AUTOGESTION. SYNTHÈSE

Chacun d’entre nous a du pouvoir sur sa santé. Dans notre vie quotidienne, nous faisons des choix et mettons en place des actions afin de préserver ou d’améliorer notre bien-être physique, psychologique ou social. L’autogestion de la santé nous concerne tous.

La santé ne se résume pas à l’absence de maladie. Elle est un état de complet bien-être physique, psychologique et social. L’autogestion de la santé consiste à développer, par la connaissance et la maîtrise de certaines habiletés de base, du pouvoir sur celle-ci. Les choix que nous faisons et les comportements que nous adoptons dans notre vie quotidienne ont une influence sur notre santé. Toute personne peut, par ses choix et ses comportements, contribuer à préserver sa santé et à la retrouver lorsqu’elle traverse des épisodes de maladie. Exercer du pouvoir sur sa santé signifie de prendre des décisions éclairées et autonomes au sujet de sa santé et d’être en mesure de mettre en pratique les comportements sains que l’on a choisis.

L’autogestion de sa santé se résume à quatre mots : connaître; évaluer; choisir; agir.

Connaître

Pour réussir à bien gérer sa santé, il faut tout d’abord apprendre à bien se connaître. Connaître ses forces et ses faiblesses, connaître ses signaux d’alerte indiquant la présence d’un stress trop élevé ou d’une détresse sous-jacente qui peut dégénérer en maladie si elle n’est pas apaisée. II importe également de connaître les comportements promoteurs de santé et les ressources disponibles en cas de besoin.

Évaluer

L’autogestion de la santé implique d’évaluer régulièrement notre état de santé et d’observer les fluctuations de notre bien-être, de notre humeur, de notre niveau de stress. Cette vigilance permet de repérer plus rapidement l’apparition de signes de mal-être indiquant que notre santé est menacée.

Choisir

Pour préserver sa santé, il est important de choisir, au quotidien, des comportements qui contribuent à rehausser nos défenses naturelles et à être en pleine possession de nos moyens physiques et psychologiques. Malgré ces comportements préventifs, il peut arriver que, dans certaines circonstances, des signaux d’alerte nous indiquent la présence d’une menace à notre état de santé. Il faut alors choisir, parmi différentes options possible et en fonction de ce qui nous convient, la conduite à adopter pour éviter une aggravation de son état.

Agir

Nos choix resteront sans effet sur notre santé si nous ne passons pas de la parole aux gestes. La capacité à se mettre en action est déterminante dans l’autogestion de la santé. Il faut agir au quotidien pour préserver sa santé, mais également agir dans les moments plus difficiles pour la retrouver.

Elle consiste, tout d’abord, à bien nous connaître (nos forces, nos faiblesses, nos signaux d’alerte), de même qu’à connaître les comportements favorables à la santé et les ressources disponibles en cas de besoin. Elle implique également de nous observer et d’évaluer régulière- ment notre état de santé, la fluctuation de notre humeur et de notre niveau de stress, afin de repérer rapidement tout signe de détérioration. En présence d’indicateurs de détresse (comme prévenir toute aggravation et à poser les gestes appropriés)

L’autogestion ne signifie pas que la personne prenne en charge par elle-même tout ce qui a trait à sa santé, mais bien qu’elle retrouve du pouvoir sur celle-ci, qu’elle pose des gestes au quotidien qui s’inscrivent dans des stratégies d’adaptation positives, qu’elle connaisse bien les ressources à sa disposition et qu’elle y fasse appel au moment opportun, qu’elle adopte un rôle proactif et soit le moteur de toute dé- marche visant à améliorer sa qualité de vie et sa santé mentale.

Sous quel format ?

Un programme d’autogestion est composé d’ateliers destinés aux patients souffrant d’une maladie chronique.

Diabète

  • Asthme
  • Emphysème, MPOC ou autre maladie pulmonaire
  • Maladie cardiaque
  • Hypertension artérielle
  • Arthrite
  • Ostéoporose/Ostéopénie
  • Dépression ou troubles mentaux
  • Accident vasculaire cérébral
  • Douleurs chroniques ou fibromyalgie

Les ateliers ont lieu une fois par semaine pendant plusieurs semaines consécutives, pour deux heures et demie. Le cours est structuré, et chaque séance est différente de l’autre.

Chaque atelier est compris de 10 à 12 participants. Des professionnels formés et certifiés animent les ateliers.

Il a été conçu de façon à pouvoir acquérir les compétences nécessaires pour bien affronter la vie même lorsqu’on est atteint d’une maladie.

L’atelier pratique et interactif se donne dans une atmosphère légère et amusante.

sante_30J_Douleurs_l