Articles

QUAND VOTRE FOIE FAIT SA CRISE

Vous ne vous sentez pas “dans votre assiette”. Regardons pourquoi d’un peu plus près :

– Vous êtes un(e) épicurien(ne) et/ou une joyeux(se) fêtard(e) : vous ne manquez pas une occasion de faire des excès en tous genres. D’instinct, vous êtes attiré(e) par les plats en sauce, bien gras et épicés, la charcuterie et la pâtisserie bien crémeuse, et sans vous en rendre compte, vous prenez votre tube digestif pour une éprouvette.

– Lorsque vous êtes malade, vous vous soignez avec “la grosse artillerie”, et avaler sans état d’âme un cocktail “explosif” médicamenteux pour être sur pied plus rapidement ne vous fait pas peur.

– Vous êtes constamment stressé(e).

– Vous avez un tempérament plutôt coléreux et “volcanique”.

– Vous avez des hépatiques dans votre famille et, de ce fait, vous avez une plus grande propension à souffrir de cette fragilité.

Y’a pas de quoi en faire une jaunisse

Si les symptômes physiques engendrés par un foie malade sont désagréables, ses manifestations psychiques le sont tout autant.

Nous l’avons déjà dit : votre foie, par nature, déteste les querelles.

Imaginez donc le mal que vous lui faites lorsque vous vous transformez en bombe à retardement et que vous vous laissez envahir par des colères éruptives, des propos belliqueux, des ruminations vengeresses, un mécontentement entretenu comme un feu de Vestale… quand ce n’est pas l’envie et la jalousie qui s’emparent de vous !

Si vous êtes dans un de ces états, quittez-le au plus tôt, et surtout, ne restez pas dans un trop grand silence – votre foie déteste ça ! Mettez-lui plutôt un fond musical en sourdine qui apaisera ses humeurs. Et si ce n’est pas suffisant, pleurez un grand coup. Vous verrez, c’est souverain et votre foie vous en sera reconnaissant.

7 jours foie

TRAITEMENTS SYMPATHIQUES ET EFFICACES POUR FOIE ÉPUISÉ

Les signes sont là et parlent d’eux-mêmes. Vous n’avez qu’une chose à faire : suivez pas à pas notre programme en 5 étapes pour vous faire un foie tout neuf.

1ère Étape : Mettez-vous à la diète !

Rassurez-vous, ce ne sera pas si difficile, puisqu’un rien vous écoeure. Alors profitez-en !

– Vos nausées vont vous aider à supprimer la graisse sous toutes ses formes comme le beurre, la charcuterie, les fromages gras, les fritures, la mayonnaise, les viandes, les plats en sauce, les épices, les gâteaux.

– Boudez franchement l’alcool, le café, le tabac (c’est peut-être le moment de prendre la décision d’arrêter de fumer).

– Oubliez le chocolat et, si possible, abstenez-vous de prendre des médicaments (sauf traitements impératifs).

La diète hydrique

Vous avez soif et la bouche pâteuse ? Réjouissez-vous, vous allez pouvoir vous saouler… d’eau de source comme Volvic et Mont-Roucous.

Quant à la Vichy Célestins et à l’Hépar, recommandées en cas d’hépatisme, il vaut mieux que vous testiez vous-même la quantité que votre intestin peut supporter. En effet, elles peuvent occasionner quelques diarrhées plutôt bénéfiques puisqu’ainsi, elles assurent l’expulsion des toxines.

  • Dans chaque verre d’eau, nous vous recommandons d’y adjoindre le jus d’1/2 citron, un des meilleurs amis de votre foie.

Une potion magique : le bouillon

– Vous pouvez varier les plaisirs et faire une orgie de bouillons de légumes biologiques et très peu salés, composés de carottes, pommes de terre, navets, céleri, poivrons, chou, poireaux, fenouil.

Drainants, hydratants, vitaminés, ce sont de véritables élixirs de jouvence (aux dires des médecins chinois) pour votre foie, votre ligne et votre teint.

