POIDS : SUCRES LENTS ET SUCRES RAPIDES

Si les premiers sont à consommer modérément – réservez-les de préférence au déjeuner –, les seconds sont à limiter pour obtenir une perte pondérale. Les sucres lents sont libérés progressivement dans le sang au cours des efforts que vous faites (riz, pâtes, pain complet).

Ce qui n’est pas le cas des sucres rapides. Le sucre d’adduction, dépourvu de valeur nutritive et généralement consommé en excès est directement responsable de la prise de poids. Non seulement le sucre revêt une saveur douce et réconfortante, mais il se conduit comme une drogue, rendant certains individus sucro-dépendants.

Le cerveau humain n’a besoin que d’environ une cuillerée de sucre pour fonctionner, et cette dose est largement fournie si vous consommez des fruits, comme préconisé dans le paragraphe précédent.

Si vous ne pouvez vous passer de sucre pour édulcorer vos boissons chaudes et produits laitiers, remplacez le saccharose par du FRUCTOSE, – non pas par de l’aspartame, produit nocif – et n’oubliez pas les insidieux méfaits des sucres cachés dans les sodas, les alcools, les jus de fruits du commerce.

Le fait de limiter la prise de sucre rapide ne doit néanmoins pas vous interdire de vous faire plaisir de temps à autre. N’oubliez pas qu’une restriction trop sévère ne peut produire que l’effet inverse à celui recherché : la prise alimentaire compulsive de l’aliment dont on s’est privé.

7 jours pour votre poids