Articles

L’ACUPUNCTURE ET LES ACOUPHÈNES

L’acupuncture trouve un champ d’action privilégié dans tous les maux de la zone O.R.L. et sera très efficace en cas d’otite ou de troubles divers, générateurs d’acouphènes. Votre médecin acupuncteur vous guidera lui-même à travers les limites de l’acupuncture suivant votre cas.

Les bourdonnements d’oreille sont reliés au fonctionnement du méridien des 3 foyers, ou Triple Réchauffeur, qui part du 4ème doigt et se termine au sourcil, en passant par la face extérieure du bras.

Si vos bourdonnements d’oreille ne relèvent pas d’une maladie bien précise, l’acupuncture ne peut pas vous promettre la guérison totale mais vous ferez peut-être partie des quelques 20 ou 30 % de patients dont les acouphènes ont été vaincus par cette technique.

Et même si vos troubles ne disparaissent pas de manière satisfaisante, l’acupuncture vous offrira sans aucun doute la chance de vous sentir de toute façon, plus détendu, plus équilibré et en meilleure santé.

Formation 7 jours pour atténuer les acouphènes

RECONNAISSEZ L’INTENSITÉ DES DÉCIBELS

Nous avons vu ensemble que certains acouphènes sont dus à un environnement bruyant trop intense et vous avez sans doute pris la décision d’être plus vigilant et d’atténuer autant que possible les nuisances sonores auxquelles vous êtes exposé.

Mais connaissez-vous bien les limites de tolérance du corps humain et les variations des bruits qui vous entourent ?

I. POURQUOI CONNAÎTRE LES DÉCIBELS

Vous entendez fréquemment parler de décibels ce qui est écrit dB. Il s’agit de l’unité d’intensité des sons qui permet de les classer et d’évaluer les seuils de tolérance de l’oreille humaine.

En effet un son trop violent va agresser vos oreilles et au-delà d’un certain niveau leur infliger des souffrances et peut-être même des lésions irréversibles. De la même manière, vous exposer trop longtemps et trop souvent à des bruits trop proches du seuil de tolérance, vous met en danger.

En connaissant la valeur des décibels, en sachant les reconnaître, vous saurez les éviter ou du moins en diminuer l’impact sur vous

II. COMMENT RECONNAÎTRE LES DÉCIBELS

Pour organiser une meilleure hygiène sonore dans votre environnement, observez le tableau d’exemples suivant et retenez bien cette limite :

Pour des sons classés de 10 à 160 dB, la limite de souffrance et de lésions est fixée à 80 dB.

  • 10 dB : respiration, bruissement léger des feuilles dans un vent calme
  • 20 dB : le silence du désert, voix chuchotée, jardin tranquille
  • 30 dB : appartement dans quartier calme
  • 40 dB : appartement normal, bureau tranquille, musique douce
  • 50 dB : restaurant tranquille, rue très calme, conversation normale, climatiseur, télévision
  • 60 dB : appareils électroménagers, ambiance d’une salle de restaurant
  • 70-80 dB : cris, trafic routier : SEUIL DANGEREUX

– 90 dB : baladeur, hurlements, motos, métros, tondeuse à gazon

– 100 dB : concert de musique rock, fortissimo d’un concert symphonique, scie électrique

– 110 dB: discothèque, marteau piqueur, embouteillage

– 120 dB: coup de fusil de chasse : SEUIL DE DOULEUR

– 130 dB: décollage d’un avion à réaction à proximité

140 dB: turbo-réacteur au banc d’essai : NÉCESSITE D’UNE PROTECTION SPÉCIALE

III. PRÉCISIONS

Il se peut que vous voyiez des tableaux avec l’abréviation des décibels ainsi notée : dB (a) ou dB (A). Cela sert à exprimer le nombre de décibels en fonction de l’oreille humaine.

Rappelez-vous bien : la zone dangereuse est située autour de 80 dB et de celui des lésions irréversibles à partir de 90 dB.

