La Puissance cachée de la fixation d’objectifs. Etape 3

Agissez

Un plan donne forme à votre vœu, l’action lui donne vie. L’étape 1 était de choisir un vœu, l’étape 2 était de dresser un plan pour réaliser votre vœu, l’étape 3 est de prendre les mesures préconisées dans votre plan.

Quand vous agissez, vous mettez les causes en marche. Quand vous mettez les causes en marches, vous êtes récompensé par des effets. Quand vous agissez, vous faites un pas de géant entre penser à votre vœu et le vivre. Vous vous transformez de rêveur en faiseur. Pour faire ce pas, vous devez dépasser l’une des plus grandes forces de la nature : l’inertie.

Quand Janie était à la fac, elle avait décidé de devenir écrivain. Quand elle a fini ses études, elle a obtenu un poste d’infirmière. Durant des années, elle a élevé ses enfants et fait tout ce qu’elle devait faire, sauf écrire. En vieillissant, elle s’est rendu compte qu’elle devait se mettre à écrire ou abandonner son rêve de devenir écrivain. Elle décida de s’en tenir à son rêve, mais cela ne réglait pas son problème : Comment allait-elle faire en sorte qu’elle écrive ?

C’est alors qu’elle se rappela quelque chose qu’elle avait appris en cours de physique au lycée : la loi d’inertie. Un corps en mouvement a tendance à rester en mouvement, un corps au repos a tendance à rester au repos. Elle a commencé à se demander si cette loi s’appliquait au comportement humain, comme elle s’appliquait au comportement des comètes qui s’élancent au-delà du soleil. Et si sont problème était l’inertie ? Et si elle n’avait qu’à passer d’un corps au repos à un corps en mouvement ?

Elle décida de le découvrir. Elle s’engagea à écrire quelque chose tous les jours. Peu importe que ce fût court. Cela aurait pu être une phrase ou deux ou même un seul mot si c’était tout ce qu’elle pouvait faire. Mais bien qu’elle fût occupée, distraite ou fatiguée, elle devait écrire quelque chose tous les jours. Elle se fit la promesse d’essayer de faire ça pendant trente jours et de voir le résultat.

Ça avait fonctionné, elle avait appris l’une des plus grandes leçons de sa vie. L’inertie est la seule grande barrière au succès. Et c’est aussi la plus facile à dépasser. Tout ce que vous avez à faire est d’agir. N’importe quelle action que vous ferez, peu importe qu’elle soit futile, fera l’affaire.

Plus vous vous rendez la tache facile, plus dépasser l’inertie sera facile. Janie s’est tellement facilité le fait d’écrire qu’elle n’avait plus aucune raison de ne pas écrire. Au lieu de faire une grande réalisation elle l’a faite aussi petite que possible. Elle s’est autorisée à ne rien faire de plus que d’écrire quelques phrases à la fois.

Le simple fait d’écrire était ce dont elle avait besoin pour vaincre l’inertie. En écrivant la première phrase, elle est passée d’un corps au repos à un corps en mouvement. Une fois en mouvement, la chose la plus naturelle qu’elle ait eu à faire est de rester en mouvement et continuer à écrire. Elle aurait pu s’asseoir avec l’intention de n’écrire qu’une seule phrase et se lever après avoir fini toute une page.

Vous pouvez surmonter votre inertie de la même façon. Pensez petit. Au lieu d’essayer d’achever votre vœu en un seul jour, concentrez-vous sur une seule étape, la plus petite possible. Une fois que vous agissez (quoi que vous fassiez) vous battrez l’inertie. Vous deviendrez un corps en mouvement et aurez tendance à rester en mouvement. Il vous sera naturel d’entamer alors l’étape suivante, puis celle d’après, jusqu’à achever votre vœu.

Faire la première action

Un voyage de mille kilomètres commence par un seul pas. Votre plan, qu’il soit simple ou compliqué, commence de la même façon.

La première action que vous faites est celle qui surmonte l’inertie, celle qui vous fait passer d’un corps au repos à un corps en mouvement. Faites cette action et vous aurez l’élan nécessaire pour faire l’action suivante. C’est tout ce qui doit vous préoccuper. Vous n’avez pas besoin d’assez d’élan pour finir le plan, mais juste assez pour faire l’action suivante. Alors cet élan vous poussera à faire l’action suivante, puis la suivante, puis la suivante jusqu’à ce que vous ayez achevé votre vœu.

