Articles

MÉNOPAUSE : D’AUTRES SOLUTIONS NATURELLES (1)

L’homéopathie de la ménopause

L’homéopathie est une autre approche qui laisse à penser que l’hormonothérapie de remplacement n’est pas indispensable aux femmes, en période de ménopause. Les résultats sont souvent très intéressants, surtout si vous consultez un homéopathe pour le choix de vos remèdes.

De par sa formation, l’homéopathe est mieux outillé pour déterminer votre sensibilité propre. Il peut ainsi vous proposer un traitement mieux ciblé.

Comme l’explique le Dr Jacques Boulet, un généraliste français qui pratique l’homéopathie, toutes les femmes ne réagissent pas de la même manière à la ménopause. Certaines seront déprimées, d’autres auront beaucoup de bouffées de chaleur, d’autres seront surtout affectées par la fatigue, etc.

Grâce à un interrogatoire et à un examen, votre homéopathe tente de prévoir la façon dont vous réagirez à votre ménopause afin de prévenir ces réactions. Le remède est donc différent selon le cas.

Voici néanmoins quelques suggestions de remèdes recommandés par le Dr Alain Horvilleur, auteur du Guide familial de l’homéopathie (Les éditions Quebecor, 1993) :

  • Pour l’agitation : LACHESIS 9 CH.
  • Pour les bouffées de chaleur :

– aggravées par la survenue des règles : ACTEA RACEMOSA 9 CH ;

– améliorées par le retour des règles : LACHESIS 9 CH.

  • Pour la dépression nerveuse : SEPIA 9 CH.
  • Pour les hémorragies : LACHESIS 9 CH.
  • Pour l’intolérance aux chemisiers fermés, aux colliers, aux écharpes autour du cou : LACHESIS 9 CH.
  • Pour la tristesse : SEPIA 9 CH.
  • Pour les migraines : SANGUINARIA 9 CH.

Prenez 3 granules 3 fois par jour d’un ou de plusieurs de ces médicaments, selon vos symptômes. Vous déposez les granules sous la langue et vous attendez qu’elles fondent.

Votre programme d’exercices

L’activité physique régulière vous offre plusieurs avantages, aussi bien sur le plan physique que sur le plan moral :

  • Il vous permet de mieux respirer.
  • Il favorise une meilleure circulation sanguine.
  • Il prévient et corrige les problèmes posturaux.
  • Il entretient la souplesse de vos articulations et de vos ligaments.
  • Il préserve la coordination des mouvements.
  • Il maintient une certaine masse musculaire.
  • Il vous aide à maintenir un poids-santé.
  • Et il vous dynamise.

Pour vous qui traversez la ménopause, ajoutons que la pratique régulière d’exercices cardio-vasculaires (marche, jogging et natation), à raison de séances de 20 à 30 minutes, 3 fois par semaine, atténue plusieurs symptômes.

Tel est notamment le cas des bouffées de chaleur, de la sécheresse vaginale, de l’insomnie, de l’anxiété, des infections urinaires, de l’ostéoporose et des maladies cardio-vasculaires.

Grâce à son action positive sur le corps, l’exercice s’avère donc un bon moyen d’entretenir votre autonomie, car une meilleure forme physique réduit considérablement le risque de chutes qui, vous le savez, sont souvent lourdes de conséquences.

Sur le plan psychologique, l’exercice assure la détente et le bien-être.

Les sports et activités de groupe vous fournissent aussi d’excellentes occasions de rencontrer d’autres personnes, plus soucieuses de leur bien-être que de leurs problèmes de santé.

Somme toute, la pratique régulière d’exercices vous garantit une meilleure qualité de vie.

Lentement mais sûrement !

Il importe cependant de bien doser vos efforts.

Si vous n’avez pas l’habitude de faire de l’exercice, commencez progressivement en tenant compte de vos capacités physiques.

En cas de ménopause précoce (début de la quarantaine), le squelette peut être plus fragile. Il faut alors éviter les activités où vous risquez de chuter (ski, équitation, sport collectif, etc.).

Gérez votre stress !

Vous connaissez sans doute dans votre entourage des femmes ménopausées qui prennent des tranquillisants parce que leur sommeil est fragile, incomplet et épuisant.