– Pour leur donner du goût, n’hésitez pas à y ajouter des algues pour leurs sels minéraux (azikis, salade de mer, etc.) et des aromates (ail, oignons, cerfeuil, ciboulette, thym, citronnelle, clous de girofle, etc.).

– Complétez votre cure par des jus de fruits frais, des tisanes dépuratives et régulatrices du foie (voir à phytothérapie) et du petit-lait.

  • Durée : 2 à 3 jours, selon votre encrassement.
  • Quantité : à profusion.

Bénéfices : non seulement vous chassez vos toxines et vous récupérez de l’énergie, mais aussi… vous perdez du poids !

Notre conseil : Choisissez de pratiquer cette diète hydrique plutôt en fin de semaine où vous serez tranquille et resterez au chaud.

– Astuce : Restez couché(e) surtout le premier jour et appliquez une bouillotte chaude sur votre foie : non seulement vous vous reposerez mais vous éliminerez beaucoup plus, les reins fonctionnant mieux dans cette position.

2e Étape : Révisez votre diététique

Vous venez de terminer votre diète, bravo ! Mais au 3e jour, vous commencez à avoir une petite faim. Ce n’est pas une raison pour vous jeter sur la nourriture comme la pauvreté sur le monde.

Puisque c’est par là que vous avez “péché”, c’est par là aussi que vous devrez adopter une reprise alimentaire en 3 temps, tout en vous délestant, par la même occasion, de vos anciennes et mauvaises habitudes.

Premier temps : Adoptez une mono-diète

Il s’agit de ne manger qu’une sorte d’aliment. La quantité importe peu, c’est la qualité qui prime. Choisissez de préférence des aliments complets et, en tout cas, biologiques.

  • Vous pouvez donc faire une mono-diète de riz, de boulgour, de quinoa, etc. l de haricots verts, de brocolis, de carottes, etc. l ou de pommes cuites avec peau et pépins, sans sucre, de raisin muscat bien mûr, etc.
  • Durée : une journée (ou 2 si, en plus, vous voulez perdre du poids).

Bénéfice : Peaufine la détoxination et procure au corps un aliment solide.

Astuce : prenez l’habitude de faire une mono-diète un jour par semaine, vous y gagnerez en santé, en minceur et en beauté !

Deuxième temps : Respectez la reprise alimentaire progressive

Vous venez de finir votre mono-diète, et vous vous sentez léger(e) et en forme. Magnifique ! Il est temps maintenant de réintroduire certains aliments dans votre ration quotidienne. Comment ?

– En faisant une large place aux légumes amis de votre foie : ils s’appellent pissenlit, artichaut, radis noir, betterave, chou, laitue, persil, épinards, cresson, endives, etc.

– En réintroduisant, petit à petit, d’abord les protéines végétales (préparations à base de soja et les légumineuses) et en dernier, les protéines animales (poissons pochés, viandes grillées – plutôt poulet et dinde sans peau –), les laitages maigres et les graisses végétales (huiles, purée de sésame).

Notre conseil : Gardez toujours et à partir de dorénavant 2 bonnes habitudes :

  • Chassez les mauvaises graisses une bonne fois pour toutes et remplacez-les, en petites quantités, par des huiles de première pression à froid d’Olive, de Carthame, de Pépins de raisin, de Sésame, etc. Pour vos sauces de salades, préférez celles à base de yoghourt maigre d’abord à 0 %, puis à 20 %, dans lesquelles vous pouvez ajouter un filet de jus de citron, un peu de moutarde, une cuillère à café d’huile d’Olive et des aromates (basilic, persil, oignons, ail, ciboulette, cerfeuil, etc.). Elles peuvent aussi agrémenter vos légumes cuits à la vapeur.
  • Adoptez les soupes et les bouillons de légumes dans votre diététique quotidienne (c’est le grand secret de la santé, de la ligne et de la beauté des Stars).

– Astuce : N’hésitez pas à reprendre la cure de bouillon de légumes et la mono-diète dès que votre foie “fait la tête”, si vous avez fait un écart gastronomique ou lorsque vous ne rentrez plus dans votre jupe.