Le secret de cette première action est de la rendre si simple que vous n’aurez aucune raison de ne pas la faire. Par exemple, si votre vœu est de devenir un batteur professionnel, dites-vous que vous allez juste pratiquer quelques notes. Si vous voulez un nouveau poste, dites-vous que vous allez juste mettre à jour la première ligne de votre CV. Si vous voulez devenir un acteur, dites-vous que vous allez juste regarder des films pour voir comment les acteurs professionnels s’y prennent.

Vous ne pourrez jamais finir ce que vous n’avez jamais commencé. Plus la première action sera simple, plus vous aurez de chances d’arrivez à la dernière, celle qui achèvera votre plan et réalisera votre vœu.

Prendre de nouvelles habitudes

Les actions les plus faciles à faire sont celles que nous faisons par habitude. La façon la plus simple de vous accorder un vœu est de transformer en habitudes les actions que vous devez accomplir.

Vous pouvez créer de nouvelles habitudes de la même façon avec laquelle vous avez créé les anciennes, à travers la répétition. Chaque habitude que vous avez a été créée en faisant quelque chose encore et encore jusqu’à ce que ça devienne une seconde nature. Pour créer de nouvelles habitudes, tout ce que vous avez à faire est d’appliquer le même principe.

Supposons que votre vœu soit de marcher tous les matins pour vous remettre en forme mais que vous ayez du mal à abandonner votre rituel matinal (votre habitude) de lire le journal. Ce dont vous avez besoin est d’une nouvelle habitude pour remplacer l’ancienne. Pendant trente jours, marchez au lieu de lire le journal. Au début, vous vous sentirez mal à l’aise car votre ancienne habitude aura encore une emprise sur vous. Mais au bout de deux ou trois semaines, vous commencerez à trouver plus naturel de marcher le matin que de lire le journal.

Si vous essayez et que vous ne sentez pas la nouvelle habitude prendre, c’est que vous avez sauté des jours. Cela ne marchera pas. Vous ne pouvez pas vous permettre de sauter un seul jour. Si vous le faites, votre élan sera réduit à zéro et vous devrez alors tout recommencer dès le début. Durant ces trente premiers jours, si vous sautez un seul jour, vous devrez alors remonter votre comptage à zéro. Et cette fois, ne ratez pas un jour. Au bout du trentième jour, vous vous serez donné une nouvelle habitude.

Le plan des trente jours

Vous pouvez faire de n’importe quoi une habitude si vous exécutez le plan des trente jours. Tout ce que vous avez à faire c’est de décidé quelle nouvelle habitude vous voulez acquérir puis de consentir à pratiquer cette nouvelle habitude tous les jours durant trente jours. Si au bout de trente jours vous n’êtes pas satisfait du résultat, renoncez.

Assurez-vous d’inclure dans votre agenda de pratiquer cette nouvelle habitude tous les jours puis suivez votre agenda. Ne vous laissez pas sauter des jours à cause des weekends, des vacances, d’une maladie qui ne vous rend pas invalide ou parce que vous deviez quitter la ville. N’acceptez aucune excuse pour rater un jour. Si vous sautez quand même un jour, recommencez tout dès le début.

La magie du plan des trente jours c’est qu’il minimise votre résistance naturelle au changement. Vous n’exigez pas de vous-même d’abandonner quelque chose, vous voulez simplement essayer quelque chose de nouveau pendant un moment. Vous pouvez supporter quasiment tout si c’est temporaire. Après trente jours, si vous n’êtes pas satisfait de votre nouvelle habitude, vous êtes libre de reprendre l’ancienne. Mais il est plus probable que votre nouvelle habitude vous paraitra plus confortable que celle qu’elle remplace.

Les affirmations

Même si nous détestons d’avoir à l’admettre, nous nous parlons à nous-mêmes. Encore plus fort, nous écoutons. Les psychologues appellent cela affirmation. Cela veut dire que : Si vous vous dites quelque chose assez souvent, vous finissez par le croire.

La plupart d’entre nous sont assez forts pour affirmer leurs défauts. Par exemple, nous renversons une boisson dans une fête et disons « Je suis désolé… Je suis vraiment lourd maladroit ». Nous oublions d’apporter des papiers importants à une réunion et disons « J’oublierais ma tête si elle n’était pas accrochée ! »

Nous n’avons pas à n’affirmer que nos défauts, nous pouvons affirmer nos forces aussi. Nous pouvons même affirmer des forces que nous n’avons pas encore pour les développer et en faire des habitudes.

Par exemple, si vous voulez devenir de ces personnes qui sautent du lit tous les matins à six heures, vous pouvez vous dire : J’adore me réveiller tous les matins à six heures, frais et revigoré pour toute la journée. Si vous êtes un vendeur et que vous voulez apprendre à aimer prospecter de nouveaux client dites-vous : J’adore prospecter de nouveaux clients.