Les tableaux s’arrêtent en général à 130 dB car l’oreille humaine ne peut supporter les sons situés au-delà de cette limite (coup d’un fusil de chasse)

,

TECHNIQUES DE BIEN-ÊTRE

La relaxation devrait faire partie intégrante de votre vie, pour vous éviter d’avoir recours à des médicaments et des somnifères qui ne représentent pas des solutions satisfaisantes à long terme.

La relaxation vous offrira la possibilité de mieux vivre avec vos bourdonnements d’oreille, de retrouver le sommeil, et de quitter la spirale d’anxiété que ces nuisances sonores suscitent très probablement en vous.

Une véritable relaxation exige que le cerveau se mette au repos et que vous acceptiez de quitter votre stress, votre angoisse, votre souffrance. Lorsque l’on s’est habitué à abriter en soi ce type de fonctionnement, il peut être déroutant au début de tenter de s’abandonner à la voix d’une personne, de se concentrer sur sa respiration ou de rester dans une position donnée, afin de parvenir à un état de relaxation. Cela est tout à fait normal. Le mental rechigne souvent à abandonner ce qu’il connaît, même lorsque c’est un état négatif.

Prenez patience, l’important est que vous puissiez parvenir à vous détendre, à respirer librement, à interrompre le flot de vos pensées, pour atteindre un état apaisé, libre de la nuisance des bourdonnements d’oreille qui vous obsèdent.

7 jours pour destresser

ACOUPHÈNES : D’AUTRES PISTES

À côté de l’acupuncture et de l’hypnose qui sont connues du grand public, il existe encore d’autres thérapies originales, efficaces et reconnues et qui correspondront peut-être à la forme de soins que vous recherchez contre vos acouphènes.

De nombreux médecins et chercheurs se sont attachés à trouver diverses méthodes de guérison, afin d’aller plus loin, toujours plus loin dans la qualité de vie et de santé de leurs patients.

Découvrez aujourd’hui l’ostéopathie et la mésothérapie, 2 techniques récentes et adaptées au traitement des bourdonnements d’oreille.

I. L’OSTÉOPATHIE

Née aux États-Unis au siècle dernier, l’ostéopathie conquiert un public de plus en plus large, rien que par le constat de son efficacité. C’est une méthode qui agit en douceur sur la globalité du corps qu’elle considère comme une unité. Le nombre des ostéopathes est suffisamment important pour que vous puissiez en trouver facilement un dans votre environnement proche.

  1. Définition de l’ostéopathie

Cette dénomination médicale désigne l’ensemble des méthodes de soin faisant appel à des manipulations sur les os.

Selon les tenants de l’ostéopathie, le moindre choc infligé au corps est capable d’avoir des répercussions à un autre endroit de l’organisme, parfois d’ailleurs bien éloigné de l’impact initial, et se révéler traumatique des années après.

  1. Le rôle de l’ostéopathe

Tout l’art du praticien, face à une pathologie particulière, consiste à remonter l’histoire du patient et à décrypter les inscriptions qu’elle a laissées dans son enveloppe physique.

Pour cela, il va se servir de ses doigts grâce à une sensibilité exacerbée, due à un apprentissage rigoureux, à une expérience personnelle et à son intuition.

Un ostéopathe a de très sérieuses connaissances en anatomie, en physiologie, en biomécanique mais aussi en science du toucher.

Il part du principe que chaque petit traumatisme, aussi infime soit-il, affecte le mouvement et engendre tôt ou tard la douleur. Il s’attache à rechercher l’origine de celle-ci avant de la traiter et c’est ainsi qu’il va s’intéresser à votre passé pour vérifier ce que son intuition et ses connaissances lui avaient soufflé.

Que ce soit le résultat d’une chute ou une mauvaise attitude corporelle répétée années près années, l’ostéopathe est apte à en déceler les méfaits engendrés et vous allez être étonné de ce qu’il sera capable de vous révéler sur votre santé. En effet vous n’auriez certainement pas fait vous-même le lien entre un accident par exemple survenu il y a de nombreuses années et vos bourdonnements d’oreille.

