Exercices spéciaux pour l’éducation de l’esprit et l’entretien de la santé. 5

Cinquième Leçon

Matin et soir, tandis que vous mettez ou quittez vos vêtements, considérez quelques nouveaux avantages des exercices physiques judicieusement appropriés et correctement exécutés. Quels merveilleux effets ils ont sur notre conception de la vie et sur nos sentiments ! Un homme se sent déprimé, misérable, comme si le monde entier se dressait contre lui; mais, s’il fait de la gymnastique, il finit par éprouver une sensation d’allégresse, les circonstances sont favorables, les gens sont aimables, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Plusieurs raisons expliquent ce changement. L’une d’elles, c’est que de bons exercices soulèvent les organes et leur font prendre une meilleure position. Quand une personne est déprimée, ses organes le sont aussi; s’ils sont remis en position, ils fonctionnent mieux, la circulation s’améliore, et la pression du sang sur le cerveau diminue, cette pression qui est si souvent une des causes des sentiments désagréables.

Une deuxième raison, c’est que des exercices respiratoires, profonds et complets, contribuent au bon équilibre de l’esprit et du corps ; et ce Cours enseigne des mouvements spéciaux destinés à améliorer l’équilibre du corps et le contrôle des différents muscles. Quand le corps a développé une certaine qualité physique, il est beaucoup plus facile pour l’esprit de développer une qualité mentale correspondante. De même, lorsque nous faisons régulièrement nos exercices, il devient moins difficile de faire autre chose avec régularité.

Un troisième avantage des exercices, c’est qu’ils offrent une splendide opportunité pour l’autosuggestion. Ainsi, quand vous respirez vous pouvez vous persuader que vous aspirez non seulement de l’oxygène vivifiant, mais de la vigueur, de l’énergie, du bonheur. En expirant, imaginez que vous exhalez non seulement de l’acide carbonique, mais tout ce qui est mauvais; cependant, il vaut mieux ne pas mentionner les mauvaises choses par leur nom, afin de n’y pas retenir l’attention. Voyons maintenant quelques nouveaux exercices.

Au lit.

Couchez-vous sur le dos, placez les mains non sur l’abdomen, mais sur la poitrine, une de chaque côté vers le milieu des côtes. Fermez la bouche, et, tandis que vous aspirez par le nez, dilatez la cage thoracique en soulevant les côtes. Maintenez-les ainsi un moment, pendant que vous retenez votre souffle; puis, contractez-les lorsque vous expirez, et à la fin de la contraction pressez-les doucement en dedans avec les mains. Répétez cet exercice plusieurs fois, mais sans vous fatiguer. En général, les femmes exécutent mieux ces mouvements de respiration que les hommes, car elles respirent particulièrement avec les parties supérieure et moyenne de leur appareil respiratoire, tandis que les hommes emploient surtout la partie inférieure. Il n’y a cependant aucune raison pour que les uns et les autres ne se servent pas entièrement de leurs organes. Encore étendu sur votre lit, combinez les mouvements des bras et des jambes déjà enseignés. Gardez libres et mous tous vos membres gauches : main, bras, pied, jambe; et étendez devant vous votre jambe droite raidie, le genou effacé et les orteils aussi éloignés de vous que possible. En même temps, élevez votre main droite au-dessus de votre tête, les doigts écartés et renversés en arrière. Faites-lui exécuter, les doigts toujours raidis, un large mouvement de rotation à droite et en arrière, comme auparavant. Maintenez-la dans cette position, tout en tenant bien éloignés de vous les orteils du pied droit. Alors, tandis que vous faites tourner votre main en sens inverse, de sorte que le pouce soit légèrement écarté à droite, étirez votre talon au lieu de vos orteils. Exécutez ce mouvement plusieurs fois, et prenez garde de ne pas contracter la main gauche, car elle doit rester molle et immobile. Vous devez également avoir la tête bien en arrière et ne pas avancer le menton. Secouez ensuite vos deux membres droits, et mettez-les au repos. Refaites alors cet exercice avec le pied, la jambe, la main et le bras gauches, puis simultanément, avec tous les membres. Surtout ne forcez pas.

Hors du lit.

Debout, les jambes suffisamment écartées, les genoux bien effacés, les talons plantés fermement sur le sol, le menton rentré, les reins cambrés, penchez doucement le tronc en avant, à partir des hanches, puis en arrière; puis à droite et en avant, puis à gauche et en arrière; ensuite, en avant et à gauche; enfin, en arrière et à droite. Gardez la tête droite et les épaules en avant. Faites exécuter au tronc un mouvement de rotation assez large, mais sans forcer; tournez les épaules en avant et à gauche; puis en avant et à droite; puis en arrière et à droite; puis en arrière et à gauche, enfin de nouveau en avant et â gauche. Refaites alors le mouvement en sens inverse. Les mains se balançant librement, les jambes droites et raides, les talons fermement posés sur le sol, tournez le tronc et les épaules à gauche, aussi loin que possible. L’épaule et la main gauche montreront, pour ainsi dire, le chemin. Tournez-vous alors dans la direction opposée autant que vous le pourrez. Dans cet exercice, la tête suit le mouvement des épaules. Ces exercices doivent être exécutés avec précision pour produire tous leurs bons effets.