Articles

POUR DES PIEDS TOUT DOUX

PIEDSSous les pieds, la peau est plus dure que partout ailleurs sur le corps. Il est fréquent que d’épaisses callosités se forment sur les points d’appui.

Voici quelques trucs pour l’adoucir :

– Après la douche ou le bain, alors que la peau de vos pieds est bien hydratée, donnez quelques coups de pierre ponce sur les parties durcies.

Vous obtiendrez de meilleurs résultats en ponçant doucement vos pieds tous les jours plutôt qu’en faisant un ponçage énergique une fois par semaine.

– Avant le bain, tandis que votre peau est sèche, appliquez une crème gommante pour aider les cellules mortes à se détacher.

– Si la peau de vos pieds est vraiment très épaisse, vous pouvez utiliser de petits ciseaux pour en enlever l’excédent mais faites bien attention de ne pas tailler dans la partie tendre. Pour plus de précaution, vous pouvez vous offrir une séance chez un pédicure. Il est bien équipé pour ce genre de travail.

– Avant de vous mettre au lit, ne manquez pas de bien hydrater vos pieds avec un lait hydratant de bonne qualité ou un peu d’huile d’amande douce.

EN SAVOIR PLUS SUR LES ETIREMENTS

SPORT_06Les étirements sont essentiels en préparation physique pour améliorer la souplesse, la mobilité articulaire et le relâchement musculaire. On distingue 2 types d’étirements, les étirements actifs par exemple le stretching, et les étirements passifs. Pour les sports où la vitesse, la force ou la détente verticale sont en jeu, les étirements risquent d’avoir un effet négatif sur la performance.

Il n’est pas nécessaire de s’échauffer avant ses étirements. Le meilleur endroit pour s’étirer est chez soi, muscles reposés, dans une ambiance propice à la relaxation. On peut faire ses étirements après le footing mais il est préférable d’attendre pour cela d’être rentré chez soi et de s’être douché et changé. S’étirer contribue à allonger les muscles. Les étirements des quadriceps permettent ainsi d’affiner les cuisses.

Méthodes pour s’étirer

On distingue 2 formes d’étirements, les étirements actifs à pratiquer durant l’échauffement, et les étirements passifs, plutôt réservés à la fin de l’entrainement.

Les étirements actifs

La contraction du muscle est associée à son étirement. Parmi les méthodes d’étirements actifs la plus connue est le stretching

Les exercices de stretching à base de contracter-relâcher-étirer

Un exemple de stretching est représenté par l’image de droite: Contracter relacher au niveau des quadriceps. Les étirements sous forme de stretching sont pratiqués en 4 temps:

  • Mise en tension du muscle
  • Contraction du muscle à étirer 10 secondes environ tout en le maintenant tendu
  • On relâche la contraction puis
  • On remet le muscle en tension douce 10 à 30 s. aussi loin que possible sans douleur

Les étirements passifs

C’est la mise en tension du muscle à l’aide du poids du corps. On étire le muscle jusqu’à la sensation d’une légère tension que l’on maintient sans forcer 30 secondes ou plus. Les étirements passifs sont excellents pour relâcher les tensions musculaires mais sont à éviter en début de séance ou avant une compétition car les temps de réaction sont augmentés et les capacités explosives du muscles sont réduites.

Modalités d’étirement selon la partie du corps

Etirement du dos

L’étirement du dos et des muscles postérieurs de la jambe permet d’éviter le mal de dos en facilitant la flexion de la hanche et en n’obligeant plus la colonne vertébrale lombaire à compenser

Etirements du poignet contre le syndrome du canal carpien

Les étirements du poignet font partie des mesures préventives face au syndrome du canal carpien et permettent la poursuite de sports comme le golf en particulier bien au-delà de 50 ans.

Etirement des muscles fessiers

Il est essentiel pour obtenir des fessiers musclés et toniques sans prendre trop de volume d’étirer les muscles des fesses après les avoir contractés. Les étirements favorisent une belle définition musculaire.

Les adducteurs

Les étirements des adducteurs préviennent la tendinite des adducteurs qui est une des causes principales de la pubalgie.

Les pectoraux

L’exercice d’étirement pour les pectoraux consiste d’abord à presser avec ou sans ballon au maximum les mains l’une vers l’autre, bras tendus en avant, pendant 10 secondes.

