Articles

HYPERTENSION : LA NATURE EST VOTRE ALLIÉE

Faites confiance aux tisanes de plantes, aux huiles essentielles, à l’homéopathie ; introduisez généreusement les bons aliments pour vous dans votre alimentation et votre hypertension diminuera d’elle-même.

Les plantes

La feuille d’Olivier

Les feuilles d’Olivier contiennent de l’oleuropéoside, un efficace hypotenseur. C’est un traitement à la fois préventif et curatif de l’hypertension, sans aucun danger pour l’organisme.

Tisane : faites infuser pendant 10 minutes, 20 à 30 g de feuilles séchées dans 1/2 litre d’eau bouillante. À boire en plusieurs fois dans la journée, en dehors des repas.

Gélules : vous trouverez des gélules en pharmacie. Il est indiqué d’en prendre 2 par jour au moment des repas avec un grand verre d’eau, le matin à jeun.

Le Gui

Cette plante, autrefois sacrée, est un parfait remède de l’hypertension et peut se consommer sous différentes formes.

Respectez les doses, et n’utilisez que les feuilles.

Tisane : coupez en petits morceaux 20 g de feuilles. Faites macérer toute une nuit dans 1/2 litre d’eau froide. Le matin, passez le liquide. Boire de petites tasses dans la journée, entre les repas. Si vous préférez un liquide chaud, attention à ne pas le faire bouillir.

Vin : coupez 40 g de feuilles en morceaux. Ajoutez-les dans un litre de vin blanc doux. Laissez macérer 24 h. À déguster avant les repas dans un verre à Bordeaux, 2 ou 3 fois par jour, en cure de 15 jours par mois.

L’Aubépine

Depuis toujours connue et vénérée, l’Aubépine fera chuter votre hypertension. On utilise ses fleurs.

Tisane : jetez 25 g de fleurs dans 1/2 litre d’eau bouillante. Faites infuser 10 minutes. À boire en 2 ou 3 fois dans la journée. Faire une cure de 3 semaines.

La Pâquerette

Essayez de mélanger ses feuilles fraîches dans vos salades, elle favorisera votre digestion. Fleurs et feuilles sont hypotensives.

Tisane : prenez 25 g de fleurs et feuilles séchées pour 1/2 litre d’eau bouillante. Laissez infuser 10 minutes. Boire 2 à 3 tasses par jour, en dehors des repas.

La Reine-des-Prés

Comme son nom l’indique, elle est souveraine contre l’hypertension.

Tisane : il faut 30 à 40 g de fleurs séchées pour 1 litre d’eau bouillante. Laissez infuser 10 minutes. Boire 3 ou 4 tasses par jour, en dehors des repas.

L’aromathérapie

L’aromathérapie utilise les essences de plantes sous la forme d’huiles essentielles. Leur effet est très puissant et il est important de respecter les doses recommandées. Dans son livre sur les huiles essentielles, Marcel Bernadet recommande la prescription suivante contre l’hypertension :

Mélange : mélangez 3 parties d’essence de Lavande avec 1 partie d’essence dYlang-Ylang et massez-vous très légèrement au creux de l’estomac, 1 fois par jour.

L’homéopathie

L’homéopathie agit suivant la personnalité et le terrain du malade et nécessite une approche personnalisée. On peut cependant retenir les remèdes suivants :

En cas de crise aiguë : prendre une dose (ne pas renouveler) de Nux Vomica 12 Ch.

En cure : Louis Pommier préconise une cure de 3 semaines de 10 gouttes de Pankrypton dans un peu d’eau, le matin et le soir, en dehors des repas. Si la cure dure plusieurs mois, faire une pause toutes les 3 semaines.

Et aussi :

– Aconit 4 CH, si contrariétés, crise brutale.

– Aurum metallicum 7 CH, si palpitations, bouffées de chaleur, état congestif.

– Viscum album (le gui) 4 CH, pour assouplir les artères.

Les aliments

Si de nombreux aliments vous sont interdits, découvrez les amis qui vous aideront dans votre lutte contre l’hypertension et que vous inclurez avec plaisir dans vos repas.

La pomme

De nombreux spécialistes s’accordent à reconnaître à la pomme une action satisfaisante sur l’hypertension. Il ne s’agit pas d’un remède miracle, mais d’une aide, très facile à intégrer dans vos habitudes alimentaires. Eric Nigelle, auteur des “Pouvoirs merveilleux de la pomme”, recommande d’en manger une chaque matin au réveil, avec la peau (dans ce cas, choisissez des fruits issus de l’agriculture biologique).

Ce fruit étant d’autre part souvent recommandé comme coupe-faim, si vous devez suivre un régime amaigrissant, vous mettrez toutes les chances de votre côté en lui donnant une place de choix dans votre alimentation. Et n’oubliez pas d’en profiter sous forme de jus de fruit frais, centrifugé au moment de servir, à l’heure de l’apéritif ou du goûter.

Vous pouvez également faire une cure de plusieurs jours en mangeant 3 ou 4 pommes par jour.

Les algues

Les algues sont pour vous un concentré de sels minéraux et d’oligo-éléments, de plus elles régulent la circulation sanguine. Utilisées en compléments alimentaires, elles vous aideront à équilibrer votre régime alimentaire.

Ajoutez 3 à 4 g d’algues laminaires en poudre dans vos repas, soupes, pâtes, céréales, légumes, etc.

Les légumes

Préférez les asperges, artichauts, brocoli, carottes, choux-fleurs, aubergine, salade, champignons, poivrons, pommes de terre, épinards, navets.

Le persil est excellent pour vous, n’hésitez pas à en parsemer vos salades et vos légumes.

Les fruits

Mangez des pommes, abricots, bananes, cerises, pamplemousses, oranges, raisins, pêches, poires, prunes.

Le riz

Le riz a des propriétés hypotensives et vous est particulièrement recommandé. Préférez-le, non-traité chimiquement, et parfumez-le avec du curry, du paprika, du curcuma. Essayez le riz aux bananes et amandes, et trouvez des recettes pour ne pas succomber à la tentation de trop le saler.