3e Étape : Faites appel aux plantes cholagogues

De tous temps, les “simples” (comme on les appelait jadis) ont été les fidèles compagnes de l’homme et l’ont aidé à se soigner.

Nous en avons sélectionné quelques-unes qui vous permettront de réhabiliter votre foie efficacement.

L’Aigremoine (Agrimonia Eupatoria) : diurétique, elle soigne l’hépatisme chronique. Une condition : en faire une cure prolongée.

  • Faites infuser 80 g de plante entière pour 1 litre d’eau. Buvez-en plusieurs tasses par jour.

L’Artichaut (Cynara scolymus) : vous l’aimez ? Mangez-en autant que vous voulez. Ce puissant régénérateur et régulateur du foie l’est aussi pour votre vésicule.

  • Ajoutez-y aussi 25 gouttes de cette plante en teinture-mère dans un peu d’eau, 3 fois par jour, avant les repas.

La Chicorée (Cichorium intybus) : diurétique, cholagogue, légèrement laxative, elle purifie le sang, traite notamment l’insuffisance hépatique et l’engorgement de la vésicule biliaire.

C’est un délice en salade (si vous aimez son petit goût amer).

  • Prenez-la aussi en infusion, à raison de 50 g de racines par litre d’eau. Buvez-en plusieurs tasses, en alternant avec l’artichaut.

Le Pissenlit (Taraxacum Dens Leonis) est une véritable panacée pour votre foie car il soigne ses congestions, ses troubles, ses insuffisances et ses crises. Tonique et diurétique, c’est un puissant détoxicant.

  • En saison, consommez-le en salade et/ou faites infuser 50 g par litre d’eau de jeunes pousses et tendres feuilles. Laissez bouillir 5 mn. Buvez-en 4 à 6 tasses, édulcorées au miel.

Le Radis noir (Raphanus sativus) améliore le fonctionnement de la vésicule biliaire et soigne les différentes affections de votre foie.

  • Vous pouvez le manger cru, coupé en rondelles (quelques-unes suffisent avant chaque repas) que vous ferez macérer dans du jus de citron (que vous pouvez boire ensuite). Mâchez-le bien.
  • Vous pouvez aussi déguster le matin, à jeun, l ampoule de Raphanus sativus additionnée d’un jus de citron.

La Chélidoine (Chelidonium majus) agit magnifiquement dans tous les désordres de la vésicule et du foie, même en cas de cirrhose.

  • Vous pouvez l’utiliser en infusion (25 g de feuilles sèches par litre d’eau) ou la déguster en suc frais, le matin à jeun, dans un bol de petit lait.

Le Romarin (Rosmarinus officinalis) donnera du tonus à votre foie, à raison de 4 tasses d’infusion par jour (40 g de feuilles par litre d’eau. Laissez infuser 1/4 d’heure).

La Sauge (Salvia officinalis) a les mêmes vertus que le romarin.

  • Buvez-en une tasse après les repas et une au coucher (20 g par litre d’eau).

Le Citron (Citrus limonum) : ne vous privez pas de ce tonique hépatique bourré de Vitamine C. Additionné à l’huile d’Olive, il purge magnifiquement la vésicule biliaire.

  • Le matin à jeun, prenez 1 cuillère à soupe d’huile d’olive additionnée d’1/2 citron. Vous verrez, c’est souverain !

La Fumeterre (Fumaria officinalis) est apéritive, tonique et dépurative.

  • Excellent remède des voies biliaires, il faut la prendre pendant 8 jours (ensuite, elle devient hypnotique et provoque le sommeil) à raison de 2 tasses par jour, de 3 grammes par tasse d’eau bouillante. Sucrez au miel (c’est amer) ou prenez un comprimé 2 fois par jour (Vente en pharmacie).

4e Étape : Ne boudez pas l’homéopathie et l’oligothérapie

Associées aux plantes, ces 2 médecines douces viendront compléter fort judicieusement votre traitement.