Malheureusement, rares sont les somnifères qui n’entraînent pas une dépendance physiologique et psychologique. De plus, ils entravent le processus naturel du rêve, ce puissant pacificateur de la psyché sans lequel vous ne pouvez fonctionner harmonieusement.

Des expériences de privation de sommeil ou de réveil provoqué ont prouvé que ce n’est pas tant l’absence de sommeil qui peut causer de graves déséquilibres psychiques, mais plutôt l’absence de rêves. Alors, pourquoi ne pas apprendre à gérer votre stress au lieu de vous assommer avec des barbituriques ?

Faites de la relaxation, de la méditation et apprenez à vous détendre sans l’aide des médicaments.

Pour lutter contre la nervosité et l’insomnie, vous pouvez également prendre de la Valériane (Valeriana officinais) ainsi que de la Cataire (Nepata cataria) qui sont d’excellents substituts au Valium®.

Utilisez ces plantes en teinture, en respectant la posologie indiquée sur les boîtes (tout dépend de la concentration).

Impliquez-vous !

Le repliement sur soi et le manque d’implication vont souvent de pair avec des états de morosité, de tristesse, voire de déprime.

D’après les sondages, les femmes qui souffrent le moins de ces divers syndromes ménopausiques – mais également des autres –, sont les paysannes, généralement très actives et les femmes indépendantes, celles qui gèrent leur propre entreprise.

Soyez active et utilisez cette expérience que vous avez accumulée au cours des ans pour faire quelque chose de positif. Si vous souhaitez vous retirer du marché du travail, rien ne vous empêche de vous impliquer dans des activités sociales, de développer un talent artistique, de cultiver un jardin ou… d’écrire un roman.

Tout comme Pierrette Fleutiaux, auteur du roman Nous sommes éternel et lauréate du prix Fémina de 1990, vous pourriez peut-être dire : “… quand je me suis mise à écrire le livre, je me suis tout à coup sentie merveilleusement bien. En forme. Mieux que jamais. En pleine possession de mes moyens. Mes plus belles années, sans doute. Il faut le dire. C’est rassurant pour celles qui ont peur de vieillir.”

7 jours ménopause

L’HOMÉOPATHIE ET LES ACOUPHÈNES

Les maladies engendrant les bourdonnements d’oreille nécessiteront un traitement approprié, prescrit par votre médecin homéopathe. Voici quelques exemples de remèdes utilisés, mais il vous faudra consulter de préférence un médecin homéopathe pour obtenir une posologie adaptée à votre cas.

  1. Hypertension

Nux vomica, Aconit ou Aurum metallicum vous seront sans doute prescrits.

  1. Maladie de Ménière

Chininum Sulfuricum est adapté.

  1. Bouchon de Cérumen

Il pourra être dissout avec un mélange de Calendula, à demander à votre médecin.

  1. Otites

Glycérine boratée et de Belladona, Capsicum, Ferrum phosphoricum par exemple font partie de la panoplie anti-otites.

  1. Acouphénie habituelle

Contre les bourdonnements d’oreille non reliés à une maladie donnée et plus ou motos chroniques, vous pourrez essayer certains remèdes apaisants. Voici les plus recommandés: – Natrum salicylicum 5 CH ou 9 CH, – Chininum sulfuricum 5CH ou 9 CH

Vous prendrez 3 granules de chaque, 3 fois par jour.

7 jour pour compdre l homeopathie

PRÉSENTATION DES MÉDICAMENTS HOMÉOPATHIQUES

Vous trouverez les médicaments homéopathiques sous diverses formes :

  1. Les teintures mères

Ce sont des préparations de base à partir de végétaux ou d’animaux, non diluées, présentées en flacons. On les utilise pures ou additionnée d’eau.

  1. Les tubes de granules

Les granulés, tout petits et blancs, sont des petites sphères sucrées imbibées d’une dilution spécifique.

  1. Les doses

Les granulés sont encore plus petits car ils sont destinés à être pris en une seule fois, ou « dose ».

  1. Les triturations

Les produits homéopathiques sont présentés sous forme de poudre, souvent élaborée à la demande du médecin et à prendre avec un peu d’eau.