Les légumineuses

Ajoutez à vos menus pois chiches, haricots rouges, azukis, fèves, lentilles.

Les céréales

Il sera très sain pour vous de consommer du seigle, sous forme de flocons ou de pain, biologiques de préférence.

Mais la céréale par excellence pour vous, c’est le sarrasin, qui fortifie les vaisseaux sanguins grâce à la lysine. Pour ne pas être désorienté par son goût prononcé, commencez par l’introduire dans vos soupes moulinées : 1 cuillère à soupe par personne. Votre soupe sera très onctueuse et très saine. Vous pourrez ensuite le mélanger progressivement au riz ou aux lentilles, avant de l’accommoder à votre goût.

7 jours pour les tisanes

LES FANTASTIQUES RESSOURCES DE LA DIÉTÉTIQUE

Impossible d’envisager la santé des yeux sans se pencher sur l’alimentation. Il y a en effet dans celle-ci des substances qui sont particulièrement destinées à l’œil.

Elles assurent son bon fonctionnement, luttent contre sa fatigue et restaurent son intégrité.

Voici donc celles que vous devez privilégier.

La vitamine A

C’est LA vitamine de l’œil. Il en fait une grande consommation. Elle favorise la régénération du pourpre rétinien et préserve la cornée. Elle intervient pour une large part dans le mécanisme de la vision.

  • On la trouve dans le beurre, le lait entier, le foie, le jaune d’œuf, l’huile de poisson.

Elle peut être remplacée ou complétée par le béta-carotène, aux vertus identiques.

  • On le trouve en abondance dans les carottes, les tomates, les fruits rouges.

La tomate est spécialement intéressante. Elle renferme du lycopène, un caroténoïde protecteur du cristallin et qui freine sa dégénérescence.

En vieillissant, celui-ci, en effet, peut s’opacifier, entraînant ainsi une détérioration de la vision. Le lycopène aide à rétablir sa transparence.

La vitamine E

Antioxydante, elle protège la membrane des cellules oculaires du vieillissement.

  • Les huiles végétales en sont riches, ainsi que les légumes verts, les noix et noisettes, le germe de blé.

Mettez donc souvent des salades à votre menu. L’huile est bien plus bénéfique sous cette forme que lorsqu’elle sert aux fritures.

La vitamine C

Elle lutte également contre les radicaux libres et complète l’action de la vitamine E. De même, elle renforce celle du lycopène contre l’opacité du cristallin.

  • Pour l’avoir en quantité suffisante, mangez beaucoup de légumes et de fruits, notamment les agrumes (oranges, pamplemousses, citrons, ainsi que le kiwi).
  • Parsemez vos plats de persil ou d’estragon. Ils constituent également une bonne source de vitamine C.

Les phospholipides

Ce sont ces fameux acides gras essentiels que l’organisme ne fabrique pas et qui doivent lui être fournis de l’extérieur. Ils entrent dans la composition des membranes cellulaires de la rétine.

En absorber est donc d’une grande importance.

  • Leur meilleure source est le poisson gras.

Ne vous en privez donc pas. Le mot gras ne doit pas vous rebuter. Car en fait, le poisson gras est plus maigre que la viande la moins riche en graisses.

21 jours pour retrouver la santé

L’ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE

Une alimentation incorrecte génère deux sortes de « poisons » :

  • exogènes (apportés par l’alimentation) : les TOXIQUES
  • endogènes (fabriqués dans l’organisme) : les TOXINES.

Les TOXIQUES

CAFE, THE, CHOCOLAT, ALCOOL, COLA, TABAC

Ces toxiques sont filtrés par le FOIE qui est l’usine de notre organisme.

Les toxiques ont la particularité de traverser la membrane graisseuse qui protège la cellule nerveuse. Ils accélèrent la transmission de l’influx nerveux et peuvent, quand l’organisme est affaibli, l’aider à faire face à certaines situations : besoin de se concentrer, de gérer un stress, une émotion, d’optimiser un moment de détente, de s’adapter à un changement de rythme (travail–maison).

Consommés en excès, ces toxiques épuisent le filtre hépatique et atteignent la cellule nerveuse. Ils abaissent progressivement son seuil d’excitabilité diminuant d’autant sa capacité à faire face aux situations de stress. L’organisme recherche alors inconsciemment ces mêmes excitants pour remonter ce seuil d’excitabilité et crée ainsi un équilibre artificiel et éphémère.

L’être humain tombe progressivement dans un état de mal-être constant qui l’oblige à rechercher de façon régulière la consommation de ces mêmes toxiques : c’est ainsi que s’installe la dépendance (alcoolisme, tabagisme, caféisme…).

Ce phénomène est d’autant plus pervers que l’hyper excitation qui suit l’usage de toxiques fait place à un état de sous excitation qui déclenche un appel addictif vers un autre toxique. L’alcool, le café, le tabac, le chocolat sont souvent associés.

Les TOXINES

Ces « poisons » se forment dans le tube digestif quand la digestion est perturbée lors des 6 erreurs alimentaires suivantes :

Additifs de synthèse, conservateurs, colorants, nitrates

CONFISERIES, CONSERVES, CHARCUTERIES INDUSTRIELLES

Les produits chimiques qu’ils contiennent occasionnent des allergies et une fatigue du système immunitaire.

Inhibiteurs de digestion

  • sucres rapides au cours des repas : SODA, JUS de FRUITS, SUCRES du COMMERCE, CONFITURE, MIEL

L’absorption de sucre rapide au cours d’un même repas déclenche la sécrétion immédiate de l’insuline or la libération de cette hormone se fait au détriment de la sécrétion des enzymes nécessaires pour digérer les protéines, les glucides lents et les lipides.

Le sucre roux en poudre, le fructose, peuvent remplacer le sucre de betterave industriel. Mais il faut savoir qu’il existe beaucoup de sucre dans les fruits, les légumes, le pain et que le sucre en excès se transforme en graisses.

Toutefois, le fructose des fruits (deux par jour maximum) n’a pas d’incidence sur le taux de glucose sanguin.

Alors qu’il peut être élevé chez des personnes qui ne consomment pas de sucre rapide. Ceci s’explique par la mauvaise qualité de la bile donc une fragilité hépatique, qui participe à la régulation du taux d’acidité dans le duodénum où agissent les enzymes digestifs du pancréas. En compensation d’un mauvais taux d’acidité, le pancréas secrète beaucoup plus d’enzymes au détriment de l’insuline et donc de l’assimilation des sucres.

Le miel doit être pris seul ou dans un liquide car il est difficile à digérer en association avec d’autres aliments ce qui n’est pas le cas du sirop d’érable dont le goût sucré ne présente pas ce désavantage.

  •  MUESLI, mélange de céréales et de fruits secs, crée un processus similaire qui perturbe la
  •  CAFE ou le THE au LAIT (y compris le yaourt ou le fromage blanc suivi par du café ou du thé).

Le tanin contenu dans le café ou le thé précipite la protéine du lait (caséine) et la rend très

indigeste. De fait, l’absorption régulière de café ou de thé au lait épuise les organes digestifs, notamment, l’intestin, le pancréas et le foie qui se manifestent par un état de fatigabilité anormal du consommateur.

Toutefois, il faut apporter une nuance entre le café ou le thé avec un nuage de lait et le bol de lait avec du café qui est un véritable poison digestif. Cette habitude est née de la période de la guerre où le café était remplacé par des céréales dont l’amertume était neutralisée par le lait.

  • mélange d’une protéine concentrée avec un amidon concentré : la protéine est digérée dans un milieu acide qui bloque la digestion de l’amidon.
  • Protéine concentrée : viande, poisson, volaille, légumineuses (lentilles, fèves…)
  • Protéine légère : champignons, soja, amandes, noix, œuf, fromage
    • Amidon concentré : pâtes, riz, pain, céréales diverses…
  • Amidon léger : châtaignes, pomme de terre, potimarron

Viande, poisson, volaille sont à prendre avec des légumes et des pommes de terre mais déconseillés avec des pâtes, du riz, du pain…

 

Excès de LAIT et notamment le lait U.H.T

La lactase, l’enzyme qui digère le lactose, sucre du lait, tend à disparaître après la puberté. Au-delà, l’absorption régulière de lait déclenche la synthèse de cet enzyme pour une consommation maximum moyenne de 25 centilitres de lait par jour pour un adulte.

Mais toute interruption de consommation de lait pendant une période supérieure d’environ trois mois, rompt ce processus et fait du lait un aliment indigeste. Si les fonctions digestives sont déficientes, le LAIT doit être supprimé de l’alimentation.

De surcroît, l’Ultra Haute Température (UHT) qui permet une meilleure conservation détruit l’équilibre biologique du lait et le rend sur indigeste. L’indigestion du lait traduit des troubles digestifs et une fatigue hépatique.

Le PETIT LAIT, la FAISSELLE, les FROMAGES FRAIS peuvent avantageusement le remplacer sans ses inconvénients. L’apport de calcium est avantageusement fourni par les fromages fermentés, les entremets dont le lait est cuit mais ne remplacent pas les fromages à pâtes dures dont la concentration de calcium est la plus élevée.

 

Fermentations acides ou lactiques

Elles se déclenchent lorsque sont consommées lors d’un même repas deux catégories d’aliments qui se digèrent mal ensemble :

Les aliments acides

FRUITS CRUS, TOMATE, YAOURT, FROMAGE BLANC

avec les aliments sucrés ou farineux

SUCRE, MIEL, CONFITURE, PAIN, PÂTES, RIZ, POMMES DE TERRE, CEREALES, GÂTEAUX, FARINEUX, LEGUMINEUX

Ces fermentations perturbent la digestion et produisent des toxines qui, faute de pouvoir être naturellement éliminées, sont stockées sous forme de graisse et envahissent la sphère abdominale. La compression des vaisseaux de l’abdomen perturbe l’irrigation des muscles du bassin qui relient la hanche à la colonne vertébrale.

Ces muscles en surcharge de toxines deviennent hypertoniques et créent une tension anormale sur le bassin qui se déséquilibre et fait basculer le sacrum, os qui supporte la colonne vertébrale, point de départ des douleurs lombaires et sciatiques.

Ces vaisseaux assurent également la circulation des membres inférieurs et des organes et des viscères sous-jacents (ovaires, prostate, vessie). Les fruits crus acides, les tomates, les yaourts et les fromages blancs sont à consommer de préférence, une à deux heures avant où quatre heures après un repas qui comprend des céréales ou des féculents.

Les fruits les plus acides sont les agrumes, les fruits moins acides peuvent être tolérés occasionnellement.

  • Le pamplemousse et l’ananas échappent à cette règle. Ils contiennent un grand nombre d’enzymes digestifs mais il est toutefois préférable de les consommer en début de repas.
  • Les fruits cuits (compotes, tartes), les tomates cuites, ont perdu leur acidité et présentent moins de gène à être associés à des céréales ou des féculents (les italiens ajoutent un peu de sucre pendant la cuisson des tomates pour réduire leur acidité).
  • Les yaourts, les jus de légumes, le cidre et la choucroute crue sont d’excellents aliments qui participent activement à la régénération de la flore intestinale et à la régulation du transit. Le yaourt et le fromage blanc seront pris seuls à 17 heures ou lors de repas qui ne comprennent ni céréales, ni féculents, ni café. Le jus de légumes pourra être pris en début du repas pour ses vertus minéralisantes, la choucroute sera consommée cuite au cours des repas et le cidre occasionnellement avec modération.
Fruits acides Fruits demi-acides Fruits doux séchés
orange pomme raisins secs
clémentines poire pruneaux
ananas abricot figues
pamplemousse cerise dattes
raisin bananes
fraise

 

Excès de graisse

Les produits de la combustion des graisses sont oxydés au niveau des poumons ce qui explique la prise en compte de la fonction hépatique (foie) qui métabolise les graisses dans le traitement de certaines bronchites. En excès, les graisses sont stockées et sont la principale source des surcharges pondérales et de certaines cellulites.

La digestion des graisses est facilitée par la bile qui les émulsionne pour être digérés. La bile a deux autres fonctions : elle acidifie le duodénum (partie du tube digestif où se digère les aliments) pour faciliter l’action des enzymes et elle lubrifie le colon.

Il est courant de constater des troubles digestifs et hépatiques par excès de consommation de graisses : diarrhée, constipation, parasites intestinaux, calculs biliaires, excès de cholestérol, cardiopathies.

  • Le beurre, pris sur du pain avec du fromage, apporte la Vit D indispensable à l’absorption du Plus il sera consommé tôt dans la journée, plus sa digestion sera facilitée et moins il se stockera sous forme de graisse. Il ne faut pas oublier qu’il récupère les hormones données aux vaches laitières c’est pourquoi le beurre de baratte ou d’Echirée plus raffinés seront privilégiés en faible quantité (environ 20 g par jour). Il peut aussi être remplacé par une substance végétale telle que la graisse de palme, de la pâte de noisette ou d’amande.
  • Les huiles végétales de première pression à froid apportent de précieux acides gras essentiels protecteurs de la muqueuse intestinale et du système nerv Les acides gras stimulent la sécrétion de la bile par la vésicule biliaire. L’huile de Colza, l‘huile de noix et l’huile d’olive à alterner en usage modéré (1 à 2 cuillères à café une fois par jour sur vos crudités et salades).

 

Excès de sucres

L’absorption des sucres est régulée par une hormone, l’insuline. Cette hormone est secrétée par le pancréas dont le rôle consiste aussi à libérer les enzymes qui digèrent les protides, les glucides et les lipides. Un apport régulier de sucres rapides lors des repas déclenche une hypersécrétion d’insuline qui diminue d’autant sa fonction enzymatique

Le sucre rapide, le grignotage de biscuiterie et de confiserie, épuisent le pancréas et favorisent le diabète

L’excès de sucre est stocké sous forme de glycogène dans les adipocytes (cholestérol, triglycérides) et se transforme en gaz carbonique et en eau (CO² et H²O). Cette transformation passe par des métabolismes intermédiaires qui libèrent de nombreux acides.

Pour neutraliser l’acidité, l’organisme affaibli capte les bases minérales (calcium, magnésium) indispensables à l’équilibre nerveux. Ces bases se trouvent dans les fruits et les céréales sous forme d’amidon et de cellulose (paroi cellulaire des fruits et des céréales) alors que les sucres ne fournissent pas de cellulose.

L’insuffisance de cellulose peut occasionner de la constipation.

Trop d’acidité dans le corps réduit la lumière des capillaires qui apportent les nutriments et l’oxygène aux cellules. On retrouve dans tous les cancers un excès d’acide et une carence d’oxygène.

La sueur, l’urine et les poumons permettent de réguler le PH de l’organisme.

L’excès de sucres favorise la prise de poids et perturbe l’équilibre nerveux

 

21 jours pour retrouver la santé

L’ACUPUNCTURE ET LES ACOUPHÈNES

L’acupuncture trouve un champ d’action privilégié dans tous les maux de la zone O.R.L. et sera très efficace en cas d’otite ou de troubles divers, générateurs d’acouphènes. Votre médecin acupuncteur vous guidera lui-même à travers les limites de l’acupuncture suivant votre cas.

Les bourdonnements d’oreille sont reliés au fonctionnement du méridien des 3 foyers, ou Triple Réchauffeur, qui part du 4ème doigt et se termine au sourcil, en passant par la face extérieure du bras.

Si vos bourdonnements d’oreille ne relèvent pas d’une maladie bien précise, l’acupuncture ne peut pas vous promettre la guérison totale mais vous ferez peut-être partie des quelques 20 ou 30 % de patients dont les acouphènes ont été vaincus par cette technique.

Et même si vos troubles ne disparaissent pas de manière satisfaisante, l’acupuncture vous offrira sans aucun doute la chance de vous sentir de toute façon, plus détendu, plus équilibré et en meilleure santé.

Formation 7 jours pour atténuer les acouphènes

HYDROTHÉRAPIE DU COLON. Deuxième partie

Indications

Toute personne devrait effectuer une série complète d’irrigations du colon au moins une fois dans sa vie, puis, quand elle en éprouve le besoin.

Cette technique fait du bien à tout le monde!

On l’évite chez les enfants pour ne pas les « médicaliser ». Mais dans certains cas, c’est une aide précieuse (paralysie, grosse constipation, acné, grosseur du ventre…).

Contre-indications

Il y en a peu pour peu que le thérapeute ait une bonne expérience et soit délicat.

Une opération sur l’intestin de moins de six mois.

De grosses hémorroïdes, si la canule ne peut passer. Mais si elle peut passer, la technique améliore beaucoup cette pathologie.

L’insuffisance rénale: pour ne pas surcharger le rein. Ceci est vrai quand on utilise de l’eau douce car celle-ci rentre dans le corps par l’intestin, ce qui augment beaucoup la diurèse. Si le rein suit, cela lui fait du bien et cela hydrate le corps. Peu de gens boivent suffisamment.

Si le rein ne suit pas, il est surchargé, il fatigue et l’insuffisance peut s’aggraver.

Pour éviter cela et faire quand même des séances, il faut utiliser de l’eau salée à légèrement plus de 9 grammes par litre pour attirer l’eau du corps vers l’intestin.

Le problème est le même pour les insuffisances cardiaques sévères.

Les fistules et les fissures graves.

Les nécroses par irradiation.

Les suites d’hémorragie importante.

Pour les grossesses, pas de réelle contre-indication :

Quelques femmes font une séance la veille d’un accouchement afin de le faciliter.

Dans les rectocolites ulcéro hémorragiques, il faut être très délicat. Mais cela peut beaucoup les améliorer.

A quel rythme?

Les spécialistes en hygiène intestinale recommandent une à cinq séances, à raison d’une fois par semaine, de préférence aux changements de saisons, principalement au printemps et à l’automne, et ce, une ou deux fois par an.

Ce rythme est une bonne façon de procéder.

Il y a aussi des cures de 4 à 6 séances, à raison de une ou deux par jour…L’effet n’est pas le même.

Il est surprenant de constater, alors que chaque séance se termine quand plus aucun déchet ne sort de l’intestin, qu’il en revient encore en quantité souvent très importante à la deuxième, troisième, quatrièmes quelquefois jusqu’à la sixième séance, y compris chez des personnes qui jeûnent depuis quelques jours…

L’effet de régénération est tel que les gens retrouvent des sensations perdues comme si quelque chose se libérait en eux, comme s’ils sortaient d’une sorte d’enlisement.

Nous leur demandons juste de rester attentifs à ces sensations.

Quand ils se sentent à nouveau encombrés, c’est le moment d’une nouvelle libération. Cela peut se faire au bout d’un an, de deux ou plus.

Nous stockons dans les intestins ce que nous stockons dans la tête. Plus nous apprenons à lâcher prise, à ne pas retenir dans la vie ce qui ne lui convient pas mais à le laisser partir, moins notre intestin se surcharge et moins les toxines physiques et émotionnelles viennent nous empoisonner le corps et l’existence.

Pendant la cure

Pendant la cure, nous invitons à une mono diète de fruits ou de riz, voire à un jeûne complet.

Les personnes urinent souvent beaucoup quand les irrigations se font à l’eau douce: celle-ci rentre dans le corps par l’intestin.

Faite avec de l’eau trop salée, au contraire, donne soif par déshydratation.

Après la cure

Il faut reprendre une alimentation douce, biologique, en évitant les produits laitiers de vache, souvent le gluten, les sucres raffinés ainsi que la viande.

Après une irrigation du colon, le corps réagit très vite aux produits qui ne lui conviennent pas. Ceux-ci entraînent immédiatement une pesanteur digestive, un éternuement, une obstruction nasale ou un écoulement, une douleur ou une démangeaison qui se réveille. Une attention à ces sensations permet à chacun de repérer ce qui ne lui convient pas, des éventuelles intolérances…

Évidemment alcool et tabac ne sont pas souhaitables.

Résultats

Tout programme conçu pour nettoyer, détoxiquer et reconstruire le côlon s’adresse à plusieurs zones clefs :

-Aider à revivifier le côlon en stimulant ses mouvements péristaltiques.

-Stimuler la matière à se mouvoir dans le système.

-Freiner la putréfaction.

-Évacuer les vieilles matières fécales de la paroi du côlon et hors des interstices des intestins.

-Désinfecter.

-Éliminer les poisons et les toxines.

-Aider à expulser les métaux lourds comme le mercure et le plomb.

-Éliminer les résidus chimiques.

-Éliminer même les substances radioactives comme le strontium 90.

-Apaiser et stimuler la guérison de la muqueuse de tout le tube digestif.

-Aider à stimuler le corps à commencer à guérir et réparer ses hernies internes.

-Augmenter le flux de bile pour aider à nettoyer la vésicule biliaire, les conduits biliaires et le foie.

-Stimuler une flore intestinale saine.

-Détruire et expulser les parasites.

-Détruire l’excès de Candida albicans.

-Maintenir la régularité.

-Amener à réduire les efforts d’évacuation.

-Accélérer le temps de transit des selles par le gros intestin.

-Stimuler la croissance de colonies de bactéries bénéfiques dans le tube digestif.

-Autres effets :

La peau devient plus vivante, plus tonique, plus lumineuse,

Les yeux sont plus lumineux également.

Le cerveau semble se libérer. La pensée s’éclaire. Des prises de conscience se font, une meilleure créativité/concentration.

Les organes se régénèrent.

Le bassin est libéré.

La libido s’améliore.

Les règles peuvent se régulariser. La fécondité revenir.

Le transit se régularise.

Une meilleure respiration (plus profonde).

Une sensation de légèreté.

Certaines douleurs disparaissent.

Une régulation de l’humeur.

Le ventre est plat.

Le cœur s’ouvre…

HYDROTHÉRAPIE DU COLON. Première partie

L’irrigation du colon ou hydrothérapie du colon consiste en un nettoyage en profondeur du gros intestin. Elle reprend en l’améliorant une très ancienne tradition puisque les connaissances historiques que l’on a de cette pratique remontent à plus de 2000 ans.

Son rôle

Il y a un vieux dicton qui dit que « la mort commence par le côlon. » C’est plutôt simpliste, mais quand même vraie.

En fait, le chemin vers la santé commence avec le nettoyage et la détoxication des intestins, peu importe la maladie ou le problème.

Malheureusement, la plupart des gens limitent leur compréhension du nettoyage des intestins à son effet sur les matières fécales. Et alors qu’il est vrai que les programmes de nettoyage évacuent les matières fécales du côlon, limiter la discussion aux matières fécales fait qu’on manquera la vue d’ensemble.

Comprenez que ce que nous avons est essentiellement un tube continu de la bouche à l’anus, et que chaque partie de ce tube a une fonction spécifique à accomplir :

-La digestion des aliments que nous mangeons.

-Le transfert de la valeur nutritionnelle de ces aliments dans le corps.

-Le traitement des déchets de ces aliments et leur élimination du corps.

-Drainage pour les déchets résultants des fonctions métaboliques du corps lui-même.

-Première ligne de défense du système immunitaire du corps en identifiant et éliminant les virus et les bactéries malsaines ingérées avec la nourriture.

Le côlon est le principal canal d’élimination du corps. C’est le moyen par lequel nous éliminons les déchets toxiques dans le processus digestif; y compris de grandes quantités de bactéries E. coli et de larves parasitaires. Si ces déchets restent dans le corps plus longtemps que nécessaire, l’impact que cela a sur le corps n’est pas négligeable. Et encore, à cause des habitudes alimentaires et de santé, un Homme moyen a environ entre 5 à 10 kilos de vielles matières fécales (souvent vieilles de plusieurs dizaines d’années) encombrant son côlon.

Les matières non éliminés fermentent, générant des toxines qui se libèrent dans le sang et la lymphe par la paroi semi perméable de l’intestin et empoisonnent régulièrement l’ensemble du corps, entraînant de nombreux désagréments.

Le foie est le principal organe de détoxification du corps. Il filtre les résidus de drogues dangereuses et les poisons du sang et les retire du corps via le conduit biliaire, puis le côlon. Un côlon encombré, c’est comme tirer la chasse d’eau d’une toilette bouchée; tout remonte à la surface. Le résultat est la maladie et des maux de toutes sortes.

Le point important à se souvenir ici, c’est qu’on ne peut même pas commencer à nettoyer et réparer les autres systèmes du corps à moins d’avoir nettoyé le côlon de sorte que la voie de sortie soit dégagée pour laisser passer les matières toxiques.

Physiquement, le côlon n’est pas conçu pour entreposer de grandes quantités de matières. Il n’a juste pas assez de place pour ça. Si vous avez 5, 10 ou 15 kilos de déchets là-dedans, il y a une seule chose qui peut arriver ; le côlon doit se dilater et s’étirer. Ceci fait que la membrane du côlon doit s’étirer tout en s’amincissant. À mesure que la membrane s’étire, cela compresse de plus en plus les autres organes dans la cavité abdominale (considérons qu’un intestin paresseux peut retenir plusieurs kilos de vieilles matières fécales toxiques et empoisonnées, 6 à 11 kilos n’est pas rare, et on a rapporté jusqu’à 30 kilos dans certains cas).

Votre tube digestif est la source de tous les accès nutritifs de votre corps. S’il ne fonctionne pas correctement, vous aurez deux problèmes majeurs. Tout d’abord, vous aurez de la difficulté à digérer les aliments comme il faut et à les broyer suffisamment de sorte que votre corps puisse les utiliser.

Ensuite, même si vous pouvez les digérer comme il faut, si la paroi intestinale est recouverte de déchets durcis et de colonies/flores de bactéries hostiles, vous allez finir par absorber seulement une fraction de la valeur nutritive des aliments que vous mangez.

Il y a également une mauvaise conception parmi le public et la profession médicale sur la fréquence normale d’une personne en bonne santé à aller à la selle. Durant des années, les docteurs ont pensé qu’une fois par jour jusqu’à une fois par semaine selon l’individu était normal.

Ce que nous avons appris, c’est qu’il est normal, et nécessaire, d’aller à la selle autant de fois par jour que pour chaque repas substantiel pris dans cette journée. Si vous mangiez trois repas substantiels, un jour, vous devriez aller trois fois à la selle le lendemain.

Ce qu’il est essentiel de retenir là-dedans, c’est que tout programme conçu pour améliorer la santé ou éliminer les maladies du corps doit commencer avec un nettoyage, une détoxication et une reconstruction des intestins. C’est le « sine qua non » de la santé.

Une interprétation

C’est une approche thérapeutique qui fait l’unité du corps, du cœur et de l’esprit…

Nous considérons que toute maladie est symbolique: l’expression de quelque chose de mal vécu. L’organe qui souffre correspond à un besoin non satisfait et non exprimé.

Par exemple, un problème d’ovaire signe généralement une difficulté dans le domaine de la sexualité. Un trouble cardiaque évoque une blessure affective, un manque de reconnaissance.

Un problème de foie ou de vésicule reflète de vielles colères…

Or, les irrigations du colon, en éliminant les toxines du corps (cela se voit sur la peau) améliorent les douleurs et font remonter de vieux souvenirs à la conscience, comme si on ouvrait un livre d’histoires de la personne, lui permettant de reprendre les évènements pour en transformer l’impact dans leur vie.

Notre « conscience » utilise les toxines de la pollution et de l’alimentation pour les mettre dans l’organe symbolique des problèmes. Leur accumulation entraîne une gène, puis une douleur, puis un dysfonctionnement prélude à une maladie.

En éliminant les toxines, les séances d’irrigation du colon libèrent les organes, relancent leur bon fonctionnement, et en même temps aident à prendre conscience de ce qui en est à l’origine.

Si la personne effectue dans sa vie les transformations nécessaires à son épanouissement et à son bonheur, les problèmes ne reviendront pas. Si, au contraire, elle ne veut pas ou ne peut rien changer, les toxines reprendront leur place et les problèmes reviendront.

Ceci explique que certaines personnes mangent et boivent tant et plus et ont peu de problèmes d’intestins. Les irrigations du colon les améliorent, certes, mais pas plus que d’autres.

Alors que certains mangent bien et bio depuis des années et évacuent de grandes quantités de déchets au cours de cinq ou six séances. C’est qu’ils ont polarisé leur attention et leur énergie sur la qualité alimentaire, et en ont oublié de vivre.

Le docteur Kousmine, médecin Suisse qui a été l’une des grandes prescriptrices d’irrigations du colon en Europe, expliquait ceci :

« Les gens mangent n’importe quoi. Pour protéger l’ensemble du corps, celui-ci stocke les toxines dans un organe qui sert de poubelle. Mais quand cette poubelle est pleine, elle déborde et l’organe tombe malade. Il faut donc la vider et éviter de la remplir. »

Ce qu’elle ne disait pas, c’est que la poubelle n’est pas choisie au hasard. Elle est l’organe symbolique du problème.

On peut ajouter que les toxines sont bloquées aussi dans le cerveau, le rendant « brumeux ». La personne perd sa lucidité, sa clarté d’esprit.

Son nettoyage lui rend cette lucidité.

On peut même, considérer que ce cerveau fait le lien avec d’autres dimensions, la conscience super lumineuse dont parlait Régis Dutheil, ou les champs morphogénétiques de Ruper Sheldrake, comme une sorte d’objectif photographique.

Celui-ci, nettoyé, redonne aux patients un contact avec ces dimensions qui donnent sens à leur vie : les irrigations du colon sont un moyen d’éveil spirituel.

En tout état de fait, les témoignages de nos curistes font très souvent état de cette nouvelle lucidité, de prises de conscience que leur vie a un sens, et, cerise sur le gâteau, qu’ils retrouvent ou trouvent la sensation d’être aimé et l’envie d’aimer.