J’ai utilisé les affirmations pour créer toutes sortes d’habitudes utiles. Par exemple, je détestais parler en public. J’évitais de m’adresser à un groupe autant que possible. Au bout de plusieurs années à cacher ma tête dans le sable, j’ai réalisé que je n’allais jamais obtenir de la vie ce que je voulais si je n’apprenais pas à apprécier de parler en public. Ce n’était pas assez pour moi de simplement parler en public, je voulais apprendre à le faire avec plaisir, alors j’ai conclu ce marché avec moi-même :

Durant trente jours, au moins dix fois par jour, je consentis à me dire : J’adore parler en public. Je consentis à le dire avec une conviction venant du fond de mon cœur et qui ne laisse place à aucun doute. Au bout des trente jours, si je déteste encore avoir à parler en public, je m’autorise à m’attacher à cette habitude pour le restant de mes jours.

En une semaine, j’ai commencé à aimer me répéter cette affirmation. En deux semaines, j’ai commencé à attendre avec impatience de le dire. Au bout des trente jours, je me suis surpris à chercher des occasions pour parler en public. A chaque fois que j’en trouvais une, je m’entendais dire : J’adore parler en public ! Mon affirmation s’est réalisée et cela m’a permis de faire un bond en avant dans ma vie.

La première étape pour créer une affirmation est d’être certain qu’elle suit vos valeurs. Si vous avez le sentiment qu’elle est immorale ou indésirable, cela ne fonctionnera pas. L’étape suivante est de suivre le même processus que celui de rendre votre vœu présentable. Soyez précis. Affirmez ce que vous voulez et non pas ce que vous ne voulez pas. Parlez au présent. Donnez-lui un impact émotionnel intense.

Le dernier point est le plus important. Le vrai pouvoir des affirmations vient de la profondeur avec laquelle vous les ressentez et non pas du nombre de fois que vous les dites. Vous voulez un contenu émotionnel et non pas répéter pour répéter. Mais comment ressentir de l’émotion à propos de quelque chose que vous ne croyez pas vraiment ?

Ne vous souciez pas du fait que vous croyez ou non à une affirmation, souciez-vous du fait que vous voulez y croire. Si vous voulez y croire (si vous voulez intensément y croire) et que vous vous le répétez avec la même intensité, alors vous allez vite commencer à y croire, de la même façon avec laquelle vous avez fini par croire tout un tas de bêtises négatives à propos de vous-même. Si vous devez de toutes les façons vous remplir la tête de propagande, pourquoi ne pas choisir de la remplir avec de la propagande servant un but utile ?

Se donner le temps de réussir

Vous avez votre vœu, vous avez votre plan et vous agissez comme il est nécessaire pour réaliser votre vœu. Maintenant, tout ce que vous avez à faire c’est lui donner le temps.

Il existe deux sortes de temps. La première est mesurée par le nombre d’heures que vous êtes prêt à passer à faire une tâche durant une seule journée. Nous l’appellerons le temps vertical. La seconde est mesurée par le nombre de jours que vous êtes prêt à consacrer à une tâche pour l’achever. Nous l’appellerons le temps horizontal. Le temps vertical a pour maximum 24 heures car c’est le temps que dure un jour. Le temps horizontal a pour maximum une vie entière. D’après vous, quel est le temps le plus puissant ?

Quelques tâches nécessitent du temps vertical. D’autres nécessitent du temps horizontal. Choisir le bon type de temps pour un travail c’est en faire la moitié. La plupart des gens voient leur vœu comme s’ils réparaient une digue sur le point de lâcher face à leur maison. Mais la plupart des vœux sont comme entretenir un jardin plutôt que de réparer une digue. Vous pouvez mieux accomplir l’essentiel de ce que vous voulez accomplir dans la vie, et en y prenant du plaisir, si vous prenez le temps de le faire au lieu d’essayer de tout faire à la fois.

Malheureusement, le rythme effréné de la vie nous oriente vers la mauvaise direction. La précipitation est devenue une fin en soi. Nous préférons travailler fiévreusement sur un projet pendant quelques jours que régulièrement sur plusieurs semaines. Nous préférons devenir riches tout de suite que tout doucement. Et c’est là que nous ratons les plus belles opportunités.

Il est plus difficile de devenir riche rapidement que de devenir riche doucement. Il est plus difficile d’accomplir quelque chose d’important sur quelques jours que d’accomplir la même chose sur quelques mois. Quand vous essayez de trop bûcher durant un jour, ou plusieurs jours, le temps joue contre vous. Mais quand vous répartissez vos efforts sur le temps, il est à vos côtés.

