Articles

LA THÉRAPIE MANUELLE

L’ostéopathie, contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire, ne se limite pas à exécuter des manipulations pour repositionner les vertèbres.

Son objectif est de rétablir l’équilibre fonctionnel qui est le plus souvent à l’origine de la douleur articulaire et/ou musculaire. Pour ce faire, elle doit intégrer tous les facteurs pathologiques, médicamenteux, alimentaires, héréditaires, traumatiques… sans quoi la thérapie manuelle, qui est son fondement, n’apportera un bénéfice que temporaire.

  • L’interrogatoire recueille l’ensemble des facteurs,
  • L’analyse révèle le processus d’installation du mal,
  • L’observation apprécie la statique vertébrale, la qualité de la peau,
  • La palpation valide la corrélation entre la douleur et le dysfonctionnement organique ou viscéral,
  • l‘écoute des tissus de soutien vérifie le degré de tension,
  • le contrôle des pouls artériels renseigne sur le niveau de la lésion.

Son mode d’action

  • L’ostéopathe pratique des manœuvres manuelles douces qui relâchent les tensions internes à l’organisme et chassent les liquides emprisonnés. Simultanément, il contrôle les pouls pour s’assurer du rétablissement d’un bon flux circulatoir Son travail est basé sur la mécanique des forces et des fluides.
  • La levée de ces tensions, libère les forces qui s’exercent sur la charpente osseuse et, notamment, les vertèbres d’où émergent les nerfs qui contrôlent le fonctionnement de l’or Après ce premier travail, un simple replacement suffit pour repositionner la vertèbre, la manipulation forcée n’offre aucun intérêt.
  • Simultanément à la fonte de la densité des tissus, il apprécie la disparition de la douleur et la fluidité et la puissance du flux artériel à travers la synchronisation des pouls en aval et en amont de la lésion.
  • Il prolonge ensuite la normalisation des tensions aux trois membranes qui relaient le travail de la pompe cardiaque pour diffuser le sang artériel vers les cellules et les tissus : le diaphragme situé sous les côtes (respiration), le plancher pelvien sous les organes génitaux, le muscle sus-hyoïdien (boule dans la gorge).

Enfin, il vérifie une quatrième membrane qui se trouve dans le crâne et qui subit à l’instar d’un pantin, toutes les tensions internes du corps. Cette dernière membrane rythme le liquide céphalo- rachidien qui circule dans la moelle épinière et dans lequel baigne le cerveau. C’est par ce liquide que s’établit la connexion entre le corps et le cerveau. Il assure l’équilibre nerveux de l’être humain.

ACOUPHÈNES : D’AUTRES PISTES

À côté de l’acupuncture et de l’hypnose qui sont connues du grand public, il existe encore d’autres thérapies originales, efficaces et reconnues et qui correspondront peut-être à la forme de soins que vous recherchez contre vos acouphènes.

De nombreux médecins et chercheurs se sont attachés à trouver diverses méthodes de guérison, afin d’aller plus loin, toujours plus loin dans la qualité de vie et de santé de leurs patients.

Découvrez aujourd’hui l’ostéopathie et la mésothérapie, 2 techniques récentes et adaptées au traitement des bourdonnements d’oreille.

I. L’OSTÉOPATHIE

Née aux États-Unis au siècle dernier, l’ostéopathie conquiert un public de plus en plus large, rien que par le constat de son efficacité. C’est une méthode qui agit en douceur sur la globalité du corps qu’elle considère comme une unité. Le nombre des ostéopathes est suffisamment important pour que vous puissiez en trouver facilement un dans votre environnement proche.

  1. Définition de l’ostéopathie

Cette dénomination médicale désigne l’ensemble des méthodes de soin faisant appel à des manipulations sur les os.

Selon les tenants de l’ostéopathie, le moindre choc infligé au corps est capable d’avoir des répercussions à un autre endroit de l’organisme, parfois d’ailleurs bien éloigné de l’impact initial, et se révéler traumatique des années après.

  1. Le rôle de l’ostéopathe

Tout l’art du praticien, face à une pathologie particulière, consiste à remonter l’histoire du patient et à décrypter les inscriptions qu’elle a laissées dans son enveloppe physique.

