Articles

Enfin libre! Action

« Le changement consiste à reconnaître la valeur des options et à savoir que nous sommes totalement responsable de ce que nous choisissons. »
— Ernst G. Beier

Attaquer le problème

Dans cette étape, vous le faites finalement. Mais vous devez vous souvenir que l’action n’est pas la première ni la dernière étape d’un changement.

Ce n’est pas la seule étape où surviennent d’importants changements. Pour aller si loin, vous devez changer votre conscience, vos émotions, votre image de vous-même à mesure que vous passez d’une étape à la suivante.

L’objectif, dans cette étape, est de changer votre manière de penser. Vous le faites en :

  • Apprenant comment vous détendre quand les tentations sont fortes.
  • Commençant un programme d’exercice physique.
  • Apprendre des techniques efficaces de « neutralisation » — pensées et actes qui vous empêchent de retomber dans vos vieilles habitudes.

Comment vaincre les tentations quotidiennes

Neutraliser est une des techniques les plus efficaces dans le cycle de changement de soi. Il est plus simple de promouvoir le nouveau comportement que de se débarrasser de l’ancien. Trop essayer de briser une habitude est habituellement une recette pour l’échec. Aussi longtemps que vous êtes focalisé sur vos essais de briser l’ancienne habitude, vous êtes comme un soldat qui se bat avec une main liée derrière le dos.

Vous concentrer sur votre nouveau comportement est comme libérer la main liée derrière votre dos. Soudainement, vous avez plus de puissance à apporter dans le changement que vous souhaitez. Les gens qui brisent de mauvaises habitudes ressentent fréquemment de la frustration dans les étapes précoces, lorsqu’ils essaient autant qu’ils le peuvent d’éliminer le vieux comportement.

Dans un sens très réel, le succès vient quand vous arrêtez d’essayer. En vous concentrant sur votre nouveau style de vie, vous n’essayez plus de briser l’ancienne habitude ; presque sans être conscient de ce qui arrive, vous passez à l’étape suivante à mesure que le nouveau comportement remplace l’ancien. Lorsque votre préparation est bonne, vous devriez être en mesure de passer à travers l’étape d’action très rapidement. Si vous avez posé les fondations adéquates, votre transition de l’étape 4 à l’étape 5 sera sans heurt.

Vous avez besoin d’une stratégie pour faire face aux tentations quotidiennes qui surviennent dans cette étape. Un des secrets de la réussite est de rester actif.

Nos corps sont conçus pour l’activité. Les anciens chasseurs vivaient avec un régime de viandes rouges qui étaient riches en mauvais cholestérol et triglycérides, les deux facteurs les plus importants causant la forte pression artérielle et les maladies cardiaques. Pourtant, les anthropologues ont découvert que les membres des tribus de chasseurs antiques ne souffraient pas de ces maladies, parce qu’ils avaient des styles de vie très actifs.

Les pulsions que nous ressentons lorsque nous allumons une cigarette, que nous nous versons un verre, que nous prenons un autre morceau de gâteau ou que nous conduisons jusqu’à la zone commerciale sont souvent des incitations physiques de nature totalement différente. Nous pensons que notre corps nous dit de lever le pied et de nous détendre avec une boite de petits gâteaux alors qu’en réalité, il essaie de nous dire de bouger.

À ce point, vous devriez être convaincu du rôle crucial de l’exercice physique dans votre changement total de style de vie. Mais vous ne pouvez pas aller faire de l’exercice ou aller marcher tout le temps. Donc, comment combattez-vous la tentation quand vous ne pouvez pas faire d’exercice ?

La réponse est REP : relaxation, étirements et profonde respiration.

Relaxation : Les fumeurs qui disent qu’ils fument pour se détendre se bernent eux-mêmes. La recherche montre de manière concluante que la nicotine et les autres produits chimiques présents dans le tabac stimulent les cellules du cerveau. Fumer fournit le contraire de la relaxation — la nicotine est un stimulant. Quand vous ressentez le besoin de revenir à votre ancienne habitude, faites quelque chose de réellement relaxant. Pensez à une magnifique journée à la plage. Imaginez que vous flottez dans l’eau avec le soleil sur votre visage. Vous pouvez le faire en quelques secondes et ça fonctionne à chaque fois.

Étirements : C’est une excellente technique à utiliser au bureau. Je ne parle pas d’une routine de 20 minutes (même si vous pourriez vous étirer de 10 à 15 minutes tous les jours). À chaque fois que vous sentez frapper la tentation, combattez-la en vous étirant quelques secondes. Si vous n’avez qu’une minute, cela sera suffisant pour vaincre la tentation.

Profonde respiration : Vous le faites de la même manière que lorsque vous êtes chez le médecin. Inspirez et expirez. Cette technique fonctionne à tous les coups. Essayez-la maintenant. Vous verrez ce que je veux dire.

En vous gardant en harmonie avec le rythme naturel de votre corps, ces trois techniques de neutralisation vous rappellent que vous ne voulez vraiment pas les chocolats après tout.

Se récompenser soi-même

Il est important de vous récompenser pendant cette étape. Passez des contrats qui vous récompensent lorsque vous remplissez votre part du contrat. Mettez les termes par écrit. Comme le sait tout avocat, un contrat engage plus lorsqu’il est sur papier.

Votre contrat pourrait inclure quelque chose telle que :

  • « Pour chaque kilo que je perds, je placerai ___€ (choisissez le montant que vous voulez) en épargne » (compte pour les courses, compte pour les escapades du weekend, etc.)
  • « Je déposerai ___€ sur mon compte de shopping à chaque fois que je fais 30 minutes d’exercice physique. »
  • « Je ferai une donation de ___€ à une œuvre de charité pour chaque kilo que je perds. »

Utilisez votre imagination. Peu importe ce dont vous essayez de vous libérer, vous récompenser est un élément de motivation puissant.

Si vous décidez de faire un don à une œuvre de charité, votre récompense sera immense. Perdre du poids non voulu tout en donnant de l’argent à une œuvre de charité pour nourrir des enfants affamés vous donnera toute la motivation dont vous avez besoin pour atteindre votre objectif.

Ron Artest est un des joueurs les plus talentueux de la ligue américaine de basketball professionnel. Artest est également un des mauvais garçons de la NBA. Il possède une histoire de violence, sur et en-dehors des terrains de basket. Il a reçu des amendes et a été suspendu après s’être battu contre les adversaires sur le terrain et une fois avec les supporters.

Le mauvais tempérament de Ron a été son pire ennemi au cours de sa carrière. En mai 2007, Artest a été condamné à vingt jours de prison, 100 heures de travaux d’intérêts généraux, à des classes d’éducation des enfants et de gestion de la colère et à trois ans de mise à l’épreuve. Son crime ? Violence conjugale, une très mauvaise habitude.

En juillet 2007, Ron a participé à une mission Feed the Children (Nourrir les enfants) qui a livré du blé dans des régions frappées par la famine en Afrique. Il a affirmé que cette mission lui a donné une nouvelle perspective de la vie. Il a affirmé que cette expérience était un tournant dans son existence. Il prévoit de retourner souvent au Kenya.