Les quadriceps

Les quadriceps sont fortement sollicités lors du sprint, des sauts ou des tirs en football. Des étirements actfs durant l’échauffement protègeront les sportifs de déchirures musculaires graves

Etirements des chaines musculaires

Il est possible d’étirer les chaines musculaires postérieure et antérieure au niveau des membres inférieurs et supérieurs

Etirements des ischio-jambiers

Sans étirement les ischio-jambiers ont tendance à se rétracter et à limiter la flexion de la hanche

Conseils

  • On n’étire pas un muscle courbaturé ni même fatigué, ou enraidi, par l’entraînement
  • On n’effectue pas de violents temps de ressort
  • Les étirements sont effectués lentement
  • On n’étire pas un muscle isolé mais une chaîne musculaire
  • On ne dépasse pas le seuil de la douleur qui représente la limite d’étirement du muscle
  • Il est préférable de s’étirer sans chaussures pour avoir de bons appuis
  • Les étirements doivent être réalisés dans un cadre propice à la relaxation
  • On ne s’étire jamais dans une atmosphère froide ni de suite après une compétition

KINÉSITHÉRAPIE

Description

La kinésithérapie est l’ensemble des techniques de rééducation nécessaires après un traumatisme, ou dans le cas de douleurs chroniques agissant en complément de la médecine médicamenteuse.

C’est également une discipline paramédicale qui utilise des techniques actives ou passives et la physiothérapie pour rééduquer ou prévenir les affections de l’appareil locomoteur et les maladies neurologiques ou respiratoires.

On a recourt à cette méthode dans différents domaines :

  • En traumatologie, c’est une étape essentielle incontournable entre le traumatisme et la guérison avec, dans l’idéal, un retour à l’état antérieur.
  • En rhumatologie, elle permet de soulager des souffrances chroniques très invalidantes, comme par exemple les maux de dos.
  • En gynécologie-obstétrique, la kinésithérapie permet de résoudre les problèmes d’incontinence urinaire après l’accouchement.
  • Enfin, la kinésithérapie respiratoire est toujours utile, chez l’adulte malade des bronches et encombré, et chez l’enfant atteint de bronchite asthmatiforme ou de bronchiolite.

Pour en savoir plus

KINESITHERAPIE. Principes, bilans, techniques, Dufour Génot et Neiger, Médecine sciences publication, 1992

Annuaire des praticiens

http://www.annuaire-kine.com/index.php

http://kinesitherapeute.portail-medical.com/

http://www.allo-medecins.fr/specialites/kinesitherapeute/annuaire-des-kinesitherapeutes.html

7 ATOUTS FORME INFAILLIBLES ANTI-FATIGUE (7)

Étape Nº 7 : Faites confiance aux petites granules

Vous le savez, l’homéopathie agit sur votre terrain. Au contraire des remèdes allopathiques qui se substituent au travail de l’organe défectueux (on agit sur le symptôme), les polycrests homéopathiques lui envoient un message de refonctionnement et le redynamisent par la même occasion. Les granules se prennent à raison de 3 fois par jour, sauf indication contraire.

– Si vous souffrez d’anxiété et d’insomnie avec palpitations et d’étouffements au moindre effort, il vous faut Coca 30 CH.

– Madame, si votre fatigue vous déprime, vous rend nerveuse et vous fait broyer du noir, prenez 2 granules d’Ignatia 30 CH toutes les 2-3 heures.

– Monsieur, si vous êtes épuisé après un court effort ou qu’une tâche vous rebute, n’hésitez pas à prendre aussi Ignatia 30 CH, même posologie que Madame. Si, de plus, vous êtes énervé, prenez 2 granules de Nux Vomica 15 CH dès que la moutarde vous monte au nez. Et si vous avez un petit coup de barre atténué par une courte sieste, prenez 2 granules tout de suite après le déjeuner de ce même remède.

– Si l’un et l’autre êtes surmenés, que la moindre tâche vous semble insurmontable et que votre mémoire a tendance à flancher, sautez sur Kali Phosphoricum 6 CH.

– Enfin, si rien ne va vraiment plus, si vos nerfs sont épuisés, votre intellect est surmené, votre mémoire flottante et confuse, si l’aboulie (envie de rien), le découragement et les vertiges vous assaillent, il n’y a pas une seconde à perdre : sucez vite Phosphoric acidum 6 CH.

sante_7J_insomnie_l

7 ATOUTS FORME INFAILLIBLES ANTI-FATIGUE (6)

Étape Nº 6 : Faites appel aux plantes

La Nature met à votre disposition son vaste herbier pour enrayer votre fatigue. Voici quelques plantes qui feront des miracles.

Contre le surmenage musculaire : l’Armoise en extrait fluide (Artemisia vulgaris) : 1 ampoule par jour, pendant 20 jours – ou l’Angélique (Angelica archangelica) en extrait fluide : 1 ampoule matin et soir, pendant 20 jours.

Contre le surmenage intellectuel, 2 remèdes souverains : l’infusion de 5 g de grains de Lavande (Lavandula officinalis) dans 1/2 litre d’eau : buvez-en une tasse après le déjeuner et le dîner – ou du Chardon Marie (Carduus marianus) : 10 g de semences en décoction dans 1/2 litre d’eau : buvez-en une tasse après le déjeuner.

