Prendre contact avec soi

Définition :

Dans le terme « confiance en soi », il y a le mot « soi » qui vient du verbe ETRE. Pour développer le niveau de confiance que vous avez en vous-même, vous devez tout d’abord vous (re)connecter avec vous-même et découvrir ou redécouvrir qui vous êtes et quels sont vos spécificités ou particularités. Pour avoir confiance en vous, vous devez d’abord vous accepter et. Pour vous accepter, vous devez vous connaître et, pour vous connaître, vous devez posséder de vous-même une image qui soit nette et dénuée de toute interférence héritée du passé.

A sa naissance, le bébé ne sait pas qui il est et à quoi il ressemble. Peu à peu, au fur et à mesure qu’il grandit, il prend conscience de son corps et il découvre qui il est. Cette découverte s’effectue le plus souvent par l’entremise des miroirs/images que son entourage lui renvoie. Ce bébé grandit pour devenir enfant, puis adolescent et, pour terminer, adulte. Tout au long de son développement, il se construit une image de lui-même. Une partie de cette image est basée sur son expérience subjective personnelle et une autre partie est basée sur l’image subjective que son entourage lui renvoie. En conséquence, l’image que vous avez de vous-même est une production mentale qui est basée, pour une partie au moins, sur des miroirs déformants qui vous ont été malencontreusement tendu. L’objectif de cette clé est que vous repreniez progressivement contact avec vous-même en étant conscient qu’une partie de l’image que vous avez de vous-même ne reflète pas la réalité mais uniquement le résultat d’une perception faussée.

Le dialogue interne que vous entretenez avec vos voix intérieures est le produit de l’image que vous avez de vous-même. Si vous avez facilement tendance à utiliser les phrases présentées dans la section suivante (exemple) pour définir votre propre image, cela signifie que cette clé va vous permettre de faire un grand pas en avant.

« La carte n’est pas le territoire ». Cette phrase signifie que l’image que vous avez de vous-même n’est qu’une représentation partielle et, par extension, sujette à erreur de qui vous êtes vraiment. Par exemple, une carte routière donne une image du territoire en se concentrant sur les routes carrossables alors que l’image du même territoire donnée par une carte géologique sera très différente puisque l’accent sera porté sur le sous-sol et ses caractéristiques.

En changeant l’approche que vous avez de vous-même ou en envisageant les événements sous un angle différent, vous vous construirez une image de vous-même qui sera automatiquement différente. Reprendre contact avec soi consiste à appréhender notre image sous un éclairage nouveau et positif.

Il est important que vous sachiez que vous avez la possibilité de programmer vos pensées et, par conséquent, d’influencer vos émotions et vos comportements. Ce n’est absolument pas réservé à une élite mais bel et bien accessible à toutes et tous. En changeant simplement votre perception du territoire (réalité) et en modifiant votre discours, vous avez la possibilité de reprendre contact avec la partie de vous-même dont vous êtes fière et qui est source de confiance.

Selon la sagesse ancestrale des Toltèques qui est concentrée en quatre accords (quatre accords Toltèques1), la liberté personnelle et le vrai bonheur dépend de ces quatre accords fondamentaux :

  1. Que votre parole soit impeccable
  2. Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle
  3. Ne faites pas de suppositions
  4. Faites toujours de votre mieux

Le premier accord, qui nous intéresse plus particulièrement dans le cas présent, vous demande d’utiliser la puissance de la parole uniquement avec un objectif d’amour et de vérité. Il spécifie également qu’il faut éviter d’utiliser la parole contre soi-même ou pour médire autrui. Prenez l’habitude de vous parler à vous-même avec une parole qui soit impeccable. Dans ce contexte, le terme impeccable signifie que votre parole doit être dénuée de tout jugement ou de toute critique. Une parole qui soit inconditionnellement positive et constructive. Ayez pour objectif d’être, pour vous-même, votre plus fidèle allié.

Avec la première clé, vous avez développé votre niveau de conscience et découvert vos besoins. Avec cette deuxième clé, vous reprenez contact avec qui vous êtes vraiment sans pour autant vous cacher la vérité puisque votre conscience est bien présente pour vous éviter tout travers condescendant par rapport à vous-même. Avoir une parole impeccable et prendre contact avec la partie de vous dont vous êtes fier ne signifie nullement que vous deviez éviter ou ignorer les parties plus sombres. Malgré cela, le succès et la progression se fondent sur les points forts et les capacités. Pour rehausser le niveau de confiance que vous avez en vous-même, vous aurez nettement avantage à prendre appui sur vos forces en lieu et place de vos faiblesses.

Le mental ou esprit est indissociable de la partie physique. En acceptant d’accorder la même importance à votre partie physique (votre coeur, votre ressenti) qu’à votre partie mentale (raisonnement, analyse), vous vous donnerez également la possibilité de vous reconnecter avec une partie de vous-même qui est (trop) souvent ignorée. La civilisation occidentale et l’école donnent une place centrale à l’analyse et à l’interprétation et conditionnent les enfants à se déconnecter de leur partie physique. Celle-là même qui leur avait permis d’établir leur premier contact avec le monde (odorat, toucher, goût, etc.). En vous reconnectant avec cette partie de vous même, vous redécouvrirez progressivement une nouvelle facette de votre identité.

Pour discerner et comprendre la complexité de la nature humaine, il est possible de la décomposer en niveaux appelés niveaux logiques2. L’empilement de ces niveaux complémentaires permettent de faire un tout complet. L’image négative que vous pouvez avoir de vous-même peut provenir d’une confusion entre ces différents niveaux.

