La Puissance cachée de la fixation d’objectifs. Etape 1

Faites un vœu

Imaginez que vous êtes en train de vous promener le soir et que vous trébuchez sur une lampe en cuivre, le genre de lampes susceptibles de contenir un génie. En essayant de comprendre ce qui est gravé sur le côté, avec votre chemise vous essuyez des siècles de poussière et de négligence.

Et hop ! Tout d’un coup, des flammes et un gros nuage de fumée s’échappent de la lampe. En tombant en arrière, vous laissez tomber la lampe et vous couvrez vos yeux. Quand vous les rouvrez, se tient devant vous, aussi clair que le jour, un génie.

Il vous regarde avec une lueur dans les yeux. Et avec une voix forte et puissante, il vous dit : « Je suis le Génie de la Lampe. Que désirez-vous, Maître ? »

Qu’auriez-vous demandé au génie ?

Croyez-le ou pas, mais vous possédez une telle lampe. Elle se trouve derrière vos globes oculaires et entre vos deux oreilles. Cela s’appelle le cerveau humain, l’ordinateur le plus puissant de la terre. En fait, il est si puissant qu’il a inventé tous les autres ordinateurs. Il a tout inventé, du supercalculateur au yaourt.

Et vous possédez un tel cerveau, libre et clair. Le votre est équivalent à n’importe quel autre sur la planète. Vous en êtes le seul propriétaire, et le seul à pouvoir invoquer son pouvoir imposant pour réaliser vos vœux. Vous êtes votre propre génie, débordant du pouvoir divin de la création.

Mais cela ne règle pas votre problème, n’est-ce pas ? Qu’allez-vous demander au génie ?

Avant de pouvoir réaliser vos vœux, vous devez d’abord décider ce que vous souhaitez. Quand les gens n’obtiennent pas ce qu’ils veulent de la vie, c’est généralement parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils veulent. Ils travaillent semaine après semaine, rêvassant sur la « belle vie », mais ils n’arrivent que rarement à se faire une idée précise sur ce qu’est la « belle vie ». Aussi compétents et travailleurs qu’ils soient, il leur manque un but. On leur a appris à tirer, mais on ne leur a jamais appris à viser.

La vérité la plus surprenante sur la nature humaine est probablement celle qui dit que n’importe qui peut accomplir quelque chose de brillant si il, ou elle, a quelque chose de brillant à accomplir. Une fois que vous décidez ce que vous voulez vraiment, le reste se met en place. Vous vous réveillez tous les matins avec une raison qui vous pousse à sortir du lit. Vos journées ont un sens, car vous les passez à faire des choses qui ont un sens. Vous êtes capable de profiter de vos talents, de votre temps et de vos opportunités car vous avez un but. Sans ce but, cet étonnant pouvoir que vous avez d’exaucer vos vœux reste en veille, garé en double file, avec le moteur qui tourne et personne derrière le volant. Mais avec ce but, vous déplacez doucement le levier de vitesse, et vous déplacez à une rapidité qui dépasse votre compréhension.

Alors allez-y, mettez-vous au volant. Trouvez ce dont vous avez vraiment envie, pas ce dont vous êtes supposé avoir envie, pas ce que quelqu’un d’autre veut pour vous, mais ce que vous désirez au plus profond de votre cœur pour vous-même.

Le brainstorming

La manière la plus simple de savoir ce que vous voulez vraiment est de vous poser la question. Plus précisément, posez la question à votre subconscient, la centrale électrique de votre esprit. C’est là que vos meilleures pensées, et les plus profondes, sont produites.

Afin de puiser dans la puissance de votre subconscient, il est utile d’utiliser un outil dénommé le brainstorming (remue-méninges). Suivez ces cinq étapes :

  1. Ecrivez le sujet que vous voulez traiter grâce au brainstorming en forme de question sur une feuille de papier

Le cerveau humain est l’ordinateur le plus puissant sur terre. Mais contrairement aux autres ordinateurs, vous n’avez pas besoin d’apprendre un langage de programmation pour le faire fonctionner. Tout ce que vous devez faire, c’est lui poser une question.

  1. Ecrivez tout ce qui vous vient à l’esprit.

Posez-vous la question que vous avez écrite en haut de la page, puis écoutez toutes vos réponses. Ecrivez chaque pensée qui traverse votre esprit quand vous vous posez la question, aussi ridicule ou stupide puisse-t-elle vous paraître.

