COMMENT SOULAGER L’ARTHRITE ET LES RHUMATISMES (3)

Ce que ne vous dira pas votre médecin

Diaboliser notre civilisation et en faire la mère de tous les maux n’explique pas tout puisqu’on trouve des traces de maladies rhumatismales à toutes les époques.

Il n’en reste pas moins que la sédentarité excessive, le stress, l’alimentation déficiente et la pollution industrielle peuvent expliquer largement l’augmentation notoire des maladies rhumatismales.

C’est ce que montrent bien les études statistiques sur des populations qui semblaient peu enclines à souffrir de troubles articulaires.

Le facteur alimentaire, en particulier, semble très déterminant. Comme l’explique le naturopathe Gilles Parent, auteur de Vaincre l’arthrite :

L’arthrite, comme beaucoup d’autres maladies chroniques, est une maladie de dégénérescence. Ces maladies sont des manifestations de notre incapacité à nous adapter à un milieu et à une alimentation qui n’ont pas été créés pour le bien-être de la race humaine. Elles prévalent dans les civilisations industrielles avancées et industrialisées.

(Vaincre l’arthrite, Libre Expression, Montréal, 1987, p. 15)

Dans le même ouvrage, Gilles Parent affirme aussi, en parlant des Esquimaux, qu’“il suffit que l’on ouvre une épicerie dans un village pour qu’un dispensaire soit requis 10 ans plus tard” (Idem, p. 23). Pour appuyer ses propos, le naturopathe se fonde sur des recherches danoises portant sur les Esquimaux du Groenland.

Cette population jouissait d’un état de santé exceptionnel avant de délaisser leur mode de vie ancestral et de se tourner vers des produits importés du Danemark.

Des chercheurs ont pu observer qu’en une seule génération, il s’est produit une véritable épidémie de maladies de “dégénérescence” comme l’athérosclérose, le cancer ou… l’arthrite.

Pourquoi l’alimentation peut-elle causer des troubles articulaires ?

Ce genre d’enquêtes décrites plus haut et bien d’autres recherches spécifiques ont permis de montrer que l’alimentation – dans beaucoup de cas, du moins – pouvait jouer un rôle, soit causal, soit aggravateur sur la maladie.

Cette opinion ne reflète pas la pensée officielle en rhumatologie, essentiellement conservatrice, mais il y a maintenant un nombre grandissant de médecins qui la mettent en pratique… et obtiennent des résultats.

Mais, en quoi l’alimentation serait-elle responsable des troubles articulaires, et plus précisément inflammatoires ?

La raison en est bien simple : on a observé que certaines personnes étaient allergiques ou anormalement sensibles à des aliments en particulier et qu’en plus, la consommation de ces aliments coïncidait avec l’apparition ou l’aggravation de troubles rhumatismaux.

Cette thèse rejoint en fait la théorie “auto-immunitaire” (voyez un peu plus haut).

Précisons que ce qui suit est toujours relatif à chaque personne et qu’il ne faudrait surtout pas vous faire une obligation absolue de fuir en bloc tous ces aliments.

Seule une partie des aliments recensés ici vous concerne.

Prenez donc connaissance de ces aliments. Ensuite, essayez simplement de prendre conscience de ce que vous mangez et efforcez-vous d’établir des liens entre votre alimentation et l’aggravation de vos troubles articulaires.

Quand vous remarquez qu’un ou des aliments en particulier semblent responsables de vos symptômes, éliminez-les pour voir comment votre corps réagit.

Les aliments que vous devez fuir :

  • blé, maïs ;
  • lait et produits laitiers (beurre, fromage) ;
  • viande rouge ;
  • sucre raffiné ;
  • matières grasses ;
  • aliments industriels contenant divers additifs alimentaires : agents de conservation, colorants, etc. ;
  • plantes de la famille des solanacées : pomme de terre blanche, aubergine, paprika ainsi que tous les poivres – à l’exception du poivre noir ;
  • alcool ;
  • thé, café, cacao.

Les aliments qui peuvent vous aider :

  • capsules d’huile de poisson ;
  • poisson ;
  • fibres ;
  • aliments favorisant la perte de poids ;
  • aliments riches en vitamine E : huile de germe de blé, huile de soja ;
  • certains vins : vins blancs légers comme les vins naturels de Champagne pour les rhumatismes chroniques – vins rouges de Bordeaux (Saint-Émilion) et vins doux du Roussillon pour la décalcification – Bourgogne rouge (Gevrey-Chambertin ou Clos-Vougeot) et Châteauneuf-du-Pape pour la déminéralisation ;
  • vinaigre de cidre.

7 jours pour l'arthrite