Pour stimuler l’organisme : le Cassis (Ribes nigrum) macérat de bourgeons 1 D : 50 gouttes matin et soir dans un peu d’eau.

Contre la fatigue chronique : faites mélanger les nébulisats de Fénugrec 100 mg (Tribonella feonum graecum), de Romarin 100 mg (Rosmarinus officinalis) et de Fenouil 50 mg (Faeniculum officinalis) : prenez une gélule avant chaque repas.

Pour obtenir un coup de fouet : faites préparer le mélange de nébulisats de Ginseng 100 mg (Ginseng C.A. Meyer) et d’Éleuthérocoque 150 mg (Acanthopanax spinosum) : prenez une gélule avant chaque repas.

En cas de baisse de libido chez Madame : faites préparer le mélange de nébulisats de Sauge 20 mg (Salvia officinalis), de Romarin 100 mg (Rosmarinus officinalis) et d’Éleuthérocoque 150 mg (Acanthopanax spinoxum). Prenez 2 gélules matin, midi et soir.

En cas de fatigue sexuelle de Monsieur : faites préparer le mélange de nébulisats de Sauge (Salvia officinalis), de Ginseng (Ginseng C.A. Meyer), de Gingembre (Zingiberis officinale) 250 mg : une gélule matin et soir. (Bibliographie : Livre “Phyto fatigue”, Dr Daniel Scimeca, Éd. Hachette/Similia et article “Les plantes anti-fatigue” de Jan Kristiansen, La Vie Naturelle, Nº 142, Octobre 1998).

sante_7J_insomnie_l

7 ATOUTS FORME INFAILLIBLES ANTI-FATIGUE (5)

Étape Nº 5 : Ayez une alimentation de qualité

Vous avez dépuré vos organes, vous êtes donc tout(e) propre.

Il s’agit maintenant de donner à votre organisme des aliments qui vont lui apporter de l’énergie sans le lester de déchets.

Faites la chasse aux aliments acidifiants

Après le test du PH urinaire, vous avez peut-être constaté que vos urines s’avéraient acides. Il vous faut donc passer, dans un premier temps, par une rééquilibration alimentaire pour régler ce problème.

Il s’agit alors de supprimer le plus possible les aliments suivants : café, thé, cacao, vin, viande, volaille, charcuterie, poisson, bouillon en cubes, oeufs, petit lait frais, yaourt, fromage blanc, huiles végétales raffinées, corps gras animaux, sucre blanc raffiné, pâtisseries, chocolat, bonbons, céréales complètes ou non surtout le millet, tout aliment à base de céréales (pain, pâtes), les légumineuses (fève, soja, haricots blancs, lentilles), sodas, oléagineux sauf les amandes.

Et de consommer majoritairement les aliments alcalinisants, c’est-à-dire neutralisateurs des acides : pommes de terre, légumes verts, crus ou cuits (haricots verts, chou, laitue, salades), légumes colorés (sauf les tomates) tels que betterave rouge, carotte, poivron, etc., lait, (et en poudre, crème, le petit lait en granulés (magasins diététiques), banane, amande, noix du Brésil, châtaigne, fruits secs (sauf abricot), boisson à base de purée d’amandes.

Notre conseil : vous ne pouvez suivre strictement le régime alcalinisant longtemps sans avoir de carence. Nous vous conseillons donc de prendre conjointement un concentré de citrates alcalins naturel (Erbasit, en magasins diététiques) à raison d’une cuillère à thé rase à diluer dans une boisson, 3 fois par jour, avant les repas.

Équilibrez vos menus

En période de fatigue, il n’est pas rare que vous n’ayez guère d’appétit. Il faut donc le stimuler. Faites-vous plaisir mais restez tout de même raisonnable dans le choix de vos aliments.

Préférez les aliments les plus vivants possibles (donc biologiques), les plus énergétiques et aptes à vous redonner la vitalité qui vous fait défaut. Donc, insistez sur les protéines, les légumineuses, les légumes et les fruits pour les vitamines et les nutriments qu’ils recèlent et dont vous avez fortement besoin.

Et surtout : faites un copieux petit-déjeuner.

Attention : les personnes frileuses et déminéralisées doivent supprimer les fruits et jus de fruits au lever en période de fatigue, car ils pourraient “pomper” l’énergie à ce moment de la journée.

Consommez-les plutôt à 10 h et à 17 h (cf. collations).

Ce premier repas doit être varié et comporter des protéines, lipides et glucides (surtout ceux contenus dans les céréales et les fruits à consommer le matin et le midi). Ainsi, 4 cuillères à soupe de muesli arrosé de lait d’amandes ou de soja ou d’avoine et/ou 1 ou 2 tranches de pain complet tartinées de purée de sésame, quelques fruits secs et une petite compote vous permettront de partir d’un bon pied.