  1. Acceptez avec gratitude tout ce qui vous passe par la tête.

Peu importe que vos idée paraissent stupides ou irréalistes, rappelez vous à quel point vous avez de la chance d’avoir autant d’idées intéressantes.

Voyez chaque idée comme un cadeau. Nous pouvons ne pas aimer chaque cadeau que nous recevons, mais nous les acceptons, nous les ouvrons, et nous remercions la personne qui nous l’a offert. C’est l’intention qui compte. Si vous acceptez toutes vos pensées avec gratitude, votre subconscient – comme n’importe quelle personne qui vous offre un cadeau – aura plus de volonté à les transformer en réalité.

  1. Activez votre stylo

Dites-vous que vous allez écrire durant un temps déterminé. Que ce soit pendant deux, cinq ou dix minutes, puis activez votre stylo jusqu’à ce que ce temps s’achève. Continuez à écrire, même si pour cela vous devez réécrire la même chose encore et encore.

  1. Gardez vos critiques pour plus tard

Ecrivez, ne jugez pas. Vous pourrez juger plus tard. Le brainstorming est un outil pour générer des idées, pas pour les évaluer.

Avez-vous déjà fait une suggestion dans une réunion et n’avez reçu que des critiques négatives ? Après ça, vous avez probablement décidé de garder toutes vos pensées pour vous.

Votre subconscient est aussi sensible que vous. Si vous rejetez ses suggestions, il arrête d’en faire.

Il n’y a pas de meilleur moment que le moment présent pour commencer la première session officielle de brainstorming. Alors prenez une feuille de papier et écrivez cette question:

Qu’aurais-je demandé à la vie si j’étais absolument, irréfutablement certain de l’obtenir ?

Maintenant, écrivez vos réponses. Ne vous souciez pas de la façon avec laquelle vous allez accomplir tout ce qu’il y a dans votre liste, nous nous occuperons de cela plus tard. Pour l’instant, concentrez-vous sur ce que vous voulez, pas sur la façon avec laquelle vous allez l’obtenir ?

Ecrivez tout ce qui vous traverse l’esprit pendant au moins deux minutes. Penser à des domaines spécifiques de votre vie. Par exemple, que voulez vous dans votre travail ? Dans votre vie de famille ? Dans vos relations ? Dans votre état de santé? Quel genre de physique ? Qu’espérez-vous de vos hobbies ? De vos actions communautaires ? De votre vie amoureuse ? De votre situation financière ? Quel genre d’impact voulez-vous avoir sur le monde ? Comment voulez-vous que les gens se souviennent de vous ?

Si vous bloquez, écrivez les mêmes réponses encore et encore, avec à chaque fois une tournure légèrement différente. Changez un mot, changez une couleur ou une taille, changez un adjectif. Débrouillez-vous pour continuer à écrire durant deux minutes au moins, ou plus si les idées continues à affluer. Alors allez-y, écrivez !

Priorisation

Félicitation ! Vous venez de créer votre première bonne liste de vœux. A ce stade, il peut s’avérer être préférable de ne travailler que sur un vœu à la fois, vous devez donc décider sur quel élément de votre liste vous voulez travailler en premier. Voilà comment vous y prendre.

La première chose à faire est de numéroter les éléments de votre liste. Ensuite, regardez les éléments N° 1 et 2. Lequel a le plus d’importance à vos yeux ? Dans votre tête, marquez cet élément comme étant le choix prioritaire. Ensuite, passez à l’élément suivant de votre liste (le numéro 3) et comparez-le avec votre choix prioritaire. Lequel est plus important pour vous ? Celui que vous préférez devient alors le choix prioritaire. Maintenant, passer à l’élément suivant de la liste (le numéro 4) et comparez-le avec le choix prioritaire. Celui que vous préférez devient le choix prioritaire.

Répétez cette procédure pour chaque élément de votre liste, comparez-le avec le choix actuel quel qu’il soit à ce moment. Continuez jusqu’à ce que vous soyez passé par la liste entière.

