MIGRAINES : GUÉRIR. TOUTES LES SOLUTIONS (1)

En procédant par élimination, vous avez sans doute établi votre diagnostic. Voici maintenant comment passer à l’action et supprimer dans les plus brefs délais ce douloureux symptôme.

Les médicaments traditionnels

L’allopathie propose un certain nombre de substances pour soulager la douleur. Ce sont l’aspirine, le paracétamol et l’ibuprofène.

Dans les cas de vraies migraines, ces antalgiques doivent être pris au tout début des signes. Leur efficacité n’est pas toujours évidente car ils sont souvent mal absorbés à cause des troubles digestifs concomitants. Mais même en leur absence, l’estomac est quasi paralysé pendant les crises migraineuses. Il s’évacue mal, et la diffusion de l’anti-douleur ne se fait pas correctement.

Pour contourner ce problème, il existe des médicaments qui associent un produit régulant la motricité gastrique et prévenant les vomissements (le métoclopramide) à de l’aspirine.

Autant le dire, ces médicaments ne représentent pas la meilleure solution.

– D’abord, parce qu’ils ne sont pas dépourvus d’effets secondaires (notamment au niveau de l’estomac).

– Ensuite, parce qu’ils soulagent momentanément. Dès que leur effet est terminé, la douleur revient.

– Et enfin, parce qu’ils ne s’attaquent pas aux causes de la céphalée.

Efficaces et durables : les méthodes naturelles

Elles traitent à la fois le symptôme et son origine. Grâce à elles, vous pourrez non seulement apaiser votre douleur mais prévenir sa réapparition.

Soulagez vos nerfs : baillez, criez… respirez

– La première règle est de ne pas lutter contre votre douleur. Ce n’est certainement pas en vous débattant et en la maudissant que vous la ferez disparaître… Plus vous tentez mentalement de la vaincre, plus vous vous raidissez et plus elle s’accroît. Ce qu’il faut au contraire, c’est lâchez prise.

– Pour évacuer vos tensions émotionnelles, commencez par bailler vigoureusement. Si ce n’est pas possible, poussez un grand cri. Ces actions ont déjà le mérite de vous libérer de votre exaspération. En plus, vos poumons s’ouvrent largement et vos tissus s’oxygènent. En général, nous respirons mal et encore plus lorsque nous sommes en état de stress. D’où une accumulation de gaz carbonique et d’acide lactique qui augmentent la fatigue et la nervosité.

– Continuez à vous oxygéner en pratiquant la respiration abdominale. Allongé, main posée sur le ventre, gonflez-le en inspirant (vous devez le sentir se soulever). Expirez en le laissant s’affaler. Après une dizaine de respirations, vous vous sentirez plus détendu.

Relâchez vos muscles et déconnectez-vous. Le remède souverain

Une complète détente musculaire supprime les crispations liées au stress, à l’angoisse, à la fatigue. En outre, elle s’étend à votre mental et aide à évacuer les émotions négatives.

Allant plus loin, elle agit sur le système nerveux végétatif qui régule les principales fonctions de l’organisme, réduisant ainsi les déséquilibres organiques. C’est dire l’importance de la relaxation.

La méthode que nous vous proposons induit rapidement un état de repos et de bien-être. Elle opère une action en profondeur bénéfique à tous les types de maux de tête.

  1. Le voyage intérieur. Prenez conscience de votre corps.

– En respirant calmement, portez votre attention successivement sur toutes les zones de votre corps. Commencez par le pouce de la main droite, puis l’index, etc., en remontant à l’épaule, puis en redescendant par le flanc, la hanche jusqu’à vos orteils. Même chose du côté gauche.

– Remontez ensuite le long de votre corps (dos, omoplate, nuque, puis abdomen, poitrine, cou).

– Enfin, percevez chaque élément de votre visage.

Ce premier exercice a pour effet de vous centrer sur votre corps et de supprimer les pensées parasites qui empêchent la détente.

  1. Un abandon dirigé. Faites vous-même disparaître vos tensions.

– Revenez à votre main droite, concentrez-vous sur elle et sentez-la devenir lourde. Étendez cette sensation de pesanteur à chaque membre. Laissez-vous aller à un relâchement complet de tous vos muscles. Votre corps entier devient très lourd.

– Concentrez-vous sur la région ombilicale et laissez-la se ramollir. Ici se situe le plexus solaire, important centre nerveux. Imaginez qu’il s’ouvre, se dilate.

– Remontez jusqu’au visage. Décrispez votre mâchoire. Sentez vos paupières qui s’alourdissent, votre front qui se déplisse.

Arrivé à ce stade vous êtes entre veille et sommeil, déconnecté de tout ce qui est désagréable. Votre migraine a très probablement disparu.

Pour les douleurs rebelles : la méthode Simonton

Le célèbre cancérologue américain a mis au point, pour les souffrances intenses, une méditation particulièrement puissante. En voici l’essentiel :

– Lorsque vous êtes en état de relaxation profonde, imaginez une bande élastique qui serre votre tête. Progressivement, sentez cette bande s’assouplir, se desserrer. Pendant que la partie douloureuse se détend, visualisez la couleur de votre douleur et changez cette couleur pour une autre que vous préférez. Imaginez sa texture et remplacez-la par une texture que vous aimez, plus douce par exemple.

– Envoyez votre respiration au centre de la zone souffrante et baignez-la d’une lumière dorée qui la pénètre.

– Enfin, imaginez maintenant que vous vous sentez bien, guéri. Remuez alors vos membres, revenez à votre état de conscience normal. Et constatez que, effectivement, vous êtes guéri.

sante_7J_migraine_l