La Force Volique

Distinction entre la force adductrice de la pensée et la force volique

Pour produire une forte impression sur quelqu’un, vous bénéficierez dans votre œuvre de suggestion du concours de 2 autres forces.

La première de ces forces alliées est connue comme la propriété adductrice de la pensée, que j’expliquerai plus amplement ultérieurement ; la seconde est la force volique de l’esprit.

Mais tout d’abord, signalons la différence entre ces 2 manifestations de la puissance de l’esprit. Dans le premier cas, la force adductrice de la pensée, dès qu’elle est mise en mouvement, affecte les autres sans qu’un effort conscient de votre part soit nécessaire ; il suffit que vous pensiez fortement pour que vos pensées agissent d’elles-mêmes.

Dans les manifestations, au contraire, de la force volique, la conscience et la volonté de l’opérateur sont également éveillées et agissantes. Il dirige délibérément les vibrations de ses pensées sur un point précis ; quand le but est atteint, et que la volonté se retire, les vibrations cessent.

Je ne trouve pas de terme dans le langage courant pour définir ce type de force de la pensée, et je ne peux pas continuer à en parler comme d’un « effort conscient de la volonté pour produire certaines vibrations de pensée dirigées sur un point précis et en vue d’un but déterminé. »

Définition de la volation et de la force volique

La nécessité me pousse donc à inventer un terme pour exprimer de manière concise et adéquate l’idée en question. J’utiliserai donc le terme « Volation » qui vient du mot latin « Volos » voulant dire « volonté ». Ce mot ne doit pas être confondu avec le terme « Volition » qui désigne le choix de la volonté plutôt que son exercice. Du mot Volation, je déduirai l’expression « force volique » qui répond exactement à l’idée qui nous occupe ici.

Une force très puissante

La force volique est une des forces les plus puissantes de la nature, et en même temps, l’une des plus ignorées. Il n’est pas d’être humain qui ne l’ait manifestée à certains moments de sa vie, mais le plus souvent inconsciemment. Ou alors, s’il en prend conscience et en perçoit les effets, il n’en discerne pas les causes ni les lois.

Cette force peut être considérablement accrue par une pratique et un entraînement intelligents, si l’on consacre à la tâche le temps et l’effort nécessaires. J’indiquerai quelques exercices destinés à développer cette force dans la leçon sur la Concentration.

Le moi véritable

Pour pouvoir faire un usage intelligent de la force volique, il est nécessaire tout d’abord de comprendre la vraie nature de la volonté ; et pour comprendre celle-ci, vous devez réaliser quel est votre MOI véritable.

La majorité des personnes identifient leur être réel à leur corps physique. Ceci est le point de vue matérialiste.

D’autres l’envisagent comme une créature mentale qui contrôle le corps et dont le siège est dans le cerveau. Ceci n’est que partiellement correct.

Certains ont vaguement conscience de l’existence d’un « moi supérieur » en eux, alors que d’autres le reconnaissent pleinement et vivent et agissent selon ses préceptes.

« Je suis »

Le vrai « Moi » est autant supérieur à l’esprit que l’esprit l’est au corps ; et les 2, le corps et l’esprit, lui sont subordonnés. Les 2 sont ses outils et accomplissent son travail. Notre vrai Moi est celui que nous sentons en nous, quand dans des moments de rêverie ou d’introspection, nous pensons ou disons, « JE SUIS. »

Chacun de nous a senti maintes fois la réalité de son être véritable, mais sans en mesurer toute l’ampleur et importance.

Posez ce livre quelques instants, et tout en détendant tous les muscles de votre corps et rentrant dans un état d’esprit passif, méditez calmement sur les mots « JE SUIS ». Essayez d’imaginer votre vrai moi, supérieur et à l’esprit et au corps. Si vous êtes dans l’état mental et physique approprié, vous percevrez une lueur de la présence intérieure de votre véritable individualité.