  1. Les suppositoires

Pouvant être préparés sur mesure, ils sont moins fréquemment utilisés.

7 jour pour compdre l homeopathie

HOMÉOPATHIE : QUE SE PASSE-T-IL EN CONSULTATION ?

Le médecin homéopathe que vous allez consulter va tout d’abord se livrer à un véritable interrogatoire, de manière à déterminer votre terrain et votre personnalité.

Ne vous étonnez pas s’il vous pose des questions déroutantes, il a ses raisons et ne cherche qu’à mieux vous cerner pour mieux vous soigner. Répondez franchement, ne craignez pas d’être jugé, et prenez toutes ses interrogations au sérieux, qu’elles concernent votre état physique ou psychologique, mais aussi vos sentiments amoureux, vos convictions religieuses ou vos cauchemars.

Tout est important pour son diagnostic et cela prouve que vous êtes considéré comme une personne à part entière et non pas comme un simple porteur d’une maladie quelconque.

Le médecin homéopathe est un véritable interlocuteur, profitez-en pour votre plus grand bien.

7 jour pour compdre l homeopathie

HOMÉOPATHIE : LES SUBSTANCES UTILISÉES

L’homéopathie est très proche de la nature et les remèdes utilisés proviennent des substances végétales, animales et minérales. Les noms parfois étranges des médicaments homéopathiques sont les termes latin d’identification des substances choisies.

  1. Les substances végétales

Certaines d’entre elles vous sont très familières. Saviez-vous que la substance de base d’Allium cepa, qui soigne à merveille les rhumes et les écoulements du nez, était en fait l’oignon ? C’est le plus bel exemple pour comprendre la loi de la similitude.

Voici quelques exemples des substances végétales les plus couramment utilisées :

Aconitum napellus : raconit

Arnica montana : l’arnica des montagnes

Belladonna : la belladone

Berberis vulgaris : répine-vinette

Calendula officinalis : le souci des jardins

Hypericum perforatum : le millepertuis

Pulsatilla : l’anémone pulsatille

Urtica urens : l’ortie

  1. Les substances animales

Le règne animal permet à l’homéopathie de trouver par exemple des remèdes en matière de piqûres, de démangeaisons, d’inflammations cutanées avec :

Apis mellifica : l’abeille

Coccus cacti : la cochenille

Formica rufa : la fourmi rouge

Moschus : le musc

Naja tripudians : le venin de cobra

Sepia officinalis : l’encre de seiche

Tarentula hispanica : la tarentule

Vipera redi : le venin de vipère

  1. Les substances Minérales

Les métaux, les roches trouvent leur place dans la médication homéopathique et vous serez étonné de découvrir :

Aurum metallicum : l’or

Carbo vegetabilis : le charbon végétal

Ferrum phosphoricum : le phosphate de fer

Graphites : la mine de plomb

Natrum muriaticum : le chlorure de sodium naturel

Stannum metallicum : l’étain

Sulfur : le soufre

Sulfuricunl acidum : l’acide sulfurique

7 jour pour compdre l homeopathie

PRISE DES MÉDICAMENTS HOMÉOPATHIQUES

  1. Les teintures mères et les triturations

On les mélange avec de l’eau, en comptant les gouttes ou les cuillères mesures et on s’efforce de les garder le plus longtemps possible dans la bouche.

  1. Les granules et les doses

On compte les granules avec un bouchon doseur incorporé au tube et on les laisse fondre sous la langue. Il est bon d’éviter de les toucher avec les doigts et il est préférable de n’absorber aucun liquide avec. Il faut en outre veiller à les prendre au moins ½ heure avant et après les repas.

Il est en général recommandé de s’abstenir d’absorber de la menthe ou des produits mentholés et camphrés pendant la durée du traitement.

Il est également préférable d’éviter les excitants et de ne pas fumer avant et après la prise des remèdes.

7 jour pour compdre l homeopathie

DÉFINITION DE L’HOMÉOPATHIE

  1. La loi de similitude

L’homéopathie s’attaque à la maladie non pas en affrontant les symptômes qui la caractérisent mais en trouvant un remède identique à la maladie elle-même. C’est ce que les spécialistes ont baptisé la loi de la similitude et qui est illustré par l’exemple du remède Apis mellifica, dont la substance de base est l’abeille et qui est employé en cas de piqûre d’abeille justement.

