PROSTATE : LES SOLUTIONS QUE VOUS PROPOSE LA MÉDECINE OFFICIELLE

Plusieurs des traitements présentés ici pourront vous sembler assez radicaux. N’oubliez pas cependant qu’il existe des solutions moins “brutales” ou produisant moins d’effets secondaires. Dans beaucoup de cas, celles-ci se sont avérées d’une efficacité remarquable.

Mais, voyons d’abord ce que la chirurgie et la médication classique vous offrent, afin de faire un choix éclairé.

Pour l’hyperplasie bénigne de la prostate

Le traitement varie selon la gravité de votre hypertrophie.

Votre hypertrophie est-elle mineure ?

Le médecin attendra sans doute pour voir si les choses se stabilisent ou non.

Votre hypertrophie est-elle relativement importante ?

Ici, certains médicaments peuvent vous aider. Ce sont :

les alphabloquants : ceux-ci travaillent sur le système nerveux et inhibent les contractions de la prostate et de l’urètre ;

les antispasmodiques : ceux-ci soulagent l’irritation de la vessie ;

les inhibiteurs de la 5-alpha-réductase : autrement dit, la finastéride, un médicament qui bloque la production d’androgènes.

Si votre hypertrophie est très sérieuse

Ici, les risques d’obstruction complète sont très présents. Vous devrez peut-être envisager la possibilité d’une ablation partielle ou totale de la prostate (prostatectomie), si les médicaments déjà mentionnés ne parviennent pas à libérer le passage de l’urine.

En cas d’urgence (obstruction complète), vous devrez vous rendre à l’hôpital pour vous soumettre à une procédure nommée cathétérisme. Celle-ci consiste tout simplement à introduire une sonde urétrale pour laisser sortir l’urine.

Pour la prostatite aiguë ou chronique

Les antibiotiques seront employés pour traiter la prostatite aiguë et la prostatite aiguë bactérienne.

Pour la prostatite chronique non bactérienne, on pourrait notamment vous administrer des antibiotiques, si la chlamydiae est en cause. Notez par ailleurs que la thermothérapie par micro-ondes accélère la guérison dans 50% des cas, comme le démontre une étude canadienne récente. Renseignez-vous à cet effet.

Pour le cancer de la prostate

Vous aurez le choix entre diverses interventions chirurgicales ou médicamenteuses. En voici un bref aperçu.

La prostatectomie

Si vous souffrez d’une hypertrophie grave de la prostate ou si votre cancer de la prostate est très avancé, votre médecin vous proposera sans doute une prostatectomie. Celle-ci, qui consiste à enlever en tout ou en partie la prostate, est le traitement le plus fréquemment employé dans ce cas.

Étant donné qu’il y a 2 façons d’atteindre la vessie, il existe aussi 2 façons de pratiquer la prostatectomie :

– la prostatectomie transurétrale (PTUR), pratiquée via l’urètre ;

– la prostatectomie ouverte, pratiquée via l’abdomen.

La radiothérapie

Votre cancer en est à ses débuts ou vous avez de grosses tumeurs dans la prostate ? Une radiothérapie pourrait éventuellement suffire.

Dans ce cas, le spécialiste appliquera des rayonnements ionisants sur les tissus cancéreux. Cette thérapie a pour but de détruire les cellules anormales ou d’en ralentir le développement.

Les thérapies hormonales

Il se pourrait que la maladie ait atteint d’autres parties de votre organisme. La réduction du taux de testostérone peut s’avérer bénéfique. On obtient une telle réduction par :

– l’orchidectomie ou ablation chirurgicale des testicules ;

– des médicaments à base d’oestrogènes ;

– le traitement par anti-androgènes ;

– la castration chimique (heureusement réversible, contrairement à la castration chirurgicale !).

sante_7J_prostate_l