  1. Les manipulations ostéopathiques

L’ostéopathe va vous examiner en considérant vos symptômes et en s’appuyant sur le diagnostic de votre médecin traitant. Puis un interrogatoire précis sur votre passé lui permettra de déceler un lien de cause à effet entre un éventuel traumatisme et votre état actuel. Ensuite il palpera doucement tout votre corps pour prendre connaissance de ses problèmes.

À partir de ces données, il organisera alors son traitement et le nombre de séances qui vous seront nécessaires. Les séances d’ostéopathie risquent de vous dérouter, car les manoeuvres sont en général douces et lentes et vous vous demanderez peut-être où le médecin veut en arriver.

Ce ne sont pas des massages mais des manipulations de votre corps, aux endroits nécessaires, sans violence et sans douleur. Laissez-vous faire et détendez-vous, ce sera votre meilleure collaboration.

  1. Ostéopathie et acouphènes

Contre les bourdonnements d’oreilles, ce sera très certainement votre crâne qui retiendra l’attention et les soins de votre ostéopathe car c’est une des zones clefs de la guérison de vos symptômes auditifs.

II. LA MÉSOTHÉRAPIE

La mésothérapie occupe une place à part dans les traitements médicaux, car tout en utilisant des médicaments allopathiques, elle rejoint certaines méthodes de médecines naturelles quant à leur application.

  1. Définition de la mésothérapie

On peut résumer la mésothérapie comme étant un traitement allopathique agissant par le biais d’aiguilles aussi rimes, voire davantage que celles de l’acupuncture et utilisant des doses de médicaments aussi faibles qu’en homéopathie.

C’est une forme de soins très récente, mise au point, en France dans les années 50 et pratiquée par des médecins allopathes ayant suivis une formation traditionnelle à la faculté de médecine.

La mésothérapie utilise des aiguilles pour injecter localement de très faibles doses de médicaments. Elle agit ainsi directement au siège de la douleur ou de la source de la douleur.

  1. Les aiguilles

Elles sont extrêmement fines (de 4 à 10 mm de diamètre) et très courtes (4 mm de long), afin de ne pas pénétrer trop profondément dans les tissus. Soit elles sont à usage unique, soit elles feront l’objet d’une stérilisation systématique après utilisation.

Ils existent différents modèles de seringues et d’injecteur, suivant la pathologie à traiter et les préférences du thérapeute et vous les découvrirez avec lui.

  1. Les injections

Purs ou en mélanges, les médicaments sont injectés en plusieurs points, soit à la suite les uns des autres, soit plus lentement suivant les cas.

L’aiguille pénètre très superficiellement dans la peau, la piqûre ne dure qu’une fraction de seconde, et seules quelques gouttes de la préparation vous sont injectées. Le nombre d’injection peut varier de 10 à 50.

  1. La douleur

La mésothérapie est réputée quasi indolore, du fait de la finesse du matériel et de la rapidité des interventions. Tout dépend bien entendu du savoir-faire du médecin et de votre résistance aux piqûres. Le principal est que vous soyez détendu et confiant, et la séance se déroulera sans mal.

  1. La consultation

Vous serez tout d’abord soumis à un examen classique pour la pose du diagnostic et du traitement, puis vous entrerez dans le cycle des séances de mésothérapie qui seront espacées en fonction de votre cas particulier.

  1. Mésothérapie et acouphènes

Les affections O.R.L. sont du ressort de la mésothérapie. En ce qui concerne les bourdonnements d’oreilles, la mésothérapie peut se montrer particulièrement efficace en présence de la maladie de Paget, de troubles vasculaires ou ne serait-ce que pour amoindrir des réactions de stress.

INVENTEZ UNE NOUVELLE HYGIÈNE SONORE

Le bruit, responsable éventuel de vos acouphènes, n’est pas toujours facile à éliminer. Il est, de plus, sournois.

En effet, si vous réagissez violemment et spontanément au passage d’un avion de chasse au-dessus de vous, vous ne vous rendez pas forcément compte que vous vous êtes habitué aux bruits de votre environnement. Et s’ils dépassent fréquemment et longuement la barre des 80 dB, vous risquez d’altérer dangereusement vos facultés auditives sans même vous en rendre compte.