  1. Le terrain

Pour obtenir la guérison, les médecins doivent connaître le terrain du malade, c’est à dire son fonctionnement personnel. En ce sens, l’homéopathie est une médecine très individualisée dans laquelle le caractère, les dispositions physiques, et les antécédents du patient sont considérés comme les clefs du traitement.

  1. La dilution

L’homéopathie agit sur l’organisme grâce à des doses infinitésimales de substances, partant du principe que si le produit est parfaitement adapté au malade, une très faible dose suffira à le soigner. Les dilutions sont plus ou moins importantes, suivant l’effet recherché. Elles sont indiquées en CH, de 1 CH à 30 CH.

CH signifie : centième partie hahnemannienne ou centésimale hahnemannienne, en souvenir de Samuel Hahnemann, le père de l’homéopathie (1755-1843).

Ainsi donc, une première dilution s’obtient-elle à partir d’une macération de la substance choisie dans un mélange d’eau et d’alcool.

Une goutte de cette substance macérée est ensuite mélangée à 99 gouttes d’un mélange d’eau et d’alcool. C’est la dilution 1 CH.

Si l’on prend une goutte de cette dilution 1 CH et qu’on la mélange à 99 gouttes du mélange eau-alcool, on obtient la dilution 2 CH. Et ainsi de suite, jusqu’à 30 CH.

  1. La dynamisation

Chaque préparation obtenue est secouée très énergiquement. Cela provoque une agitation moléculaire qui lui confère son activité thérapeutique. Cette phase est indispensable pour que le produit obtenu agisse sur le patient.

7 jour pour compdre l homeopathie

QUESTIONS SUR LES LIMITES DE L’HOMÉOPATHIE

  1. Faut-il croire à l’homéopathie ?

Le principe homéopathique suscite depuis sa découverte engouement et incrédulité. Le grand problème réside dans le fait que l’action de l’homéopathie n’a pas été prouvée scientifiquement et que la notion de dilution infinitésimale bouscule plus d’un esprit. Elle exige en fait que l’on admette que l’efficacité d’une substance n’est pas en rapport avec sa quantité.

Lorsque l’on sait que pour une dilution de 12 CH, il n’y a plus de molécule de base dans la préparation, un esprit cartésien a bien du mal à admettre que le produit puisse agir d’une réelle manière sur un malade. Et pourtant… ça marche.

Aucune discussion scientifique ne pourra convaincre un sceptique, mais tous ceux qui se sont tournés vers l’homéopathie en connaissent la valeur. Les enfants sont d’excellents exemples et c’est souvent grâce à eux que les adultes en viennent à donner ses lettres de noblesse à l’homéopathie.

Lorsque les parents ne savent plus comment soigner les infections ORL récidivantes ou les troubles du sommeil de leurs enfants, ils se décident parfois en dernier recours à consulter un médecin homéopathe, partant du principe qu’ils n’ont plus rien à perdre. Et c’est lorsqu’ils constatent avec étonnement les résultats sur leurs petits malades qu’ils reconsidèrent l’homéopathie avec respect.

Le meilleur conseil à vous donner, c’est d’essayer vous-même et de tirer vos propres conclusions.

  1. Limites de l’homéopathie

L’homéopathie ne soigne pas tout, mais elle est un complément extraordinairement efficace et inoffensif de la médecine classique.

Les affections chroniques, les troubles céphalées, les infections ORL, les problèmes de stress et tous les petits maux quotidiens des adultes comme des enfants relèvent de l’homéopathie. Elle permet souvent d’enrayer des maladies à leur début et évite d’être soumis à des traitements médicamenteux trop violents. Mais un bon médecin homéopathe n’hésitera jamais à recommander la médecine allopathique lorsqu’il le jugera nécessaire.

Dans votre cas, et pour vos bourdonnements d’oreilles, l’homéopathie peut être d’un secours utile et vous soulager efficacement.

7 jour pour compdre l homeopathie