méditation, vous êtes en profonde relaxation. Cette relaxation va vous apporter énormément de bienfaits, mais oubliera le plus important: votre paix intérieure.

C’est pour cette raison que le point focal de votre concentration, ici la respiration, ne doit être qu’un support et lorsque vous vous sentez confortable et bien en contrôle, vous devez voir plus loin que cette respiration, sentir l’énergie, comprendre cette fonction de l’objet observé, l’acte d’observer, et pénétrer l’observant.

Les 3 aspects de la méditation

La méditation comprend 3 aspects d’importance fondamentale:

  • L’observé (l’objet de la méditation);
  • Observer (l’acte d’observer en lui-même);
  • L’observateur (vous en tant que méditant).

La plupart des techniques de méditation oublient trop souvent que sans travailler ces 3 aspects, il est impossible d’atteindre complètement la plénitude tant recherchée. Car ce n’est pas l’objet de la méditation qui a besoin d’être observé, mais l’observateur en soi.

L’observé ou l’objet de concentration est à la base de la technique ce que l’instrument est au musicien. Autrement dit, il est essentiel à la pratique, mais requiert du temps et de la pratique afin de bien en user, et surtout, l’objet -tout comme l’instrument du musicien- n’est pas la finalité, mais sa base. C’est grâce à votre point focal que vous entrerez en concentration et serez apte à faire taire votre ego.

Puis c’est à partir de là que vous pourrez observer l’acte d’observer votre objet et mieux comprendre le mécanisme de votre esprit ainsi que le fonctionnement du flot de vos pensées. Vous verrez éventuellement l’observateur; vous vous observerez sans juger et lors de cette étape, vous saurez que vous êtes en état de méditation. Évidemment, il n’est pas là question de vous regarder physiquement de manière superficielle ni de prétendre ne pas être l’objet de votre observation, mais de voyager à l’intérieur de vous-même sans porter de jugement, sans ce sentiment d’appartenance face à ce que vous découvrirez; juste vous observer. Comprendre, peut-être. Grandir, fort probablement.

Les différents niveaux de méditation

Afin de bien vous diriger lorsque vous méditez, il est important de savoir à quel niveau de méditation vous vous situez. Peu importe la technique que vous pratiquez, vous vous trouvez à l’un des niveaux de méditation et si vous n’avez pas encore atteint le niveau supérieur, le Samadhi, cela signifie seulement que vous êtes toujours en processus d’apprentissage.

Rare sont ceux qui atteignent cet état mental, même chez les moines, et bien qu’il soit le stade final de la méditation, il n’est aucunement le résultat que vous devez rechercher.

Franchir les différents stades est un énorme apprentissage en soi; résultant d’un travail constant fait sur vous-même et non pour vous-même ni dans le but désespéré d’atteindre l’illumination.

Les niveaux de méditation sont divisés en 5 parties dans lesquelles vous pouvez vous retrouver. Il est commun de naviguer entre un niveau et un autre au cours d’une seule et même méditation; et il est aussi commun de vous sentir alors dans plus d’un niveau à la fois. Par contre, assurez-vous de ne pas penser à cela lors de vos pratiques. Cet outil a été créé pour vous aider et non pas pour perturber vos démarches:

  • Savitarka, le premier niveau de méditation, comprend tous les types de pratiques et signifie de vouer votre attention à l’objet de concentration (expérience des sens, souffle, énergie, mantra, visualisation, flot de pensées et/ou sentiment de positivé) sans toutefois aller au-delà de la méthode;
  • Savichara, le second niveau de méditation, va plus en profondeur puisqu’il vous fait explorer l’objet de concentration dans sa forme plus subtile. Plutôt que de réciter un mantra ou visualiser un mandala, vous les sentez vous habiter. Ce n’est donc plus sur l’objet que votre attention se porte, mais sur les sensations qu’il vous procure;
  • Sananda, le troisième niveau de méditation, est un état mêlant joie et liberté procuré par votre expérience du Savichara. Lorsque vous découvrez l’objet de méditation dans sa forme la plus subtile, vos sens la capteront d’abord, puis l’esprit l’assimilera directement. C’est l’étape Sananda. Votre perception est complètement différente et vous sentez un changement s’effectuer;
  • Sasmita, le quatrième niveau de méditation, est la réponse logique de votre esprit face à cette nouvelle expérience qu’apporte l’étape Sananda. Vous vous savez maintenant dissocié de l’objet de concentration, des sensations qu’il vous apporte, et même de la perception que vous en avez. Vous devenez l’objet et faites enfin face à vous-même;
  • Samadhi, le cinquième et dernier niveau de méditation, est considéré comme étant le niveau supérieur puisqu’il représente un état de méditation pur extrêmement avancé et intimement lié à l’illumination.