Vous aurez donc intérêt à dépister les sources sonores dangereuses pour vous afin de faire en sorte de les adoucir et si possible même de les éradiquer.

I. ATTENTION AU BRUIT QUOTIDIEN

Répertoriez vos ennemis domestiques dans un premier temps, pour commencer à réduire les sources trop sonores :

– En voiture ne mettez pas la radio trop fort.

– Veillez à baisser le son de la télévision dès qu’il augmente, avec les télécommandes maintenant c’est facile.

– Si vous devez acheter des appareils d’électroménager, comparez les niveaux sonores indiqués et n’hésitez pas à vous renseigner attentivement auprès des vendeurs ou des fabricants.

– Si vous vous trouvez dans un brouhaha non obligé, entraînez-vous à avoir le courage de vous en éloigner ou même de partir.

– Lorsque vous faites vos courses, essayez de choisir les heures et les magasins les plus calmes.

– Offrez-vous des plages de silence, dans la journée ou la nuit grâce aux boules Quiès.

Repensez votre habitat en favorisant l’isolation phonique.

II. L’ISOLATION PHONIQUE

Vous pouvez améliorer le confort acoustique de votre logement par quelques travaux et vous pourrez isoler avec succès :

– vos cloisons grâce à des produits à base de fibres minérales par exemple – vos fenêtres par des joints de calfeutrage ou un double vitrage acoustique

– le sol et le plafond grâce à l’intervention d’un spécialiste

III. CHERCHEZ LE SILENCE

Retenez ceci : pour vous offrir le calme et le confort sonore maximum, un appartement ne devrait pas dépasser 35 dB, c’est-à-dire l’équivalent d’une musique douce et la possibilité de parler sans devoir hausser le ton.

– Notez que les fréquences aiguës sont les plus nocives, évitez les autant que possible.

– Les bruits sont dangereux en fonction de leur intensité, mais également en fonction de leur durée. Plus les bruits sont intenses, plus leur durée est néfaste. Faites-y attention.

– Ménagez-vous des pauses, lorsque vous vous exposez volontairement au bruit (musique, travaux, tir etc.), afin de permettre à votre oreille de se reposer.

– Ne négligez jamais le port du casque anti-bruit sur votre lieu de travail, votre santé en dépend. Selon l’article R232-8 du code du travail vous pouvez exiger certaines dispositions anti-bruit de votre employeur, n’hésitez pas à vous renseigner sur vos droits.

– Attention aux baladeurs, ils mettent votre audition en péril. Si votre entourage peut entendre ce que vous écoutez, c’est que le niveau sonore est beaucoup trop élevé. Soyez vigilant.

– N’oubliez pas les vertus des boules Quiès et n’hésitez pas à les utiliser. Évitez d’insérer des boules de coton dans vos oreilles et si vous êtes pris au dépourvu par un bruit soudain, n’ayez pas honte de protéger vos oreilles avec vos mains. Leur santé vaut bien ce geste.

– Si vous souffrez du bruit de vos voisins ou de votre environnement, contactez les associations, les services municipaux, les directions départementales des affaires sociales et sanitaires, la gendarmerie ou le commissariat selon les sources des nuisances sonores, et renseignez-vous sur vos droits et la meilleure manière de les faire respecter.

ACOUPHÈNES ET ALIMENTATION. LES VITAMINES

Dans la perspective d’un bon équilibre alimentaire et d’une hygiène de vie équilibrée, les vitamines et les oligo-éléments ne doivent pas être négligés.

Bien entendu ce n’est pas en prenant une dose triple de vitamines ou en avalant un flacon d’oligo-éléments que vous allez faire disparaître vos acouphènes, mais en évitant des carences sur le long terme, vous favoriserez l’apaisement de vos troubles.

I. POURQUOI LES VITAMINES ?

Les vitamines participent au bon fonctionnement de l’organisme en assurant la transformation et l’assimilation des éléments indispensables contenus dans les aliments.

Un corps équilibré et en bonne santé bénéficie d’un apport vitaminique satisfaisant. En contrepartie les carences vitaminiques engendrent une fragilité et provoquent même des maladies dont la plus connue a été le scorbut qui a sévit pendant des générations parmi les marins privés de vitamine C.

Chaque vitamine agit sur des maladies déterminées et s’il ne suffit sans doute pas d’une cure de vitamines pour éradiquer vos acouphènes, un régime équilibré et adapté à votre cas vous permettra d’améliorer votre état.

II. QUELLES VITAMINES POUR VOUS ?

  1. La vitamine A

Vous la trouverez dans les végétaux, c’est le carotène ou provitamine A et dans les animaux, c’est le rétinol. C’est la vitamine de la croissance et de la vue et elle accroît le système de défense de l’organisme. Elle permet en outre d’assurer un bon équilibre nutritionnel, élément indispensable d’une santé satisfaisante.

– Pour les végétaux, vous trouverez la vitamine A dans la partie colorée des fruits et des légumes, en particulier dans les abricots, les amandes, les carottes, les brocolis, les avocats, les bettes, le persil, les épinards, la salade et le pissenlit.

– Pour les animaux, vous trouverez la vitamine A dans le foie de veau, l’huile de foie de morue, le beurre, le fromage, les produits laitiers les oeufs, les poissons et la volaille.

  1. La vitamine B3 ou PP

Elle agit entre autre sur la circulation sanguine et sur les troubles de la zone O.R.L.

– Pour les végétaux, c’est la levure alimentaire qui en contient le plus mais vous consommerez également du germe de blé, des fruits secs, des pâtes alimentaires, du pain complet et les céréales complètes.

– Pour les animaux, vous privilégierez le foie, les rognons et les huîtres.

  1. La vitamine D

C’est la vitamine contre le rachitisme et elle vous sera utile si vos acouphènes résultent de problèmes osseux (maladie de Paget par exemple). Elle provient de 2 sources :

– Elle se trouve essentiellement dans les produits animaux, huiles de foie de poisson, les anguilles, le saumon, le thon, la morue, les sardines à l’huile, le hareng, le jaune d’oeuf, les foies de veau, porc, boeuf, agneau et le beurre.

– Mais c’est le soleil qui est la source indispensable de la vitamine D, car il la fixe dans l’organisme. En hiver, profitez des belles journées pour prendre l’air le plus longtemps possible. En été, n’oubliez pas de protéger votre peau, avant de profiter des bienfaits du soleil.

  1. La vitamine E

Elle est recommandée contre les troubles nerveux, le diabète, l’otospongiose et ses sources sont d’origine végétale ou animale.

– Pour les végétaux, la vitamine E est présente dans les germes céréales, les légumes verts, l’huile de germe de blé et le soja.

– Pour les animaux, on trouve la vitamine E dans le foie de boeuf, le jaune d’oeuf, la crème fraîche, le beurre, le hareng.

III. COMMENT ABSORBER LES VITAMINES

Les vitamines sont présentes dans les produits alimentaires et le plus simple et le plus attrayant consiste à introduire ou à augmenter dans vos repas les légumes, fruits, produits laitiers et produits animaux précédemment cités.

Mangez des carottes crues, en salades et en jus, ajoutez de la levure de bière et du germe de blé, sur vos salades, vos pâtes, vos produits laitiers, utilisez de l’huile d’olive, d’arachide ou de palme.

Les besoins en vitamines peuvent être couverts par une alimentation ciblée mais si vous préférez faire une cure de vitamine intensive et médicale, consultez votre médecin. En effet, des excès de vitamines A, D ou E peuvent causer divers troubles physiques et vous faire plus de mal que de bien.

Vous trouverez davantage de vitamines dans les produits issus de l’agriculture biologique qui veille à préserver les constituants naturels des produits. Et les viandes et volailles également d’élevage biologique vous garantiront une meilleure qualité des produits.

IV. QUELQUES CONSEILS

– Ne stockez pas trop longtemps les fruits et légumes, ils perdent très vite leurs vitamines. Préservez-les de la lumière qui détruit rapidement les vitamines D et E.

– Ne laissez pas les fruits et les légumes tremper trop longtemps dans l’eau, les vitamines disparaîtraient. Préférez un lavage rapide à l’eau courante.

– La cuisson détruit les vitamines. Essayez de consommer les légumes crus et sinon privilégiez la cuisson à la vapeur. Autant que possible, réutilisez l’eau de cuisson des légumes, en soupe, en sauce, car ils contiennent les vitamines diluées par la cuisson.

– N’hésitez pas à cuire les légumes avec leur peau, surtout s’ils sont issus de culture biologique. Cela est très facile à réaliser avec les pommes de terre, les tomates, les aubergines, les courgettes, les poivrons par exemple.

– En règle générale, évitez les fritures et les graisses cuites qui sont nocives pour la santé.

– Ne préparez pas plusieurs jours à l’avance vos légumes et vos soupes, ils perdraient tout intérêt vitaminique.

– Méfiez-vous de l’alcool et du tabac qui tuent les vitamines et en nécessitent un apport accru.

– Si vous faites un régime, méfiez-vous de ne pas vous carencer en vitamines. Les aliments qui vous sont conseillés ne font pas grossir, ne les oubliez pas.

Certains médicaments empêchent l’assimilation des vitamines, vérifiez leur action auprès de votre médecin ou de votre pharmacien.

Formation 7 jours pour atténuer les acouphènes

LES ACOUPHÈNES DUS AUX CIRCONSTANCES

De nombreux évènements risquent d’avoir une influence sur la naissance ou l’aggravation d’acouphènes. Certains, comme l’avancée en âge sont inéluctables, d’autres, comme l’exposition à des sources sonores violentes peuvent souvent être évités.

Dans tous les cas des solutions existent et il suffira peut-être pour vous de prendre conscience de la source de vos bourdonnements d’oreille pour vous orienter déjà vers une amélioration de votre état de santé.

I. L’AVANCÉE EN ÂGE

Il est fréquent que le processus normal de vieillissement entraîne malheureusement une baisse de l’acuité auditive. L’avancée en âge entraîne une dégradation des cellules auditives de même que la vue baisse ou que la masse musculaire s’appauvrit à ce stade là de la vie. Il est important de veiller alors à établir un bon équilibre physique, une santé vasculaire rigoureuse, un métabolisme satisfaisant, une hygiène de vie consciencieuse, afin de ne pas laisser le champ à l’installation éventuelle d’une baisse de l’ouïe.

Cette possible surdité progressive peut en effet entraîner avec elle la perception d’acouphènes.

II. LES BOUCHONS DE CÉRUMEN

Le cérumen présent dans les oreilles est sécrété par les glandes sébacées du conduit auditif externe et il remplit plusieurs fonctions importantes : il protège l’oreille des infections, il participe à la souplesse du canal auditif et il constitue une barrière contre des intrusions éventuelles de l’extérieur (insectes, particules diverses…).

Mais lorsqu’il n’est plus éliminé naturellement par l’oreille il forme un dépôt, le bouchon de cérumen, qui perturbe la bonne perception auditive et peut générer alors des acouphènes.

N’essayez jamais de lutter contre les bouchons de cérumen au moyen d’instruments pointus, vous risqueriez d’endommager sérieusement et durablement vos oreilles. Il existe différents produits et méthodes pour venir à bout facilement de ces bouchons, votre médecin saura vous conseiller.

III. LES PROBLÈMES DENTAIRES

Certains problèmes d’acouphènes proviennent d’une mauvaise dentition ou d’un mauvais fonctionnement des mâchoires.

En effet, si pour diverses raisons, usures des dents, pose de prothèses incorrectes, malformations, négligence des soins dentaires pendant l’enfance et l’adolescence, les 2 mâchoires ne s’emboîtent pas correctement, des perturbations peuvent survenir dans le corps humain.

Ce que l’on nomme malocclusion a de grandes répercussions dans le corps humain et différents organes peuvent être perturbés, ainsi celui de l’ouïe. Pour le Bernard Montain, Docteur en chirurgie dentaire à la Faculté de Médecine de Paris VII, 10 à 80 % des cas d’acouphènes seraient d’origine occluso-dentaire et nécessiteraient des soins de praticiens odonto-stomatologistes. Dans ce cas, la consultation de dentistes spécialistes en occlusodontie pourrait être la clef de la guérison.