Le déjeuner doit être plus modeste : vous vous contenterez par exemple d’un assortiment de crudités, d’un blanc de poulet avec haricots verts et carottes Vichy, ou d’une salade composée, accompagnée d’une tranche de pain complet.

Quant au repas du soir, il doit être léger pour prédisposer au sommeil : une bonne soupe épaisse ou des pâtes, du riz ou des pommes de terre, excellents glucides lents, prédisposent au sommeil. Puis des laitues braisées au soja (elles font dormir) ou un oeuf, ou un poisson poché, une tranche de pain complet et une tisane vous rassasieront agréablement.

Notre conseil : nous insistons sur la consommation d’aliments biologiques. Réduisez au maximum les graisses et bannissez les fritures et les charcuteries. Faites cuire le moins possible les aliments et variez vos menus. Et surtout, offrez-vous 2 collations (ou 5 petits repas dans la journée) : l’une à 10 h et l’autre à 17 h (prendre, par exemple, un jus de pamplemousse + 1 jaune d’oeuf + l cuillerée de miel). Profitez-en pour manger des fruits frais (exemple : 2 kiwis = votre ration de vitamine C pour la journée), ou des fruits secs, l yoghourt de soja, éventuellement une barre de céréales.

Acceptez l’aide des vitamines, oligo-éléments, nutriments et compléments alimentaires

Théoriquement, si vous suivez nos conseils et que vous mangez de tout en petite quantité, vous n’aurez pas forcément besoin de prendre de supplémentation vitaminique. D’ailleurs, elle ne fera véritablement effet que si vous avez suivi tous nos conseils précédents.

– Vous trouverez la vitamine C, la star du tonus, dans le chou (et encore plus la choucroute), le cynorrhodon, l’acerola, le persil, le cresson, la fraise, la banane, la pomme de terre, le citron, les agrumes et les graines germées, véritables petites bombes d’énergie (moutarde, luzerne, alfafa, etc., vendues en magasins diététiques).

Néanmoins, il est tout de même intéressant d’utiliser certains compléments alimentaires.

À consommer tous les jours :

– Le germe de blé, pour ses nombreux sels minéraux, oligoéléments tels que le phosphore, le magnésium, le calcium, le zinc, le fer, et ses vitamines, principalement B1,B2, B3 ou PP, B5, E. À saupoudrer sur les salades ou les potages à raison de 2 à 3 cuillères à soupe par jour.

– À alterner avec la levure de bière. Elle contient toutes les vitamines du groupe B (action sur la fatigue physique et psychique), de la provitamine D (elle combat la déminéralisation, la faiblesse musculaire, la nervosité et les insomnies) et des oligo-éléments. À utiliser selon les mêmes quantités que le germe de blé.

À consommer en période de grande fatigue, aux changements de saison, en convalescence, au choix :

– La lécithine de soja : elle contribue au bon fonctionnement cérébral et combat la fatigue nerveuse et intellectuelle. Elle se présente en poudre (une cuillère à café aux repas de midi et du soir) ou en comprimés : 2 à 4 par jour.

– La spiruline : cette algue vit en eaux douces alcalines (PH 8,5 à 11) et chaude (25 à 40ºC). Elle est particulièrement riche en fer, en Béta-carotène, en vitamine B12 et très riche en acides aminés. C’est une excellente protéine végétale très reminéralisante. Prenez 2 gélules, 3 fois par jour.

– La gelée royale : c’est un aliment revitalisant par excellence, issu de la secrétion glandulaire des abeilles nourrices, de l’espèce Apis mellifica. Ingérez une mesurette mélangée à du miel, le matin à jeun en cure de 3 semaines. Choisissez-la de préférence lyophilisée.

– Le miel : il corrige les troubles hépatiques et apaise les sujets nerveux. Consommez plutôt les miels de lavande, de thym, de romarin, de tilleul. Mais attention, il est acidifiant.

– Le Plasma de Quinton : c’est de la véritable eau de mer, et c’est un peu Quibron en ampoules, un festival d’oligo-éléments !

Pour vous reminéraliser, rien de tel que de boire une ampoule pendant un mois et à chaque changement de saison.

– Le trio Cuivre-Or-Argent : cette synergie d’oligo-éléments est souveraine pour la fatigue physique et psychique, et en cas de déprime. Prenez 1 mesurette le matin à jeun, 6 jours sur 7, pendant un mois.

sante_7J_ventre_plat_l

7 ATOUTS FORME INFAILLIBLES ANTI-FATIGUE (4)

Étape Nº 4 : Rééduquez votre sommeil

Tout le monde n’a pas la chance de sombrer béatement dans un sommeil réparateur, et encore moins si vous souffrez d’une fatigue devenant chronique. Néanmoins, si vous voulez vous en débarrasser, il va falloir apprendre à gérer vos nuits.

