Articles

LA MAGNETISATION FAITE PAR AUTRUI EST NECESSAIRE DANS CERTAINS CAS

Quand il s’agit de maladies bien déclarées, ce traitement ne vaut pas évidemment celui d’un magnétiseur étranger, libre de faire, sans gêne aucune, ses manipulations sur toutes les parties du corps du malade et dont le fluide, s’ajoutant à celui du magnétisé, aura un effet curatif plus prompt, sinon plus complet.

Cet inconvénient sera moins sensible dans les maladies chroniques ou la durée du traite­ment n’a pas une extrême importance, pourvu qu’il apporte finalement la guérison ou une amélioration sérieuse et durable.

Il n’en est pas de même pour les maladies aiguës, avec fièvre et inflammation, où il faut, avant tout, enrayer le mal, sans perdre un instant, et éviter toute fausse manœuvre. Dans ce cas, si l’on n’a pas sous la main de médecin magnétiseur, il sera prudent de recourir au médecin officiel le plus proche.

Mais où la médication auto-magnétique rend le plus de services, et montre toute son effica­cité, c’est au début des maladies, avant la manifestation des symptômes, quand tout se borne encore à de simples malaises ; alors il sera souvent très facile de prévenir le mal ou de le faire avorter, en apportant soi-même, à son organisme défaillant, le surcroît de force vitale, dont il a besoin pour repousser l’attaque et maintenir son équilibre. À moins que ces ma­laises ne proviennent de l’usure de l’organisme, hors d’état de réagir et de se défendre ; dans ce cas, nul traitement ne saurait empêcher l’issue fatale.

Les avantages de cette médication sautent aux yeux. Elle est très simple, ne coûte rien, on peut l’appliquer, sans difficulté, chez soi, en voyage, en secret, toujours à temps pour enrayer une indisposition subite.

Elle ne vaut pas cependant la magnétisation faite par autrui, pour les raisons que je viens d’indiquer. Mais il sera bien facile de trouver un magnétiseur bénévole qui s’acquittera par­faitement de sa tâche. Pour l’individu isolé, éloigné des siens, ce sera un camarade, à charge de revanche.

Dans les familles, ce rôle sera dévolu à l’un des membres vigoureux, bien portant, dont l’intervention, au moindre malaise, sera précieuse, surtout pour les enfants en bas âge chez qui l’indisposition la plus légère, en apparence, si elle n’est pas soignée à temps, a si vite fait de dégénérer en maladie mortelle.

Ces magnétiseurs improvisés connaîtront, en peu de temps, les divers procédés du magné­tisme par l’une des brochures spéciales existant en librairie. Ils devront aussi avoir des notions élémentaires d’anatomie qu’ils acquerront facile­ment, au moyen d’un manuel.

Ici se place une recommandation très impor­tante. Il est essentiel, pour la réussite du traite­ment, que le magnétiseur, opérant sur soi ou sur autrui, concentre sur cette opération, toute son attention, tout l’effort de sa volonté ; car la volonté est la grande force, productrice d’éner­gie, maîtresse souveraine de notre organisme, qui suffit souvent pour guérir. Elle dirige le fluide vital sur l’endroit voulu et l’empêche de céder à d’autres attractions et de se porter ailleurs.

sante_50_therapies_l

FAITES L’AMOUR PAS LA GUERRE

Dans le cadre d’une étude très sérieuse appelée « Why humans have sex ? » (Pourquoi les être humains font-ils l’amour ?), publiée en août 2007, des chercheurs américains de l’Université du Texas, à Austin, ont compilé 237 raisons de faire l’amour.

L’enquête a été menée par les Dr David Buss et Cindy Meston, des psychologues, en deux phases. Ils ont d’abord interrogé 444 hommes et femmes de 17 à 52 ans sur les raisons pour lesquelles ils ont des relations sexuelles, puis en ont questionné 1.500 autres sur leurs expériences en matière de sexualité. Le processus a pris cinq années.

Les principales raisons invoquées par les personnes interrogées sont l’attirance envers une personne, et la sensation de plaisir ressentie. Viennent ensuite le fait de montrer à une personne qu’on l’aime, et de lui faire preuve d’affection. Des raisons plus « physiques », comme le fait de lutter contre le stress a également été cité.

L’amour, un antidépresseur naturel

Faire l’amour serait, d’après de nombreux scientifiques, un des meilleurs remèdes anti-stress. Cette action apaisante a des raisons physiologiques, notamment liées à la libération d’hormones et à la stimulation de certains nerfs très précis.

Mais les plus romantiques seront heureux d’apprendre que le sentiment amoureux est lui aussi très apaisant. D’après une étude américaine publiée dans la revue Psychological Science, le simple fait de toucher l’être aimé serait relaxant. L’étude, menée par le Dr. James Coan, a nécessité la collaboration de couples mariés, et dont la relation était stable.

D’après les résultats, lorsqu’une personne se sent aimée, celle-ci résiste beaucoup mieux au stress. Des observations qui expliquent également le fait que le manque d’amour et la solitude puissent entraîner de graves troubles dépressifs.

Le sexe est bon pour la ligne

Faire l’amour est un effort physique. A ce titre, l’activité sexuelle permet de brûler des calories, le nombre de calories perdues dépendant de l’intensité des ébats sexuels. Le sexe est aussi un bon moyen de se muscler, au niveau des abdominaux, des fesses, mais aussi des cuisses.

L’amour active la circulation sanguine

Plusieurs études scientifiques ont démontré que les risques de problèmes cardiaques diminuent lorsque la fréquence des rapports sexuels augmente. En effet, faire l’amour active la circulation sanguine, et fait travailler le muscle cardiaque en augmentant les pulsations du cœur.

Une action « anti cancer »

Chez l’homme, avoir des rapports sexuels fréquents (cinq fois par semaine) permettrait également de diminuer le risque de développer un cancer de la prostate. Cela serait dû au fait que l’éjaculation entraîne une libération de substances carcinogènes, qui endommagent les tissus.

Les femmes, quant à elles, ne sont pas en reste, car les préliminaires auraient un effet protecteur contre le cancer du sein. D’après différents travaux scientifiques, les caresses au niveau des tétons auraient pour effet la libération d’une hormone appelée ocytocine, qui protège contre ce cancer.