Soyez tout entier à ce que vous faites

« La seule manière valable d’étudier, dit Sydney Smith, est de lire en s’absorbant tellement dans sa lec­ture que l’heure du dîner paraisse venir beaucoup trop vite, de s’identifier si bien avec ce qu’on lit, qu’il faille 2 ou 3 secondes avant de réaliser où l’on est lorsque quelqu’un frappe à la porte. »

« La qualité fondamentale, sûre, indispensable de toute étude est la concentration, a dit Charles Dickens. Mes facultés d’invention, mon imagination n’auraient jamais pu me servir comme elles l’ont fait si je ne m’étais astreint journellement, patiemment, laborieusement à concentrer mes pensées. »

À quelqu’un qui, dans une autre occasion, lui demandait le secret de son succès, il répondit : « Je n’ai jamais rien entrepris sans m’y donner tout entier. » « Sois tout entier à ce que tu fais, écrivait Joseph Gurney à son fils, tout entier à tes études, tout entier à ton travail, tout entier à tes jeux. »

Ne jouez pas avec votre avenir.

« Je me mets à mon travail, dit Charles Kingley comme s’il n’y avait rien d’autre à faire dans le monde. C’est le secret de tous les bons travailleurs. Mais la plupart d’entre eux ne peuvent l’appliquer à leurs amusements. »

Beaucoup d’hommes ne s’élèvent jamais parce qu’ils restent « bons à tout faire » sans se spécialiser en rien.

« Bien des personnes, en me voyant engagé dans la vie active, dit Edward Bulwer Lytton, m’ont demandé : Quand trouvez-vous le temps d’écrire tous vos livres ? Comment parvenez-vous à abattre autant d’ouvrage ?

Ma réponse vous étonnera. Je leur ai dit : Je réussis à faire autant d’ouvrage en ne faisant jamais trop de choses à la fois. Pour pouvoir bien travailler, il ne faut pas se surmener ; car lorsqu’on abat trop d’ouvrage un jour, la fatigue empêche de bien travailler le lende­main.

Lorsque j’ai commencé à étudier réellement et sérieusement, ce qui n’est arrivé que lorsque j’ai quitté le collège, je puis dire que j’ai lu autant que la plu­part des hommes cultivés de mon temps. J’ai aussi beaucoup voyagé, je me suis occupé de politique et des différentes affaires de la vie, et en plus de tout ceci j’ai publié environ soixante volumes dont quelques-uns exigeaient des recherches spéciales.

Et combien pensez-vous que j’aie consacré de temps, en règle générale, á étudier, à lire et à écrire ? Pas plus de trois heures par jour, et pas même autant lorsque le Parlement était assemblé. Mais pendant ces 3 heures, je donnais toute mon attention à ce que je faisais. »

reussite_7J_etablir_harmonie_L

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *