Articles

LE STRESS

Les personnes très accaparées par une vie professionnelle trépidante sécrètent trop d’adrénaline – ce qui leur confère un peu le même profil que le fumeur –.

Si vous êtes dans ce cas, vous présentez un risque aggravé de maladie coronarienne.

Votre carrière est-elle plus importante que votre santé ? Tachez de décompresser en faisant des séances de relaxation, de stretching ou mieux, de yoga qui vous aideront à sécréter de l’acétylcholine, hormone antagoniste de la néfaste adrénaline.

De plus, essayez de mettre un frein à votre compétitivité, laquelle affecte votre pression artérielle.

Si vous n’êtes pas heureux dans votre travail ou n’avez pas la sécurité de l’emploi, il en est de même.

Ne cherchez pas la dispute à la maison, ne soyez pas agressif sur la route. Efforcez-vous d’être conciliant autant que faire se peut, afin de préserver votre cœur et vos artères.

7 jours pour déstresser

L’alimentation néfaste pour votre cœur et vos artères

Le sel

repasN’ayez pas la main lourde sur le sel d’adduction, lequel a tendance à faire augmenter la tension artérielle. Remplacez-le par un produit diététique renfermant 66% de potassium et seulement 33% de sodium – vendu même en supermarché – et surtout, habituez-vous au goût moins salé.

Chez les esquimaux et les Indiens d’Amazonie, qui consomment très peu de sel, il n’existe pas d’hypertension.

Combattez les graisses animales et les graisses végétales hydrogénées

Évitez au maximum les matières grasses saturées qui accroissent le cholestérol sanguin et les triglycérides.

En ce qui concerne les graisses animales, ce n’est plus un secret pour personne : la viande, le jaune d’œuf, les produits laitiers non écrémés renferment cette graisse saturée qui vous est néfaste, et sont donc à diminuer au maximum.

Mais ce n’est pas tout, ces graisses saturées se retrouvent aussi largement sous la forme végétale : dans l’huile de noix de coco, l’huile de palme et les matières grasses végétales hydrogénées, les huiles de table raffinées.

Haro sur la margarine comme sur le saindoux

Non, la margarine n’est pas plus fiable que le saindoux. Toutes ces matières grasses qui durcissent à température ambiante sont hydrogénées, et vous devez les éliminer une bonne fois pour toutes de votre consommation.

Ne rentrez jamais dans les fast-foods

Les fast-foods réunissent toutes les erreurs alimentaires possibles et imaginables : graisses saturées, fritures, sodas.

C’est une véritable hérésie… à fuir absolument !

Limitez la caféine

Le café fait monter la pression artérielle et, en excès, peut provoquer de l’arythmie – irrégularité du pouls.

Si vous ne pouvez vous en passer, limitez votre consommation de café à 1 tasse par jour – et à 2 ou 3 tasses en ce qui concerne le thé.

Si vous buvez plusieurs tasses de café par jour, diminuez les doses progressivement, car il existe des symptômes de privation.

N’oubliez pas que vous trouvez aussi de la caféine dans nombre d’autres boissons et que le chocolat en renferme modérément – en tablette comme en boisson.

Délaissez la friture

Laissez tomber la friture, et ne mangez des frites que très occasionnellement. Débarrassez-vous de votre friteuse pour éviter toute tentation.

La meilleure cuisson pour les aliments est la vapeur. Mangez vos pommes de terre en robe des champs, c’est délicieux.

Pas d’aliments fumés, séchés ou salés

Heureusement, les aliments salés et séchés disparaissent peu à peu de nos habitudes alimentaires – sauf la morue, mais nous continuons à consommer les aliments fumés, souvent du poisson.

Réservez le saumon fumé aux repas de fin d’année.

Évitez aussi les poissons salés et en conserve : anchois, maquereau, sardine, thon.

Interdisez-vous les conserves

La conserve doit être réservée au “dépannage” – bien qu’on puisse lui préférer largement un aliment surgelé – mais n’a assurément pas sa place sur la table familiale, si vous tenez à protéger vos artères.

Attention aux crustacés

Ils sont à consommer modérément, tout comme les fruits de mer, car riches en cholestérol – surtout leur tête –.

De même que pour le saumon fumé, réservez-les aux repas de fêtes.

Pas tous les fromages

Les fromages doivent être considérés comme un “aliment d’agrément” : le calcium qu’ils renferment et leurs sels minéraux ne justifient pas leur consommation régulière, car l’organisme peut se les procurer ailleurs.

Le fromage est beaucoup trop riche en cholestérol. Les fromages fermentés sont à proscrire en totalité, car remplis de colonies bactériennes.

De plus, leurs acides gras combinés avec le calcium forment dans les artères, des pains de calcaire insolubles, les bouchant encore plus sûrement que le cholestérol.

Cependant, même les fromages cuits à pâte dure ne doivent être consommés qu’occasionnellement. Préférez-leur les fromages frais de 0 à 20 % de matières grasses.

Le jaune d’œuf

Ce dernier est bourré de cholestérol. Évitez-le si votre taux est élevé.

Mais rien ne vous empêche de faire des omelettes de blancs !

La réglisse

Certaines personnes prennent régulièrement des bonbons à la réglisse – notamment celles qui tentent d’arrêter de fumer ou qui croient soigner une toux rebelle –.

Or, cette dernière développe l’hypertension puisque contenant le néfaste acide glycirrhizique.