J’ai fortement espéré que ce soit vrai. J’étais impatient de voir comment Ron allait se conduire au cours de la prochaine saison — sur et en-dehors du terrain. Il n’a fait que s’améliorer. Après avoir rejoint les Los Angeles Lakers, il a gagné un titre avec un comportement exemplaire. Tellement exemplaire que cette année, Ron Artest a reçu le J. Walter Kennedy Citizenship Award (Trophée J. Walter Kennedy pour la Citoyenneté) récompensant le joueur ou l’entraîneur pour les services rendus envers la communauté et les populations dans le besoin.

reussite_7j_etre_libre_L

4 étapes pour vaincre l’obésité (2)

Deuxième étape. Mieux connaître les aliments que vous ingérez

L’ensemble de l’énergie dégagée par l’alimentation doit assurer un métabolisme basal qui correspond à l’activité indispensable de vos organes (reins, foie, poumons, coeur) et offrir à votre corps une énergie supplémentaire pour lui permettre d’avoir une activité tournée vers l’extérieur qu’elle soit de type professionnel, sportif, physique ou autre.

Les aliments sont ingérés, absorbés, transformés par l’organisme qui disposera ainsi de substances de nature variée pour résoudre tous les besoins tissulaires et énergétiques.

Vous puisez votre nourriture dans les trois règnes animal, végétal et minéral, et votre organisme pour couvrir ses besoins, n’absorbe que des aliments simples.

Et si vous n’aviez pas d’enzymes ?

La “Nature” a prévu des enzymes dont le rôle consiste à réussir dans des délais raisonnables, à désagréger les molécules complexes contenues dans les produits que vous ingérez et à les rendre assimilables, sous forme de glucose pour les sucres, d’acides gras pour les lipides et d’acides aminés pour les protéines.

Quel est l’intérêt de la valeur énergétique des aliments ?

Vous savez que nos aliments sont complexes et qu’ils n’ont pas tous la même valeur énergétique.

– Les lipides fournissent 9 kilocalories par gramme et les protides 4 calories.

– Les glucides ou sucres fournissent 4 kilocalories par gramme et peuvent avoir 2 actions opposées :

  • s’ils proviennent de sucres lents (pâtes, pommes de terre ou riz), ils sont absorbés dans le sang de façon lente et continue, ne modifient pas le taux de sucre du sang et sont utilisés au fur et à mesure des besoins, pour la production de chaleur et de travail musculaire.
  • Si les glucides proviennent de sucres rapides (sucre, sucreries, pâtisseries et tous aliments qui ont un goût sucré naturel) leur absorption très rapide par l’intestin, sans transformation préalable, provoque une poussée d’hyperglycémie (augmentation importante du taux de sucre du sang) et cette poussée d’hyperglycémie est compensée par un pic d’INSULINE, hormone sécrétée par le pancréas et chargée par l’organisme de contrôler le taux de sucre du sang.

Ne déclenchez pas trop souvent la sécrétion d’insuline

Cette insuline est la grande ennemie du gourmand parce qu’elle est responsable de la transformation de sucres en graisses et surtout de l’absorption inévitable de ces graisses par les cellules adipeuses dont les membranes restent imperméables à tout mouvement biochimique tant que l’insuline ne leur a pas donné l’ordre de les absorber.

Il vous faut donc éviter les sucres rapides sauf lorsque vous devez fournir un gros effort et surtout ne jamais les associer à des graisses : les bonnes pâtisseries cuites au beurre doivent donc rester derrière la vitrine du boulanger, si le poids est une de vos préoccupations.

Quels sont vos besoins quotidiens ?

Il vous faut 2,5 à 3 litres d’eau pour compenser les liquides que vous excrétez par les urines, la respiration et la transpiration.

Cette eau est apportée par l’eau de boisson (1 l. 200), l’eau de constitution des aliments (1 l), et l’eau autofabriquée par l’organisme au cours de ses réactions biochimiques.

Vous avez besoin par jour, pour exercer votre activité et vous permettre de garder votre tonus de 2 200 kilocalories en moyenne si vous êtes une femme, de 2 600 kilocalories si vous êtes un homme.

Ces kilocalories vous sont fournies par :

– 4 à 5 grammes de glucides (sucres) par kilo de poids, soit 300 à 400 grammes par jour de sucres.

– 80 grammes par jour de lipides, orientés pour 3/5ème vers les graisses dites insaturées, non dangereuses pour la santé, riches en acides gras essentiels, indispensables au renouvellement des membranes cellulaires et à la qualité de votre défense immunitaire.

On les trouve dans les poissons, quelle que soit leur origine, avec toutefois une préférence pour le thon, le saumon, la sardine et aussi dans les huiles de bourrache, de colza, de tournesol, de maïs, ou de pépins de raisin.

L’huile d’olive contient, quant à elle, de l’acide gras oléique non “essentiel” mais cependant très utile depuis que l’on a mis en évidence son effet bienfaisant et protecteur sur le système cardiovasculaire.

– 80 grammes également de protéines, moitié en protéines animales (oeufs, viandes, poissons, laitages) et moitié en protéines végétales (légumineuses, céréales), indispensables au développement, à l’entretien, à la préparation et au remplacement de vos cellules et de vos tissus.

Les éléments minéraux sont indispensables, pour certains à grosse dose : 500 mg à 1 gramme (calcium, phosphore, potassium, magnésium) pour d’autres en très petite quantité (lithium, cuivre, zinc, fluor ou manganèse), pour leur rôle ubiquitaire en biochimie humaine.

Comment éliminer l’excès de cholestérol de façon originale ?

Les fibres ne doivent pas être oubliées et seront demandées aux légumes et aux fruits, de préférence au pain complet ou au riz complet qui sont parfois irritants pour nos intestins.

Il en faut en moyenne 20 grammes par jour et on leur reconnaît un rôle bienfaisant dans le contrôle du transit intestinal — la meilleure gestion du cholestérol — et le fonctionnement hépatique.

La poursuite inlassable d’un seul but assure le succès

Fowell Buxton attribuait ses succès à des moyens tout ordinaires, alliés à une application extraordinaire, et à ce qu’il se donnait tout entier à une seule chose à la fois. C’est toujours la poursuite inlassable d’un seul but qui assure le succès. Non multa, sed multum – pas beaucoup de choses, mais beaucoup d’une seule chose, tel était le motto de Coke.

C’est la pointe presque invisible d’une aiguille, la lame tranchante d’un rasoir qui ouvrent la voie à la masse qui suivra. Sans la pointe ou la lame, la masse serait inutile. C’est l’homme qui suit une seule voie de travail, qui se fraie un chemin à travers les obstacles et obtient de brillants succès.

Lorsqu’un enfant apprend à marcher, il va droit son chemin si ses yeux sont fixés sur un point ou un objet à atteindre. Détournez son attention, et il tombe.

On ne demande pas au jeune homme qui, de nos jours, cherche une position, quel collège il a fréquenté ou quels ont été ses ancêtres. La question qu’on lui pose est celle-ci : « Que pouvez-vous faire ? » – C’est une éducation spéciale qui lui est demandée. La plupart des hommes qui se trouvent à la tête de grandes entre­prises y sont arrivés pas à pas, en commençant par les occupations inférieures que nécessitent ces entreprises.

« Je sais qu’il peut terriblement travailler », disait Cecil de Water Raleigh, pour expliquer ses récents succès.

reussite_7J_nouveaux_objectifs_L

La Force Volique

Distinction entre la force adductrice de la pensée et la force volique

Pour produire une forte impression sur quelqu’un, vous bénéficierez dans votre œuvre de suggestion du concours de 2 autres forces.

La première de ces forces alliées est connue comme la propriété adductrice de la pensée, que j’expliquerai plus amplement ultérieurement ; la seconde est la force volique de l’esprit.

Mais tout d’abord, signalons la différence entre ces 2 manifestations de la puissance de l’esprit. Dans le premier cas, la force adductrice de la pensée, dès qu’elle est mise en mouvement, affecte les autres sans qu’un effort conscient de votre part soit nécessaire ; il suffit que vous pensiez fortement pour que vos pensées agissent d’elles-mêmes.

Dans les manifestations, au contraire, de la force volique, la conscience et la volonté de l’opérateur sont également éveillées et agissantes. Il dirige délibérément les vibrations de ses pensées sur un point précis ; quand le but est atteint, et que la volonté se retire, les vibrations cessent.

Je ne trouve pas de terme dans le langage courant pour définir ce type de force de la pensée, et je ne peux pas continuer à en parler comme d’un « effort conscient de la volonté pour produire certaines vibrations de pensée dirigées sur un point précis et en vue d’un but déterminé. »

Définition de la volation et de la force volique

La nécessité me pousse donc à inventer un terme pour exprimer de manière concise et adéquate l’idée en question. J’utiliserai donc le terme « Volation » qui vient du mot latin « Volos » voulant dire « volonté ». Ce mot ne doit pas être confondu avec le terme « Volition » qui désigne le choix de la volonté plutôt que son exercice. Du mot Volation, je déduirai l’expression « force volique » qui répond exactement à l’idée qui nous occupe ici.

Une force très puissante

La force volique est une des forces les plus puissantes de la nature, et en même temps, l’une des plus ignorées. Il n’est pas d’être humain qui ne l’ait manifestée à certains moments de sa vie, mais le plus souvent inconsciemment. Ou alors, s’il en prend conscience et en perçoit les effets, il n’en discerne pas les causes ni les lois.

Cette force peut être considérablement accrue par une pratique et un entraînement intelligents, si l’on consacre à la tâche le temps et l’effort nécessaires. J’indiquerai quelques exercices destinés à développer cette force dans la leçon sur la Concentration.

Le moi véritable

Pour pouvoir faire un usage intelligent de la force volique, il est nécessaire tout d’abord de comprendre la vraie nature de la volonté ; et pour comprendre celle-ci, vous devez réaliser quel est votre MOI véritable.

La majorité des personnes identifient leur être réel à leur corps physique. Ceci est le point de vue matérialiste.

D’autres l’envisagent comme une créature mentale qui contrôle le corps et dont le siège est dans le cerveau. Ceci n’est que partiellement correct.

Certains ont vaguement conscience de l’existence d’un « moi supérieur » en eux, alors que d’autres le reconnaissent pleinement et vivent et agissent selon ses préceptes.

« Je suis »

Le vrai « Moi » est autant supérieur à l’esprit que l’esprit l’est au corps ; et les 2, le corps et l’esprit, lui sont subordonnés. Les 2 sont ses outils et accomplissent son travail. Notre vrai Moi est celui que nous sentons en nous, quand dans des moments de rêverie ou d’introspection, nous pensons ou disons, « JE SUIS. »

Chacun de nous a senti maintes fois la réalité de son être véritable, mais sans en mesurer toute l’ampleur et importance.

Posez ce livre quelques instants, et tout en détendant tous les muscles de votre corps et rentrant dans un état d’esprit passif, méditez calmement sur les mots « JE SUIS ». Essayez d’imaginer votre vrai moi, supérieur et à l’esprit et au corps. Si vous êtes dans l’état mental et physique approprié, vous percevrez une lueur de la présence intérieure de votre véritable individualité.

Continuez l’exercice. Il aiguisera votre perception de la vérité intérieure. Rien ne peut blesser ou détruire votre vrai Moi. Le corps et l’esprit peuvent disparaître, mais « JE SUIS » est éternel et intouchable. Il est puissant, et, dès que l’esprit apprend à se soumettre à son pouvoir, l’homme se transforme et acquiert des pouvoirs insoupçonnés jusqu’ici.

L’objectif de cette série de leçons ne me permet pas de m’attarder sur le sujet. Son étendue et son importance exigeraient de nombreux volumes, qui ne lui rendraient encore que faible justice. Pour l’instant, je souhaite diriger l’attention du lecteur sur cette vérité essentielle, avec toute la force de conviction dont je suis capable.

L’âme humaine

Vous pouvez pensez tout ce que vous voulez sur les idées présentées dans cet ouvrage, vous êtes libre de les accepter ou rejeter à votre guise, mais laissez cette seule pensée pénétrer profondément dans votre esprit : « JE SUIS » EST MON MOI VÉRITABLE. Quand votre esprit reconnaîtra son maître, vous aurez appris le secret ultime de la Vie.

J’ai planté cette graine de pensée en vous, et elle se développera pour devenir une belle plante avec, au sommet, une fleur dont le parfum surpassera celui des fleurs les plus luxuriantes au monde. Quand ses pétales s’ouvriront et révéleront la fleur dans toute sa splendeur, vous saurez alors que vous vous êtes trouvé vous-même.

« Je suis le Seigneur des multiples mondes,
Qui règne depuis le début des temps ;
Et la nuit et le jour en ronde,
Passeront devant mes yeux.
Mais le temps cessera avant moi,
CAR JE SUIS L’ÂME DE L’HOMME.  »
– Charles H. Orr

La volonté

Nous entendons par « volonté » une manifestation du moi véritable – du JE SUIS – de l’individu, qui entretient avec lui une relation analogue à celle de la pensée avec l’esprit.

Quand nous disons « développer la volonté » nous voulons dire en réalité que c’est l’esprit qui doit se développer pour être à même de reconnaître le pouvoir de la volonté sur lui et de s’y soumettre. La volonté, elle-même, est suffisamment forte ; elle n’a pas besoin de « développement ». C’est contraire à l’opinion commune, mais c’est néanmoins juste.

Le courant puissant de la volonté circule à travers un réseau de fils psychiques, mais il faut apprendre à le « brancher » pour pouvoir déplacer le véhicule mental.

La pensée active et la pensée passive

Les pensées opèrent selon des réseaux de fils différents. Il y a 2 réseaux de fils correspondant à 2 sortes de pensées. L’une, que nous avons appelée la pensée passive est inconsciente et irréfléchie, à peine plus qu’un acte instinctif – « ça pense » en quelque sorte – et elle ne demande que peu ou pas du tout de force volique pour se produire.

L’autre sorte de pensée, que nous avons appelée la pensée active, est liée à un effort mental délibéré et fait appel à la volonté. Je peux juste attirer votre attention sur ce fait, car le cadre restreint de cet ouvrage ne me permet pas de le traiter en profondeur.

Je me suis déjà aventuré assez loin, étant donné que cet ouvrage est censé vous enseigner le « Comment » et non le « Pourquoi ». Par conséquent, je ne vous conduirai pas au-delà de cette frontière, dans le vaste royaume de la théorie. Plus l’homme pense le long des fils actifs, plus ses vibrations de pensées sont fortes et puissantes.

L’inverse est vrai aussi, bien entendu. Celui qui maîtrise les lois du contrôle mental a un immense avantage par rapport à celui qui subit ce contrôle et qui n’opère qu’avec des fils passifs.

La projection des vibrations de pensée

L’esprit projette toutes sortes de pensées dont les vibrations ont plus ou moins de force selon le degré d’intensité de l’impulsion initiale. Les pensées passives sont moins puissantes que les pensées actives, mais les premières peuvent acquérir une grande force grâce à une répétition persistante.

Il est facile de comprendre que pour produire un effet direct sur quelqu’un par des vibrations de pensées, un effort de volation est exigé ; plus la force de volation est grande, plus fort sera son effet.

reussite_7j_6_cles_confiance_soi_L

Puissance du moment présent. Changez de mentalité

Afin d’exécuter ce travail (karma), l’organisation des objectifs prend de la splendeur.

Les Objectifs

Si pendant un instant nous pensions à vivre sans objectifs, vivre signifierait errance. Même les personnes âgées ont un objectif, rester en forme et continuer à vivre. Les idolâtres ont aussi un objectif de réalisation de soi. Nos objectifs dans la vie nous permettent de créer une mission qui est de vivre afin d’accomplir ces choses. Nous ne vivons pas jour après jours seulement pour nous même.

Quand nous nous fixons des objectifs, qu’ils soient personnels, qu’ils concernent nos proches ou qu’ils soient associés à notre travail, il est de notre devoir de les mener à bien. Toutefois, il est pratiquement inconcevable d’accomplir des objectifs à long terme dans le temps présent. Évidemment, la préparation est concevable dans le présent. Le but de l’établissement d’un objectif ne devrait pas être lié avec le futur. Un objectif devrait agir comme une aide pour améliorer notre qualité de vie et devrait être axé dans le présent. Bien sûr, quand un objectif est accompli, il devient plus réaliste et donne les résultats recherchés.

Adopter un état d’esprit avec un objectif dans le temps présent, paraît difficile au premier abord. En pratiquant, vivre dans le présent fera partie de notre objectif. Pour accomplir et faciliter un objectif à long terme, il peut être divisé en plusieurs composants. Concentrez-vous sur la partie de l’objectif qui est d’intérêt à cet instant, au lieu de vous précipiter sur une partie différente du but.

Quand vous vivez dans l’instant présent, ne vous précipitez pas en avant, au contraire, suivez votre instinct. La préparation des objectifs et le travail qu’ils demandent doivent être à l’infini. Quelqu’un a justement déclaré que « les objectifs doivent être des flèches sur un parcours et non pas le parcours lui-même ».

reussite_7j_moment_present_L

Puissance du moment présent. Se donner un objectif dans le présent

Afin d’exécuter ce travail (karma), l’organisation des objectifs prend de la splendeur.

Les Objectifs

Si pendant un instant nous pensions à vivre sans objectifs, vivre signifierait errance. Même les personnes âgées ont un objectif, rester en forme et continuer à vivre. Les idolâtres ont aussi un objectif de réalisation de soi. Nos objectifs dans la vie nous permettent de créer une mission qui est de vivre afin d’accomplir ces choses. Nous ne vivons pas jour après jours seulement pour nous même.

Quand nous nous fixons des objectifs, qu’ils soient personnels, qu’ils concernent nos proches ou qu’ils soient associés à notre travail, il est de notre devoir de les mener à bien. Toutefois, il est pratiquement inconcevable d’accomplir des objectifs à long terme dans le temps présent. Évidemment, la préparation est concevable dans le présent. Le but de l’établissement d’un objectif ne devrait pas être lié avec le futur. Un objectif devrait agir comme une aide pour améliorer notre qualité de vie et devrait être axé dans le présent. Bien sûr, quand un objectif est accompli, il devient plus réaliste et donne les résultats recherchés.

Adopter un état d’esprit avec un objectif dans le temps présent, paraît difficile au premier abord. En pratiquant, vivre dans le présent fera partie de notre objectif. Pour accomplir et faciliter un objectif à long terme, il peut être divisé en plusieurs composants. Concentrez-vous sur la partie de l’objectif qui est d’intérêt à cet instant, au lieu de vous précipiter sur une partie différente du but.

Quand vous vivez dans l’instant présent, ne vous précipitez pas en avant, au contraire, suivez votre instinct. La préparation des objectifs et le travail qu’ils demandent doivent être à l’infini. Quelqu’un a justement déclaré que « les objectifs doivent être des flèches sur un parcours et non pas le parcours lui-même ».

reussite_7j_moment_present_L

Contrôle externe de l’esprit. Une arme de prédilection populaire utilisée de nos jours

Le contrôle de l’esprit est utilisé au quotidien pour une grande variété de choses. La première chose qu’il faut comprendre est que les gouvernements utilisent bon nombre de ces techniques sur la population, à des moments aléatoires, pour vérifier son efficacité. La chose suivante est que nous avons été conditionnés pour percevoir le contrôle de l’esprit de la manière dont les films d’espionnage l’ont présenté. Vous n’avez pas à être attaché dans une machine pour être victime de manipulation mentale.

C’est bien plus sophistiqué. La manipulation mentale, ou “lavage de cerveau”, est utilisée sur des victimes ignorantes par des personnes assez malines pour s’en tirer sans être inquiétées. La variété de personnes utilisant ces techniques va des escrocs, aux gouvernements, en passant par les médias et même des bailleurs ne réussissant pas à expulser des locataires, utiliser cette tactique pour s’en débarrasser. Beaucoup de personne désespérées qui s’engagent dans des activités criminelles pour gagner de l’argent utilisent le contrôle de l’esprit, la manipulation mentale. Ce contrôle est également utilisé dans les relations abusives lorsqu’un partenaire domine l’autre. Pourquoi ces personnes utilisent-elles le contrôle de l’esprit ? Parce qu’elles ont l’argent, le temps et le pouvoir de le faire. Chaque fois que nous allumons la télévision, la radio ou l’ordinateur, les publicitaires utilisent ces techniques pour vendre leurs produits.

De nos jours, un nouvel élément touchant le contrôle de l’esprit est utilisé. Communément appelé contrôle de l’esprit psycho-électrique, il provient du développement de la technologie et des tactiques de guerre du gouvernement, spécialement après la sortie de la guerre froide. Ce type de contrôle de l’esprit est généralisé, utilisé par les organisations politiques, les groupes religieux, les grosses entreprises ou les propriétaires qui emploient des individus technologiquement érudits.

“Le contrôle de l’esprit psycho-technologique” est une méthode élaborée avec précision. Elle est fondée sur un harcèlement 24h/24, perpétué contre des personnes qui ne réalisent rien au début. Elle survient à l’intérieur des maisons, dans l’environnement immédiat. Ce type de contrôle est grandement amélioré par l’utilisation de technologie avancée. Ce type de manipulation mentale peut produire des symptômes à la fois douloureux et débilitants, qui sont infligés silencieusement à la victime, à distance, sans laisser de trace. C’est donc la méthode numéro un de nos jours puisqu’elle permet un crime parfait.

Si la victime commence à remarquer que quelque chose ne va pas, elle ne comprend souvent pas ce qui se passe. L’agent ou le groupe espèrent que la victime n’est pas consciente de ce harcèlement technologique. Ils veulent que la victime se plaigne sans avoir aucune preuve. Si la victime est désorientée en raison des symptômes créés, elle perdra toute crédibilité et semblera être instable mentalement. Une fois que l’agent ou le groupe sont en mesure de briser physiquement la victime, ils avancent, par étapes, vers l’entrée dans la maison.

L’étape suivante, après avoir essayé de pénétrer dans la maison, est de s’attaquer aux choses telles que la voiture de la victime, de la faire suivre dans ses activités quotidiennes routinières. Selon la situation, l’agent peut inclure la destruction de la propriété via le vandalisme, le vol et peut aussi installer des dispositifs dans la maison afin de monter une machination. Tous les moyens sont bons lorsqu’un agent est engagé pour détruire une victime.

Le contrôle externe de l’esprit avance main dans la main avec les autres techniques pour totalement détruire la vie de la personne. Il interfère avec la capacité de la cible à gagner sa vie, à conserver de bonnes relations ou à simplement apprécier d’être en vie. Ces symptômes externes sont conçus pour apparaître comme des drames de la vie subis par la victime sur des bases régulières. Allons ! Votre bon sens devrait vous envoyer un signal d’alarme si vous voyiez et ressentiez ces signes jour après jour. Les auteurs de ce type de manipulation mentale sont, très souvent, couronnés de succès, spécialement parce que la victime ne comprend pas ce qui se passe.

La connaissance est le pouvoir. Si vous comprenez ce qui se passe, vous pouvez commencer à vous battre. Voici les symptômes communs si vous suspectez que vous êtes victime de contrôle externe de l’esprit.

  1. Trafic de téléphone – Inclut entendre des bruits sur la ligne, un dispositif d’écoute que vous pouvez entendre, des faux numéros fréquents et un comportement étrange du téléphone de votre maison. Vous pouvez décrocher et entendre une voix ou le téléphone, ou bien votre téléphone peut être hors service sans aucune raison. Ils peuvent aussi contrôler les cellulaires via la technologie informatique ou les bons vieux téléphones filaires.
  2. L’intrusion dans la maison de quelqu’un ou sur son lieu de travail – S’ils sont en mesure d’entrer dans votre maison, les agents peuvent bouger les choses de place pour vous faire savoir qu’ils étaient là, mais sans vous laisser l’opportunité de le prouver. Ils peuvent également laisser des dispositifs. Dans les cas sévères, ils peuvent mettre la propriété à sac et la détruire.
  3. Sabotage des équipements de votre maison – Vos ordinateurs, téléphones, réfrigérateurs, télévisions sont fréquemment en panne et vous devez payer pour les réparer. Certains appareils peuvent sembler impossibles à réparer pendant des mois puis, soudainement, fonctionner de nouveau.
  4. Vols continuels et remplacement de certains biens.
  5. Ordinateurs agissant de manière erratique et ne fonctionnant pas comme ils le devraient.
  6. Les courriels et les courriers sont bloqués et retardés
  7. La cible est suivie lorsqu’elle quitte sa maison.
  8. Le moyen de transport qu’utilise la cible est trafiqué. La voiture peut être immobilisée ou s’ils utilisent un taxi, l’agent peut être le chauffeur. La personne peut être suivie par un autre véhicule.
  9. La cible peut découvrir que les choses qu’elle achète habituellement en ligne ou en magasin sont trafiquées. Un exemple : vous allez quelque part pour acheter un objet spécifique, l’agent peut arriver avant vous et le déplacer pour vous énerver.
  • Les voisins arrivent à des moments inopportuns. Vous pouvez voir des gens vous observer, qui semblent minuter vos activités depuis leurs fenêtres et lorsque vous sortez. Les voisins peuvent être de manière inexplicable, trop amicaux ou hostiles, bruyants ou encore vous ennuyer à des moments étranges.

Ce ne sont PAS toutes les tactiques qu’un agent peut utiliser. Ce sont juste celles de base, communément utilisées.

Certaines des autres tactiques utilisées par les agents sont :

  1. L’infiltration par des moyens subtils pour, au final, contrôler la victime tout en paraissant se lier d’amitié avec elle.
  2. Guerre psychologique, telle qu’encourager la mauvaise estime de soi et la dépression chez la victime. Faire qu’elle se sente mentalement déséquilibrée et pas à la hauteur.
  3. L’agent utilisera le système légal pour harceler la victime. Il falsifiera tout ce qu’il pourra au niveau des impôts et autres afin de coincer la victime.
  4. Menaces physiques et tentatives d’effrayer physiquement la victime.
  5. Se plaindre auprès du système judiciaire semble futile parce que les abus des auteurs s’arrêtent juste avant la limite de l’illégalité et en raison du manque de preuves.

“Théâtre de rue” est le terme utilisé pour décrire les coups montés que l’agent utilise pour le harcèlement de la victime en public, ou lorsque d’autres sont présents. Ils sont conçus pour que la victime ait l’air idiote ou paranoïaque. L’auteur peut être simplement vu comme quelqu’un légèrement impoli, agressif ou imprudent, mais pas comme un agent. Ces scènes sont destinées à faire que la cible apparaisse paranoïaque et déraisonnable aux yeux de ceux qui l’observent.

Le théâtre de rue survient habituellement dans les endroits que la victime fréquente ou aime aller. Les supermarchés et les magasins de quartier sont les lieux parfaits pour ce genre de harcèlement scénique. Pour ceux qui utilisent les transports publics, ce sont aussi des endroits pertinents pour le théâtre de rue.

C’est la combinaison de théâtre de rue et d’attaques électroniques qui fait que la victime se sent impuissante, seule, avec une vie qui ne vaut rien. Comprenez également que l’utilisation d’ondes électroniques peut produire un inconfort physique lorsque dirigées sur la cible. La privation de sommeil peut être réalisée via différentes méthodes de fréquence d’ondes, telles que les chocs ou secousses réveillant quelqu’un à chaque fois qu’il s’endort. Une autre alternative est d’utiliser le système de chauffage, comme les radiateurs et les conduits d’aération, spécialement dans les immeubles. Ceci peut durer des mois ou des années.

Infliger des douleurs directement sur certaines parties du corps de la victime peut être accompli via des ondes sonores électroniques ou ondes de radiation. Dans certains cas, la douleur est telle qu’elle induit vomissement et incontinence. La victime aura la sensation d’être fouettée ou brûlée si la technologie est assez puissante. Parfois, en raison de l’intensité des radiations, des marques sont visibles. Tout ceci pour faire croire à la victime qu’elle subit des attaques surnaturelles, contre lesquelles elle est impuissante.

L’agent peut également diriger les ondes sonores électroniques et les radiations directement sur la victime pour créer le sentiment que quelqu’un joue avec elle. Parfois violemment, parfois sexuellement. L’intention derrière tout cela est d’épuiser la victime à un point qu’elle ne puisse plus prendre soin d’elle-même ou de sa maison.

Les attaques électroniques peuvent toucher les capacités de raisonnement et de logique de quelqu’un. Les sens peuvent être attaqués pour refouler l’odorat, le goût ou le toucher. Tout cela dans le but de faire croire que des activités paranormales, comme des médiums ou des entités, sont la cause de ce genre de choses.

Dans certains cas, l’agent attaquera la personne sur le plan sexuel grâce à ce type de bombardement électronique. Il peut envisager de créer un état hypnotique pour briser la personne physiquement et l’épuiser. Ce bombardement peut induire un changement dans les préférences sexuelles de la victime (le renversement de genre est également tenté pour discréditer le sentiment de normalité).

Comprenez que la fréquence de ces attaques n’est pas aléatoire et qu’elles durent dans le temps. Si vous suspectez que vous êtes une victime, ces choses ressortiront et seront des événements fréquents :

  1. Les pannes électroniques des instruments de votre maison se produisent régulièrement et fonctionnent de nouveau, aussi vite qu’ils tombent en panne.
  2. Les bruits autours de votre maison interrompent votre tranquillité.
  3. Vous avez des sifflements dans vos oreilles ou entendez des sons à haute fréquence régulièrement.
  4. Vous avez des problèmes pour dormir ; vous sursautez, quelque chose vous démange ou des meubles bougent.
  5. D’anciens amis vous évitent, tout comme vos nouvelles relations pour aucune raison apparente.
  6. Vous découvrez que votre mémoire et votre logique sont erronées sans aucune cause médicale.

Il existe des cas invraisemblable sur la manipulation mentale électronique. Si vous avez l’occasion, essayez de lire des chroniques ou des articles sur le sujet.

Exercices spéciaux pour l’éducation de l’esprit et l’entretien de la santé. 6

Sixième Leçon

L’effet de l’Autosuggestion est extraordinaire. Comme un grand écrivain a conseillé de le faire, dites-vous chaque soir, immédiatement avant de vous endormir, que le lendemain vous travaillerez aisément et avec fruit, et que tout ira bien. Ne mentionnez pas que vous serez ennuyé, ni fatigué; éloignez de votre esprit les mots « fatigue » et «ennui ». Ne pensez qu’à la facilité, à l’agrément, au succès du travail pour le jour suivant.

Le meilleur moment pour l’Autosuggestion est celui qui précède immédiatement le sommeil.

Le meilleur moment pour vous rappeler les avantages d’exercices judicieux, c’est celui où vous vous habillez et vous déshabillez. On a peu à gagner en faisant attention aux divers mouvements qu’exigent ces deux actes, si ce n’est de temps en temps, pour la pratique. On ferait bien, pourtant, d’y prendre garde quelquefois. Par exemple, lorsque vous prenez un bain, goûtez pleinement la sensation de vous asperger d’eau avec une éponge,, et, tandis que vous brossez vos cheveux, rendez-vous bien compte du mouvement musculaire que vous accomplissez et des sensations produites sur le cuir chevelu et sur les cheveux.

Au lit.

Voici un exercice musculaire de respiration correspondant aux mouvements abdominaux de la Deuxième Leçon. Aspirez l’air comme il a été dit, les mains sur les côtes, et, tandis que vous retenez votre haleine, pressez les côtes en dedans, puis laissez-les se détendre de nouveau au dehors ; puis, pressez-les encore en dedans, afin de faire circuler l’air à travers les poumons. Rejetez alors l’air vicié. Pendant que vous êtes encore étendu sur le lit, gardez mous et libres les mains et les bras ainsi que la jambe et le pied gauches; élevez alors votre jambe droite pliée, avec les orteils en extension complète, de façon à étirer les muscles antérieurs de la jambe. Amenez le genou droit vers votre poitrine, en veillant à ce que celle-ci ne s’avance pas à la rencontre de votre genou. Maintenez la tête en arrière et le menton rentré. Secouez alors votre jambe et votre pied droits et laissez-les se reposer. Refaites cet exercice avec la jambe et le pied gauches. Ne vous contentez pas de ce mouvement partiel; recommencez-le avec la jambe droite, tandis que la gauche est au repos; mais, cette fois, amenez le genou droit vers la poitrine avec les deux mains. Vous serez surpris de voir que vous allez beaucoup plus loin que sans l’aide des mains. C’est ce qui arrive dans les exercices de respiration : les mains vous aident à expirer plus complètement. Secouez alors la jambe droite et laissez-la se reposer. Répétez l’exercice avec la jambe gauche.

Si vous êtes assez fort, exécutez-le, simultanément, avec les deux jambes.

Alors, reposez-vous, détendez-vous, et refaites ces exercices successifs en imagination. Vous devriez y arriver aisément. Ces mouvements ont plusieurs avantages. Non seulement ils fortifient des muscles importants du tronc, mais ils massent le foie et l’estomac. C’est la jambe droite qui a le plus d’effet sur le foie, la jambe gauche en a davantage sur l’estomac.

Hors du lit.

Restez debout, les jambes suffisamment écartées, les pieds posés fermement sur le sol, les genoux bien effacés. Il est très important pour cet exercice que les reins soient cambrés et le menton rentré; vous pouvez encore, si vous le préférez, regarder au plafond, la tête étant bien rejetée en arrière; cependant, ne faites pas d’efforts exagérés. Tout d’abord, ayez la main et le bras gauches mous et libres; pliez ensuite le bras droit et amenez le revers de la main droite sous votre menton; maintenez votre coude droit près de vos côtes droites. Etendez lentement votre main droite devant vous, les doigts étant maintenant renversés en arrière et joints. La paume des mains doit rester face en avant. Maintenant, portez votre pouce droit en avant et en bas et faites tourner lentement votre bras droit raidi, comme lorsque vous exécutez certains mouvements de natation. Ramenez-le en arrière, et ramenez également votre épaule en arrière et en bas, jusqu’à ce que la main et le bras droits soient abaissés; élevez-les alors de nouveau et placez-les dans la première position.

Exécutez ce mouvement deux fois, La main et le bras gauche doivent être mous et libres; ne les laissez pas « sympathiser » avec le mouvement. Secouez alors la main et le bras droits. Laissez-les se détendre à leur tour, et mettez-les au repos. Recommencez l’exercice avec la main et le bras gauches, puis avec les deux mains et les deux bras. Enfin, reposez-vous, et refaites le tout en imagination.

Vivre simplement. En selle !

Une grande partie de nos dépenses énergétiques provient du carburant utilisé pour nos véhicules. Mais avec la flambée de son prix jour après jour, conduire une voiture ne relève plus seulement de la consommation d’énergie, mais également des budgets personnel et familial. Le vélo se révèle alors être une alternative simple et saine à la voiture de par son économie d’énergie, ce qui, en plus de porter bénéfice à la consommation énergétique de la planète, peut garder votre portefeuille un peu mieux garni.

Faites-le à vélo

Décidez quelles courses vous pouvez faire près de chez vous. La plupart de nos courses quotidiennes sont accessibles à quelques rues, que ce soit au supermarché, à la laverie ou à la banque. Des tâches facilement opérables sur deux roues plutôt que quatre, sont bénéfiques à la préservation d’énergie ainsi qu’à l’apport d’un air frais et d’un effort physique dans vos commissions de tous les jours.

Pourquoi ne pas vous rendre à vélo sur votre lieu de travail ? Si vous habitez à une distance raisonnable, les bienfaits seraient considérables. Vous pouvez peut-être éviter le stress des autoroutes, belle occasion pour votre corps et votre santé. Par ailleurs, le citoyen français sortirait de sa poche plus de 6000 € par an pour entretenir et conduire sa voiture. C’est une situation que vous pouvez prévenir en utilisant votre bicyclette.