Homéopathie

– Chelidonium 5 CH : le foie est douloureux, sensible au toucher, avec douleur à l’omoplate droite. Vous avez un goût amer dans la bouche, votre digestion est lente, vous somnolez.

– Juglans Cinera 7 CH : en cas de mal de tête situé en haut de la nuque, de douleur au foie jusqu’à l’épaule droite ou sous l’omoplate gauche, de nausées matinales, de démangeaisons, de diarrhées brûlantes et d’insomnies à 3 h du matin.

– Nux Vomica 7 CH : en cas de congestion chronique du foie avec tendance aux hémorroïdes, à la constipation, de langue chargée à l’arrière d’un enduit blanc-jaunâtre.

Oligothérapie

Associer :

– Manganèse : 2 ampoules, 2 fois par semaine (mardi-jeudi)

– Soufre : 2 ampoules par semaine (mercredi-vendredi)

– Cuivre-Or-Argent : 1 ampoule par semaine (lundi)

5e Étape : Quelques secrets d’hygiène vitale pour votre foie

Voulez-vous vous réconcilier définitivement avec lui ? Alors, faites-lui plaisir :

– En vous aérant par la marche ou une activité physique douce “dans vos cordes” et qui vous plaît ;

– En cherchant toutes les occasions de sourire et de rire : vous le déchargerez de ses toxines et vous rechargerez en optimisme ;

– En (ré)apprenant à respirer non seulement pour vous oxygéner, mais aussi pour vous détendre ;

– En vous relaxant dès que vous avez un peu de temps devant vous : la musique douce ou un CD de relaxation vous y aideront ;

– En pratiquant la balnéothérapie à domicile : bains progressivement chauds avec sels de bains (le Pin et le Romarin sont tonifiants, la Mélisse et la Lavande sont calmants), frictions au gant de crin sur tout le corps et à hauteur du foie ;

– En appliquant une bouillotte chaude ou des cataplasmes chauds d’argile sur votre foie douloureux et/ou quelques gouttes d’huile essentielle de Lavande en massage doux, et des compresses froides sur votre vésicule biliaire inflammée ;

– En portant des sous-vêtements et des vêtements de couleur verte : votre foie en colère “voit” rouge (excès d’énergie yan), il a donc besoin de vert (énergie yin) pour disperser ce trop-plein d’énergie. Vous verrez, il en raffole parce qu’elle le calme !

– En cultivant de bonnes pensées pour vous et pour les autres, et la confiance en la vie. Et si vous adoptiez la prière et la méditation dans votre hygiène quotidienne ?…

Et pour terminer, ne perdez plus de vue que votre foie est comme un “tigre qui n’apprécie guère qu’on lui marche sur la queue” (proverbe chinois). Raison de plus pour le ménager, non ?

7 jours foie

IL ÉTAIT UNE FOIS UN FOIE

Voyez comme cet organe est remarquable… même quand il ne vous fait pas souffrir ! Situé et protégé par les dernières côtes du thorax, il se situe sur le côté supérieur droit de l’abdomen.

Composé de 2 lobes, le foie est un vrai phénix car il est non seulement capable de fonctionner – même si on le réséquait à 90 % –, mais aussi de se régénérer grâce à ses 300 milliards de cellules qui se comportent comme de véritables petites abeilles !

Et ce n’est pas tout : cet organe travailleur assure 500 fonctions ! Rassurez-vous, nous n’allons pas toutes les passer en revue ici, mais citons-en quelques-unes pour vous donner une idée de son importance :

– Votre foie stocke les très importantes vitamines A, B, D, E et K, et grâce à son côté “prévoyant”, il peut pallier votre négligence.

En effet, vous pourriez – sans en pâtir – rester près d’un an sans ingérer de la Vitamine A ou environ 4 mois sans ingurgiter de la Vitamine D ou de la Vitamine B12.

– Il emmagasine le sang et assure sa livraison dès que le corps, en manque, lui en fait la demande. Au repos, il en filtre 1,2 litre à la minute. Imaginez le travail colossal qu’il assume sur une année !

– Il reçoit et stocke le sucre absorbé au niveau de l’intestin grêle, veille à sa stabilisation dans le sang, transforme le glycogène en glucose et le renvoie dans la circulation sanguine, lorsque le corps en a besoin.

– Il transforme comme par magie les sucres et les graisses en protéines, et peut aussi fabriquer du sucre à partir des protéines et des graisses.

– Il filtre et purifie le corps de ses poisons, synthétise les enzymes, fixe le fer, concourt à éliminer les vieux globules rouges. De plus, il joue un très grand rôle dans la digestion qui se fait grâce au 0,5 litre de bile qu’il fabrique. Stocké dans la vésicule biliaire, ce liquide verdâtre contient des sels dont le rôle est d’émulsifier les graisses, etc.

Vous comprenez maintenant pourquoi vous devez le ménager !

Votre foie, dans tous ses états

D’aucun ont beau affirmer que “la crise de foie n’existe pas” (et préfèrent le mot plus chic de “dyskinésie”, du grec kinesis, mouvement, et du préfixe dys, indiquant une perturbation), peu vous chaut ces querelles de puristes quand vous souffrez physiquement d’un ou de plusieurs symptômes tels que :

– Grande fatigue.

– Aboulie (le goût à rien).

– Tendance dépressive (vous voyez la vie en noir, vous êtes susceptible et avez facilement la larme à l’oeil).

– Teint jaune voire cireux, cernes sous les yeux.

– Légère fièvre.

– Bouche amère, haleine fétide.

– Grande soif.

– Nausées, sensation de “coeur au bord des lèvres” et vertiges plus ou moins “vertigineux”.

– Selles décolorées et alternance entre constipation et diarrhées.

– Démangeaisons, urticaire.

– Somnolence marquée entre les repas.

– Douleur au niveau de la “bretelle du légionnaire” (sensibilité au niveau du foie avec correspondance dans le dos en forme de bretelle).

– Cauchemars.

7 jours foie

AUSCULTEZ VOTRE FOIE

Avant de faire plus ample connaissance avec lui, nous allons vous permettre de l’ausculter. Répondez donc aux questions ci-dessous, additionnez les points obtenus et reportez-vous aux commentaires.

Test : Comment va votre foie ?

1/Le matin, dès que vous ouvrez l’oeil :

❑ a) Vous vous sentez en pleine forme et prêt(e) à mordre la vie à pleines dents – 5

❑ b) Vous vous réveillez avec la migraine – 3

❑ c) Vous avez l’impression d’être passé(e) dans une lessiveuse -1

2/Dans quel état est votre langue ?

❑ a) Rose comme celle d’un bébé – 5

❑ b) Couverte de taches blanches – 3

❑ c) Jaune et épaisse -1

3/Comment est votre haleine ?

❑ a) Agréablement fraîche comme une rose – 5

❑ b) Légèrement musquée – 3

❑ c) Elle fait tomber raide la moindre mouche -1

4/Quel aspect présente la conjonctive de vos yeux ?

❑ a) Elle est d’un beau blanc brillant – 5

❑ b) Elle est légèrement jaune – 3

❑ c) Elle est très jaune et agrémentée de capillaires -1

5/Comment sont vos selles ? :

❑ a) Normales – 5

❑ b) Molles et décolorées – 3

❑ c) Blanches comme de la craie et flottantes – 1

6/Souffrez-vous de points douloureux à la hauteur du foie et dans le dos du côté droit ?

❑ a) Pas du tout – 5

❑ b) Oui, et vous ressentez quelquefois comme un coup de poignard à la hauteur du foie – 3

❑ c) Oui, et les douleurs abdominales et dorsales sont lancinantes et constantes – 1

7/Comment va votre vue ?

❑ a) On vous appelle “oeil de lynx” et votre vision est claire, nette et précise – 5

❑ b) Elle se brouille de temps en temps – 3

❑ c) Vous vivez constamment dans le flou artistique et vous ressentez une grande fatigue oculaire -1

8/Quelle est votre réaction si l’on vous propose de faire un “bon gueuleton” bien arrosé ?

