Exercices spéciaux pour l’éducation de l’esprit et l’entretien de la santé. 2

DEUXIÈME LEÇON

Au lit.

Avant de vous lever, pendant que vous êtes encore au lit, étendez en avant la main et le bras droit, puis lancez-les horizontalement dans le prolongement de la ligne des épaules. Ecartez bien les doigts, comme si vous vouliez jouer une octave, et renversez-les en arrière autant que vous le pourrez. C’est exactement le contraire de ce que vous faites en saisissant un objet. Raidissez le bras, effacez le coude et l’épaule. Restez un moment dans cette position. Alors, gardant le bras raide et les doigts renversés en arrière, imprimez à la main un mouvement de rotation aussi grand que possible, d’abord dans un sens, puis, après une pause, reprenez ce mouvement en sens inverse. Nouvelle pause. Répétez cet exercice trois fois.

Pendant ce mouvement, il faut que la main gauche soit absolument libre et molle. Ne la laissez pas se contracter et « sympathiser » avec le travail de votre main droite. Economisez votre énergie. Exécutez cet exercice trois fois avec la main et le bras gauches, et gardez à leur tour la main et le bras droits au repos.

Répétez ce mouvement trois fois avec les deux bras ensemble. Secouez ensuite vos mains, comme si vous vouliez les débarrassez de leur raideur.

Ensuite, pénétrez-vous bien de la sensation de la détente musculaire, concentrez sur elle votre attention toute entière, restez immobile, les bras allongés le long du corps et remémorez-vous les exercices. Rappelez-vous les mouvements et les sensations. Si vous avez travaillé votre attention, vous vous souviendrez facilement de tous les détails, car votre esprit aura conservé l’impression des sensations musculaires.

Exercice de Respiration.

Gardez la position couchée, posez les deux mains sur votre abdomen et faites l’exercice de respiration prescrit dans la première leçon. Tandis que vous aspirez l’air, élevez et abaissez votre abdomen ; mais au lieu d’expirer l’air des poumons, retenez votre haleine et projetez et rentrez le ventre quatre ou cinq fois. Le mouvement de projection est assez facile, mais l’autre est plutôt dur ; c’est pourquoi l’on se sert des mains pour presser l’abdomen de haut en bas. Surtout, ne vous fatiguez pas. S’il reste encore de l’air dans vos poumons, expirez-le par la bouche.

Cet exercice vous permet non seulement d’absorber plus d’oxygène qu’à l’ordinaire, mais encore vous masse l’estomac et le foie. Il aide aussi à faire circuler et disperser l’air dans les poumons jusqu’au sommet des organes, où les maladies ont si souvent leur point de départ. Le mouvement de rentrer le ventre relève l’estomac. Les personnes souffrant de ptôse gastrique (abaissement de l’estomac) ont tout intérêt à le produire souvent.

Hors du lit.

Levez-vous, et, si vous voulez faites les exercices de frictions que nous vous avons enseignés. Mais, que vous les fassiez ou non, ne manquez pas de pratiquer les exercices du saut sans corde. Ayez le menton rentré, le dos creux, les mains libres et molles, les pointes des pieds droites, c’est-à-dire non tournées en dehors, et séparées d’environ 20 centimètres.

Pendant que vous sautez sur le pied gauche – sur la plante des pieds et non sur le talon – lancez votre jambe droite en avant, les orteils aussi loin de vous que possible et le genou bien effacé. Sautez plusieurs fois sur ce pied et ensuite sur le pied droit, étendant de ma même manière la jambe et le pied gauches devant vous. Vous arriverez à lever de plus en plus haut le pied et la jambe raidie ; mais en commençant cette exercice, ne forcez pas trop.

Pendant que vous sautez sur le pied gauche, lancez votre jambe droite en arrière, les orteils aussi loin du corps que possible. Tenez le genou raide, ne fléchissez pas la jambe, sautez plusieurs fois sur le pied gauche. Sautez ensuite sur le pied droit, exerçant de la même façon la jambe gauche.

Si vous commencez à être hors d’haleine, arrêtez-vous pour respirer profondément, mais sans efforts. Aspirez, en soulevant autant que possible les côtes inférieures. Retenez votre haleine un moment, puis exhalez-la rapidement et fortement, par poussée comme si vous vouliez siffler. Répétez cet exercice respiratoire deux fois de suite. Sautez de nouveau sur le pied gauche. Cette fois, au lieu de lancer en avant la jambe droite raidie, vous levez le genou droit : les orteils sont baissés et aussi loin de vous que possible. Sautez plusieurs fois en maintenant le genou dans cette position.

Sautez ensuite sur le pied droit et refaites le même mouvement avec le genou.

Sautez sur le pied gauche, levez le genou droit, approchez-le de votre poitrine avec les mains. Exécutez les mêmes mouvements avec le pied droit et le genou gauche.

Pendant que vous sautez, tenez le menton rentré, les reins cambrés, – excepté évidemment quand les mains saisissent un genou – et effacez les épaules. N’avancez pas la tête, n’arrondissez pas les épaules. Maintenant voici un exercice très dur. Tenez-vous debout, les pieds écartés de vingt centimètres ; fermez les yeux un moment, imaginez que vous sautez à la corde, mais ne bougez pas. Rappelez-vous les mouvements et les sensations musculaires.

reussite_7J_etablir_harmonie_L