Et pour nous, cet Amour est l’énergie fondamentale de guérison, de que certains appellent Dieu, d’autres conscience universelle.

Se nettoyer des toxines permet de se laisser traverser par cette formidable énergie source de toute vie et de toute création.

Les irrigations du colon ouvrent notre dimension spirituelle!

La technique

La personne est allongée sur une table d’examen.

On utilise une canule qui est reliée à deux tuyaux, l’un, très fin, pour l’arrivée de l’eau dans l’intestin; l’autre, plus gros, pour l’évacuation des déchets.

Le thérapeute commande deux vannes, une sur chaque tuyau.

Il fait rentrer de l’eau à faible pression et bas débit dans l’intestin, en l’empêchant de sortir.

Lorsque la personne ressent l’envie d’évacuer, il ouvre la vanne d’évacuation. Celle-ci se fait dans le tuyau prévu à cet effet.

Pendant l’évacuation, le thérapeute masse le ventre en allant de la fosse iliaque droite, près de l’appendice vers la fosse iliaque gauche, près du rectum, en remontant par la droite, en suivant le côlon transverse, puis en redescendant vers la gauche. Quand plus rien ne sort, on referme la vanne d’évacuation et l’on remplit à nouveau l’intestin.

L’opération est recommencée tant qu’il y a des déchets.

La préparation

Trois jours avant une cure d’irrigation du colon, nous conseillons de ne manger que des fruits et des légumes.

Une cuillère à café de psyllium dans un grand verre d’eau matin et soir (inutile de le faire gonfler avant de boire, cela se fait dans l’intestin) et une ampoule de Raphanus trois fois par jour contribuent à faciliter les éliminations en préparant le décollement des déchets.

A suivre

LES FORMIDABLES PROPRIÉTÉS DU PSYLLIUM BLOND

Le psyllium, tout le monde en parle!

Avant de rentrer dans les détails, voici brièvement une liste des diverses conditions pour lesquelles le tégument de psyllium blond est utilisé avec succès:

  • Constipation
  • Diverticulose/diverticulite
  • Cholestérol élevé (hypercholestérolémie)
  • Côlon irritable
  • Diabète de type 2 (non insulino-dépendant)
  • Athérosclérose et donc, toutes maladies cardiovasculaires
  • Selles semi-liquides, diarrhée
  • Dysenterie
  • Hémorroïdes
  • Triglycéridémie
  • Rectocolite hémorragique (pour maintenir la rémission)
  • Maladie de Parkinson (pour la constipation)
  • Perte de poids et obésité

Le psyllium est avant tout le meilleur régulateur de la fonction intestinale

L’OMS – Organisation mondiale de la santé – a déclaré que le psyllium est utile pour traiter la constipation et restaurer la régularité du transit intestinal.

Elle recommande aussi l’utilisation du psyllium pour ramollir la consistance des selles et faciliter leur passage, par exemple dans les cas d’hémorroïdes, de fissures anales, de diverticulite, après une intervention chirurgicale, pendant la grossesse ou lors des couches, lors d’alitement prolongé et en période de convalescence.

La célèbre religieuse bénédictine allemande Hildegarde de Bingen, réputée pour ses talents de guérisseuse et dont les conseils et produits sont encore utilisés avec profit par de nombreuses personnes aujourd’hui, déconseillait par exemple l’usage de la graine de lin pour lutter contre la constipation (car le lin déminéralise et favorise l’ostéoporose). Elle conseillait le psyllium.

Contrairement à d’autres laxatifs végétaux comme le séné et la bourdaine, le psyllium n’a aucun effet excitant de la muqueuse.

Il est un véritable lubrifiant des intestins.

Le psyllium est ce qu’on appelle un laxatif de lest, non assimilable par l’organisme.

Pour le traitement de la constipation chronique, le psyllium est aussi plus efficace que le docusate sodique (Référence: McRorie JW, Daggy BP, Morel JG, Diersing PS, Miner PB, Robinson M. Aliment Pharmacol Ther. 1998;12:491–497).

(Note: le docusate sodique est un médicament qui peut présenter des effets secondaires préoccupants).

Quelques références:

– Pubmed – Voderholzer 1997.

– Ashraf W, Park F, Lof J, Quigley EM. Effets d’une cure de psyllium sur les caractéristiques des selles, le transit intestinal et la fonction anorectale dans les cas de constipation chronique idiopathique. Aliment Pharmacol Ther. 1995;9:639–647.

–> lors d’alitement prolongé et en période de convalescence.

RECONNAISSEZ L’INTENSITÉ DES DÉCIBELS

Nous avons vu ensemble que certains acouphènes sont dus à un environnement bruyant trop intense et vous avez sans doute pris la décision d’être plus vigilant et d’atténuer autant que possible les nuisances sonores auxquelles vous êtes exposé.

Mais connaissez-vous bien les limites de tolérance du corps humain et les variations des bruits qui vous entourent ?

I. POURQUOI CONNAÎTRE LES DÉCIBELS

Vous entendez fréquemment parler de décibels ce qui est écrit dB. Il s’agit de l’unité d’intensité des sons qui permet de les classer et d’évaluer les seuils de tolérance de l’oreille humaine.

En effet un son trop violent va agresser vos oreilles et au-delà d’un certain niveau leur infliger des souffrances et peut-être même des lésions irréversibles. De la même manière, vous exposer trop longtemps et trop souvent à des bruits trop proches du seuil de tolérance, vous met en danger.

En connaissant la valeur des décibels, en sachant les reconnaître, vous saurez les éviter ou du moins en diminuer l’impact sur vous

II. COMMENT RECONNAÎTRE LES DÉCIBELS

Pour organiser une meilleure hygiène sonore dans votre environnement, observez le tableau d’exemples suivant et retenez bien cette limite :

Pour des sons classés de 10 à 160 dB, la limite de souffrance et de lésions est fixée à 80 dB.