❑ a) Vous sautez sur l’occasion et vous vous régalez à l’avance des plats en sauce que vous allez choisir – 5

❑ b) Comme vous avez en ce moment le coeur au bord des lèvres et la migraine, vous déclinez l’invitation sans regret et vous allez vous coucher – 3

❑ c) Vous vomissez rien qu’à l’idée de manger quelque chose – 1

9/Comment vous sentez-vous après manger ?

❑ a) En forme car vous digérez bien – 5

❑ b) Vous avez un petit coup de fatigue et vous pâlissez – 3

❑ c) Un grand “coup de pompe” vous tombe dessus ainsi qu’une grande envie de dormir – 1

10/Dans quel état psychologique vous trouvez-vous ?

❑ a) Gai(e), joyeux(se) et heureux(se) de vivre – 5

❑ b) Las(se), triste, amer(e), indifférente(e), mécontent(e) – 3

❑ c) Coléreux(se), jaloux(se), envieux(se) – 1

Verdict

Si vous avez :

De 10 à 20 points

Oh la la ! Votre foie est vraiment mal en point. Reconnaissez que vous vous êtes laissé(e) aller et que vous vous souciez de lui et de votre hygiène de vie comme de votre première layette. Vous êtes un(e) jouisseur(se) et raffolez des plaisirs de la vie… surtout s’ils sont en sauce, bien gras et généreusement arrosés ! Votre foie appelle au secours ? Écoutez-le donc, suivez à la lettre notre programme, et surtout prenez de bonnes (et définitives) résolutions dans le but de le ménager.

De 21 à 35 points

Ce n’est pas une raison parce que votre foie est plutôt costaud et sympa avec vous qu’il faut l’oublier ! D’accord, vous l’écoutez quand il agite le drapeau noir et vous rectifiez le tir de votre hygiène de vie, mais vous attendez qu’il soit en crise pour vous en occuper.

Pourquoi donc risquer d’être dans un état lamentable pour vous soucier de lui ? Adoptez illico notre programme et vous retrouverez une forme olympique.

De 36 à 50 points

Bravo ! Ménager votre foie fait partie de vos habitudes et instinctivement, vous choisissez les mets qui ne le fatiguent pas et lui économisent de l’énergie. De plus, vous savez limiter au maximum la consommation de ses ennemis les plus féroces que sont le tabac, l’alcool, les médicaments. Et conscient(e) de l’impact nocif des émotions négatives et du stress sur lui, vous avez appris à les gérer et à les évacuer. Vous avez foi en votre foie et regardez comme il vous le rend bien. Alors surtout continuez !

7 jours foie

LA DÉTOXIFICATION

Le FOIE

Le foie intervient dans toutes les fonctions de l’organisme

  • la prise de poids par son action sur le métabolisme des sucres et des graisses,
  • l’anémie car il stocke et détruit les globules rouges,
  • la digestion des graisses car il secrète la bile qui permet de les digérer,
  • le transit intestinal car la bile lubrifie et désinfecte le colon,
  • les troubles nerveux (stress, angoisse, nervosité, angoisse…) car il filtre les toxiques qui traversent la membrane qui protège les nerfs,
  • les troubles menstruels car il intervient dans la synthèse des oestrogènes (certaines femmes enceintes ont des nausées ou présentent des troubles à l’approche des règles),
  • les troubles veineux car la grosse veine qui remonte vers le cœur passe derrière le foie et sa compression ralentit le retour veineux (varices, hémorroïdes, impuissance),
  • les troubles respiratoires, par une action mécanique qui bloque le diaphragme et une action métabolique (l’oxyde de carbone libéré par une mauvaise combustion des graisses est détruit au
  • niveau des poumons),
  • la fatigue chronique car le foie stocke et libère dans le sang le glucose qui est la première source énergétique de l’organisme,
  • l’hypotension artérielle.

