Articles

LA DÉTOXIFICATION

Le FOIE

Le foie intervient dans toutes les fonctions de l’organisme

  • la prise de poids par son action sur le métabolisme des sucres et des graisses,
  • l’anémie car il stocke et détruit les globules rouges,
  • la digestion des graisses car il secrète la bile qui permet de les digérer,
  • le transit intestinal car la bile lubrifie et désinfecte le colon,
  • les troubles nerveux (stress, angoisse, nervosité, angoisse…) car il filtre les toxiques qui traversent la membrane qui protège les nerfs,
  • les troubles menstruels car il intervient dans la synthèse des oestrogènes (certaines femmes enceintes ont des nausées ou présentent des troubles à l’approche des règles),
  • les troubles veineux car la grosse veine qui remonte vers le cœur passe derrière le foie et sa compression ralentit le retour veineux (varices, hémorroïdes, impuissance),
  • les troubles respiratoires, par une action mécanique qui bloque le diaphragme et une action métabolique (l’oxyde de carbone libéré par une mauvaise combustion des graisses est détruit au
  • niveau des poumons),
  • la fatigue chronique car le foie stocke et libère dans le sang le glucose qui est la première source énergétique de l’organisme,
  • l’hypotension artérielle.

Le rôle important du foie dans l’équilibre nerveux

Les cellules du cerveau reçoivent et analysent toutes les informations sensorielles. Ces cellules sont protégées par une couche graisseuse que seuls les toxiques peuvent traverser.

L’excès de toxiques diminue le seuil d’excitabilité des cellules nerveuses qui perdent de leur capacité à intégrer les informations.

La colère, l’angoisse, l’anxiété, l’insomnie, en sont les principales manifestations. L’être humain cherche maladroitement à neutraliser par l’apport d’autres stimulants (café, tabac, alcool) qui pris régulièrement, empirent le phénomène.

L’appel à d’autres toxiques se fait alors ressentir et un cercle vicieux s’installe. Ceci crée le phénomène de dépendance et explique le mal-être ressenti lors des sevrages.

Le foie : un véritable piège pour la médecine.

Le foie coordonne toutes les fonctions de l’organisme mais il ne possède pas de fibres nerveuses sensitives ; il ne peut donc pas exprimer son dysfonctionnement par la douleur. En conséquence, il n’est généralement pas pris en compte dans les maladies qui sont traitées par des médicaments toujours toxiques. La prise régulière de médicaments altère la fonction hépatique.

Pour préserver la fonction de ce « filtre », il est nécessaire de ne pas le surcharger et de le nettoyer régulièrement.

Une machine qui fonctionne toujours avec le même combustible ne subit pas de stress et pourtant, son filtre doit être nettoyé régulièrement.

L’être humain ne consomme pas toujours l’aliment idéal, il subit des stress réguliers et ne s’intéresse pas à son filtre puisqu’il n’en souffre pas alors qu’il s’encrasse progressivement.

Il se dérègle (fatigue chronique, maladies de peau, troubles digestifs, etc…) et s’épuise (cholestérol, gamma GT, triglycérides). Tous les cancers atteignent en phase terminale le foie.

La MONODIETE

La MONODIETE consiste à limiter l’apport nutritionnel à une catégorie d’aliment pendant trois repas de suite au cours d’une semaine.

Le jour de la MONODIETE, le corps ne sera pas suffisamment nourri et puisera son combustible parmi les graisses, voie de garage des toxiques, des toxines et des déchets cellulaires. Votre corps va ainsi se purifier et vous retrouverez une force de vie étonnante.

Aucune médication n’est aussi puissante que l’organisme lui-même pour se détoxiquer.

  • Fruits de même catégorie pour les personnes à forte constitution et généralement en période estivale (ex. : pêche, abricot, brugnon), à l’automne (ex. : raisin),
  •  ou fruits ou légumes cuits plutôt l’hiver (ex. compote de pomme, potages de légumes)
  •  ou riz complet (faire tremper toute la nuit et faire cuire 1 heure à feu doux) pour les constitutions fragiles

La pratique mensuelle de la MONODIETE  permet de compenser les écarts et de se protéger contre la maladie

Selon l’état d’intoxication et la force vitale de la personne, la première monodiète peut nécessiter une phase de préparation progressive. Cette étape permet d’éviter toute réaction violente d’élimination (maux de tête, diarrhée…) ou bien un épuisement qui peut se traduire par un « mal être ».

Cette indication sera définie avec votre praticien lors de la consultation.

  • Phase de préparation sur trois jours.

Elle consiste le premier jour à supprimer des repas les graisses (beurre, huiles animales…), le deuxième jour à supprimer les glucides (sucres rapides et lents), le troisième jour, les protéines, le quatrième jour, à s’alimenter uniquement avec des légumes.

  • Reprise de l’alimentation progressive selon le processus inverse sur quatre jours.

Chaque trimestre, une cure de trois semaines de « probiotiques » en alternance avec un complexe à base de glutamine et de curcumine de façon à rétablir une meilleure perméabilité de la muqueuse intestinale peut être conseillée.

 La pratique hebdomadaire de la MONODIETE a permis à de nombreuses personnes de recouvrir la santé

7 jours foie