Articles

COMMENT MAGNETISER LES ETOFFES ?

Toutes les étoffes peuvent être magnétisées mais la soie est à éviter. Les meilleurs conducteurs du fluide magnétique sont, d’abord, le fil et la laine, puis le coton. Ces étoffes favorisent singulièrement la transmission du fluide.

Pour les magnétiser, on les retourne en tous sens, on les pétrit avec les mains pendant quelques minutes ; mais la méthode la plus active et la plus prompte est, comme pour l’eau, l’emploi des insufflations en contact avec l’étoffe.

50 thérapies remarquables

COMMENT SOIGNER LES AFFECTIONS DE LA PEAU?

Lotions et compresses à l’eau magnétisée, matin et soir. Si l’éruption ne diminue pas, faire usage d’un composé à base d’acide phénique, pour cicatriser la plaie.

Boire de l’eau magnétisée aux repas.

Applications isonomes prolongées sur l’esto­mac et le gros intestin et frictions rotatoires isonomes des 2 mains sur les mêmes orga­nes, pour tenir le ventre libre, provoquer des selles liquides et détourner de la plaie vers l’in­testin le cours des humeurs.

Il faut, à tout prix, obtenir cette dérivation sans laquelle les hu­meurs, privées de leur issue par la plaie et rejetées dans le torrent circulatoire, pourraient se porter sur un organe essentiel et causer ainsi une lésion bien plus grave que l’éruption cutanée, surtout gênante.

Si j’ai pu cicatriser ma dartre sans répercussion fâcheuse, c’est que l’eau magnétisée, prise en boisson, avait, en déterminant une suppuration extrêmement abon­dante, purifié mon sang.

7 jours pour votre peau et cheveux

LA MAGNETISATION FAITE PAR AUTRUI EST NECESSAIRE DANS CERTAINS CAS

Quand il s’agit de maladies bien déclarées, ce traitement ne vaut pas évidemment celui d’un magnétiseur étranger, libre de faire, sans gêne aucune, ses manipulations sur toutes les parties du corps du malade et dont le fluide, s’ajoutant à celui du magnétisé, aura un effet curatif plus prompt, sinon plus complet.

Cet inconvénient sera moins sensible dans les maladies chroniques ou la durée du traite­ment n’a pas une extrême importance, pourvu qu’il apporte finalement la guérison ou une amélioration sérieuse et durable.

Il n’en est pas de même pour les maladies aiguës, avec fièvre et inflammation, où il faut, avant tout, enrayer le mal, sans perdre un instant, et éviter toute fausse manœuvre. Dans ce cas, si l’on n’a pas sous la main de médecin magnétiseur, il sera prudent de recourir au médecin officiel le plus proche.

Mais où la médication auto-magnétique rend le plus de services, et montre toute son effica­cité, c’est au début des maladies, avant la manifestation des symptômes, quand tout se borne encore à de simples malaises ; alors il sera souvent très facile de prévenir le mal ou de le faire avorter, en apportant soi-même, à son organisme défaillant, le surcroît de force vitale, dont il a besoin pour repousser l’attaque et maintenir son équilibre. À moins que ces ma­laises ne proviennent de l’usure de l’organisme, hors d’état de réagir et de se défendre ; dans ce cas, nul traitement ne saurait empêcher l’issue fatale.

Les avantages de cette médication sautent aux yeux. Elle est très simple, ne coûte rien, on peut l’appliquer, sans difficulté, chez soi, en voyage, en secret, toujours à temps pour enrayer une indisposition subite.

Elle ne vaut pas cependant la magnétisation faite par autrui, pour les raisons que je viens d’indiquer. Mais il sera bien facile de trouver un magnétiseur bénévole qui s’acquittera par­faitement de sa tâche. Pour l’individu isolé, éloigné des siens, ce sera un camarade, à charge de revanche.

Dans les familles, ce rôle sera dévolu à l’un des membres vigoureux, bien portant, dont l’intervention, au moindre malaise, sera précieuse, surtout pour les enfants en bas âge chez qui l’indisposition la plus légère, en apparence, si elle n’est pas soignée à temps, a si vite fait de dégénérer en maladie mortelle.