Consacrez même quelques minutes par jour à un projet, et au bout d’un nombre suffisant de jours, vous pourrez accomplir quasiment n’importe quoi. Ne vous souciez pas du temps que cela va vous prendre, ce n’est qu’une autre façon de faire dérailler vos rêves. Si vous travaillez votre vœu au fur et à mesure du temps, il se réalisera au fur et à mesure du temps.

Trouver le temps

Comme il a été dit plus tôt, le succès est une question de temps, même quelques minutes par jour. Il est possible que vous ayez l’impression de ne pas avoir beaucoup de temps. Il est possible que vous vous sentiez pressé, même écrasé par le rythme de la vie. Il est possible que vous vous demandiez : Comment vais-je trouver le temps de travailler sur mon vœu dans un emploi du temps comme le mien ?

Ce n’est pas la bonne question à vous poser. Au lieu de commencer par votre emploi du temps et d’essayer de travailler sur votre vœu, commencez par votre vœu puis essayer de travailler sur le reste des activités dans votre agenda. Quitte à donner moins de temps à quelque chose, autant que ça soit les choses en bas de la liste des priorités, pas celle du haut. Apportez ce changement à la façon avec laquelle vous passez votre journée (faites les choses importantes avant de vous occuper d’autre chose) et vous constaterez que votre agenda prend la forme d’une vie, plutôt que de voir votre vie prendre la forme d’un agenda.

Se faire aider par les autres

Vous seul êtes responsable de réaliser vos vœux. Vous seul devez faire que les choses arrivent. Vous seul faites ou défaites votre succès. Mais les autres personnes sont l’une de vos ressources les plus importantes.

Quelques soient les efforts que vous fournissez, vous pouvez les multiplier en mobilisant l’aide des autres. Les autres ont des ressources que vous n’avez pas : un point de vue différent, des idées différentes, des compétences différentes, des expériences différentes, des contacts différents. Quand vous mobilisez les autres dans votre cause, leurs ressources deviennent les vôtres.

Les gens que vous connaissez déjà peuvent vous aider à demander de l’aide à pratiquement n’importe qui dans votre pays. Par exemple, supposons que vous soyez un lycéen et que vous vouliez demander une faveur au président de votre pays. D’abord, vous devez parler à quelqu’un que vous connaissez : un prof, le principal du lycée, un entraineur ou peut-être même le patron de votre job d’été. Supposons que vous ayez choisi de parler au parton. Il y a de fortes chances qu’il connaisse quelques personnes influentes de votre communauté. L’une d’elles pourrait connaître un membre d’un ministère qui vient de votre région. Vous pouvez être sûr que cette personne a assez d’influence pour passer un coup de fil à votre président.

Votre plan d’action pourrait être de demander au patron, de demander à une personne influente, de demander au membre du ministère, de demander une faveur au président en votre nom. Quatre étapes et vous y êtes. Si vous pouvez aborder le président avec autant de facilité, vous pouvez aborder n’importe quelle personne que vous voulez aborder.

Penser à quelqu’un qui pourrait vous aider à réaliser votre vœu. Si vous voulez obtenir le poste de vos rêves, il faut aborder la personne qui recrute. Si vous voulez devenir un acteur célèbre, vous devez aborder un producteur de films. Si vous avez écrit un livre, vous devez aborder un éditeur. Pensez à la personne qui peut vous aider à réaliser votre vœu, puis penser à une façon de la contacter à travers les gens que vous connaissez déjà.

Les gens peuvent vous aider de nombreuses façons. Ils peuvent vous donner des conseils, des instructions, de l’argent, leurs réactions, des contacts et du soutien moral. Ils font la différence entre le succès spectaculaire et l’échec solitaire. Ils peuvent vous donner tout ce dont vous avez besoin pour réaliser votre vœu. Mais il y a un hic : Si vous voulez de l’aide, il faut la demander. Quand vous le faites, il est possible que vous ayez envie de tricher un peu. Voici une stratégie en cinq étapes pour obtenir un oui plutôt qu’un non quand vous demandez quelque chose.

  1. Demandez quelque chose de précis.

La meilleure façon d’aider quelqu’un à vous aider est d’être précis dans ce que vous demandez. Si la personne qui doit vous aider ne sait pas exactement ce que vous voulez, comment pourrait-elle vous aider ? D’ailleurs, si vous-mêmes ne savez pas ce que vous voulez, comment allez-vous le demander ?

