Comment Développer Votre Force de Caractère

Dès le début de l’apparition de l’Intelligence chez l’Homme, depuis le temps où, étant enfant, on commence à grouper des idées pour en former une pensée, on est placé devant l’alternative de « FAIRE » ou de « NE PAS FAIRE » et, au fur et à mesure que l’on possède une plus grande expérience de la Vie, et que l’on est obligé d’exercer ses facultés indépendantes de sélection, cette alternative se rencontre à chaque instant.

Le Bien ou le Mal, le Vrai ou le Faux, l’Honneur ou le Déshonneur, l’Honnêteté ou la Malhonnêteté, le Vice ou la Vertu se présentent d’eux-mêmes, presque à chaque heure, à la base de notre Caractère et, des décisions que nous prenons, des sentences que nous rendons, dépend la valeur future de notre Personnalité.

Cette monographie a pour but l’expression et l’enseignement des principes par lesquels l’élève désireux de fortifier son « Caractère » peut chercher et trouver l’Inspiration et, ayant trouvé cette inspiration, peut l’utiliser d’une façon pratique.

Il serait superflu de faire remarquer qu’une personne sincèrement intéressée par la question de la « Formation du Caractère » doit être désireuse de commencer par le début. Un rapide examen du chemin que nous avons l’intention de parcourir montrera à l’élève que n’importe quelle considération sagement fondée sur un sujet tel que celui-ci, doit fatalement se rattacher aux trois parties dont il est composé.

Combien de nous pourraient, sur-le-champ, définir correctement ce simple mot « Caractère » ? Sur 100 personnes, 99 peut-être répondront que par « Caractère » on entend la présence ou l’absence de qualités morales. Mais, à la réflexion, toutes seraient d’accord que ce mot renferme quelque chose de plus grand que ce qui est exprimé dans cette définition.

Le lecteur comprendra donc la nécessité de connaître les premiers principes avant d’entrer dans le vif du sujet.

Les principes fondamentaux sont établis dans la première partie de cette monographie, où a été expliquée la Genèse du Caractère. De la sorte, nous pouvons aisément distinguer la différence entre les traits « Souhaitables » et les « Indésirables », entre ceux qui sont utiles et ceux qui sont répréhensibles, entre ceux qui faciliteront le progrès et ceux qui le retarderont.

Vous verrez que le « Caractère » ne consiste pas seulement à posséder quelques beaux traits contrebalançant les défectuosités qui peuvent exister.

Le but de l’élève sera non pas de cultiver quelques belles fleurs dans une multitude de mauvaises herbes, mais d’éduquer son caractère afin d’en former un tout harmonieux et d’accorder les diverses expressions de son « MOI » pour qu’aucune note discordante ne vienne en troubler l’harmonie.

Il n’importe pas d’allumer dans la Vie, çà et là, une lueur vacillante, mais de veiller et d’alimenter notre flamme intérieure pour qu’elle devienne une vivifiante lumière.

Il ne serait d’aucune utilité de pouvoir indiquer la direction qu’un navire devrait prendre pour atteindre le port désiré si l’on n’est pas capable de gouverner le vaisseau sur cette route.

La dernière partie de ce livre traitera donc la question de l' »Autoanalyse » (analyse de soi-même), qui présente pour l’élève la même importance que la possession de la carte et de la boussole pour le pilote. L’action de l’Autoanalyse peut parfaitement être comparée à l’auscultation du Médecin, qui précède le diagnostic.

L’autoanalyse est un MOYEN dans la formation du Caractère, mais elle n’est aucunement une FIN.

L’introspection auto-analytique n’a de valeur que pour autant qu’elle soit accompagnée du plus ardent désir d’amélioration. En tant que remède, elle est aussi impuissante que le stéthoscope du Docteur, mais aussi nécessaire.

La faculté maîtresse de l’homme, celle qui le différencie le plus des autres créatures du règne animal, c’est sa FORCE DE VOLONTÉ. La volonté peut seule guérir la volonté.

Sans la volonté qui élève son caractère, l’homme est comme un vaisseau sans gouvernail, emporté par la tempête, battu et secoué par la tourmente, incapable de se diriger et destiné à se briser sur un écueil ou à échouer sur un banc de sable.

Le couronnement final, le but et la synthèse du succès résident dans le caractère ; cette force de caractère s’obtient par la maîtrise de soi-même et celle-ci ne peut exister que grâce à la connaissance de soi-même et à la force de volonté.

Il est naturel que nous terminions notre entretien sur cette importante question du « Caractère » par la Force de Volonté, qui est le but de toutes choses. Pour l’acquérir, l’homme combattra de toutes ses forces et la considérera comme son bien le plus précieux.

 » … Le caractère humain est formé d’une multitude de subtiles influences. L’exemple et les conseils, la vie et la littérature, les amis et l’entourage, le monde dans lequel on vit aussi bien que l’esprit des ancêtres dont on a hérité, les bonnes paroles et les actes y ont contribué… « 

reussite_7j_force_caractere_L