Continuez l’exercice. Il aiguisera votre perception de la vérité intérieure. Rien ne peut blesser ou détruire votre vrai Moi. Le corps et l’esprit peuvent disparaître, mais « JE SUIS » est éternel et intouchable. Il est puissant, et, dès que l’esprit apprend à se soumettre à son pouvoir, l’homme se transforme et acquiert des pouvoirs insoupçonnés jusqu’ici.

L’objectif de cette série de leçons ne me permet pas de m’attarder sur le sujet. Son étendue et son importance exigeraient de nombreux volumes, qui ne lui rendraient encore que faible justice. Pour l’instant, je souhaite diriger l’attention du lecteur sur cette vérité essentielle, avec toute la force de conviction dont je suis capable.

L’âme humaine

Vous pouvez pensez tout ce que vous voulez sur les idées présentées dans cet ouvrage, vous êtes libre de les accepter ou rejeter à votre guise, mais laissez cette seule pensée pénétrer profondément dans votre esprit : « JE SUIS » EST MON MOI VÉRITABLE. Quand votre esprit reconnaîtra son maître, vous aurez appris le secret ultime de la Vie.

J’ai planté cette graine de pensée en vous, et elle se développera pour devenir une belle plante avec, au sommet, une fleur dont le parfum surpassera celui des fleurs les plus luxuriantes au monde. Quand ses pétales s’ouvriront et révéleront la fleur dans toute sa splendeur, vous saurez alors que vous vous êtes trouvé vous-même.

« Je suis le Seigneur des multiples mondes,
Qui règne depuis le début des temps ;
Et la nuit et le jour en ronde,
Passeront devant mes yeux.
Mais le temps cessera avant moi,
CAR JE SUIS L’ÂME DE L’HOMME.  »
– Charles H. Orr

La volonté

Nous entendons par « volonté » une manifestation du moi véritable – du JE SUIS – de l’individu, qui entretient avec lui une relation analogue à celle de la pensée avec l’esprit.

Quand nous disons « développer la volonté » nous voulons dire en réalité que c’est l’esprit qui doit se développer pour être à même de reconnaître le pouvoir de la volonté sur lui et de s’y soumettre. La volonté, elle-même, est suffisamment forte ; elle n’a pas besoin de « développement ». C’est contraire à l’opinion commune, mais c’est néanmoins juste.

Le courant puissant de la volonté circule à travers un réseau de fils psychiques, mais il faut apprendre à le « brancher » pour pouvoir déplacer le véhicule mental.

La pensée active et la pensée passive

Les pensées opèrent selon des réseaux de fils différents. Il y a 2 réseaux de fils correspondant à 2 sortes de pensées. L’une, que nous avons appelée la pensée passive est inconsciente et irréfléchie, à peine plus qu’un acte instinctif – « ça pense » en quelque sorte – et elle ne demande que peu ou pas du tout de force volique pour se produire.

L’autre sorte de pensée, que nous avons appelée la pensée active, est liée à un effort mental délibéré et fait appel à la volonté. Je peux juste attirer votre attention sur ce fait, car le cadre restreint de cet ouvrage ne me permet pas de le traiter en profondeur.

Je me suis déjà aventuré assez loin, étant donné que cet ouvrage est censé vous enseigner le « Comment » et non le « Pourquoi ». Par conséquent, je ne vous conduirai pas au-delà de cette frontière, dans le vaste royaume de la théorie. Plus l’homme pense le long des fils actifs, plus ses vibrations de pensées sont fortes et puissantes.

L’inverse est vrai aussi, bien entendu. Celui qui maîtrise les lois du contrôle mental a un immense avantage par rapport à celui qui subit ce contrôle et qui n’opère qu’avec des fils passifs.

La projection des vibrations de pensée

L’esprit projette toutes sortes de pensées dont les vibrations ont plus ou moins de force selon le degré d’intensité de l’impulsion initiale. Les pensées passives sont moins puissantes que les pensées actives, mais les premières peuvent acquérir une grande force grâce à une répétition persistante.

Il est facile de comprendre que pour produire un effet direct sur quelqu’un par des vibrations de pensées, un effort de volation est exigé ; plus la force de volation est grande, plus fort sera son effet.

reussite_7j_6_cles_confiance_soi_L