Le rôle important du foie dans l’équilibre nerveux

Les cellules du cerveau reçoivent et analysent toutes les informations sensorielles. Ces cellules sont protégées par une couche graisseuse que seuls les toxiques peuvent traverser.

L’excès de toxiques diminue le seuil d’excitabilité des cellules nerveuses qui perdent de leur capacité à intégrer les informations.

La colère, l’angoisse, l’anxiété, l’insomnie, en sont les principales manifestations. L’être humain cherche maladroitement à neutraliser par l’apport d’autres stimulants (café, tabac, alcool) qui pris régulièrement, empirent le phénomène.

L’appel à d’autres toxiques se fait alors ressentir et un cercle vicieux s’installe. Ceci crée le phénomène de dépendance et explique le mal-être ressenti lors des sevrages.

Le foie : un véritable piège pour la médecine.

Le foie coordonne toutes les fonctions de l’organisme mais il ne possède pas de fibres nerveuses sensitives ; il ne peut donc pas exprimer son dysfonctionnement par la douleur. En conséquence, il n’est généralement pas pris en compte dans les maladies qui sont traitées par des médicaments toujours toxiques. La prise régulière de médicaments altère la fonction hépatique.

Pour préserver la fonction de ce « filtre », il est nécessaire de ne pas le surcharger et de le nettoyer régulièrement.

Une machine qui fonctionne toujours avec le même combustible ne subit pas de stress et pourtant, son filtre doit être nettoyé régulièrement.

L’être humain ne consomme pas toujours l’aliment idéal, il subit des stress réguliers et ne s’intéresse pas à son filtre puisqu’il n’en souffre pas alors qu’il s’encrasse progressivement.

Il se dérègle (fatigue chronique, maladies de peau, troubles digestifs, etc…) et s’épuise (cholestérol, gamma GT, triglycérides). Tous les cancers atteignent en phase terminale le foie.

La MONODIETE

La MONODIETE consiste à limiter l’apport nutritionnel à une catégorie d’aliment pendant trois repas de suite au cours d’une semaine.

Le jour de la MONODIETE, le corps ne sera pas suffisamment nourri et puisera son combustible parmi les graisses, voie de garage des toxiques, des toxines et des déchets cellulaires. Votre corps va ainsi se purifier et vous retrouverez une force de vie étonnante.

Aucune médication n’est aussi puissante que l’organisme lui-même pour se détoxiquer.

  • Fruits de même catégorie pour les personnes à forte constitution et généralement en période estivale (ex. : pêche, abricot, brugnon), à l’automne (ex. : raisin),
  •  ou fruits ou légumes cuits plutôt l’hiver (ex. compote de pomme, potages de légumes)
  •  ou riz complet (faire tremper toute la nuit et faire cuire 1 heure à feu doux) pour les constitutions fragiles

La pratique mensuelle de la MONODIETE  permet de compenser les écarts et de se protéger contre la maladie

Selon l’état d’intoxication et la force vitale de la personne, la première monodiète peut nécessiter une phase de préparation progressive. Cette étape permet d’éviter toute réaction violente d’élimination (maux de tête, diarrhée…) ou bien un épuisement qui peut se traduire par un « mal être ».

Cette indication sera définie avec votre praticien lors de la consultation.

  • Phase de préparation sur trois jours.

Elle consiste le premier jour à supprimer des repas les graisses (beurre, huiles animales…), le deuxième jour à supprimer les glucides (sucres rapides et lents), le troisième jour, les protéines, le quatrième jour, à s’alimenter uniquement avec des légumes.

  • Reprise de l’alimentation progressive selon le processus inverse sur quatre jours.

Chaque trimestre, une cure de trois semaines de « probiotiques » en alternance avec un complexe à base de glutamine et de curcumine de façon à rétablir une meilleure perméabilité de la muqueuse intestinale peut être conseillée.

 La pratique hebdomadaire de la MONODIETE a permis à de nombreuses personnes de recouvrir la santé

7 jours foie