TRANSPERSONEL A quoi est-ce que je me rattache de plus vaste ?
IDENTITE Qui suis-je ?
CROYANCES & VALEURS A quoi est-ce que je crois ? Quelles sont mes valeurs ?
CAPACITES – STRATEGIES De quoi suis-je capable ?
COMPORTEMENTS Qu’est-ce que je sais faire ?
ENVIRONNEMENT Où ? Quand ?

Cette grille peut se lire de haut en bas ou de bas en haut. Elle vous permet de découvrir, par exemple, que votre identité ne se situe pas au même niveau que vos comportements. Ce n’est pas parce que vous n’êtes pas capable de faire quelque chose (comportement) dans un certain environnement que vous êtes incapable ou bête (identité). Lorsque vous vous donnez une certaine image de vous-même, veillez à toujours vérifier que vous ne mélangez pas les niveaux et que les éléments comparés pour forger cette image peuvent vraiment être comparés sur un pied d’égalité.

Exemples :

Les phrases ci-dessous sont des exemples de paroles caractérisant une image de soi négative. En apprenant à identifier les discours internes (ce que vous vous dites à vous-même) porteurs d’une charge négative, vous identifierez les possibilités de changement et d’amélioration.

« Tu es vraiment trop maladroit »

« Tu n’as de nouveau pas respecté ta parole. Tu ne changeras donc jamais ! » « Avec ces kilos en trop, comment veux-tu que quelqu’un aie envie de toi ? »

« Encore ces mains moites et cette peur de parler. Tu n’arriveras donc jamais à combattre cette timidité maladive ? »

Dans le même ordre d’idée, il y a les phrases que vous dites à d’autres et par l’entremise desquelles vous donnez une image de vous-même dégradée et réductrice.

« J‘ai encore besoin de vous/toi car j’ai un problème avec cet ordinateur. Je suis vraiment trop bête, je n’y arriverai jamais. » « J’ai encore échoué dans ma tentative de régime. Tu as/Vous avez raison de penser que je n’y arriverai jamais ! »

« Je ne peux malheureusement pas répondre à ta/votre question. Vraiment, ma connaissance est très limitée »

Exercices :

Par ces exercices, apprenez à développer une parole impeccable par rapport à vous-même. Découvrez l’être fantastique et plein de ressources que vous êtes. Rappelez-vous que c’est sur les forces et les capacités que vous pourrez progresser. Ce n’est pas en cherchant à approfondir vos faiblesses que vous atteindrez vos buts et que vous développerez votre niveau de confiance en vous.

Faites l’inventaire de vos forces et capacités

Reprenez le petit carnet que vous avez commencé à remplir à l’occasion de la première clé. Définissez, à l’intérieur du carnet, une section qui vous permettra de faire l’inventaire et d’énumérer vos qualités, forces et capacités. Une des tentations serait de réserver un espace trop restreint en vous disant que de toute façon il n’y aura pas beaucoup à noter. S’il vous plaît, veuillez réserver au moins 4-6 pages. Ce serait trop dommage de vous retrouver bloqué pour manque de place à disposition. Emportez votre carnet avec vous aussi souvent que vous le pouvez.

Pour que cet exercice puisse être efficace, vous devez vous accorder une attention toute particulière. Prendre pleinement conscience de vos qualités et de vos capacités. A chaque fois que vous remarquez, de votre part, une capacité, une attitude ou une action qui mérite d’être retenue, notez-la immédiatement dans votre carnet ou faites en sorte de ne pas oublier de la noter plus tard.

En fin de journée, prenez environ 15 minutes avec vous-même pour relire ce que vous avez noté durant la journée. Découvrez et prenez conscience de toutes vos qualités et capacités. Prenez le temps de bien intégrer ces découvertes de manière à progressivement modifier l’image que vous avez de vous-même.

Regardez le territoire d’un autre oeil

Comme cela vous a été décrit précédemment, l’image que vous avez de vous même est le résultant d’une production mentale conditionnée par votre angle de vue ou votre histoire. Le but de cet exercice est de permettre de développer progressivement une autre vision de vous-même.

A chaque fois que vous exprimez une parole ou avez un comportement qui ne vous plaît pas, veillez à conserver une parole impeccable pour vous même et répondez à la série de questions suivantes :

· Changement de sens

  • Qu’est-ce que cela dérange/bafoue le fait d’avoir fait ceci ou dit cela ? (valeur non respectée)
  • Quelle valeur pourrait être satisfaite par l’entremise de cette parole ou de cet acte ?
  • Quelle est l’intention positive ?

· Changement de contexte

  • Dans quel contexte ce comportement ou cette parole pourrait être bénéfique ?

Si vous n’avez pas la possibilité de passer en revue immédiatement ces questions, utilisez votre petit carnet pour y inscrire le comportement ou la parole qui pose problème afin de pouvoir la traiter ultérieurement.

Développez une parole impeccable

En apprenant à développer une parole impeccable pour vous-même et pour les autres, vous ferez progressivement disparaître la médisance de votre vie et vous apprendrez à vous respecter tout en respectant les gens autour de vous. Chaque soir, prenez environ 10-15 minutes pour compléter les phrases suivantes3 :

Ma parole n’est pas impeccable quand je …

                                      _                                       _                                       _                         

                                      _                                       _                                       _                          `

Ma parole serait impeccable si …

                                      _                                       _                                       _                         

                                      _                                       _                                       _                          `

Je peux utiliser la puissance de ma parole dans le sens de la vérité en …

                                      _                                       _                                       _                         

                                      _                                       _                                       _                          `

Je peux utiliser la parole pour partager mon amour en …

1 : Les quatre accords toltèques, Don Miguel Ruiz, Jouvence éditions 2 : élaboré par Gragory Bateson et complété par Robert Dilts

3 : Pratique de la voie toltèque, Don Miguel Ruiz, Jouvence éditions