Articles

VAINCRE LA SINUSITE : LES SOLUTIONS QUE VOUS PROPOSE LA MÉDECINE OFFICIELLE

D’abord, les antibiotiques

En général, la sinusite aiguë réagit bien aux antibiotiques à large spectre lorsqu’une infection bactérienne est en cause, ce qui est généralement le cas comme vous l’avez vu plus haut.

Avant l’arrivée des antibiotiques, l’infection pouvait parfois traverser les membranes muqueuses des sinus et se propager dans les os ou le cerveau.

Ce genre de complications est désormais fortement improbable, mais à condition que vous ne tardiez pas à agir.

Mais aussi…

Votre médecin vous conseillera également des décongestionnants sous forme de capsules, de gouttes ou de spray.

Ces produits permettent de réduire l’enflure des muqueuses nasales, pour ainsi dégager les narines.

Mais attention, “pour la sinusite, [ces produits] doivent être utilisés seulement comme cela est prescrit par un médecin. S’ils ne sont pas employés de la bonne façon, les décongestionnants risquent de faire plus de mal que de bien”, avertit bien l’American Medical Association Family Guide.

S’il est compétent, votre médecin ne se contentera pas de signer une prescription.

Il vous prodiguera également quelques conseils que vous retrouverez un peu plus loin dans Autres solutions curatives ou préventives.

En cas de complications

    • Peut-être devrez-vous aller faire nettoyer et irriguer vos sinus à l’hôpital. En plus de libérer les voies respiratoires, cette opération mineure permettra d’analyser le contenu de vos sinus pour mieux comprendre la cause de l’infection. Votre traitement sera ainsi orienté en conséquence.
    • En cas de polypes nasaux, la sinusite chronique requiert une intervention chirurgicale.
    • S’il s’agit d’une allergie, votre médecin vous prescrira des anti-histaminiques. En plus, il vous recommandera de vous soumettre à des tests pour découvrir l’allergène et ensuite à une désensibilisation.

sante_7J_sinusite_l

VAINCRE LA SINUSITE : CE QU’EN DIT LA MÉDECINE OFFICIELLE

Les sinus sont des cavités – au nombre de 8 – localisées autour du nez. Vous en avez au-dessus et entre les yeux, sous les yeux (dans la région des joues) ainsi que derrière le nez (de part et d’autre du nez).

Ce sont ces cavités nasales qui se congestionnent et s’infectent en cas de sinusite.

Quelles sont les causes de la sinusite aiguë ?

Dans beaucoup de cas, tout commence avec un rhume ou encore une grippe.

Dans les 2 cas, il s’agit d’infections virales tandis que la sinusite est une infection bactérienne.

Pourtant, les 2 types d’infection peuvent cohabiter et c’est ce qui explique pourquoi la sinusite est souvent une complication de celles-ci.

En effet, lors d’un rhume ou d’une grippe, la résistance de vos muqueuses nasales face aux bactéries diminue fortement au bout de quelques jours.

L’infection bactérienne intensifie l’inflammation de vos muqueuses et, en même temps, augmente la production de sécrétions nasales.

Apparaissent alors les symptômes décrits plus haut, qui caractérisent la sinusite aiguë.

Cette pathologie peut également s’expliquer par :

– le fait de vous être baigné dans une piscine contaminée ;

– le fait de sauter dans l’eau, les pieds les premier, sans vous pincer le nez (!) ;

– un abcès dentaire qui aurait infecté vos sinus ;

– un coup ou un choc qui aurait endommagé les os de votre nez ;

– un corps étranger, prisonnier d’une narine.

Quand la sinusite devient chronique…

Vous êtes un habitué des sinusites ?

Soyez vigilant. Une ou plusieurs sinusites aiguës mal soignées risquent de créer un terrain propice à l’apparition d’une sinusite chronique.

Sans doute aurez-vous alors l’impression d’avoir un rhume qui s’éternise et d’avoir le nez congestionné en permanence.

À cela s’ajouteront les manifestations suivantes :

– écoulements nasaux et postnasaux en permanence ;

– mal de gorge ;

– toux continuelle ;

– diminution marquée de votre odorat ;

– mauvaise haleine, etc.

Heureusement, la sinusite chronique ne produit pas des effets aussi brutaux que la sinusite aiguë.