Quand vous arrivez à la fin de votre liste, le choix prioritaire qui reste est l’élément le plus important de votre liste. Cela devient alors votre choix prioritaire définitif. Vous l’avez comparé directement ou indirectement à chaque élément de votre liste et l’avez préféré à chaque fois. Maintenant mettez un grand ‘#1’ à côté de lui. C’est le premier vœu que vous allez réaliser, et le vœu sur lequel vous allez travailler pendant le reste de ce livre.

But

Les gens qui réussissent le mieux à réaliser leurs vœux sont ceux qui savent qui ils sont et ce qu’ils veulent. Ils choisissent des vœux qui les aident à accomplir leur but dans la vie. Pour profiter de votre pouvoir étonnant de réaliser vos vœux, la première chose que vous devez faire est de choisir un but, puis de choisir les vœux qui vont vous aider à accomplir ce but.

Earl Nightingale, l’un des plus grands philosophes modernes de réussites humaines, avait l’habitude de différencier « les gens du fleuve » et « les gens du but ». Il dit que les gens du fleuve sont cette petite minorité chanceuse née pour un but particulier. Depuis leur plus tendre enfance, ils savent ce qu’ils feront de leur vie. Ils se trouvent dans un grand fleuve d’intérêt, et ils s’écoulent avec ce fleuve durant toute leur vie.

Puis il y a le reste d’entre nous. Nous somme les « gens du but », ou les gens du vœu. Nous ne sommes pas nés avec un intérêt dévorant. Nous ne sommes pas nés pour un but précis. Au lieu de ça, nous devons nous en définir un.

Durant des années, je me suis demandé ce que j’étais censé faire de ma vie. J’enviais les gens qui savaient qui ils étaient, les gens qui semblaient être nés pour accomplir une mission, les gens qui avaient la chance de pouvoir poursuivre le fleuve d’intérêts. Si seulement cela pouvait m’arriver, me disais-je. Puis, un après-midi, ça m’est arrivé.

J’étais en train de marcher dans la rue en me demandant ce que j’allais faire de ma vie. Soudain, j’ai u la réponse. Aussi clairement que si ça avait été gravé sur mon front, j’ai compris que le grand but de ma vie était de définir mon but. C’était ça ma mission. C’était ça mon fleuve d’intérêt. Et ça l’a toujours été. Durant des années, j’ai poursuivi la même mission, définir un but. Mais je n’avais jamais réalisé que je n’avais jamais accepté ça comme un but valide. Une fois que j’ai accepté, j’ai compris avec une certitude absolue ce que j’étais censé faire de ma vie : je suis né pour définir mon but.

Pour la première fois de ma vie, je me suis senti comme une personne du fleuve. J’ai su à quoi ma vie rimait. J’avais une raison de me lever le matin. Mes journées avaient un sens, car je les passais à faire des choses qui ont un sens. J’avais quelque chose d’une importance vitale à accomplir, un but, et j’étais impatient de m’y mettre tous les jours.

Ce que j’ai appris ce jour-là c’est qu’il importait peu de savoir quel est votre but. Ce qui importe c’est d’en avoir un. Et si vous n’en avez aucun, votre but est donc d’en définir un. C’est votre fleuve d’intérêt.

Une fois cet état d’esprit adopté, vous verrez que tout se met en place. Vous allez vous engager dans un voyage d’auto-découverte. Vous vous ouvrirez à de nouvelles pensées, de nouvelles activités, de nouveaux intérêts que vous n’auriez jamais envisagés auparavant. Tout ce que vous ferez à partir de ce moment-là fera partie de votre but récemment découvert, de votre mission dans la vie récemment découverte : vous définir, vous inventer vous-même.

Pour trouver votre but, commencez par ce qui vous intéresse. Il est rare de trouver quelqu’un qui ne s’intéresse à rien. Mais il existe beaucoup de personnes qui ne se sont jamais donné le droit d’avouer leurs intérêts. Elles pensent que les choses qu’elles aiment faire sont insignifiantes dans l’ordre des choses, alors elles cherchent un sens et un but à leur vie ailleurs. Pendant ce temps-là, ce qu’elles cherchent se trouve juste sous leur nez.