Ces magnétiseurs improvisés connaîtront, en peu de temps, les divers procédés du magné­tisme par l’une des brochures spéciales existant en librairie. Ils devront aussi avoir des notions élémentaires d’anatomie qu’ils acquerront facile­ment, au moyen d’un manuel.

Ici se place une recommandation très impor­tante. Il est essentiel, pour la réussite du traite­ment, que le magnétiseur, opérant sur soi ou sur autrui, concentre sur cette opération, toute son attention, tout l’effort de sa volonté ; car la volonté est la grande force, productrice d’éner­gie, maîtresse souveraine de notre organisme, qui suffit souvent pour guérir. Elle dirige le fluide vital sur l’endroit voulu et l’empêche de céder à d’autres attractions et de se porter ailleurs.

sante_50_therapies_l

COMMENT FAIRE DANS LE CAS OU LA PARTIE DU CORPS QU’ON VEUT MAGNETISER N’EST PAS A LA PORTEE DES MAINS ?

Le contraire arrivera souvent. On aura alors recours à la magnétisation intermédiaire qui consiste à magnétiser un objet quelconque, solide ou liquide, pour l’employer ensuite comme appli­cation, compresse ou boisson.

Cette magnétisation intermédiaire s’obtient par l’imposition digitale et par un autre pro­cédé, plus énergique encore, qui est l’insuffla­tion chaude. Elle se fait de 2 manières, par le contact et à distance.

Contact : les lèvres, légèrement séparées, sont appliquées sur l’objet qu’on veut magnéti­ser, et, en pressant, on pousse le souffle énergiquement par une expiration prolongée ;

2° Souffle à distance : on souffle à 1 ou 2 centimètres de l’objet ou du liquide à magné­tiser.

Tous les corps inertes peuvent être magné­tisés, mais alors leur influence est quelquefois fâcheuse. C’est le cas pour la plume, la soie, les fourrures, la résine, la paille. Les métaux sont presque tous bons conducteurs du fluide magné­tique mais on ne sait pas encore bien tirer parti de cette propriété.

Je n’en parlerai pas et m’occuperai seulement des liquides et des étoffes dont la conductibilité magnétique est plus grande, l’action plus efficace et le maniement plus com­mode.

sante_30J_Douleurs_l

LES DIFFERENTES MANIERES DE MAGNETISATION

Cette magnétisation s’effectue, avec les mains, de 5 manières différentes, les passes, l’impo­sition digitale, l’application, l’effleurage et les frictions.

De ces 5 manipulations, les seules qu’on puisse pratiquer sur soi-même sont l’im­position digitale, l’application et les frictions.

Je ne parlerai donc que de ces 3 dernières, et renvoie, pour des renseignements plus com­plets, aux brochures qui traitent spécialement du magnétisme humain et de ses applications.

L’imposition digitale

L’imposition digitale consiste à tenir les 2 mains ou l’une d’elles seulement (la droite le plus souvent), les doigts allongés, immobiles, légèrement séparés et dirigés, pendant un temps variable, à une distance de 15 à 20 centimètres, vers la partie qu’on veut actionner.

Elle est stimulante, quand elle est faite par la main droite sur un endroit quelconque de la partie droite du corps ou par la main gauche sur la partie gauche, en un mot, quand elle est faite avec la main située du même côté que la partie du corps sur laquelle on agit, et cette manipu­lation est calmante, dans le cas contraire, c’est-à-dire quand on opère avec la main située du côté opposé du corps.

Dans le premier cas, l’imposition est dite isonome, dans le second cas, hétéronome, et elle est mixte quand elle est faite avec les 2 mains ensemble.

Toutes les impositions isonomes sont stimulantes et les impositions hétéronomes calmantes. Cette diffé­rence d’action résulte de la polarité du corps humain.

L’application

L’application consiste à poser la main à plat, sans raideur, les doigts joints, mais non serrés, sur une partie du corps et à la laisser en place pendant un certain temps.

Les frictions

Les frictions sont de 2 sortes, friction traî­nante et friction rotatoire. La friction traînante est à peu près irréalisable sur soi-même, je n’en parlerai pas.

La friction rotatoire, qui est sti­mulante, s’exécute en décrivant très lentement, dans le sens du mouvement des aiguilles d’une montre, des cercles concentriques avec la paume de la main qui effleure, par dessus les vête­ments, la partie du corps qu’on veut actionner. On pratique cette friction, de préférence sur le cœur, le foie, l’estomac et l’intestin, lorsque ces organes manquent d’activité.

Ces diverses manipulations se font par dessus les vêtements.

Tels sont les divers procédés de magnétisation directe dont on peut user sur soi-même. Ils ne pourront, bien entendu, être employés que si la partie de son corps qu’on veut magnétiser est à la portée des mains et si celles-ci peuvent opérer commodément et convenablement.

sante_30J_Douleurs_l

COMMENT ON PEUT GUERIR ET PREVENIR LES MALADIES ET PROLONGER SON EXISTENCE

Introduction

C’est en se magnétisant soi-même.

À l’appui de ce dire, j’apporte des preuves per­sonnelles, ce qui va m’obliger à parler souvent de moi, mot haïssable. J’en demande pardon au lecteur dont je réclame toute l’indulgence.

J’étais atteint depuis longtemps d’infirmités qui m’ôtaient le libre usage de mes membres et me condamnaient à l’inaction.

Malgré l’inges­tion fréquente d’iodures, de plusieurs dérivés de l’iode et de spécialités pharmaceutiques très en vogue, mon mal empirait toujours et je devenais impotent.

Au mois de juin de l’an dernier, j’en­tendis parler, pour la première fois, du traitement des maladies chroniques par le magnétisme et de ses résultats merveilleux. Je résolus d’en user, mais il y avait, à cela, une difficulté qui paraissait insurmontable, puisque, dans la ville que j’habite, il n’y a pas de médecin magnétiseur.

Je me procurai les ouvrages qui traitent du magné­tisme et de ses applications et je vis que, dans bien des cas, il était possible de remplacer le magnétiseur et de se magnétiser soi-même.

L’auto-magnétisation est-elle efficace ?

J’en fis l’essai et réussis bien au-delà de mon attente. Je crois faire œuvre utile en portant ces résul­tats à la connaissance du public. Chacun pourra ainsi, le cas échéant, pratiquer sur soi ce traitement par l’auto-magnétisation qui est très simple et ne coûte rien.

Mais ce traitement, qui est d’ordre psychique, exige, pour être bien compris et appliqué avec discernement, certaines notions du même ordre que je vais, tout d’abord, indi­quer très succinctement et qui sont conformes aux dernières données de la science et basées sur des expériences très précises et sur des faits rigoureusement contrôlés. Je parlerai ensuite des divers procédés d’opération.

Ce que le magnétiseur projette sur le magnétisé

L’être humain se compose de 2 parties distinctes : l’une est le corps, l’autre, impondé­rable, est l’esprit ou l’âme. L’esprit est réuni au corps par une enveloppe fluidique, moulée sur le corps, qu’on appelle périsprit ou double fluidique du corps.

Le corps est inerte. C’est son double, et non lui, qui perçoit les sensa­tions et qui ressent la douleur. L’esprit est le centre et la source des forces qui mettent le corps en mouvement. C’est cet ensemble de forces qu’on est convenu d’appeler fluide vital. Il pénètre et anime notre corps. Si, pour une cause quelconque, il n’accède plus librement et en quantité suffisante, à une partie de notre organisme, celle-ci dépérit et la maladie sur­vient.

Notre corps émet, par toutes ses parties et principalement par les extrémités de ses mem­bres, les doigts, les coudes, les pieds, les ge­noux, des effluves animés d’une très grande vi­tesse, ayant des propriétés analogues à celles de l’aimant, mais bien plus énergiques et plus stables, et que, pour cette raison, on a appelés magnétiques.

En réalité ces effluves provien­nent du fluide vital qui, après avoir parcouru et vivifié le corps, s’échappe au dehors et est constamment renouvelé. C’est ce fluide, émané de son corps, que le magnétiseur projette sur le magnétisé et fait pénétrer en ce dernier, avec son consentement et après une certaine adap­tation.

sante_30J_Douleurs_l

COMMENT SOIGNER LES VARICES ?

Voici, maintenant, comment j’ai guéri mes varices.

Dans mon lit, le matin, étendu sur le dos, je commençais par aspirer l’air lentement, en pro­longeant cette aspiration pendant 20 secondes au moins, après quoi j’expirais le plus lentement possible et je recommençais sans interruption pendant au moins 40 minutes, et cela, chaque matin, avant de me lever.

Dès le pre­mier jour, j’éprouvai un grand soulagement et l’enflure de ma jambe et de mon pied diminua sensiblement. Cette amélioration persista et s’ac­centua les jours suivants et, au bout de 15 jours, ma jambe et mon pied étaient revenus à leur état normal et toute douleur et toute gêne dans la marche avait cessé.

La guérison était complète. Dans la crainte d’une rechute, j’ai continué, pendant quelque temps, mais moins régulièrement et moins longtemps, chaque fois, cet exercice de respiration prolongée.

Ce résultat peut s’expliquer ainsi : L’aspiration prolongée de l’air, dilatant les poumons et augmentant leur capacité, provoque, au cœur et aux poumons, un afflux, plus con­sidérable, du sang veineux qui abandonne par­tiellement les veines variqueuses où il est en excès. Celles-ci, presque vides, se resserrent et retrouvent toute leur élasticité et leurs valvules se remettent à fonctionner normalement.

C’est, perfectionné, le procédé des masseurs qui, par une pression des doigts sur les veines vari­queuses, en refoulent le sang, les font se con­tracter, remettent leurs valvules en mouvement et réussissent ainsi à guérir les varices superfi­cielles et les ulcères variqueux.

Mais ce traite­ment a moins d’effet sur les varices internes qui échappent souvent à l’action des doigts du masseur.

Si un procédé aussi grossier et rudimentaire que ce massage de veines avec les doigts donne un pareil résultat, on conçoit que ce résultat sera obtenu bien plus sûrement et plus vite par la respiration prolongée qui agit directement, simultanément et naturellement sur toute la paroi interne des veines variqueuses et sur toutes leurs valvules.

Ce procédé purement mécanique doit, il sem­ble, pouvoir être appliqué avec succès aux varicocèles, aux hémorroïdes et à toutes les dila­tations veineuses anormales se produisant dans d’autres parties du corps.

sante_7J_diabete_l

,

MA PREMIERE EXPERIENCE D’AUTO-MAGNETISATION

J’arrive maintenant au traitement lui-même et à ses diverses applications, en commençant par ma cure.

Voici quel était mon état de santé quand j’ai commencé. J’avais, dans la région du bas-ventre, une lésion interne, suite de trauma­tisme, qui avait déterminé l’ankylose muscu­laire de mes hanches. Je ne pouvais ni me baisser ni lever les jambes, m’asseoir sur un siège de hauteur ordinaire ou monter un escalier. Je marchais très lentement et péniblement en traînant les pieds, mes poignets et mes épaules étaient aussi ankylosés en partie. Je ressentais des douleurs souvent très vives, mais fugaces, au moindre changement de temps, après le plus petit excès, même sans cause appréciable.

Tout cela avait commencé il y a une vingtaine d’années, par l’ankylose de la hanche gauche ; puis la hanche droite avait été prise, puis les autres articulations.

En outre, j’avais des varices internes dans le bas de la jambe droite et le pied droit qui étaient habituel­lement très enflés et douloureux. Enfin j’avais, depuis 4 ans, à cette même jambe, à la hauteur de la cheville, une plaie dartreuse qui faisait le tour de la jambe.