  • 10 dB : respiration, bruissement léger des feuilles dans un vent calme
  • 20 dB : le silence du désert, voix chuchotée, jardin tranquille
  • 30 dB : appartement dans quartier calme
  • 40 dB : appartement normal, bureau tranquille, musique douce
  • 50 dB : restaurant tranquille, rue très calme, conversation normale, climatiseur, télévision
  • 60 dB : appareils électroménagers, ambiance d’une salle de restaurant
  • 70-80 dB : cris, trafic routier : SEUIL DANGEREUX

– 90 dB : baladeur, hurlements, motos, métros, tondeuse à gazon

– 100 dB : concert de musique rock, fortissimo d’un concert symphonique, scie électrique

– 110 dB: discothèque, marteau piqueur, embouteillage

– 120 dB: coup de fusil de chasse : SEUIL DE DOULEUR

– 130 dB: décollage d’un avion à réaction à proximité

140 dB: turbo-réacteur au banc d’essai : NÉCESSITE D’UNE PROTECTION SPÉCIALE

III. PRÉCISIONS

Il se peut que vous voyiez des tableaux avec l’abréviation des décibels ainsi notée : dB (a) ou dB (A). Cela sert à exprimer le nombre de décibels en fonction de l’oreille humaine.

Rappelez-vous bien : la zone dangereuse est située autour de 80 dB et de celui des lésions irréversibles à partir de 90 dB.

Les tableaux s’arrêtent en général à 130 dB car l’oreille humaine ne peut supporter les sons situés au-delà de cette limite (coup d’un fusil de chasse)

UN MOYEN FACILE ET RAPIDE POUR VAINCRE L’ANXIÉTÉ ET LE STRESS

Introduction

Si vous devez subir un entretien d’embauche, parler en public ou convaincre votre percepteur du bien-fondé de votre réclamation, il n’y a rien de plus naturel que de vous sentir, anxieux(se), agité(e) ou inquiet(e). Normales aussi cette peur de l’échec et l’envie de fuir chaque fois que vous vous imaginez en situation. D’ailleurs, une fois l’épreuve du feu passée, tout rentre dans l’ordre.

Mais il n’en est pas de même quand – ô angoisse ! – vous constatez que votre cerveau nage de plus en plus dans la confusion et “n’imprime plus” ! De là à vous persuader que vous ne contrôlez plus grand-chose, que la maladie d’Alzheimer vous guette et que vous vivez sous le diktat de dangers imminents, il n’y a qu’un pas que vous franchissez souvent un peu trop allègrement.

Qui donc vous embarque ainsi dans des flots de pensées jouant au flipper, vous noyant dans des peurs et des angoisses sans fin ? Ne cherchez plus, c’est votre MENTAL !

Ah ! il est fort, le bougre et a plus d’un tour dans son sac ! Alors, comment maîtriser ce cheval fou ?

En pratiquant assidûment les exercices de la méthode de rééducation cérébrale mise au point par un contemporain de Freud, le Dr Roger Vittoz (né à Lausanne en 1863, mort en 1925). Nous l’avons choisie pour sa simplicité, son efficacité et ses résultats rapides.

Elle s’appuie sur ce principe fondamental : “Avoir conscience d’un acte, ce n’est pas le penser mais le sentir” et sur toute une batterie d’exercices accessibles à tous, à utiliser en prévention comme en traitement. Son but : ré-harmoniser votre esprit et votre corps en vous faisant vivre “ici et maintenant”.

Pratiquez-les régulièrement, et vous retrouverez toute la saveur de l’éternel présent et balaierez du même coup toutes les élucubrations et spéculations angoissantes de votre mental. Tentant, n’est-ce pas ? Alors, si vous commenciez tout de suite.

7 jours pour vaincre anxiete stress

PEAU ET CHEVEUX: 3 conseils

MARCHEZ, DANSEZ, NAGEZ, PEDALLEZ… BREF, BOUGEZ !

Au moins 3 fois par semaine, consacrez 30 bonnes minutes à l’exercice. Promenades à vélo, à pieds – ou petite marche si nécessaire –, un peu de natation, de yoga, de tai chi, etc., voilà d’excellents moyens de vous garder en pleine forme.

L’exercice active la circulation sanguine, ce qui apporte davantage de substances nutritives et d’oxygène à vos cellules.

Vos cellules cutanées sont donc en mesure de produire davantage de collagène et d’élastine, 2 substances qui assurent l’élasticité et la souplesse de la peau.

NE VOUS METTEZ PAS N’IMPORTE QUOI SOUS LA DENT

Si vous atteignez la durée de vie moyenne d’une Occidentale, vous perdrez l’équivalent de 19 kilos de peaux mortes. Autant de particules que votre organisme doit remplacer jour après jour.

Pour qu’il puisse bien s’acquitter de cette tâche, vous devez lui fournir les matériaux de base nécessaires. Autrement dit, vous devez vous alimenter correctement : beaucoup de fruits et légumes (crus de préférence), des céréales entières, des légumes secs, peu de viandes et des huiles de bonne qualité (première pression à froid).

Une telle alimentation vous fournira un surplus d’énergie qui donne ce rayonnement indispensable au charme et à la beauté.

Il y a aussi le fait que certaines substances nutritives sont plus douées que d’autres pour assurer la santé de votre peau et de vos cheveux.

APPRENEZ A GÉRER VOTRE STRESS

Le stress, vous le savez, affecte autant votre corps que votre psyché. Votre peau – et vos cheveux – y sont particulièrement sensibles. Le stress est même l’un des pires ennemis d’une belle peau. Il provoque un déséquilibre hormonal et détruit un nombre important de vitamines nécessaires à la santé de la peau. Par conséquent :

  • Il importe de bien dormir. Vous vous souvenez du visage que vous a renvoyé votre miroir le lendemain de votre dernière nuit blanche ? Vous aviez sans doute les traits tirés et le teint un peu blafard. C’est dire l’importance d’un sommeil réparateur pour avoir une bonne mine.
  • Si ce n’est déjà fait, apprenez aussi à vous relaxer. Plusieurs techniques peuvent vous aider à retrouver votre calme lorsque cela devient nécessaire. Pour vous familiariser avec l’une ou l’autre de ces techniques, vous pouvez suivre un cours ou vous procurer une cassette audio conçue à cet effet. Vous en trouverez facilement sur le marché.