Trouvez votre but dans la vie ne doit pas devenir une quête complexe. Plutôt que de vous demander « Qu’est-ce que je veux faire dans la vie ? », pourquoi ne pas vous simplifier les choses ? A la place, demandez-vous « Qu’est-ce que j’aime faire ? ». Puis écoutez toutes vos réponses. Mettez-les sur papier. Mettez tout sur papier, même les choses futiles ou stupides. Si ce qui vous intéresse nous vous paraît pas assez important pour le mettre sur papier, c’est parce que vous essayer de juger vos centres d’intérêts au lieu de les vivre. Essayez plutôt de les vivre, et vous ferez votre premier pas vers la réalisation de vos vœux.

Si vous aimez faire quelque chose, faites-le. Vous aimez écouter de la musique, aller au cinéma, lire, regarder la télé, cuisiner, réparer les voitures, nettoyer la maison, regarder les oiseaux, enseigner, faire des meubles, surfer sur internet ou construire des châteaux de sable ? Tant que votre activité ou hobby n’est pas autodestructeur (comme la drogue ou l’alcool), dangereux pour les autres ou pour la nature, pourquoi ne pas vous donner le droit d’en profiter pour ce que ça vaut ?

Quand vous prenez plaisir à faire quelque chose, continuez à le faire. Vous n’avez pas à en faire votre but officiel dans la vie. Mais, et si vous le faisiez ? Et si vous décidiez à passer votre vie à faire ce que vous prenez plaisir à faire ? C’est ce que les gens du fleuve font. Parfois, ils sont pris pour des excentriques, des distraits ou des obsédés. Parfois, ils sont pris pour des génies. Quoi qu’il en soit, ils suivent le flot de leur fleuve et se donnent le droit de profiter du voyage. Ils se moquent de savoir si ce qu’ils font est important aux yeux du reste du monde, tant que c’est important pour eux. Ils ne sont pas là pour sauver l’humanité, ils sont là pour se sauver eux-mêmes, se sauver d’une vie vide de sens et de plaisir.

Si vous voulez maximiser votre contribution à la société, vous lui devez, et à vous-même, de poursuivre vos rêves, de poursuivre votre but, de poursuivre votre bonheur.

Faites ce que vous pensez être censé faire, et non pas ce que vous pensez être supposé faire. Si vous vous inquiétez de ne jamais vous élevé à moins que votre vœu soit « digne », ne gaspillez pas votre temps. Vous vous élevez déjà. Vos accomplissements dans la vie ne sont pas la source de votre valeur en tant qu’être humain, ils en sont la conséquence. L’estime de soi vient avant le but, pas le contraire. Une fois que vous acceptez votre valeur en tant que personne, une fois que vous acceptez que vous valez déjà beaucoup, alors vous vous donnez la liberté de profiter de votre vie. Vous vous donnez la liberté de définir votre but. Et c’est là que le plaisir commence.

Trouver votre but est une question de vous demander ce que vous aimez faire, puis de le faire. C’est ce que font les gens du fleuve. Ils ne font pas de sacrifices énormes pour poursuivre leurs rêves. Ils n’ont pas à s’imposer une volonté et une discipline de fer pour rester sur la bonne voie. Ils font tout simplement ce qu’ils aiment faire. C’est leur récompense. C’est pour cela qu’ils le font. Leurs accomplissements sont tout simplement le sous-produit de leur plaisir.

Une fois votre but défini, même si ce but est simplement d’en définir un, le reste se mettra en place. Votre vie prendra une intensité dont vous n’aviez jamais rêvé. Vous allez commencer à réaliser vos rêves, un après l’autre. Jour après jour, vous vous sentirez grandir, apportez plus à ceux qui vous entourent et profiter de vous-même en tant qu’être humain. C’est le but le plus noble qui soit.

Payer le prix

Chaque vœu à un prix. Vous pouvez avoir tout ce que vous désirez si vous êtes prêt à en payer le prix. Le prix pourrait être en euros et en centimes. Ou il peut être en efforts fournis, les semaines, mois ou années que cela va vous prendre pour réaliser votre vœu. Ou cela peut être en sacrifice, ce que vous devez abandonner pour obtenir ce que vous voulez. Peu importe ce que s’avère être le prix, vous devez le payer intégralement, vous ne pouvez pas négocier avec le sort.

Votre volonté à payer le prix est ce qui vous donne le pouvoir de réaliser votre vœu. Si vous être prêt à payer 100% du prix, vous réussirez à 100%. Si vous n’êtes prêt à payer que 50% du prix, alors vous n’êtes susceptible de réussir qu’à 50%. C’est une simple question de cause à effet. Le prix est la cause, le vœu est l’effet. Payez le prix (mettez en œuvre la cause appropriée), et le vœu suivra.

Jetez un œil sur la priorité de votre liste de vœux. Combien cela vous coûtera-t-il ? Combien cela coûtera-t-il en euros et en centimes ? Combien cela coûtera-t-il en efforts fournis ? Combien de semaines, de mois ou d’années cela vous prendra-t-il ? Combien cela vous coûtera-t-il en sacrifices ? Cela veut-il dire moins de temps avec votre famille, avec vos amis, à regarder la télé, à pratiquer vos loisirs, à jouer au golf, à vadrouiller ? Une fois le prix fixé, serez-vous prêt à le payer ?

Maintenant, voici une question intéressante : Pourquoi êtes-vous prêt à payer le prix ? Quelles sont les raisons qui vous poussent à vouloir réaliser ce vœu ?

Les gens qui réussissent le mieux à réaliser leurs vœux sont ceux qui ont les meilleurs raisons de le faire. Au lieu de vous infliger un prix exorbitant pour un vœu, pourquoi ne pas choisir en priorité un vœu qui vaut son prix ? Choisissez un vœu qui vous oblige à le réaliser.

Si ce n’est pas le cas pour votre choix prioritaire, choisissez-en un autre. Passez à votre deuxième ou troisième choix. Refaites votre liste de choix s’il le faut. Faites du brainstorming pour de nouvelles idées et établissez de nouvelles priorités jusqu’à ce que vous obteniez un vœu qui vous oblige à le réaliser, un vœu qui vaut le temps que vous passerez à surmonter chaque obstacle qui se dressera sur votre chemin. Choisissez-en un si convaincant que vous refuserez de vous contentez de moins. Vous n’irez pas bien loin avant d’y parvenir.

Tandis que vous cherchez le bon vœu, gardez ceci en tête : choisissez un vœu pour ce qu’il fera de vous en l’accomplissant. Plus le vœu est grand, plus vous devez devenir grand pour le réaliser. C’est ça la vraie récompense. C’est pour cela que l’être humain se bat pour obtenir plus que ce qu’il a déjà. Ce n’est pas ce que vous accomplissez qui vous apporte la joie et la satisfaction, mais la personne que vous devez devenir pour l’accomplir. Vous n’obtenez pas ce que vous voulez de la vie, vous en obtenez ce que vous êtes.

C’est pour cela qu’il faut fournir des efforts pour atteindre vous buts et réaliser vos vœux. S’il vous suffisait de claquer des doigts pour obtenir ce que vous voulez, vous n’auriez pas à développer votre potentiel. Vous n’auriez pas à devenir plus que ce que vous êtes. Mais en insistant sur le fait que la seule manière de réaliser votre vœu est de devenir le genre de personne pour qui un tel vœu est réalisable, l’univers vous donnera l’un des plus beaux cadeaux qui soient : la croissance.

Avec ce cadeau vient un avertissement : méfiez-vous des vœux qui font de vous ce que vous ne voulez pas être. Ce prix est trop cher. Aucun vœu ne vaut de sacrifier vos valeurs, votre personnalité ou votre intégrité. Aucun vœu ne vaut de perdre ce qu’il vaut la peine d’avoir. Si un vœu vous oblige à devenir moins que ce que vous voulez devenir, il ne vaut pas le prix.

Présentation du vœu

Pouvoir faire des vœux est la force la plus puissante à notre disposition. Mais la majorité d’entre nous en ignorent l’existence, et encore moins comment la contrôler.

Le secret est là : ne vous contentez pas de faire un vœu, rendez-le présentable. Le pouvoir de votre vœu vient de la façon avec laquelle vous le présentez à votre conscient et à votre subconscient. Si vous le présentez efficacement, vous exploiterez le pouvoir de votre esprit proche de celui d’un génie et réaliserez votre vœu. Si vous le présentez de façon inefficace, votre esprit l’ignorera comme l’une de ces bonnes intentions, inopportunes et irréalisables.

Ci-dessous les onze étapes qui vous aideront à rendre votre vœu (but) si présentable que votre esprit va naturellement le réaliser. A chaque étape que vous apprendrez, appliquez-la au vœu que vous avez décidé de réaliser en priorité.

  1. Ecrivez-le.

Si vous pensez que votre vœu est si clair dans votre esprit que vous n’avez pas besoin de l’écrire sur papier, vous vous trompez. Ecrivez-le, ou dites-lui adieu. En écrivant votre vœu, vous lui donnez cette clarté, cette concertation et cette insistance que vous ne lui auriez pas données autrement. Vous l’étendez là juste devant vos yeux. Vous en faites quelque chose de réel, quelque chose qui vous regarde de sa page et vous défie de le réaliser.

Si vous voulez réaliser votre vœu et atteindre votre but, qu’ils soient à long ou à court terme, écrivez-les. Si vous ne voulez pas les réalisez, alors ne les écrivez pas.

  1. Soyez précis.

Un vœu présentable est précis jusqu’aux moindres détails. Quand vous pouvez décrire avec précision ce que vous voulez, quand vous pouvez l’éprouver, l’entendre, le toucher, le sentir et le goûter, c’est que c’est précis.

Plus vous êtes précis, meilleures sont vos chances d’obtenir ce que vous désirez. Si vous voulez de l’argent, combien ? Pour quand ? Si vous voulez une nouvelle maison, quel genre de maison ? Où ? Combien de chambres ? Si vous voulez un meilleur poste, dans quel domaine ? Pour quel salaire ? Pour quelle entreprise ? Si vous voulez une meilleure relation, avec qui ? Qu’allez-vous éprouver ? A quoi va-t-elle ressembler ?

Quand vous êtes précis dans votre vœu, vous vous donnez une foule de puissants avantages, comme :

  • Vous pouvez pister vos progrès. Si vous ne savez pas ce que vous voulez, comment saurez-vous quand vous l’aurez ?
  • Vous évitez les résultats inattendus. Les vœux vagues peuvent être dangereux car ils peuvent déboucher sur quelque chose d’inattendu. Par exemple, si vous souhaitez « plus de liberté au travail », vous pouvez vous retrouver mis à pied. Si vous souhaitez « perdre du poids », vous pouvez vous retrouvez gravement atteint d’une maladie dont l’un des symptômes est la perte de poids. Si vous souhaitez « une grosse somme d’argent », vous pouvez être bénéficiaire d’une grosse police d’assurance, mais la personne que vous aimez devra décéder pour que vous la touchiez. Souhaitez ce que vous voulez vraiment et vous ne vous retrouverez pas avec ce que vous ne voulez pas.
  • Concentrez-vous. Avez-vous remarqué que vous accordez plus d’attention aux choses qui vous intéressent ? Si vous achetez une nouvelle voiture, vous vous mettez à remarquer combien d’autres personnes conduisent la même voiture. Si vous lisez un livre sur la nature, vous vous mettez à remarquer le coucher du soleil et le chant des oiseaux, bien que les deux aient toujours été là.

Quand vous êtes précis dans ce que vous voulez, vous alertez votre cerveau pour qu’il remarque toutes les personnes, les informations et les ressources qui peuvent vous aider à réaliser votre vœu. Où que vous posiez les yeux, vous découvrez des coïncidences utiles (ce que le reste du monde appelle la chance), ces coïncidences que vous avez rendues possibles en sachant exactement ce que vous voulez. Plus vous êtes précis, plus vous créerez de la chance.

  1. Etablissez un délai.

Un vœu ou un but sans délai n’est que vaine rêvasserie, sans début et sans fin. Le délai communique une certaine urgence, le sentiment que vous avez quand vous êtes sur le point de quitter la ville. Mais il n’est pas censé vous faire paniquer, il est censé vous faire vous concentrer. N’en faites pas une camisole de force. Si vous voyez que vous êtes sur le point de dépasser un délai, fixez une date ultérieure. Mettez-vous à l’aise. Gardez un œil dessus. Si vous voulez réaliser votre vœu, sachez exactement où viser et quand.

  1. Faites que ça soit mesurable.

Vous pouvez être en train de gagner et croire que vous perdez, car vous ne tenez pas de score. La mesure vous aide à avoir un score. La mesure vous aide à voir le chemin parcouru et le chemin restant. Si vous ne mesurez pas votre vœu, vous ne saurez pas quand il se réalisera.

