L’Attention

Avant d’être en mesure de vous souvenir ou de mémoriser quelque chose, cette chose doit avoir été clairement imprimée dans les registres de votre subconscient. Et le principal facteur permettant d’enregistrer ces impressions est la qualité de l’esprit que nous appelons l’Attention, qui est la capacité à vous concentrer et à donner du sens à des données ou des stimuli particuliers.

Notre capacité à traiter les informations est assez limitée. Par conséquent, nous devons constamment sélectionner et décider quelles données sont utiles et lesquelles ne le sont pas. Les stimuli ou les sensations que nous percevons et organisons en des pensées signifiantes sont analysés de manière sélective par notre cerveau. Si les stimuli ou les données sont utiles ou applicables pour de utilisations futures, votre cerveau les transmet au centre de stockage à long terme. Toutefois, pour ce faire, il faut que l’attention soit présente.

Une des causes les plus communes de faible attention est le manque d’intérêt. Vous êtes plus incliné à vous souvenir des choses qui vous ont le plus intéressé parce que dans cette émanation d’intérêt, il y a eu un certain degré d’attention exhibé. Une personne peut posséder une mauvaise mémoire pour beaucoup de choses, mais lorsqu’il est question de choses où l’intérêt est impliqué, elle se souvient souvent des détails les plus infimes. On appelle ça l’attention involontaire. Ce type d’attention ne demande pas d’effort spécial parce qu’il est basé sur l’intérêt, la curiosité ou le désir.

L’autre type d’attention est appelée attention volontaire. Cette forme est portée sur des choses qui ne sont pas nécessairement intéressantes, qui n’attisent pas la curiosité ou ne sont pas attractifs. Ils réclament effort et utilisation de la volonté.

Chaque personne possède plus ou moins d’attention involontaire, alors que peu possèdent une attention volontaire développée. La première est initiée par instinct alors que la seconde ne vient que de l’entraînement et de la pratique.

Pour que l’attention se développe, vous devez pratiquer avec diligence l’art de l’attention volontaire. Voici quelques stratégies à succès pour vous aider à acquérir cette compétence essentielle :

  1. Tournez votre attention sur quelque chose d’inintéressant et étudiez chaque détail jusqu’à être en mesure de les décrire. Cela peut tout d’abord sembler ennuyeux et fatigant, mais vous devez persévérer. Ne le pratiquez pas trop longtemps à chaque fois. Reposez-vous puis essayez de nouveau plus tard. Vous découvrirez bientôt que ça devient plus facile et qu’un nouvel intérêt commence à se manifester pour cette compétence. Par exemple, prenez une fleur. Touchez-la. Sentez-la. Sentez sa texture. Combien de pétales possède-t-elle ? De quelle longueur est la tige ? Quelle est la couleur et la forme des pétales ? En réalisant cette simple tâche, vous serez surpris de la quantité de petites choses dont vous prendrez note.

Cette méthode, pratiquée sur de nombreuses choses, au cours de vos heures creuses, développera la puissance de votre attention volontaire et de votre perception, peu importe combien déficientes elles sont. Commencez à prendre note des choses qui vous sont liées : les endroits que vous visitez, les gens dans les pièces, etc. De cette manière, vous commencerez à prendre l’habitude de « noter les choses », c’est la première condition pour développer la mémoire.

  1. Éliminez les distractions. Même si vous avez entendu parler de multitâche, il est très difficile de faire plus d’une chose à la fois. Par exemple, vous êtes un étudiant en droit bachotant pour les examens de fin d’année. Vous ne serez pas en mesure d’absorber correctement ce que vous étudiez si votre radio joue de la musique à pleine puissance ou si vous entendez votre petit frère jouer à un jeu vidéo. Autant que possible, évitez toutes distractions telles que la télé, la radio ou des personnes qui discutent.
  2. Conservez votre concentration dans le processus d’apprentissage ou de mémorisation. Disons que vous êtes occupé à préparer une présentation importante pour demain. Un nouvel employé vous est présenté pendant que vous y travaillez. Dans ce cas, il y a peu de chance que vous vous souveniez de quelque chose au sujet de cet employé parce que vous étiez concentré sur quelque chose d’autre qui, pour vous, est plus urgent ou important. Si vous voulez vous souvenir excellemment de quelque chose, dirigez votre concentration sur cette chose uniquement et engagez-vous volontairement dans cette mémorisation.
  3. Conservez des traces de vos pensées. Dès que vous prenez conscience que vos pensées se perdent, criez « STOP ! » dans votre esprit. Cela permettra d’arrêter votre dérive et de rediriger votre attention sur le sujet initial. Souvenez-vous qu’une bonne concentration engendre une bonne mémoire. Si vous voyez que vos pensées voyagent, soyez conscient que votre attention se perd.
  4. Soyez intéressé. Pour posséder de bonnes compétences de mémorisation, vous devez aimer ce que vous faites. Pour mémoriser un visuel, une image ou même un texte, engagez-vous dedans. Vous devez mettre votre cœur dans n’importe quelle activité pour laquelle vous vous engagez. Si vous n’aimez pas vous engager dans certaines activités, il y a peu de chances que vous vous souveniez de tous ses aspects. Disons que vos parents veulent que vous deveniez un ingénieur, mais que vous rêvez de devenir un musicien. Si vous étudiez l’ingénierie parce que vos parents vous ont obligé, vous ne posséderez pas le dévouement ni le désir de retenir les informations de vos livres d’ingénierie. Ne vous forcez pas à faire quelque chose qui ne vous intéresse absolument pas. Comme l’a dit Leonard De Vinci : « Tout comme manger contre sa volonté est nuisible à la santé, étudier sans intérêt gâche la mémoire et elle ne retient rien de ce qu’elle assimile. »
  5. Soyez motivé. Maintenant, disons que vous voulez devenir un médecin. Pourquoi êtes-vous capable de mémoriser et de vous familiariser avec ces termes médicaux ou biologiques ambigus ? Premièrement, vous pourriez vouloir être au sommet de votre classe. Ou vous pourriez vouloir être populaire dans votre école. Ou vous pourriez vouloir être, un jour, un bon médecin, pour aider votre communauté. Les objectifs et calendriers nourrissent la motivation. Et la motivation aide à une mémoire aiguisée.

Pour vous motiver encore plus, récompensez-vous pour toute tâche que vous venez d’accomplir. Définissez une motivation spécifique pour tout objectif. Par exemple, offrez-vous votre restaurant favori après avoir terminé un projet. Lorsque vous avez réalisé une tâche plus importante, partez en vacances. Définissez simplement quelque chose de gratifiant pour vous faire plaisir après avoir accompli certaines réalisations. Souvenez-vous : par nature, l’être humain est un battant. Il obtient tout ce à quoi il aspire.

Dans un monde basé sur la consommation et conduit par la technologie, chaque personne devrait posséder un intérêt ou un objectif pour nourrir son égo symbolique. En vous récompensant pour chaque réussite, vous aspirerez à plus et développerez un intérêt pour votre activité. Dans le processus, votre intérêt vous rendra plus productif, avec plus de réussites.

  1. Donnez à votre subconscient une commande mentale de garder ce dont vous souhaitez vous souvenir. Vous pouvez dire : «  Prends note de ceci et souviens t’en pour moi ! » Vous serez stupéfait de ce que le subconscient peut réaliser pour vous.

Avant d’être en mesure de mémoriser ou de vous souvenir de quoique ce soit, vous devez être capable de bien percevoir grâce à une attention correcte. Utilisez-les méthodes ci-dessus et vous êtes sur le chemin d’une mémoire plus pointue.