Encouragez votre entourage à prendre la même initiative, plutôt que de les déplacer en voiture. Rien ne vous empêche de les accompagner pour les rassurer et passer du temps ensemble. Cela se prête particulièrement aux trajets scolaires quotidiens, par exemple, idéaux en outre pour éliminer l’excès d’énergie.

Localisez les voies cyclables et routes panoramiques de votre secteur. Les vélos se faufilent là où des voitures ne pourraient aller, comme des parcs ou autres espaces dégagés. En les traversant à bon escient, vous pouvez même trouver un raccourci vers votre lieu de travail ou pour vos courses.

Alternez entre la bicyclette et les transports en commun. Les services de métro, bus et trains font partie de la vie des grandes villes, cependant il est très probable qu’il n’y ait pas de desserte juste devant votre porte. La distance restante peut être parcourue à vélo, d’autant plus que la plupart des réseaux de transport public sont équipés de râteliers pour les deux-roues.

Comment maintenir son but

L’Examen de Conscience

1. Ce bilan lucide et sincère de toute votre vie, dressez-le tout de suite, pour décider d’après votre passé ce que doit être votre avenir. Que vous soyez en crédit, ou au contraire en faillite et qu’il y ait lieu à liquidation, dans les deux cas vous gagnerez immensément à faire la clarté sur votre situation, à vous rendre compte de ce que vous avez fait et de ce qu’il vous reste à faire.

Mais si cette enquête est à ce point profitable, pourquoi ne pas vous en assurer le bénéfice à intervalles réguliers ? Une maison de commerce ordonnée procède à l’inventaire de ses marchandises, à la vérification de ses comptes, une ou deux fois l’an. Suivez cet exemple : les conditions du succès sont partout les mêmes.

Grâce à cette méthode vous ne pourrez plus perdre de vue pendant longtemps votre but : vous constaterez régulièrement si vous stationnez ou rétrogradez, si vous avancez normalement ou d’un pas trop lent. Vous ne vous éterniserez pas dans un « hors-d’oeuvre », dans un intermède, vous risquerez moins de gaspiller longtemps votre application et vos forces. Vous apprécierez si les procédés essayés par vous au jour le jour fournissent ou non un rendement satisfaisant.

Vous vous préserverez à la fois de l’inconstance et de la nonchalance.

Un Exemple d’Examen de Conscience.

2. Voici, comme exemple, une question pratique : « Avez-vous de l’énergie, de la force d’action ? » Vous devez vous la poser et vous examiner à fond. Si vous pouvez répondre « oui », ce sera un encouragement ; si vous devez répondre « non », vous aurez du moins vu clair en vous.

Prenons dans nos dossiers quelques réponses négatives :

(1) « Non, je n’ai pas d’énergie. Je suis froid, incapable d’enthousiasme et de larges sympathies. »

(2) « J’ai quelque énergie, mais seulement lorsqu’il s’agit de suivre les sentiers battus. Je laisse les autres penser pour moi. J’obéis, parce que je n’ai jamais eu la force de diriger. Je suis essentiellement un « subordonné ».

(3) « Oui, j’ai de l’énergie, mais seulement pendant de courtes périodes. Je suis comme un feu de paille : je pétille et flambe d’enthousiasme, puis, tout s’éteint.

On peut fonder plus d’espoir sur des hommes qui ont appris ainsi à se connaître – pourvu qu’ils ne laissent pas inutilisée cette science de soi – que sur ceux qui n’ont jamais eu le courage de s’analyser consciencieusement. Se lamenter sur ses défauts et ne rien faire pour les corriger est funeste. Le courage que nécessite un examen de conscience, c’est de « tout voir sans crainte ». Ayons ensuite celui de mettre en ordre notre « maison mentale ». Achevons la tâche entreprise.

Questionnaire pour l’Examen de Conscience.

3. (1) Etes-vous satisfait de votre santé physique? Et de votre intelligence? Et de votre caractère? Non. Alors que faites-vous pour les améliorer? La connaissance de vos faiblesses suscite-t-elle en vous l’énergie d’y porter remède?

(2) N’avez-vous jamais comparé vos qualités à celles des personnes dont vous avez pu parfois envier les succès individuels, sociaux ou commerciaux? Si oui, quels profits avez-vous tirés de cette comparaison?

(3) Quelles ont été les périodes de votre vie les plus heureuses, celles où vous avez remporté le plus de succès? Les attribuez-vous à votre bonne santé, à certaines dispositions mentales ou aux deux ensembles?

(4) Pourriez-vous vous déplacer dans ces mêmes dispositions, de façon à obtenir des résultats semblables?

(5) Si vous n’avez traversé aucune période de ce genre, est-ce votre faute? Ou pouvez-vous en faire retomber la responsabilité sur d’autres?

(6) Certains moments de la journée conviennent mieux que d’autres à cette sorte de méditation qui conduit aux actions fécondes. Avez-vous trouvé l’heure qui vous convient le mieux personnellement? L’utilisezvous bien?

(7) Faites une liste de vos bonnes qualités et de celles qui vous semblent moins louables. Pour en juger avec impartialité, demandez-

vous quelles sont celles qui vous ont aidé à réussir et que vous seriez fier d’avouer?

(8) Quel but proposez-vous d’atteindre plus tard? Quel est celui que vous poursuivez maintenant?

(9) Quels moyens avez-vous décidé d’employer pour l’atteindre?

(10) Etes-vous absorbé dans votre travail au point de n’avoir aucun autre intérêt?

(11) Vous donnez-vous tout entier à votre travail ou vous contentez-

vous d’en faire juste assez pour satisfaire votre employeur?

(12) Avez-vous analysé votre travail pour déterminer quelles possibilités vous pouvez en tirer?

(13) Avez-vous essayé de déterminer les caractéristiques et les qualités de ceux qui vous ont surpassé et les raisons de leur avancement?

(14) Cédez-vous à la tendance de noter et de critiquer les défauts des autres plutôt que de remarquer et d’apprécier leurs qualités?

(15) Ne vous êtes-vous pas déjà aperçu que, pour réussir en quoi que ce soit, il faut travailler avec ardeur et persévérance?

(16) Recherchez-vous ou fuyez-vous la responsabilité?

(17) Comprenez-vous comment la responsabilité qui vous incombe contribue à développer l’esprit et à former le caractère?

(18) Lavater a dit : « il ya trois classes d’hommes : ceux qui rétrogradent, ceux qui restent stationnaires, et ceux qui progressent. » A laquelle croyez-vous appartenir?

(19) Après avoir quitté l’école, avez-vous continué à vous cultiver méthodiquement, ou avez-vous laissé de côté les connaissances acquises?

(20) Avez-vous jamais entrepris un travail pour amour pour les autres et sans rémunération? Combien de temps êtes-vous resté sans faire une action vraiment bonne et généreuse?

(21) Avez-vous pris la résolution de chercher de nouvelles idées, ou vous êtes-vous contenté d’accepter, celles des autres, bénissant ces derniers de vous épargner la peine de penser?

(22) Etes-vous d’une sensibilité et d’une réserve exagérées ? Ne perdez-vous pas ainsi un grand nombre des avantages de la vie?