Pour cela, il va se servir de ses doigts grâce à une sensibilité exacerbée, due à un apprentissage rigoureux, à une expérience personnelle et à son intuition.

Un ostéopathe a de très sérieuses connaissances en anatomie, en physiologie, en biomécanique mais aussi en science du toucher.

Il part du principe que chaque petit traumatisme, aussi infime soit-il, affecte le mouvement et engendre tôt ou tard la douleur. Il s’attache à rechercher l’origine de celle-ci avant de la traiter et c’est ainsi qu’il va s’intéresser à votre passé pour vérifier ce que son intuition et ses connaissances lui avaient soufflé.

Que ce soit le résultat d’une chute ou une mauvaise attitude corporelle répétée années près années, l’ostéopathe est apte à en déceler les méfaits engendrés et vous allez être étonné de ce qu’il sera capable de vous révéler sur votre santé. En effet vous n’auriez certainement pas fait vous-même le lien entre un accident par exemple survenu il y a de nombreuses années et vos bourdonnements d’oreille.

  1. Les manipulations ostéopathiques

L’ostéopathe va vous examiner en considérant vos symptômes et en s’appuyant sur le diagnostic de votre médecin traitant. Puis un interrogatoire précis sur votre passé lui permettra de déceler un lien de cause à effet entre un éventuel traumatisme et votre état actuel. Ensuite il palpera doucement tout votre corps pour prendre connaissance de ses problèmes.

À partir de ces données, il organisera alors son traitement et le nombre de séances qui vous seront nécessaires. Les séances d’ostéopathie risquent de vous dérouter, car les manoeuvres sont en général douces et lentes et vous vous demanderez peut-être où le médecin veut en arriver.

Ce ne sont pas des massages mais des manipulations de votre corps, aux endroits nécessaires, sans violence et sans douleur. Laissez-vous faire et détendez-vous, ce sera votre meilleure collaboration.

  1. Ostéopathie et acouphènes

Contre les bourdonnements d’oreilles, ce sera très certainement votre crâne qui retiendra l’attention et les soins de votre ostéopathe car c’est une des zones clefs de la guérison de vos symptômes auditifs.

II. LA MÉSOTHÉRAPIE

La mésothérapie occupe une place à part dans les traitements médicaux, car tout en utilisant des médicaments allopathiques, elle rejoint certaines méthodes de médecines naturelles quant à leur application.

  1. Définition de la mésothérapie

On peut résumer la mésothérapie comme étant un traitement allopathique agissant par le biais d’aiguilles aussi rimes, voire davantage que celles de l’acupuncture et utilisant des doses de médicaments aussi faibles qu’en homéopathie.

C’est une forme de soins très récente, mise au point, en France dans les années 50 et pratiquée par des médecins allopathes ayant suivis une formation traditionnelle à la faculté de médecine.

La mésothérapie utilise des aiguilles pour injecter localement de très faibles doses de médicaments. Elle agit ainsi directement au siège de la douleur ou de la source de la douleur.

  1. Les aiguilles

Elles sont extrêmement fines (de 4 à 10 mm de diamètre) et très courtes (4 mm de long), afin de ne pas pénétrer trop profondément dans les tissus. Soit elles sont à usage unique, soit elles feront l’objet d’une stérilisation systématique après utilisation.

Ils existent différents modèles de seringues et d’injecteur, suivant la pathologie à traiter et les préférences du thérapeute et vous les découvrirez avec lui.

  1. Les injections

Purs ou en mélanges, les médicaments sont injectés en plusieurs points, soit à la suite les uns des autres, soit plus lentement suivant les cas.

L’aiguille pénètre très superficiellement dans la peau, la piqûre ne dure qu’une fraction de seconde, et seules quelques gouttes de la préparation vous sont injectées. Le nombre d’injection peut varier de 10 à 50.

  1. La douleur

La mésothérapie est réputée quasi indolore, du fait de la finesse du matériel et de la rapidité des interventions. Tout dépend bien entendu du savoir-faire du médecin et de votre résistance aux piqûres. Le principal est que vous soyez détendu et confiant, et la séance se déroulera sans mal.

  1. La consultation

Vous serez tout d’abord soumis à un examen classique pour la pose du diagnostic et du traitement, puis vous entrerez dans le cycle des séances de mésothérapie qui seront espacées en fonction de votre cas particulier.

  1. Mésothérapie et acouphènes

Les affections O.R.L. sont du ressort de la mésothérapie. En ce qui concerne les bourdonnements d’oreilles, la mésothérapie peut se montrer particulièrement efficace en présence de la maladie de Paget, de troubles vasculaires ou ne serait-ce que pour amoindrir des réactions de stress.

INTRODUCTION A L’OSTEOPATHIE

L’ostéopathie est une médecine préventive à part entière qui s’intéresse notamment aux personnes dont l’état se situe entre la santé et la maladie, celles qui souffrent sans raison médicale apparente et qui présentent des troubles fonctionnels à l’origine des pathologies dites légères *.

Mais aussi aux personnes qui présentent des troubles contre lequel le médicament est impuissant ou intolérant ou tout simplement celles qui souhaitent se libérer de ces maux qui nuisent à leur bien-être et conserver un bon état de santé.

La première mission d’un ostéopathe est de soulager, sa deuxième mission est d’obtenir la guérison ce qui impose la prise en compte de tous les facteurs en cause, sa troisième mission est de maintenir l’état de santé obtenu.

Les soins sont des techniques manuelles douces qui agissent aussi bien sur des organes, des viscères ou des muscles. Si besoin, une mobilisation directe sur la structure osseuse termine le soin mais en aucun cas le précède.

Une douleur articulaire est l’expression d’un mauvaise position anatomique. Il convient de s’interroger sur les forces qui contraignent cette articulation et non de forcer sur celle-ci or l’expérience démontre que la quasi totalité des douleurs articulaires non traumatiques prennent leur origine dans la sphère abdominale.

Une douleur persistante doit être interprétée comme un signal d’alarme. Elle est le plus souvent la projection d’un déséquilibre fonctionnel de l’organisme. Et sa localisation renseigne l’ostéopathe sur la fonction de l’organisme en cause qui correspond à un organe, un viscère ou une glande.

Le facteur héréditaire crée une prédisposition à un déséquilibre fonctionnel qui se révèlera en fonction de l’hygiène de vie. Le stress et la fatigue sont des facteurs qui agissent sur la point de faiblesse de l’organisme. Le rôle de l’ostéopathe est de déceler le point de faiblesse avant qu’il ne devienne une maladie et c’est là que la douleur articulaire et musculaire prend toute sa dimension.

C’est pourquoi l’aspect pédagogique de la prise en charge est aussi important que les soins car l’ostéopathe doit pouvoir expliquer clairement l’existence de la corrélation entre les douleurs articulaires et musculaires et les troubles fonctionnels dont la source est quasiment toujours en rapport avec le foie et à la digestion.

Le premier principe de l’ostéopathie démontre l’interaction entre l’organe et le squelette.

Le deuxième principe est la loi de l’artère. Lorsque le flux artériel est ralenti, les échanges sont perturbés, les fonctions se dérèglent et font le lit de la maladie.

Le troisième principe est la capacité d’auto guérison. Conséquence directe de l’application des deux premiers principes.

L’ostéopathie s’appuie sur les principes de la mécanique des forces et des fluides à l’organisme qu’elle adapte aux connaissances scientifiques traditionnelles (80% des artères traversent les muscles qui assurent la stabilité de la structure osseuse).

Cet aspect quantitatif ne pouvant être dissocié de l’aspect qualitatif du sang circulant, l’ostéopathe complète le bénéfice de la thérapie manuelle par des recommandations alimentaires (macro-nutriments) et compense les faiblesses héréditaires et acquises par l’apport de micro-nutriments de façon à renforcer l’organisme face au stress et aux excès.

Les informations contenues dans ce document vous apportent un éclairage simple sur le fonctionnement de l’organisme et le processus d’installation des déséquilibres fonctionnels afin de vous convaincre d’adopter certaines règles d’hygiène de vie.

Vous êtes le principal artisan de votre santé et de votre bien-être.

sante_7J_dos_l