Un petit programme en 7 phases peut vous permettre de rééduquer votre sommeil et dire adieu à vos nuits blanches. Reportez-vous à notre guide pratique : “Les 12 trucs les plus astucieux pour vaincre l’insomnie”.

sante_7J_insomnie_l

7 ATOUTS FORME INFAILLIBLES ANTI-FATIGUE (2)

Étape Nº 2 : Constatez vos déséquilibres métaboliques

Avez-vous remarqué comme votre fatigue a le don de vous rendre sourd(e) et aveugle au langage de votre corps ? Nous allons vous aider à comprendre le langage de votre corps.

 Vérifiez votre PH urinaire

Il s’agit de recueillir une petite quantité de vos urines du matin (ne pas récolter la première miction), du midi et du soir, d’y plonger pendant quelques secondes une petite languette-test (marque Biosana en magasins diététiques) et de vérifier leur taux d’acidité en comparant la couleur du papier réactif à celle de l’échelle-référence.

Normalement, votre taux de PH urinaire doit se situer entre 6,5 et 7,5. Au-dessous de 6,5, vous êtes en acidité et devenez la cible potentielle de symptômes multiples et variés.

La malnutrition, la suralimentation, le stress, le manque d’oxygénation, tout autant que les pensées négatives, sont les grands responsables de ce déséquilibre. En facilitant la production de ces acides, ils entraînent l’apparition d’une longue liste de troubles plus ou moins associés, dont notamment : fatigabilité et frilosité, manque chronique d’énergie, difficulté à récupérer, tendance dépressive, douleurs musculaires et articulaires, grande réceptivité aux infections, sensibilité accrue à la douleur, aux variations de température, caries, cheveux ternes et chute, etc.

Comment venir à bout de cette acidité nocive ? Dans un premier temps, adoptez un régime supprimant tous les aliments acidifiants, privilégiez les aliments basiques et rééquilibrez vos habitudes alimentaires. Et si ce n’est pas suffisant, prenez un complément alimentaire spécifique (cf. Étape Nº 5).

Notre conseil : poursuivez ce test pendant 15 jours, notez votre taux des 3 prises et ce que vous avez mangé chaque jour et à chacun des repas. C’est important car le PH varie selon votre alimentation.

Cette mesure est une bonne habitude à prendre, surtout dès que vous ne vous sentez pas dans votre assiette.

Et que dit la langue ?

La texture et la couleur de votre langue peuvent vous donner de précieux renseignements sur votre état de santé. Observez si elle est :

Rose comme celle d’un bébé : vous pouvez dormir sur vos deux oreilles, vous êtes en pleine forme.

Blanche : elle peut révéler une anémie et une stagnation de votre circulation sanguine (néanmoins, lors d’un jeûne ou d’une mono-diète, elle se charge et indique que l’organisme se détoxine. C’est donc normal).

Épaisse et jaune : elle indique que votre foie et votre vésicule biliaire dysfonctionnent.

Avec des taches blanches : vous devriez normalement ressentir une fatigue générale de vos fonctions digestives.

Bleue ou violette : vous consommez trop de médicaments et de produits chimiques.

Notre conseil : lorsque vous vous lavez les dents, brossez-vous la langue pour nettoyer son encrassement.

sante_7J_insomnie_l

7 ATOUTS FORME INFAILLIBLES ANTI-FATIGUE (1)

Suivez pas à pas le programme en 7 étapes que nous vous proposons, et vous verrez, votre fatigue ne deviendra plus qu’un mauvais souvenir.

Étape Nº 1 : Changez d’hygiène de vie

Si vous voulez chasser votre fatigue, il vous faut revoir absolument votre hygiène de vie, prendre de bonnes résolutions et vous y tenir !

Levez-vous tous les jours à la même heure et prenez le temps nécessaire pour vous préparer calmement (y compris le week-end et les lendemains de fête). Non seulement, vous éviterez les fameuses migraines et la constipation de fin de semaine, mais vous remettrez à l’heure vos différentes pendules biologiques internes.

Revenez à un horaire régulier pour vos repas : votre tube digestif et votre intestin vous en seront reconnaissants (un intervalle d’au moins 6 h entre les repas est salutaire, 3 h en cas de 5 petits repas). Idéalement, vous devriez dîner vers18 h – 19 h.

Supprimez tout ce qui est nocif : les grignotages de sucreries, gâteaux, chips, l’alcool, le tabac, les médicaments.

Réorganisez votre vie professionnelle et familiale : supprimez tout ce qui n’est pas une priorité pour votre bien-être et celui de votre famille (apprenez à dire “non” à bon escient, vous économiserez du temps et de l’énergie), groupez vos rendez-vous, prévoyez un temps suffisant pour toute tâche ou activité afin de les effectuer sans stress.

Aérez-vous, respirez et bougez : promenez-vous en forêt seul(e), ayez une activité physique douce et régulière, chassez vos soucis et vivez le moment présent.