Soyez précis. Si vous demander de l’argent, demandez exactement le montant dont vous avez besoin et quand. Si vous demandez à être présenté à quelqu’un, précisez qui, pourquoi, et ce que la personne qui doit vous aider doit dire en votre nom. Si vous demandez un conseil, demandez à la personne qui doit vous conseiller une solution précise à un problème précis. Si vous n’êtes pas précis à propos de ce que vous demandez, vous ne l’aurez pas.

  1. Demandez à la bonne personne.

Avant de demander quelque chose, posez-vous d’abord cette question : Cette personne peut-elle me donnez ce dont j’ai besoin ? Si la réponse est non alors trouvez quelqu’un d’autre qui le peut.

Si vous voulez de l’argent, demandez à quelqu’un qui peut vous en procurer ou vous aider à en obtenir. Si vous voulez une promotion ou un nouveau poste, demandez à quelqu’un qui peut vous augmenter, vous embaucher ou vous mettre en contact avec quelqu’un qui le peut. Si vous voulez vendre quelque chose, demandez à quelqu’un qui peut l’acheter. Quand vous prenez la peine de demander quelque chose, faites en sorte que ce soit à quelqu’un qui peut vous l’obtenir.

  1. Faites que cela soit digne d’intérêt pour la personne à qui vous le demandez.

Les gens peuvent vous aider par amour, par compassion, mais il est certain qu’ils vous aideront par intérêt personnel. Si vous voulez que quelqu’un vous aide, faites que ça soit digne de son intérêt.

Quand vous demandez quelque chose, la question la plus susceptible de passer par l’esprit de la personne à qui vous le demandez est : Que pourrais-je en tirer ? La réponse que vous donnerez à cette question sera très déterminante dans la décision de la personne de vous aider ou pas. Si vous trouvez le moyen d’apporter quelque chose à la vie de cette personne, elle sera enthousiaste à apporter quelque chose à la vôtre. Si vous trouvez un moyen de lui rendre service, vous serez impressionné de voir à quel point elle sera prête à vous rendre service de bon cœur. Vous n’aurez pas à la convaincre, ni à la persuader, ni à la forcer. Vous n’avez qu’à faire en sorte que cela soit digne de son intérêt. Le reste viendra tout seul.

  1. Soyez sincère

Je n’ai pas dit faites semblant d’être sincère, j’ai dit soyez sincère. La question n’est pas de savoir quelle impression vous donnez, mais là question est de savoir ce que vous ressentez. Voulez-vous vraiment obtenir ce que vous demandez ? Si la réponse est non, comment pouvez-vous vous attendre à ce que quelqu’un vous le donne ? Etes-vous convaincu de ce que vous voulez ? Si la réponse est non, la personne à qui vous demandez de l’aide ne sera pas convaincue de vouloir vous la donner.

A chaque fois qu’il y a un conflit à l’intérieur de vous, il se reflètera à l’extérieur. Cela poussera les gens à vous fuir plutôt qu’à vous aider. Si vous avez des doutes à propos de ce que vous voulez, essayez de vous convaincre vous-même avant de convaincre les autres. Ainsi, quand vous serez sûr de ce que vous voulez, vous pourrez le demander sincèrement avec une conviction absolue. Plus vous êtes convaincu de ce que vous voulez, plus vous êtes susceptible de convaincre quelqu’un d’autre de vous aider à l’obtenir.

  1. Continuez à essayer jusqu’à obtenir ce que vous voulez.

Quelques personnes entendent le mot non et abandonnent. D’autres entendent non et se disent qu’ils ont juste besoin d’un marteau plus gros. Quand ils en trouvent un, ils continuent à battre jusqu’à obtenir un oui. Aucune de ces deux approches n’est recommandée.

Si ce que vous faites ne fonctionne pas, essayez autre chose. Vous n’avez pas besoin d’un plus gros marteau, vous avez besoin d’une clé, celle qui ouvre le cœur de l’autre.

Peut-être n’avez-vous pas encore posé la bonne question. Peut-être n’avez-vous pas fait que cela soit digne de l’intérêt de la personne. Peut-être n’avez-vous pas été assez précis. Peut-être n’avez-vous pas été sincère. Quelque part le long de la ligne, vous avez dû négliger quelque chose que vous deviez faire pour pousser la personne à vous aider. Alors essayez autre chose. Ou quelqu’un d’autre. Et continuez à essayer jusqu’à ce que vous obteniez ce que vous voulez. Si vous continuez à essayez jusqu’à obtenir ce que vous demandez, vous aurez toujours ce que vous demanderez.

reussite_7J_nouveaux_objectifs_L

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *