Exercices spéciaux pour l’éducation de l’esprit et l’entretien de la santé. 12

Douzième et Dernière Leçon

Voici la dernière de nos Leçons. On pourra en exécuter les Exercices physiques et mentaux en deux jours.

Le premier jour, rappelez-vous les avantages de bons exercices correctement exécutés; pour commencer, tenez-vous-en aux principaux de ces avantages, c’est-à-dire: la régularité de l’habitude et la culture de la Volonté; le développement de la maîtrise de soi; l’affermissement de la santé par une bonne gymnastique respiratoire; la fraîcheur du teint grâce à l’activité imprimée aux parties superficielles du corps et à une meilleure circulation du sang; la culture de l’imagination et de la mémoire; le bon état général des sentiments; le meilleur équilibre du corps et de l’esprit, et les excellentes opportunités d’autosuggestion; l’accroissement de toutes nos capacités ; la plus grande endurance physique et mentale.

Les autres avantages seront énumérés le jour suivant. Ce sont: les services que nous pouvons rendre aux autres, d’une part en leur donnant des leçons de culture physique, d’autre part en transmettant à nos descendants la santé acquise ; le bon fonctionnement des organes, la thérapeutique et la prophylaxie de la constipation, de l’indigestion, de la nervosité et autres affections; l’accroissement du pouvoir de gagner sa vie; l’économie d’énergie et d’argent; l’utile emploi de nos courts moments de loisir, non seulement pour nous détendre et nous reposer, mais aussi pour détourner notre attention des mauvais sujets; les chances de succès dans les jeux; et enfin, la satisfaction de veiller à la santé des millions de cellules de notre corps. Ne vous pressez pas en passant ces divers avantages en revue. Faites ensuite les exercices des premières Leçons. Ce seront les suivants :

Au lit.

(Pour les détails, voir les Leçons Spéciales).

Étendez l’une après l’autre les jambes raidies, les orteils et les talons en complète extension. Répétez ensuite l’exercice avec les deux jambes.

Pratiquez la respiration « abdominale ».

Étendez alternativement les bras et les mains raidis, les doigts allongés et écartés, et faites-leur exécuter un mouvement de rotation. Pratiquez la respiration « abdominale » sous forme de respiration « musculaire ».

Pratiquez une autre respiration abdominale. N’expirez pas immédiatement, mais contractez l’abdomen, de façon à envoyer l’air au sommet des poumons.

Assis dans votre lit, faites la série des exercices du cou. Pratiquez la respiration thoracique en dilatant les côtes en haut et en avant.

Exécutez quelques mouvements simultanés des bras et des jambes; élevez d’abord la jambe et le bras droits devant vous, puis la jambe et le bras gauches ; alors, si vous êtes assez fort, répétez l’exercice simultanément avec les deux bras et les deux jambes.

Pratiquez la respiration thoracique en dilatant les côtes en haut et en avant, mais cette fois, que ce soit la respiration « musculaire » décrite dans la Sixième Leçon.

Pliez chaque jambe, à tour de rôle, et élevez le genou vers vous, tout en gardant les orteils en extension. Levez ensuite les deux jambes simultanément.

Pratiquez la respiration thoracique, mais cette fois, après avoir fait une inspiration profonde, rentrez l’abdomen et les parois de la poitrine, de sorte que l’air puisse monter jusqu’au sommet des poumons. Levez les jambes raidies l’une après l’autre, et aussi haut que vous pourrez le faire sans forcer. Maintenez les orteils en extension.

En inspirant (aspirez l’air d’abord abdominalement, puis avec la poitrine), projetez l’abdomen, puis rentrez-le légèrement; soulevez et abaissez les côtes.

Les pieds maintenus sur le lit d’une manière quelconque, mettez-vous sur votre séant, les reins cambrés et la tête bien rejetée en arrière. Pratiquez la respiration dorsale en dilatant les poumons de haut en bas.

Assis sur votre lit, faites l’exercice du rameur. Ramez d’abord avec chaque bras séparément, puis avec les deux ensembles. Pratiquez la respiration générale que nous avons décrite quatre paragraphes plus haut, mais, cette fois-ci, contractez l’abdomen et la poitrine.

Élevez d’abord le genou droit, allongez ensuite la jambe droite, les orteils en extension. Ne les laissez pas toucher le lit. Répétez le même exercice avec la jambe gauche, puis avec la droite, et ainsi de suite alternativement.

Hors du lit.

Pratiquez l’exercice de la peau.

Faites celui du saut à la corde.

Levez les bras en l’air – à tour de rôle – et inclinez-vous profondément sans plier les genoux. Abaissez le bras en dehors, du même côté que le pied correspondant.

Répétez les différents mouvements du tronc, penché et baissé. Exécutez le mouvement natatoire que nous vous avons enseigné, avec les bras seulement, et l’un après l’autre.

Pratiquez le mouvement de Golf, très lentement d’abord. Refaites le mouvement natatoire, non seulement avec les bras, mais avec les jambes.

Faites l’exercice d’équilibre: voir la Neuvième Leçon.

Révisez une autre série des mouvements du tronc.

Le deuxième jour, finissez de vous rappeler les avantages que vous pouvez retirer de bons exercices de gymnastique.

Faites ensuite les exercices qui suivent. Ils ne comprennent que peu de mouvements. Un demi-repos de temps en temps ne fait pas de mal.

Au lit.

Pratiquez les trois respirations qui ont pour but de vider les poumons. Faites deux ou trois inspirations profondes. Après la première, rejetez l’air vivement, puis comme si vous vouliez siffler, et enfin très lentement. (Voir la Onzième Leçon.)

Avec le bras, la main, la jambe et le pied droits raidis, exécutez des mouvements dans différentes directions. Faites de même avec les membres gauches. Puis, si vous êtes assez fort, avec tous les membres simultanément.

Hors du lit.

Soulevez-vous sur la pointe des pieds et étendez chaque bras, à tour de rôle devant vous. Lancez-le ensuite derrière vous. Exécutez alors le mouvement simultanément avec les deux bras. Maintenant, levez le bras droit, tout en gardant le bras et la main gauches mous et libres – les doigts de la main droite sont allongés et renversés en arrière. Abaissez ensuite le bras droit en avant et obliquement, jusqu’à ce que la main arrive en dehors du pied gauche. Ne forcez pas. Répétez l’exercice (plusieurs fois, et chaque fois allez un peu plus bas. Surtout, gardez les jambes raides, les genoux bien effacés, les reins cambrés et le menton rentré.

En dernier lieu viennent les exercices pour relâcher les muscles et vous détendre.

« Cessez » les mouvements (voilà une expression meilleure que « Halte »), et les lèvres mollement fermées (ne serrez pas les dents), respirez profondément et complètement par le nez ; retenez votre haleine un moment, puis laissez-la s’échapper peu à peu à la manière d’une vessie de caoutchouc qui se vide d’air.

Et tandis que vous expirez lentement, relâchez tout à fait les muscles de vos mains comme si elles étaient sans vie ; vos bras, vos mains et vos doigts pendront lourdement à vos côtés, ainsi que des morceaux de plomb au bout d’une ficelle. Ne vous pressez pas. Détendez-vous comme une plante qui se meurt. Et – puisque vous êtes seul maintenant et ne devez pas craindre de vous conduire raisonnablement – souriez. Laissez se relâcher les muscles de vos yeux.

Chaque fois que vous expirez l’air absorbé, rejetez non seulement l’acide carbonique et autres poisons, mais aussi toute idée de peine, d’anxiété, de peur, de précipitation, de ressentiment, de jalousie, de laideur, d’effort pénible et de doute. La tête inclinée, rentrez en vousmême et évoquez l’image de choses douces et reposantes – par exemple le moment délicieux où l’on est soulagé d’un mal de dents. Enfin, quand vous vous sentez calme et sans aucun mauvais sentiment contre personne, ni contre aucune chose (pas même contre vous), relevez tranquillement la tête, et, tandis que vous respirez profondément par le nez, ouvrez les yeux, faites une pause, puis rentrez dans le monde, et sachez qu’à l’avenir, votre santé, votre équilibre, votre pouvoir, dépendront non seulement de la nourriture, mais du repos du corps et de l’âme.

Voilà qui complète les exercices.

Ayant fait cette révision de la manière indiquée, vous pouvez ensuite la recommencer bien des fois, de la manière qui vous conviendra personnellement le mieux. Chaque semaine il vous faut tracer votre propre programme.

Le relâchement musculaire sera, sans doute, l’exercice le plus difficile à exécuter. Quand vous y serez parvenu, vous vous apercevrez que votre équilibre mental et votre mémoire auront été merveilleusement améliorés. Le travail vous sera rendu plus facile. Vous ne serez plus la proie des soucis et de l’anxiété. Vous épargnerez votre énergie, et vos capacités iront se développant.