Apprenez à vous détendre : cela vaut la peine d’investir dans 1 ou 2 CD de relaxation comportant de la visualisation créatrice. Elles vous permettront de respirer profondément, d’acquérir une détente corporelle et psychique, de chasser vos soucis et vos pensées négatives. Et elles vous reconnecteront avec votre corps trop sollicité lorsque vous êtes épuisé(e).

– Et surtout, n’oubliez pas de prendre du temps pour vous : il est important d’avoir une passion ou un dérivatif, et d’aller y puiser des forces. Ainsi, cultivez votre jardin secret, vivifiez votre vie de couple, vos relations amicales et donnez du temps de qualité à vos enfants et/ou à vos petits-enfants.

sante_30J_Douleurs_l

LES 7 PRINCIPES FONDATEURS DE LA SANTÉ DURABLE – 3

PRINCIPE 3 :

Tout rééquilibrage d’un PILIER a une INFLUENCE positive sur au moins un autre.

Le cycle des 5 piliers fondamentaux ainsi constitué ne reste pas figé, il est animé par au moins deux fonctions de dynamisation et de contrôle que sont les lois d’engendrement et de contrôle que nous allons d’écrire

La loi d’engendrement

Chaque plan (Mental, Emotionnel, Physique, Chimique, et Energétique) dépend l’un de l’autre, il y a un cycle d’engendrement de l’un à l’autre selon le sens suivant :

IMG004

Le plan Mental engendre le plan Emotionnel

Les pensées peuvent donner lieu à des émotions et des comportements de dysfonctionnement, non adaptés au bien-être.

Par exemple : les phobies, le vertige,…

IMG005

Tout d’abord, une phobie se définit comme une peur intense et persistante d’un objet, d’une activité ou d’une situation. Les personnes phobiques ne peuvent pas mener une vie normale bien qu’elles soient conscientes de l’irrationalité dont elles souffrent. Elles se trouvent dans un contexte déterminé qui, en soi, n’a pas le caractère de dangerosité perçu par un phobique. La crise disparaît en l’absence du contexte qui l’a déclenchée.

Cette peur provoque une conduite d’évitement souvent radicale en fuyant la source. Cela provoque une souffrance qui peut interférer avec la vie quotidienne et socioprofessionnelle. La phobie est l’ignorance de l’angoisse qui est un processus naturel, un signal. Ce signal est du domaine de l’affect ; il fait partie du niveau supérieur de l’anxiété si l’on fait une graduation de ce que l’on peut ressentir. Elle montre que quelque chose en soi a un caractère déstabilisant sur lequel on devrait méditer pour réussir à faire disparaître l’angoisse.

 

Le plan Emotionnel engendre le plan Energétique

Les émotions tonifient ou bloquent la circulation de l’énergie.

« La cause de toute une perturbation du système énergétique corporel est une émotion négative »
Gary Craig

Quand une émotion est refoulée, elle se programme en termes de ressenti cellulaire, crée un déséquilibre au niveau énergétique et devient une maladie potentielle.

Par exemple : L’expression d’une colère non exprimée

En énergétique chinoise, si le sujet est soumis à une situation d’agression, de frustration qui le rend en colère, son Foie sera perturbé.

Ajoutons encore à cela la notion de Yin et de Yang :

  • Si une personne est très colérique, l’énergie de son Foie sera en excès (Yang).
  • Si au contraire la personne présente des colères rentrées qu’elle ne peut pas exprimer, l’énergie de son Foie sera en vide (Yin).
Le plan Energétique engendre le plan Physique

L’énergie nous permet d’assurer notre fonctionnement Physique (Bouger, s’alimenter, respirer, se reproduire,…)

Par exemple : Une énergie de la Rate faible

En énergétique chinoise, Si le Qi de la Rate est faible, le Qi raffiné ne peut pas être transporté jusqu’aux muscles et la personne se sent fatiguée, les muscles sont faibles, voire, dans les cas graves, atrophiés.

L’état de la Rate constitue donc un facteur de première importance dans la détermination de la quantité d’énergie physique d’un individu. De très nombreux patients se plaignent de fatigue, dans ce cas, c’est toujours la Rate qu’il faut tonifier.

Le plan Physique engendre le plan Chimique

Le plan Physique influent sur les sécrétions chimiques (toxines, hormones, déchets, …)

Par exemple : La toxination de l’organisme.

Les toxines proviennent de l’air que nous respirons, de l’eau que nous buvons, des aliments que nous mangeons, et même des pensées stressantes que nous avons.

Plus nous avançons dans notre époque, plus notre organisme est agressé par les polluants divers qui viennent empoisonner le sang et encombrer les organes : les produits raffinés, la suralimentation, l’excès de graisses saturées et de sucres, l’alcool, le tabac, les somnifères, la pollution ambiante, les vaccins, les métaux lourds, les traitements allopathiques…

Egalement la sédentarité et le manque d’oxygénation du corps empêchent l’élimination naturelle des toxines.