Certain vœux sont faciles à mesurer, comme récolter une certaine somme d’argent ou perdre un certain nombre de kilos. Mais qu’en est-il pour les vœux non-mesurables, comme un meilleur mariage, un travail plus satisfaisant ou le sentiment de paix intérieure ? C’est simple, transformez-les en quelque chose de mesurable. Transformez-les en actions précises.

Par exemple, supposons que votre vœu soit d’améliorer votre mariage. Pour transformer quelque chose de non-mesurable en quelque chose de mesurable, posez-vous ces questions :

  • Quels changements dois-je apporter à ma façon de me comporter avec mon conjoint afin d’améliorer notre mariage ?
  • Dois-je apporter ces changements d’un coup ou alors de façon graduelle ?
  • A quelle date aurais-je complètement changé ?

Une fois que vous aurez défini ces actions spécifiques mesurables pour améliorer votre mariage, vous pouvez reformuler votre vœu en termes d’actions. Par exemple, au lieu de simplement vouloir améliorer votre mariage, définissez de massez le dos de votre conjoint quelques soirs par semaine. Vous pouvez vouloir tendre la pelouse une semaine sur deux au lieu de laisser votre conjoint s’occuper du jardin à chaque fois. Vous pouvez vouloir emmener les enfants à leur club de foot les samedis matins pour laisser votre conjoint faire la grasse matinée. Vous pouvez vouloir sortir les poubelles, emballer les cadeaux de noël, faire la vaisselle trois fois par semaine, peu importe, tant que ça allège le poids sur votre conjoint et que ça apaise votre relation.

Il en est de même pour les vœux concernant un état d’esprit, comme le bonheur, la joie ou la satisfaction. Ce ne sont pas des choses mesurables, alors souhaitez plutôt des actions qui vous mèneront vers l’état d’esprit que vous voulez. Par exemple, si vous voulez être satisfait et que vous ressentez plus de satisfaction en rendant des services à la communauté, alors vous pouvez vouloir passer plus de temps au service de votre communauté. Si votre vœu est le bonheur et que vous êtes plus heureux quand vous êtes avec votre famille, alors vous pouvez vouloir passer plus de temps avec elle.

Souhaiter quelque chose de mesurable et vous pourrez mesurer le succès.

  1. Ne souhaitez pas ce que vous ne pouvez pas contrôler.

Un vœu ou un but ne concernent que ce que vous faites (pas ce que quelqu’un d’autre fait) parce que c’est la seule chose sur laquelle vous avez le contrôle. Il n’y a pas de place dans un vœu pour ce que vous voulez que quelqu’un pense, fasse ou ressente, car vous ne pouvez pas y parvenir. Concentrez-vous sur ce que vous pouvez réaliser.

Par exemple, vous ne pouvez pas vouloir être aimé, car vous ne pouvez pas faire que cela arrive. Mais vous pouvez souhaiter d’être plus élégant ou affectueux. Vous ne pouvez pas vouloir que l’idole du coin sorte diner avec vous, car vous ne pouvez pas faire que cela arrive. Mais vous pouvez vouloir davantage de courage pour lui demander de sortir dîner avec vous. Vous ne pouvez pas souhaiter que quelqu’un vous rendre heureux, car vous ne pouvez pas faire que cela arrive. Mais vous pouvez vouloir passer plus de temps à faire ce qui vous rend heureux.

Si vous ne souhaitez que ce que vous pouvez contrôler, alors le succès sera à vos côtés. Si vous souhaitez quelque chose que vous ne pouvez pas contrôler, alors le succès sera toujours aux côtés des autres.

  1. Souhaitez ce que vous voulez, pas ce que vous ne voulez pas.

Votre esprit vous emmène vers la chose à laquelle vous pensez. Si vous pensez à ce que vous voulez, il vous y mènera. Si vous pensez à ce que vous ne voulez pas, il vous mènera également.

Au lieu de penser « Je souhaite ne pas être fauché », pensez « Je choisis d’avoir 10.000 euros en banque ».

Au lieu de penser « Je souhaite ne pas être en surpoids », pensez « Je choisis de perdre quinze kilos ».

Au lieu de penser « Je souhaite ne pas être stupide », pensez « Je choisis de m’instruire ».

Au lieu de penser « Je souhaite ne plus être seul », pensez « Je choisis de me faire des amis ».