IV. LES BRUITS DU CORPS

Le corps est en perpétuel mouvement, tous les organes travaillent sans relâche. Imaginez un instant les bouillonnements du flot sanguin dans vos veines et vos artères, les frottements de vos articulations, les craquements de vos os, la tension de vos muscles, les travaux de digestion et d’élimination de vos viscères, sans parler de la mastication, de la respiration ou des battements de coeur que vous percevez chaque jour.

Tout cela bouge, circule, et par-là même peut être perçu comme un vaste réservoir de sons. Pour peu que vous soyez hyper réceptif ou hypertendu, inquiet ou nouvellement conscient de la vie de votre corps, vous risquez alors de ressentir ces sons comme des acouphènes.

V. LES TRAUMATISMES

Les chocs, les traumatismes crâniens, les suites d’accidents peuvent donner naissance à des acouphènes qui disparaissent généralement avec les troubles eux-mêmes. Dans ce cas là il est très important de respecter le suivi médical exigé par la gravité du mal, afin d’éradiquer au plus vite les nuisances auditives qui s’y rattachent.

VI. L’USAGE DES MÉDICAMENTS

Certains médicaments suscitent des acouphènes ou augmentent la perception des troubles existant déjà.

Il existe également des médicaments inoffensifs en eux-mêmes qui peuvent se révéler facteur de bourdonnements d’oreille en association avec d’autres remèdes.

La liste est longue des médicaments déconseillés en cas de bourdonnements d’oreille. Vous aurez intérêt à demander conseil à votre médecin ou à votre pharmacien et dans tous les cas de consulter attentivement la notice d’information.

Voici une petite liste de médicaments susceptibles de favoriser l’apparition d’acouphènes :

  • la quinine
  • l’aspirine
  • certains anti-inflammatoires
  • certains antibiotiques
  • certains antidépresseurs
  • certains diurétiques

VII. UNE TROP FORTE EXPOSITION AU BRUIT

Le bruit est l’un des principaux accusés en ce qui concerne les bourdonnements d’oreille. En effet, de très longues expositions à des sources sonores trop élevées fragilisent les organes de l’ouie, allant jusqu’à être responsables de lésions irréversibles.

Même si vous ne souffrez pas consciemment du bruit de votre environnement, il peut très bien être la cause première de vos acouphènes. Rien que les rumeurs sonores d’une rue à grande circulation, d’un magasin en période de pointe, ou de matériel d’électroménager bruyant peuvent être, à votre insu, la source de bourdonnements d’oreilles. Et bien entendu, tous les bruits violents, forts, fréquents, mettent votre confort auditif en danger.

VIII. UNE MAUVAISE HYGIÈNE DE VIE

Une mauvaise alimentation, l’abus d’excitants, le manque d’exercice physique, le stress, un mauvais sommeil sont des facteurs de déséquilibre pour la santé.

Le corps est une entité et toute atteinte à son bon fonctionnement en perturbe, selon les individus, telle ou telle partie.

Ce n’est pas parce que les acouphènes ne concernent que les organes de l’ouïe que vous devez négliger les autres parties de votre organisme. Vos bourdonnements d’oreilles sont la manifestation d’un déséquilibre physique et en révisant vos habitudes de vie peut-être parviendrez vous à rétablir la balance et à vous débarrasser de ces bruits invalidants.

IX. LE FACTEUR STRESS

Tout le monde parle du stress, tout le monde l’a expérimenté mais rares sont les personnes qui ont appris à y échapper.

En ce qui vous concerne, c’est un axe sur lequel vous devrez concentrer vos efforts pour améliorer votre état de santé de manière durable et efficace.

Le stress en effet risque de vous entra~mer bien malgré vous dans un douloureux cercle vicieux. Si vous êtes stressé, pour diverses raisons, vous supporterez très difficilement vos bourdonnements d’oreille. Et ces mêmes bourdonnements d’oreille ne feront qu’accroître votre stress.