Enfin notre mode de vie, notre façon de penser et le stress que nous nous créons constituent une autre source importante d’intoxination de notre corps.

Un autre exemple, tout aussi connu : le plaisir sexuel

Pour les femmes :

Les caresses préliminaires sur la poitrine stimulent les mamelons, et ces massages ont des effets protecteurs car ils libèrent une hormone protectrice, l’ocytocine, qui agit contre le cancer du sein.

Pour les hommes :

On apprend notamment que pour un homme avoir cinq rapports sexuels par semaine diminuait de 30 % les risques de cancer de la prostate (l’éjaculation ayant un rôle de massage sur cette glande en éliminant les toxines et les produits néfastes, les carcinogènes).

Enfin pour les femmes et également pour les hommes, l’acte sexuel délivre des endorphines. Ces dernières ont, entre autres, la propriété de l’aspirine qui est de calmer les douleurs des migraines.

Au cours de l’acte sexuel, notre cerveau produit également deux substances : la sérotonine et la dopamine, qui sont de véritables hormones du plaisir. L’amour apaise, décontracte, mais aussi tonifie et stimule.

 

Le plan Chimique engendre le plan Mental

Les sécrétions chimiques influent sur notre état mental.

Par exemple : La grossesse

En effet, les hormones jouent un rôle dans ce bouleversement. On a longtemps pensé que le rôle des œstrogènes, de la progestérone et de la testostérone se limitait à la reproduction. «Mais on comprend maintenant que ces hormones ont une influence sur l’humeur et la pensée», explique la Dr Poulin. La recherche montre d’ailleurs que les femmes schizophrènes sont moins affectées que les hommes à cause de ce qu’on appelle l’«hypothèse de protection oestrogénique»: les œstrogènes qui diminuent l’activité de la dopamine ont une action antipsychotique et une action antidépressive. Or plus la grossesse avance, plus les femmes fabriquent des œstrogènes à la fin de leur grossesse, elles en produisent 1000 fois plus qu’au début!

Ce taux phénoménal revient à la normale le jour même de l’accouchement, dès que le placenta est expulsé.

Au premier trimestre de la grossesse cependant, l’équilibre œstrogènes-progestérone est rompu au profit de la progestérone. Les femmes sont alors souvent fatiguées, au ralenti. Nécessaire à la nidation, la progestérone, hormone de la sérénité et de l’équilibre, est une hormone anticonvulsive, stabilisatrice et sédative qui peut provoquer détresse et dépression chez certaines femmes.

En physiologie énergétique humaine, cette seule loi d’engendrement est insuffisante : pour maintenir un certain équilibre de la personnalité humaine, il existe depuis l’Antiquité la conception d’une autre loi de contrôle, appelée loi de domination (contrôle ou de régulation), qui va réguler la précédente par des mécanismes de feed back.

 

LA LOI DE CONTROLE (OU DE REGULATION)

Elle est nécessaire à l’harmonie du cycle précédent; tout échange d’énergie entre plusieurs structures doit rester dans le « juste milieu » ni trop, ni pas assez.

Il doit donc s’établir un équilibre assuré par une régulation de tous les instants. On peut comparer cette loi au système auto-asservi des servomécanismes modernes. Si cette modération n’existait pas, le système s’emballerait; la vie deviendrait alors IMPOSSIBLE.

IMG006

 

Le plan Mental régule le plan Energétique

Les pensées régulent la circulation énergétique du corps.

Par exemple : La sollicitation excessive de nos facultés mentales

En énergétique chinoise, la sollicitation excessive de nos facultés mentales peut conduire à un Vide de Rate.

Le vide de Qi de la Rate peut provenir d’un excès prolongé de pensée ou de travail mental, fréquent chez les étudiants ou dans différentes professions qui nécessitent de longues heures de travail intellectuel quotidien.

Il est alors particulièrement néfaste de retourner immédiatement au travail après un déjeuner avalé à la hâte ou, pire encore, de traiter des affaires au cours du déjeuner.

Le plan Energétique régule le plan Chimique

La circulation de l’énergie dans le corps domine les sécrétions chimiques.

Par exemple : le massage énergétique

Des études scientifiques ont démontré que le massage énergétique provoque des sécrétions d’endorphines qui ont un effet anesthésiant et euphorique.

D’autre part, les bénéfices physiologiques du massage énergétiques sont bien connus : Le massage favorise la circulation de la lymphe, qui élimine tous les déchets du corps, permettant à celui-ci de mieux fonctionner, consolidant le système immunitaire et augmentant l’énergie corporelle.

 

Le plan Chimique régule le plan Emotionnel

Notre système endocrinien régule nos émotions.