Je commence à pren­dre, à chaque repas, à la dose d’un verre ordi­naire de l’eau pure magnétisée – je ne bois pas de vin – et je continue, sans interruption, pendant 1 mois.

Le résultat est une poussée très forte qui se manifeste. Ma plaie suppure très abondamment, à la façon d’un vésicatoire.

Un mois 1/2 plus tard, j’ai 4 selles liquides très abondantes qui ne se renouvellent pas.

Une semaine après et jours suivants, j’ai des preu­ves évidentes de la guérison de ma lésion interne, cause de mes ankyloses et raideurs musculaires.

15 jours plus tard, je cesse de magnétiser mon eau. Aussitôt la suppuration de la plaie diminue. Pour hâter sa disparition, je la panse avec un composé phéniqué et elle est cicatrisée complètement à la fin du mois. Depuis elle ne s’est pas rouverte et sa cicatrisation n’a eu sur moi aucune répercussion fâcheuse.

sante_7J_dos_l

LES ALIMENTS RESTENT FRAIS GRACE A LA MAGNETISATION

Au moyen de simples impositions digitales faites, chaque jour, pendant 10 où 15 minutes, on conserve, dans un parfait état de fraîcheur, pendant plusieurs semaines, aussi longtemps qu’on le veut, la viande, le gibier et le poisson, même non vidés. On opère de la même manière et avec le même succès sur les légumes et les fruits cueillis et toutes les denrées périssables et aussi sur les légumes en terre et les fruits sur tige, les melons, entre autres, dont on augmente ainsi considérablement la grosseur et la saveur.

Chacun peut faire ces expériences, les ménagères, notamment, qui auront là une recette précieuse pour la conservation de la viande, des légumes et des fruits.

7 jours pour vos douleurs

IL FAUT UN TRAITEMENT LOCAL ET GENERAL POUR UNE GUERISON DURABLE

On vient de voir l’efficacité de l’eau magné­tisée, en boisson. Elle seule a suffi, à l’exclu­sion de tout médicament, pour guérir une lésion interne et une dartre remontant, la lésion, à plus de 20 ans, et la dartre, à 4 ans.

En outre, mon état général s’est bien amélioré et mes forces ont augmenté. J’ai rajeuni et ce changement frappe et surprend tout le monde.

Ainsi l’eau magnétisée en boisson purifie le sang, détruit les germes morbides, expulse les humeurs et déchets et rétablit la santé. Son emploi s’impose donc dans le traitement auto­-magnétique.

Ce traitement est à la fois local et général. Un traitement local, seul, serait insuffisant. Il ferait bien disparaître les symptômes apparents du mal, mais ce ne serait que pour un temps et ce mal ne tarderait pas à reparaître sous la même forme ou sous une autre, peut-être bien plus grave, si, comme c’est le cas le plus fré­quent, il était la conséquence d’un état général mauvais.

Pour obtenir une guérison durable, il faut donc améliorer, en même temps, cet état général.

Le traitement local auto-magnétique consiste en manipulations faites directement sur la partie affectée, si elle est aisément accessible aux mains du malade ; dans le cas contraire, qui sera le plus fréquent, il recourra à la magnétisation intermédiaire. Il magnétisera, par insuffla­tions, des étoffes de laine ou de coton, de l’ouate ou d’autres produits textiles, bons conducteurs magnétiques, et les appliquera, sous forme de compresses, sur le siège du mal et il continuera jusqu’à ce que la douleur ait cessé et que les symptômes de l’affection aient disparu.

Le traitement général sera interne et externe ; interne, par l’ingestion de l’eau magnétisée ; externe, par des manipulations, isonomes ou hétéronomes, suivant les cas, faites sur le cœur, le foie, l’estomac ou l’intestin.

Chacun pourra adapter ce traitement à son cas particulier, sauf, parfois, certains tâtonne­ments qui seront, d’ailleurs, de courte durée, surtout s’il a des notions élémentaires d’anatomie, lui permettant de choisir, à coup sûr, le procédé qui convient à son affection et à son tempérament.