La seule solution pour vous sera de retrouver un équilibre intérieur.

Formation 7 jours pour atténuer les acouphènes

LA PHYTOTHÉRAPIE ET LES ACOUPHÈNES

Les plantes sont utilisées pour leurs vertus depuis le fond des âges, car elles font directement partie de notre environnement naturel.

Les hommes les ont utilisées comme aliments, médicaments, poisons, sans doute à partir de leur instinct dans un premier temps puis de plus en plus scientifiquement, jusqu’à notre époque qui les a tellement transformées qu’on oublie parfois leur présence. Car elles entrent dans la composition de très nombreux médicaments, et elles sont des sujets d’études permanents pour la recherche pharmaceutique mais nous ne savons plus ni les reconnaître ni les apprécier pour elles-mêmes.

La phytothérapie permet de redécouvrir cet univers naturel et indispensable à notre survie, en nous dévoilant le plaisir de l’identification des plantes, de leur odeur, de leur saveur, de leur texture, parfois même de leur cueillette.

La phytothérapie vous entraînera sur des voies de guérisons odorantes, un peu lentes parfois à mettre en oeuvre mais dont les résultats sont indéniables et garantis sur le long terme.

Formation 7 jours pour atténuer les acouphènes

UN CHOIX DE THÉRAPIES CONTRE LES ACOUPHÈNES

Chaque époque et chaque civilisation a cherché et trouvé de multiples méthodes de soins face à la maladie et les nombreuses thérapies naturelles actuelles y font le plus souvent référence.

Bien que très différentes suivant les âges et les pays, les médecines naturelles ont en commun une vision globale de l’homme au sein de l’univers.

Loin de considérer l’être humain comme étranger à son environnement, elles le replacent au contraire dans son contexte naturel et envisagent la maladie comme un dérèglement des forces qui circulent en toute forme de vie. Elles vont alors s’attacher à recréer l’équilibre de ces forces pour acheminer le malade vers la guérison.

Notre propre culture fait une place de choix à l’acupuncture, science médicale millénaire des chinois qui, toute déroutante qu’elle puisse vous apparaître, séduit de nombreux patients par son efficacité et sa simplicité. Elle sera plus compréhensible à votre vision occidentale après un bref aperçu du contexte philosophique dans lequel elle a pris naissance et s’est développée.

En occident, l’hypnose a connu des heures de gloire mais demeure encore le plus souvent un objet de doute. Elle est pourtant un outil médical de qualité et un excellent révélateur des prouesses que nous pouvons tous accomplir avec notre cerveau.

L’ostéopathie et la mésothérapie sont de nouvelles techniques de soins qui ont de plus en plus la faveur du public parce qu’elles sont simples d’accès tout en étant très efficace et elles vous séduiront peut-être lorsque vous les aurez découvertes.

Formation 7 jours pour atténuer les acouphènes

L’HOMÉOPATHIE ET LES ACOUPHÈNES

Les maladies engendrant les bourdonnements d’oreille nécessiteront un traitement approprié, prescrit par votre médecin homéopathe. Voici quelques exemples de remèdes utilisés, mais il vous faudra consulter de préférence un médecin homéopathe pour obtenir une posologie adaptée à votre cas.

  1. Hypertension

Nux vomica, Aconit ou Aurum metallicum vous seront sans doute prescrits.

  1. Maladie de Ménière

Chininum Sulfuricum est adapté.

  1. Bouchon de Cérumen

Il pourra être dissout avec un mélange de Calendula, à demander à votre médecin.

  1. Otites

Glycérine boratée et de Belladona, Capsicum, Ferrum phosphoricum par exemple font partie de la panoplie anti-otites.

  1. Acouphénie habituelle

Contre les bourdonnements d’oreille non reliés à une maladie donnée et plus ou motos chroniques, vous pourrez essayer certains remèdes apaisants. Voici les plus recommandés: – Natrum salicylicum 5 CH ou 9 CH, – Chininum sulfuricum 5CH ou 9 CH

Vous prendrez 3 granules de chaque, 3 fois par jour.

7 jour pour compdre l homeopathie