Par contre, ne la laissez pas aller son petit bonhomme de chemin sans intervenir.

En effet, de sérieuses complications ne sont pas à exclure. Même si cela est plutôt rare, l’infection des sinus peut s’étendre vers les yeux ou le cerveau avec les conséquences que cela implique : abcès cérébral, méningite, perte de vision.

Notez que la sinusite chronique peut aussi être causée par :

– des allergies ;

– des polypes nasaux (tumeurs) ;

– une déviation de la cloison nasale.

sante_7J_sinusite_l

VAINCRE LA SINUSITE : 12 SOLUTIONS NATURELLES (3/3)

10. Allergiques, ne vous laissez pas dominer par vos allergies

Vous avez tendance à souffrir de crises d’allergies respiratoires qui conduisent à la sinusite ? Vous pouvez contrôler ce phénomène et à chaque étape. Pour ce faire :

  • Identifiez d’abord clairement le ou les agents irritants grâce au test de l’élimination progressive des facteurs possibles. À moins que vous ne préfériez passer des tests médicaux.
  • Une fois que vous connaissez le ou les allergènes en cause, la sagesse commande évidemment de prendre tous les moyens pour les fuir.
  • Vous avez votre part à faire pour renforcer votre système immunitaire : prendre des mesures antistress, pratiquer la relaxation, vous faire plaisir et vous écouter, bien vous nourrir, etc.
  • Pour travailler la dimension psychogène des allergies, allez consulter un homéopathe qui fera une analyse approfondie de vos tendances psychiques à corriger.
  • S’il le faut, prenez des antihistaminiques avant que l’effet domino ne fasse ses ravages. Entre 2 maux, il faut choisir le moindre.
  • 11. L’acupuncture pourrait vous faire beaucoup de bien

    En cas de sinusite aiguë, l’acupuncture pourrait s’avérer une solution de choix, estime le Dr Weil, déjà cité plus haut :

    La première que j’essaierais serait l’acupuncture, qui peut s’avérer remarquablement efficace pour soulager la sinusite aiguë. Elle peut soulager la douleur et favoriser le drainage des sinus en quelques minutes après qu’on ait placé des aiguilles.

  • 12. Vous pourriez également voir du côté de la médecine ayurvédique

    Vous souffrez de sinusite chronique ?

    Vous pourriez combiner remise en forme complète, vacances et traitement dans un centre de médecine ayurvédique, la médecine traditionnelle de l’Inde.

    Celle-ci est de plus en plus présente en Occident depuis environ 10 ans. Cette médecine que d’aucuns qualifieraient de “douce” est en général pratiquée par des médecins de formation occidentale.

    C’est assurément le cas de tous ceux qui se réclament de l’Ayur-Véda Maharishi (on trouve aussi l’orthographe Ayurvéda dans d’autres écoles).

    Maharishi parce que ce courant ayurvédique est associé au Maharishi Mahesh Yogi, qui a fait connaître la méditation aux Occidentaux à la fin des années 60 et dont l’image médiatique fut pendant un temps liée à celle des Beatles, auxquels il enseigna sa méthode et sa philosophie pendant quelque temps.

    De plus, dans la plupart des cas, les médecins que vous trouverez dans les centres ayurvédiques sont nés en Europe ou en Amérique du Nord. Vous ne serez donc en rien dépaysé par le caractère “exotique” de cette médecine venue d’ailleurs.

    Aux Pays-Bas, à l’Université Védique Maharishi, il existe un département de santé qui offre des cures complètes pour divers troubles chroniques, dont la sinusite chronique. Un médecin français fait partie de l’équipe de spécialistes.

    Voici les coordonnées de ce centre de santé :

    Maharishi Vedic University

    Viergrenzenweg 97

    NL 6291 BM, Vaals, Holland

    Email : [email protected]

    Pour la France, l’accès à des soins ayurvédiques spécifiquement thérapeutiques n’est pas possible.

    Ainsi, “le Centre de remise en forme Maharishi (à La Houssière) ne propose pas de diagnostic ou de thérapeutiques à caractère médical”, [car] “c’est la loi en France”.

sante_7J_sinusite_l

VAINCRE LA SINUSITE : 12 SOLUTIONS NATURELLES (2/3)

<tyle= »text-align: justify; »>6. Mettez du piment dans votre vie…

Déjà, Hippocrate recommandait l’usage des piments pour soigner les infections respiratoires.