(23) Gaspillez-vous votre énergie à imaginer des malheurs imprévus et les moyens de les prévenir : ou à livrer des batailles imaginaires à vos prétendus ennemis? Vous laissez-vous aller à des pensées pessimistes et néfastes?

(24) Si ce questionnaire vous a déprimé, n’est-ce point parce qu’il a souligné vos faiblesses? N’est-ce pas cependant une cause d’espoir, puisque vous pouvez commencer sur-le-champ à les corriger? Nous attachons une grande importance à ces questions d’examen de conscience, parce qu’elles vous permettront d’organiser vos énergies.

Ne négligez aucune question. Ne dites pas qu’elles sont faites pour les autres et non pour vous. Si vous n’avancez pas dans la vie, c’est probablement que vous manquez de méthode ; le questionnaire que nous vous proposons vous permettra de vous en rendre compte.

En somme, si nous ne pouvons pas tout obtenir de nous-mêmes, nous pouvons obtenir beaucoup. Mais notre pouvoir est fondé sur notre connaissance des lois de la nature et de nous-mêmes. La science sans la bonne volonté et la bonne volonté sans la science sont également impuissantes. On ne peut dominer la nature et se dominer soi-même que si l’on obéit aux lois naturelles et aux lois psychologiques. Nous pouvons apprendre à nous fixer un but et l’atteindre en ne négligeant aucune de nos ressources, c’est-à-dire en utilisant les lois psychologiques et en nous imposant une discipline qui s’en inspire. Le but du Pelmanisme c’est de mettre ces lois à la portée des Etudiants et d’accroître ainsi le « rendement » de leurs efforts.

Son Effet sur l’Emploi du Temps.
4. La conséquence immédiate de chaque examen de conscience doit être un meilleur arrangement de notre temps. L’organisation de notre activité sera révisée, remaniée, en chacune de ces circonstances. A quoi bon préciser où nous en sommes dans la poursuite de nos buts, si cette connaissance n’est pas pour nous l’occasion de maintes réformes?

Telle tendance doit, dans notre intérêt, être renforcée : contraignons-

nous à y consacrer davantage de notre temps. Telle autre est reconnue comme risquée ou funeste : veillons à l’exclure de notre vie. Notre tactique vis-à-vis de nous-mêmes doit ainsi s’assouplir, se modifier périodiquement selon nos besoins permanents et notre état passager. A ce prix, notre discipline sera non pas routine, mais instrument de progrès.

Fréquence de l’Examen de Conscience
5. L’examen de conscience, qu’il faut ainsi reprendre périodiquement, sera plus ou moins fréquent selon les besoins de l’Etudiant. Etes-vous inconstant, étourdi, négligent ? Astreignez-vous très souvent à cette épreuve, une fois par semaine, ou même chaque soir. Etes-vous timoré, scrupuleux à l’excès, sans confiance en vous-même ? Risquezvous que l’examen vous déprime ? Ne procédez à ce bilan qu’à des intervalles très espacés, quatre fois l’an, par exemple. En moyenne, l’expérience nous a montré qu’un bilan trimestriel est salutaire à la plupart des gens.

Le dédoublement de soi-même qu’implique l’examen de conscience, exceptionnel chez ceux qui se laissent emporter par la vie, est une obsession chronique, accablante et douloureuse, chez certaines personnes. Ce serait une erreur que de supprimer chez ces dernières toute analyse. Seulement, elles doivent se contraindre à ne pas s’y livrer constamment et à respecter rigoureusement la fréquence qu’elles ont adoptée. Ce qui importe surtout, c’est de ne jamais s’analyser pendant qu’on agit ou qu’on parle en présence des autres.

La Timidité.
6. C’est le moment de dire un mot des fâcheux résultats de la timidité. En voici un exemple : On vous demande, à l’issue d’un dîner, de prononcer quelques paroles. Vous n’avez pas l’habitude de parler en public et, au lieu de penser à ce que vous devez dire, vous vous sentez comme impressionné et comme paralysé. Braqués sur vous, les yeux de vos auditeurs vous hypnotisent. Vous dédirez produire une bonne impression et, afin de juger de votre succès, vous vous croyez obligé de vous écouter parler. A un certain moment, les deux activités, parler et écouter, ne s’accommodent pas très bien l’une et l’autre ; vous écoutez trop, vous perdez le fil de vos idées, et finalement vous vous arrêtez net. On saisit ici sur le vif les inconvénients d’un dédoublement intempestif de la personnalité. Si vous aviez pu vous oublier et ne penser qu’au sujet de votre allocution, si vous n’aviez pas prêté à vos propres paroles une oreille critique, vous vous seriez senti beaucoup plus éloquent. La preuve en est que certaines personnes, fort timides de leur naturel, prononcent parfois des discours émouvants : c’est qu’elles sont suprêmement désireuses de faire triompher une cause qui leur est chère et que ce désir annihile leur habituelle timidité. Leur moi est submergé par leur ferveur, leur passion du moment.

La timidité est parfois accidentelle : un homme généralement doué d’une belle assurance peut se sentir par hasard péniblement embarrassé lorsqu’on l’invite à brûle-pourpoint à prendre la parole devant un nombreux auditoire. Mais beaucoup sont timides et réservés de nature. Ils sont enclins à vivre trop en eux-mêmes, et comme ils sont d’une extrême sensibilité, le tohu-bohu journalier, les plaisanteries et les railleries, les heurts multiples de l’existence sociale les effarouchent ; bref, ils évitent tout ce qui pourrait troubler leur paix intérieure. Il faut qu’ils sachent que leur attitude n’est pas exempte de vanité ; que ce n’est pas la peur seule qui les fait reculer devant toute action publique. Or, une saine compréhension de la vie exige qu’un home sorte de réserve, sans quoi il devient si timide qu’il n’a plus le courage nécessaire pour arriver ; ses progrès se ralentissent et il devient, de la part des autres, objet de pitié.

Le meilleur moyen de parvenir à se dominer, c’est de se créer un intérêt, de former des projets et de travailler à les réaliser. Si, en outre, vous vous donner quelques divertissements, vous guérirez, si aigu que soit le mal.

Pour aider l’Intérêt à accomplir son oeuvre bienfaisante, les timides s’efforceront de suivre les quelques conseils pratiques que nous allons leur donner ; s’ils s’y conforment fidèlement, ils sentiront leur confiance en eux-mêmes s’accroître rapidement et sur monteront les obstacles dont ils s’exagéraient l’importance :

1° Adopter l’attitude corporelle qui correspond à l’état d’âme d’un homme maître de lui et sûr du succès. Prendre une démarche ferme, un regard et un ton assurés. Ralentir ses mouvements et le débit de ses paroles. Dans toute attitude physique, il y a déjà la prédisposition à un état psychique correspondant ;

2° Eviter de se rappeler les défaillances passées ;

3° Ne plus considérer les risques d’insuccès d’un acte qui a été décidé;

4° Sérier les difficultés après les avoir analysées. Les aborder progressivement, du simple au complexe ;

5° Ne pas laisser démonter par un premier insuccès, mais s’y reprendre autant de fois qu’il est nécessaire pour réussir ;

6° Ne jamais se demander : que va-t-on penser de moi ? Ne jamais s’épier soi-même quand on parle ou quand on agit. Concentrer son esprit sur le sujet dont on doit s’occuper.

reussite_7j_joie_vivre_L