Dissociation des idées

L’autre cause des nombreuses défectuosités du Caractère est, ainsi que je l’ai déjà mentionné, la « Dissociation ».

La généralité des êtres ne sont pas aussi logiques qu’ils se l’imaginent. Nous avons tous d’ailleurs une tendance à placer nos idées et nos croyances dans des sortes de compartiments mentaux, séparés les uns des autres et parfaitement étanches ou, en un mot. à les dissocier.

L’esprit peut donc être comparé à une boite divisée en 2 compartiments distincts. C’est grâce à cette tendance à conserver des idées contradictoires dans des cases séparées que nombre de personnes ne savent faire face à des situations embarrassantes.

L’individu qui a une prédisposition à la « Dissociation » possède un double jeu de principes. L’un est applicable à la vie ordinaire, l’autre est mis en réserve pour les circonstances spéciales.

Un grand nombre de citoyens dont la vie privée semble exempte de reproches, sont de vrais anormaux dans d’autres domaines. Par contre, certains hommes d’affaires, par exemple, dont la parole inspire une confiance absolue et qui agissent avec la plus grande honnêteté dans les relations commerciales, se conduisent d’une façon scandaleuse dans la vie privée.

Chacun de nous peut dire que, quels que soient son idéal et son désir de le réaliser, il l’atteint rarement. Nous avons tous l’intuition qu’en jalousant les traits que nous admirons le plus, nous sommes en proie à la faiblesse, aux obstacles, aux désavantages.

On peut affirmer que nous avons tous des défectuosités de Caractère. Nous essayons de nous consoler, en nous persuadant qu’elles ne sont pas aussi mauvaises que nous nous l’imaginons, que nous pourrions aisément nous en débarrasser si nous le roulions.

Cependant, dans la majorité des cas, à moins que nous ne les déracinions par l’analyse de notre « Moi », elles restent ancrées en nous jusqu’à la fin de notre vie, paralysant notre chance, amoindrissant nos facultés et nous frustrant de nos récompenses.