Une fois de plus la médecine antique rejoint la médecine moderne.

Nombreux sont en effet les expectorants et décongestionnants disponibles dans le commerce, qui renferment des ingrédients actifs très semblables à ceux qui sont présents dans l’ail, la moutarde ou les piments forts.

Mentionnons ici en particulier la capsaïcine, un ingrédient actif présent dans le piment rouge. Cette substance stimule les terminaisons nerveuses de la bouche, de la gorge et de l’estomac.

Celles-ci, à leur tour, activent des glandes qui vont aussitôt sécréter généreusement des fluides au niveau des yeux, du nez et des bronches.

N’hésitez donc pas à bien épicer vos repas 2 ou 3 fois par semaine.

7. Profitez des vertus de l’eau salée

Cela fait des millénaires que les yogis de l’Inde pratiquent chaque matin une hygiène qui consiste notamment à se nettoyer les voies nasales avec de l’eau salée.

Cette pratique a pour objet de faciliter leurs exercices de respiration.

Cependant, du point de vue de votre problème, le nettoyage nasal à l’eau salée exerce aussi une double action :

  • il désinfecte vos muqueuses nasales ;
  • il évacue tout le mucus qui obstrue votre nez.

Une étude récente (septembre 1998), présentée à la 50e assemblée de l’American Academy of Family Physicians (Académie américaine des médecins de famille) a confirmé le bien-fondé d’une telle pratique dans la prévention du simple rhume.

Et comme vous l’avez vu, le rhume crée un terrain propice à l’apparition de la sinusite !

Les 294 collégiens participant à cette étude se divisaient en 3 groupes :

– le premier pratiquait tous les jours l’irrigation nasale à l’eau salée ;

– le deuxième prenait quotidiennement une pilule placebo ;

– le troisième, enfin, n’était soumis à aucun traitement.

À la fin de l’étude, il était devenu clair que parmi les étudiants du premier groupe, il y avait eu une réduction significative du nombre de rhumes.

Que ce soit à des fins préventives ou curatives, voici donc comment pratiquer l’irrigation nasale :

  1. Dans un demi-verre d’eau, versez environ 1/4 de cuillerée à café de sel fin.
  2. Mélangez jusqu’à ce que le sel soit bien dissout.

3. Ensuite, en vous servant d’une cuillère à soupe, aspirez successivement l’eau salée par chaque narine

8. Évitez l’alcool

Vous êtes un habitué – même modéré – de l’alcool sous toutes ses formes ? Attention ! Vous allez empirer votre cas.

L’alcool contient des sous-produits de fermentation tels que la tyramine et le tanin. Ces substances feront enfler vos muqueuses nasales, bloquant ainsi encore plus vos sinus.

En revanche, les spiritueux exerceraient un effet moindre que le vin ou la bière.

9. Peut-être devrez-vous éliminer le lait

La caséine du lait stimule la production de mucus chez beaucoup de gens et peut ainsi aggraver l’état de ceux qui souffrent d’asthme, de bronchite et de sinusite, rapporte le Dr Andrew Weil, médecin américain bien connu pour sa capacité à combiner le meilleur de la médecine classique et des “autres” médecines.

Le lait peut-il donc vraiment augmenter la quantité de mucus, comme on le pense généralement ?

Peut-être pas si l’on en croit une expérience réalisée voilà quelque temps en Australie.

Dans le cadre de cette étude, des sujets infectés par un rhinovirus ont bu jusqu’à 11 verres de lait par jour. Or, rien n’a indiqué que la quantité de mucus ait augmenté pour autant.

Par contre, tout semble indiquer que le lait :

– réduit la sensibilité des récepteurs de la bouche et de l’estomac ;

– freine les réflexes sécréteurs.

En d’autres termes, le lait pourrait bel et bien aggraver quand même l’épaississement du mucus et la congestion.

Dans l’état actuel des connaissances, il serait donc sans doute mieux d’éviter la consommation de lait, des produits dérivés (fromage, etc.) et des produits où le lait fait partie de la liste des ingrédients.