C’est l’état d’esprit atteint suite à beaucoup de pratique et de temps où votre ego n’est plus, où il n’y a plus de jugement, de sentiments, ni d’objet de concentration sous aucune forme.

Quelle position adopter pour méditer?

La position est à la base même de la méditation puisque vous resterez de longs moments sans bouger. Il vous faudra vous armer de patience, d’endurance, mais surtout, il vous faudra choisir une posture adaptée à vos besoins.

La méditation peut facilement devenir un vrai supplice si vous n’êtes pas à l’aise. Choisissez votre position en privilégiant son côté confortable sur le long-terme et sa capacité à vous relaxer sans toutefois vous endormir. Il vaut donc mieux opter pour les positions assises plutôt que couchées.

Votre colonne vertébrale doit être parfaitement alignée avec votre tête afin que le poids du corps ne repose pas sur votre cou, mais bien au niveau du pelvis. Vos mains peuvent être –au choix- l’une dans l’autre devant vous ou respectivement sur les genoux, paumes vers le ciel.

Dans les deux cas, les muscles seront relâchés et votre position de méditation ne laissera place à aucune tension désagréable. La position du Lotus est de loin la plus populaire et la plus connue au sein de l’univers de la méditation. Les représentations des différents dieux asiatiques sont d’ailleurs souvent en Lotus. Son avantage le plus grand est sa parfaite stabilité du corps; incitant ainsi l’esprit à se calmer et à être propice à la méditation. D’autres façon de procéder peuvent également être une alternative pour ceux d’entres-vous qui ne sont pas encore assez flexible: la position Burmese et le Semi-Lotus. Bien que moins stable, la Burmese est un bon point de départ en méditation. Éventuellement, avec la pratique, le Semi-Lotus et le Lotus deviendront confortable pour plusieurs.

Finalement, il existe plusieurs façon de méditer; chacune ayant ses avantages. Retenez toutefois que le plus important est d’être confortable dans votre position lors des sessions de méditation.

À quoi servent les mantras en méditation?

En méditation, les mantras jouent un rôle très important puisqu’ils permettent d’atteindre un niveau de concentration élevé très rapidement.

Malgré cela, les mantras ne sont ni obligatoires, ni incontournables. Plusieurs types de méditation optent plutôt pour d’autres supports comme la visualisation ou la respiration.

Un mantra est un son ou une phrase qui, répétée plusieurs fois, aidera le pratiquant à se concentrer. D’après les sons choisis et la technique de méditation en question, l’emphase peut être mise sur l’un ou l’autre des chakras principaux du corps humain.

Le premier et aussi le plus connu de tous est Om, le Pranava mantra. Om est souvent utilisé en méditation comme préfixe ou suffixe à mantras plus complexes, mais il est en lui-même un mantra complet puisqu’il représente le son originel duquel le monde se serait formé. Bien évidemment, le phénomène du Om n’est pas dû au hasard et plusieurs études ont été portées à son sujet; notamment par le Dr. Francis Lefebure (1916-1988), célèbre pour ses études sur le phénomène du phosphénisme.

Dans l’un de ses ouvrages où il analyse le mantra Om, le test de l’oscilloscope cathodique démontre que sa traduction géométrique représenterait un cercle parfait (O) et un carré parfait (M) et signifie donc une résonnance analogique parfaite entre le son et la forme. Cette structure rappelle aussi celle des mandalas; accompagnant les gens dans la méditation.

Bref, même si le mantra est absent dans certains types de méditation ou dans certaines écoles à cause de son historique très spirituel, il demeure un support très puissant.

D’après la technique de méditation que vous pratiquez, assurez-vous que votre mantra est de mise et si possible, ne le récitez que lorsqu’il est approuvé par votre gourou ou professeur.