Par exemple, les glandes surrénales

Le corps humain est un système complexe d’organes en relation les uns avec les autres, qui doivent travailler ensemble pour fonctionner correctement.

Les glandes endocrines contrôlent les fonctions de l’organisme par l’intermédiaire de substances chimiques appelées hormones, qui sont libérées dans la circulation générale. Les hormones agissent comme des messagers chimiques qui voyagent dans tout le corps grâce à la circulation sanguine.

Les différents organes du système endocrinien sont situés dans des régions parfois très éloignées de l’organisme.

L’hypophyse est dans la boîte crânienne, la thyroïde dans le cou, le thymus dans le thorax, les glandes surrénales et le pancréas dans l’abdomen, les ovaires et les testicules dans le bassin.

Les hormones qu’elles libèrent régulent les pulsions et émotions fondamentales, comme les pulsions sexuelles, la violence, la colère, la peur, la joie et le chagrin.

Elles stimulent également la croissance et l’identité sexuelle, contrôlent la température corporelle, contribuent à la réparation des tissus lésés et aident à générer de l’énergie.

Les glandes surrénales coiffent la partie supérieure de chaque rein. Elles sécrètent des hormones qui aident à lutter contre le stress. De grandes quantités d’hormones sont libérées chaque fois que le système nerveux sympathique réagit à des émotions intenses, telles que la peur ou la colère.

Le plan Emotionnel régule le plan Physique

Un choc émotionnel a pour conséquence de perturber certaines fonctions biologiques et de provoquer des maladies.

Par exemple, la maladie du cancer

« La maladie est une réponse appropriée du cerveau à un choc externe »
Dr Hamer

Le docteur Hamer découvre que chaque MALADIE découle de l’expérience d’un choc inattendu. Un tel choc affecte non seulement le psychisme, mais touche également la partie du cerveau (visible sur un scanner du cerveau) ayant une correspondance biologique avec le traumatisme spécifique.

Le type exact de choc conflictuel vécu détermine la réponse du corps, qui sera soit une croissance tumorale (cancer), soit une dégénération tissulaire, ou une perte de fonction. Jusqu’à présent le docteur Hamer a confirmé ces découvertes dans plus de 40,000 études de cas. Puisque la GUÉRISON ne se manifeste qu’une fois le conflit résolu, l’approche thérapeutique de la Médecine Nouvelle Germanique privilégie l’identification et la résolution du choc initial.

Le plan Physique régule le plan Mental

Les activités physiques contrôlent l’activité mentale.

Par exemple : Le sport

Actuellement, un nombre important d’expériences prêtent à l’exercice physique, la faculté de ‘ booster ‘ le potentiel synaptique.

En clair, le sport favorise les connexions nerveuses.

Or, dans le cerveau, ce n’est pas le nombre total de cellules qui importe mais leurs interactions.

Grâce au sport, on pourrait ainsi créer de nouveaux circuits nerveux qui élargissent le champ des solutions lorsqu’on est confronté à un problème.

Citons par exemple le travail du docteur Kisou Kubota de l’Université de Nihon Fukushi à Handa au Japon.

Lors d’une expérience tout à fait passionnante, il avait soumis sept jeunes sujets à une batterie de tests pour évaluer leurs capacités intellectuelles.

Ensuite, il leur a proposé un programme de footing d’une demi-heure deux à trois fois par semaine durant 12 semaines, avant de recommencer l’expérience. Les conclusions de ses travaux furent limpides.

Le score des bonnes réponses avait significativement augmenté après la période d’entraînement, ainsi que la rapidité d’exécution liée, selon Kubota, à une ‘ nette amélioration de la fonction préfrontale ‘.

Poursuivant ses recherches, il s’aperçut que les scores revenaient à leur point de départ quand les sujets arrêtaient de courir. Cette amélioration n’était donc que fonctionnelle, peut-être liée à l’amélioration de l’oxygénation cérébrale. ‘

L’exercice physique est un bon agent aidant sur le plan intellectuel ‘, concluait-il en prenant soin d’élargir cette précieuse recommandation aux personnes âgées en général et aux malades d’Alzheimer en particulier.

Il y a quelques années, cette affirmation aurait suscité des pincements de lèvres et des haussements de sourcils de la part des spécialistes. Mais les preuves s’accumulent d’un lien direct entre le fonctionnement du corps et les capacités de l’esprit !

A ce stade, l’effet bénéfique d’une activité sportive régulière sur notre cerveau ne fait plus de doute.

Ces deux lois d’engendrement et de contrôle contribuent à la modération et à la régulation de l’équilibre des 5 piliers fondamentaux.

Tout changement (+ ou -) d’un pilier a une influence sur au moins un autre pilier.

C’est l’homéostasie (équilibre du milieu intérieur vis-à-vis du milieu extérieur) des 5 piliers fondamentaux qui permet à tout être de se maintenir en bonne santé.

21 jours pour retrouver la santé