D’ailleurs, toujours selon le Dr Weil, “un nombre écrasant de patients ont signalé une amélioration remarquable après avoir suivi ce régime durant 2 mois”.

(à suivre)

sante_7J_sinusite_l

VAINCRE LA SINUSITE : 12 SOLUTIONS NATURELLES (1/3)

Plusieurs des conseils qui suivent vous seront peut-être donnés par votre médecin. En revanche, d’autres relèvent davantage des médecines douces.

1. Humidifiez votre environnement

Vous êtes sujet aux sinusites à répétition ? Vous devrez donc éviter l’assèchement des muqueuses que provoque le chauffage en hiver, surtout s’il s’agit d’un chauffage électrique.

Procurez-vous donc un humidificateur. C’est une bonne façon de remédier à ce problème.

Vous pouvez aussi vous humecter régulièrement la paroi nasale avec de l’eau. Utilisez la méthode des bains d’eau salée expliquée plus loin, mais sans forcément avoir recours à de l’eau salée.

2. Fuyez la fumée de cigarette directe ou indirecte

Ce conseil vaut évidemment pour tout le monde, mais si vous souffrez de sinusite chronique, cela est encore plus vrai dans votre cas.

Dans la mesure du possible, ne fumez pas ou fumez moins. Et si vous ne fumez pas, évitez les endroits enfumés.

3. Buvez beaucoup

Vous le savez : pour le rhume et la grippe, il est important de boire beaucoup d’eau. Et cela est encore plus important si votre rhume évolue en sinusite.

Consommez de l’eau sous toutes ses formes : tisane, bouillon de légumes, etc.

4. Essayez en particulier le bouillon de poulet

Selon le Dr Irwin Ziment, professeur de médecine à l’Université de Californie, à Los Angeles, le bouillon de poulet représente un excellent remède pour décongestionner votre nez.

Ce serait même l’une des boissons les plus efficaces qui soit à cet égard.

La raison ? Le bouillon de poulet renferme de la cystine.

Or, cet acide aminé possède sensiblement les mêmes vertus que l’acétylcystéine, un médicament qui augmente la quantité du fluide dans les bronches et facilite l’expectoration du mucus.

Mieux encore, le Dr Marvin Sackner, spécialiste des poumons au Mount Sinai Medical Center (à New York), a réalisé une étude démontrant que les vapeurs émanant du bouillon de poulet ont en elles-mêmes une action fortement décongestionnante.

Préparez-vous donc un bouillon de poulet. Mais prenez le temps d’en inhaler les vapeurs durant 5 à 10 minutes avant de le boire.

Vous pourriez même vous recouvrir d’une grande serviette de bain pour profiter encore plus longtemps des bienfaits de la vapeur.

On n’a pas imaginé une meilleure forme d’inhalothérapie-maison depuis que le monde existe !

Précisons cependant qu’il y a bouillon de poulet et bouillon de poulet. Vous trouverez sur le marché des concentrés sous forme de poudre ou de liquide. Ne soyez pas dupe de l’étiquette !

Le plus souvent, ces concentrés contiennent notamment du glutamate de monosodium, un produit qui confère beaucoup de goût au produit et permet en même temps d’économiser la quantité de poulet utilisée pour la fabrication.

Si vous utilisez du bouillon de poulet à des fins thérapeutiques, il faut vraiment miser sur celui que vous pouvez faire vous-même, avec du vrai poulet.

5. Prenez de l’ail, toujours et encore…

Comme bien des gens, vous appréciez sans doute un plat relevé à l’ail. Cependant, l’ail est également en mesure de vous “relever” le moral en cas de sinusite.

Les propriétés antiseptiques et antibiotiques de l’ail sont bien connues depuis l’Antiquité.

Étant donné que vous souffrez d’une infection bactérienne, son usage est donc tout à fait indiqué dans votre cas.

Par ailleurs, l’ail a la propriété de régulariser le flot de mucus. Donc, un gros atout de plus.

Pour réellement profiter de ses bienfaits, le mieux est de manger – crues – 1 à 2 gousses d’ail par jour. Allez-y en fonction de votre capacité à digérer l’ail.

Tranchez l’ail en très petits morceaux que vous rajouterez à vos plats, cuits ou froids. Ou dans votre bouillon de poulet…

(à suivre)

sante_7J_sinusite_l