Demandez d’avoir ce que vous voulez, vous l’aurez. Demandez de ne pas avoir ce que vous ne voulez pas, et vous vous retrouverez avec.

  1. Commencez votre vœu par « Je choisis ».

Le vrai secret du succès, ce n’est pas la discipline, mais de choisir de réussir. Dès l’instant où vous faites un choix, les doutes et les hésitations disparaissent. Au lieu de vous inquiéter à propos de ce que vous faites, faites-le tout simplement. Vous donnez une commande à votre cerveau qui est de tout faire pour appliquer votre décision.

  1. Faites que cela soit émotionnel.

Votre vœu doit avoir une récompense émotionnelle dont vous pouvez utiliser le pouvoir pour vous aider à réaliser votre vœu. Par exemple, si votre vœu est d’améliorer votre mariage, vous pouvez dire « Je choisis d’aider aimablement mon conjoint dans les tâches ménagères ». Si vous souhaiter vous réveiller chaque matin à six heures pour avoir du temps pour vous avant d’aller au travail, vous pouvez dire « Je choisis de me réveiller gaiement chaque matin à six heures ». Si vous souhaitez augmenter les revenus de votre entreprise de 50%, vous pouvez dire « Je choisis d’augmenter joyeusement les revenus de mon entreprise de 50% ».

Quand vous donnez une récompense émotionnelle à votre vœu, vous aurez tendance à y travailler plus durement car vous l’apprécierez plus. Plus dur vous travaillerez, plus susceptible de réaliser votre vœu vous serez. Sans vous en rendre compte, vous apprécierez le travail autant que le résultat. A partir de ce moment, les résultats viendront par eux-mêmes.

  1. Soyez bref. 

Moins, c’est plus. Plus court sera votre vœu, plus grand sera son impact émotionnel. Une seule phrase courte sera parfaite. Pour faire que votre vœu soit court, dites-vous que chaque mot coûte 100.000 euros.

  1. Ayez foi en votre vœu.

Pourquoi un jardinier s’embêterait-il à planter une graine, l’arroser, la fertiliser et la surveiller (parfois durant des semaines) sans même avoir le résultat de ses efforts sous ses yeux tout de suite ? C’est parce qu’il à foi de voir cette graine pousser et donner quelque chose qui vaut une fleur, un fruit ou un bon légume. Quel que soit le résultat attendu, les attentes doivent venir avant le résultat. Les seuls jardins où nous nous investissons sont ceux dans lesquelles nous avons foi qu’ils vont produire.

Quand vous faites un vœu, il faut y croire, sinon vous n’aurez pas la volonté de faire des efforts. Y croire implique de faire des efforts. Avec les efforts viennent les résultats. Sans foi, il n’y a ni efforts ni résultats.

  1. Mettez-vous tout de suite au travail.

La dernière étape pour rendre votre vœu présentable est d’envoyer le message le plus puissant qui soit à votre cerveau : au travail, tout de suite ! Si vous ne le faites pas, vous subirez la loi de la Diminution de l’Intention : plus vous mettez de temps avant de vous mettre au travail, moins vous serez susceptible de vous y mettre.

Avant même de vous lever de votre chaise, faites la première action pour réaliser votre vœu. Passez un coup de fil, faites un plan, lisez un article utile dans un journal ou un magazine, écrivez une lettre. Faites quelque chose pour actionner le processus. Faites n’importe quoi. Le plus important est de faire une action tout de suite, avant de perdre le moment et avec, vos chances de réaliser votre vœu.

Si ce n’est déjà fait, prenez le temps de retourner en arrière et de rendre votre vœu présentable. Faites-le passer par chacune des onze étapes que nous venons de voir. Ecrivez-le. Rendez-le mesurable. Rendez-le comme il faut qu’il soit pour de réaliser. Ensuite, mettez-vous tout de suite au travail.

Si vous en êtes déjà là mais n’avez pas encore de vœu, alors faites que ceci soit le premier de vos vœux : Souhaitez de savoir quoi souhaiter. Faites-en un vœu officiel. Rendez-le présentable. Mettez-vous au travail tout de suite. FAITES-le tout de suite, et vous serez propulsé dans une aventure pour réaliser votre vœu ?

reussite_7J_nouveaux_objectifs_L