Gare aux sodas, et particulièrement au Coca

Non seulement le Coca renferme de la caféine, mais de plus, il peut entraîner une carence substantielle en magnésium et même l’éliminer de l’organisme. Or, le magnésium réduit de façon significative la tension artérielle.

Donc, si vous êtes hypertendu : pas de sodas, pas de Coca !

Les pâtisseries : une bombe pour les artères

Comme pour les diabétiques, les sucres rapides raffinés sont interdits aux sujets souffrant d’artériosclérose, élevant dangereusement la pression osmotique.

Le miel est légèrement préférable au sucre, car il contient assez peu de saccharose, et plus de fructose et de glucose.

Le chocolat est acceptable à petites doses.

En revanche, les pâtisseries sont – comme les fromages – des aliments d’agrément, mais de plus, sans aucun intérêt nutritionnel, combinant tous les inconvénients des graisses hydrogénées saturées, du saccharose, de la farine raffinée… Voici là une véritable petite bombe pour vos pauvres artères.

Les pâtisseries sont à consommer occasionnellement lors d’invitations, et restent totalement interdites en cas d’hypercholestérolémie.

7 jours coeur et arteres

QUE DEVEZ-VOUS ARRÊTER DE FAIRE AU PLUS VITE POUR SAUVER VOTRE CŒUR ET VOS ARTÈRES ?

Le tabagisme, facteur de risque majeur

Vous vous y attendiez, n’est-ce pas ?

Si vous êtes fumeur, sachez que votre sang, d’une viscosité anormale, se coagule plus facilement que celui des non-fumeurs, augmentant considérablement le risque de thrombose.

De plus, le tabac stimule la production d’adrénaline, d’où l’accélération nocive du rythme cardiaque, la vasoconstriction des vaisseaux, la vasodilatation des artères coronaires, l’élévation de la tension artérielle.

Ajoutons à cela les effets catastrophiques sur l’organisme de la nicotine, de l’oxyde de carbone, de la fumée, du papier à tabac… le message est clair !

L’excès de poids

Si vous êtes en surpoids et que de surcroît vous présentez un type morphologique androïde (c’est-à-dire que votre graisse est principalement localisée sur la partie supérieure du corps : poitrine, ventre, bras, nuque), votre cœur est plus ou moins enveloppé de graisse qui s’infiltre dans les artères coronaires et dans le myocarde, vous exposant donc aux troubles coronaires et à l’infarctus du myocarde, ainsi qu’aux hémorragies cérébrales.

L’alcool

S’il est consommé de façon modérée, l’alcool renforce votre cœur, à condition qu’il s’agisse de vin de bonne qualité – particulièrement de rouge de Bordeaux – à raison d’un verre par repas pour les hommes, d’un verre par jour pour les femmes.

En revanche, à une dose supérieure, l’alcool a sur votre cœur et vos artères un effet destructeur et augmente le risque d’artériosclérose, surtout si vous consommez aussi des apéritifs et digestifs.

Le jus de raisin est en revanche excellent.

La pilule contraceptive

Il y a un âge pour tout, surtout si vous avez été sous contraceptif oral pendant de longues périodes.

Aux alentours de 35 ans, il est sage d’abandonner ce mode de contraception pour une autre méthode, d’autant plus si vous présentez un ou plusieurs autres facteurs de risque aggravants comme la cigarette, l’obésité, le cholestérol, l’hypertension.

Mesdames, attention après la ménopause

Les femmes sont généralement moins prédisposées que les hommes aux maladies athéromateuses, mais cet avantage s’estompe avec la ménopause.

Les œstrogènes qui vous protégeaient jusqu’ici ont arrêté de jouer leur rôle bénéfique sur vos parois artérielles.

Consultez votre médecin qui vous prescrira peut-être une œstrogénothérapie préventive.

La sédentarité

L’absence d’exercices physiques favorise des dépôts graisseux sur les parois des artères. Il est vivement conseillé de pratiquer une activité sportive à raison de 2 à 3 fois par semaine – pendant environ 2 heures – pour faire régresser vos risques veineux et cardiaques.

Inutile cependant d’en faire plus, car au-delà de 3 séances hebdomadaires, vous vous exposeriez aux blessures, voire même au surentraînement.

Essayez de combiner sport d’endurance, séances d’assouplissement, renforcement musculaire, mais surtout, bougez.

D’autant plus si votre profession vous colle à un fauteuil de bureau ou au siège de votre véhicule.

Savez-vous que les exercices cardio-vasculaires – jogging, natation, vélo, ski de fond – complétés par l’entraînement de lever de poids, contribuent aussi à équilibrer les taux de cholestérol ?

Le stress

Les personnes très accaparées par une vie professionnelle trépidante sécrètent trop d’adrénaline – ce qui leur confère un peu le même profil que le fumeur –.

Si vous êtes dans ce cas, vous présentez un risque aggravé de maladie coronarienne.

Votre carrière est-elle plus importante que votre santé ? Tachez de décompresser en faisant des séances de relaxation, de stretching ou mieux, de yoga qui vous aideront à sécréter de l’acétylcholine, hormone antagoniste de la néfaste adrénaline.

De plus, essayez de mettre un frein à votre compétitivité, laquelle affecte votre pression artérielle.

Si vous n’êtes pas heureux dans votre travail ou n’avez pas la sécurité de l’emploi, il en est de même.

Ne cherchez pas la dispute à la maison, ne soyez pas agressif sur la route. Efforcez-vous d’être conciliant autant que faire se peut, afin de préserver votre cœur et vos artères.