AUTOGESTION. QUELS SONT LES OBSTACLES POUR LES PATIENTS ?

Les patients ont identifié leurs défis personnels quant à leurs capacités d’autogestion, dont les difficultés financières, les autres priorités de vie et les difficultés de modifications des comportements. Ils ont aussi discerné des enjeux systémiques, comme le manque de programmes d’autogestion adaptés à leurs besoins, les problèmes d’accès liés aux horaires de travail, à la garde des enfants, aux transports, l’insuffisance de communications avec leurs médecins.

De plus, les défis posés par les maladies comme la dépression, les douleurs et la réduction de la mobilité peuvent rendre difficile à certains de participer à des programmes d’autogestion ou de trouver la motivation nécessaire pour modifier leurs comportements de santé.

Avoir des maladies chroniques multiples complique encore la situation. Les patients ont souvent de plus grands besoins

Prêts aux changements. Faire plus d’exercice, mieux se nourrir, boire moins d’alcool, trouver des moyens sains de réduire le stress – voici quelques-uns des enjeux difficiles qui se présentent généralement aux personnes atteintes de maladies chroniques. On considère que les patients sont prêts aux changements s’ils ont à la fois la conviction (croient que les changements sont importants) et la confiance (croient qu’ils peuvent faire eux-mêmes ces changements) d’apprentissage de l’autogestion, mais la complexité requise.

Divers outils d’évaluation permettent aux patients de leurs problèmes de santé peut empirer leurs difficultés de cheminement. Les problèmes courants sont notamment les suivants :

Interactions médicamenteuses. Les patients qui prennent des médicaments pour de multiples maladies disent avoir des difficultés à obtenir des renseignements adéquats et fiables pour savoir comment utiliser ces médicaments en toute sécurité. Beaucoup d’aînés canadiens atteints de maladies chroniques prennent au moins cinq médicaments d’ordonnance et ils sont deux fois plus susceptibles d’avoir des effets secondaires qui exigent une intervention médicale (13 %) que les patients qui prennent seulement un ou deux médicaments d’ordonnance (6 %).

Renseignements complexes. Si les patients ont des difficultés à comprendre les interactions possibles de leurs maladies multiples, ceci peut avoir des conséquences néfastes sur l’autogestion de leurs soins. Les patients peuvent avoir du mal à détecter les symptômes indiquant que leurs problèmes de santé sont en train d’empirer.

Avis contradictoires. Les différents prestataires de soins peuvent faire des recommandations différentes, les différentes maladies exigent des régimes posologiques différents, et les différentes priorités peuvent créer la confusion quant aux plans de traitement à suivre. Certains patients ont conçu des stratégies d’adaptation individuelle de manière empirique, en s’appuyant sur leur discernement personnel.

sante_30J_Douleurs_l